Last 7 days
Bookmark and Share    
Full Text
Peer Reviewed
See detailQuelles sont les causes de la déforestation dans le bassin du Congo ? Synthèse bibliographique et études de cas
Gillet, Pauline ULg; Vermeulen, Cédric ULg; Feintrenie, Laurène et al

in Biotechnologie, Agronomie, Société et Environnement = Biotechnology, Agronomy, Society and Environment (2016), 20(2), 183-194

Les forêts du Bassin du Congo font partie des zones forestières les mieux préservées de la planète. Néanmoins, les facteurs qui entrainent la déforestation ailleurs dans le monde se manifestent également ... [more ▼]

Les forêts du Bassin du Congo font partie des zones forestières les mieux préservées de la planète. Néanmoins, les facteurs qui entrainent la déforestation ailleurs dans le monde se manifestent également dans cette sous-région du globe. Cet article propose une revue de la littérature des causes directes et des facteurs sous-jacents de la destruction du couvert forestier des régions tropicales, afin de mettre en exergue les moteurs de la déforestation dans le bassin du Congo, et plus particulièrement au Cameroun et au Gabon. Littérature. Les causes directes de déforestation, définies comme ayant un lien cause-conséquence immédiat avec la destruction du couvert forestier, sont renforcées par des facteurs sous-jacents tels que les facteurs économiques, les avancées technologiques, les mesures politiques ainsi que les pressions démographiques. Toutes ces causes interagissent de façons distinctes dans les différentes régions tropicales de par le monde et expliquent les divergences et similitudes entre les dynamiques de déforestation régionales. En plus de l’expansion de l’infrastructure, du développement du secteur minier et de l’extraction du bois, l’agriculture représente la cause directe de déforestation la plus importante dans le bassin du Congo. Au Cameroun, la déforestation actuelle est principalement liée à l’agriculture. Le plan d’émergence de ce pays prévoit le développement des infrastructures, la modernisation de l’appareil de production national ainsi que l’exploitation minière. Au Gabon, le taux de déforestation plus faible s’explique par la dynamique agricole et l’ouverture des routes. Le plan d’émergence ambitieux y prévoit la modernisation de l’infrastructure ainsi que le développement de l’agriculture agro-industrielle. Conclusions. Une mutation des socio-écosystèmes liée à la déforestation est attendue en différents points du bassin du Congo. Les recherches futures devraient maintenant aborder la description de socio-écosystèmes types représentant les différents stades de la transition forestière ainsi que l’identification des facteurs du changement à différentes échelles. [less ▲]

Detailed reference viewed: 269 (7 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailSpiral waves triggered by shadows in transition disks
Montesinos, Matias; Pérez, Sebastian; Casassus, Simon et al

in Astrophysical Journal Letters (2016)

Circumstellar asymmetries such as central warps have recently been shown to cast shadows on outer disks. We investigate the hydrodynamical consequences of such variable illumination on the outer regions ... [more ▼]

Circumstellar asymmetries such as central warps have recently been shown to cast shadows on outer disks. We investigate the hydrodynamical consequences of such variable illumination on the outer regions of a transition disk, and the development of spiral arms. Using 2D simulations, we follow the evolution of a gaseous disk passively heated by the central star, under the periodic forcing of shadows with an opening angle of $\sim$28$^\circ$. With a lower pressure under the shadows, each crossing results in a variable azimuthal acceleration, which in time develops into spiral density waves. Their pitch angles evolve from $\Pi \sim 15^\circ-22^\circ$ at the onset, to $\sim$11$^\circ$-14$^\circ$, over $\sim$65~AU to 150~AU. Self-gravity enhances the density contrast of the spiral waves, as also reported previously for spirals launched by planets. Our control simulations with unshadowed irradiation do not develop structures, except for a different form of spiral waves seen at later times only in the gravitationally unstable control case. Scattered light predictions in the $H$-band show that such illumination spirals should be observable. We suggest that spiral arms in the case-study transition disk HD~142527 could be explained as a result of shadowing from the tilted inner disk. [less ▲]

Detailed reference viewed: 17 (3 ULg)
Full Text
See detailActivités d'intégration multidisciplinaire
Theunissen, Catherine ULg

Conference (2016, May 13)

Detailed reference viewed: 11 (0 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailEsthétique et repésentation dans les bandes dessinées d'Afrique noire francophone
Goufo Zemmo, ULg

Conference (2016, May 13)

Les campagnes de sensibilisation développées ces dernières années à travers internet, les festivals de bandes dessinées, sans oublier le succès de la bande dessinée Aya de Yopougon ont contribué ... [more ▼]

Les campagnes de sensibilisation développées ces dernières années à travers internet, les festivals de bandes dessinées, sans oublier le succès de la bande dessinée Aya de Yopougon ont contribué concrètement à lever un pan de voile sur les romans graphiques africains d’expression française. À ce sujet, de nombreuses interrogations se formulent quant à la réelle consommation de ces produits par les Africains, et les formes esthétiques qui en découlent. L’image n’est jamais neutre, elle est toujours le résultat du déploiement d’une subjectivité. Ainsi, nous nous proposons dans le cadre de cette communication de dépasser la question du fonctionnement esthétique de la bande dessinée d’Afrique noire francophone pour comprendre le système représentationnel et intersubjectif qui y est construit, ce qui nous permettra de montrer que les images réfléchissent non seulement sur le monde mais aussi sur elles-mêmes et par elles-mêmes. Il s’agira aussi de montrer qu’en tant que « lieu de savoir », la bande dessinée devient le siège concret de l’activité humaine et de la productivité sociale et culturelle. En tant que tel, les dispositions spatiales qui en sont faites, ne seraient pas du tout aléatoires, mais s’inscriraient dans un processus permettant une interprétation des sujets représentés de manière générale, et notamment les sujets féminins. [less ▲]

Detailed reference viewed: 22 (1 ULg)
Full Text
See detailRestricted interests in autism with versus without speech onset delay : the importance of perceptually versus thematically organized interests
Chiodo, Liliane ULg; Majerus, Steve ULg; Eusèbe, Sandrine et al

Poster (2016, May 13)

Objectives : To explore whether autistic adults with vs without speech delay also differ in the perceptual vs thematic nature of their restricted interests.

Detailed reference viewed: 30 (9 ULg)
See detailTailoring γ-Al2O3 supports with specific silicon precursors
Claude, Vincent ULg; Vilaseca, Miriam; Heinrichs, Benoît ULg et al

Poster (2016, May 13)

Detailed reference viewed: 13 (6 ULg)
See detailNanoparticles and microorganisms applied in groundwater decontamination
Lambert, Stéphanie ULg; Lavigne, Benoît

Conference (2016, May 13)

Detailed reference viewed: 13 (1 ULg)
Full Text
See detailSpatial Analysis of the Landslide Risk in the Cameroon Volcanic Line (CVL)
Mukenga, Williams ULg; Havenith, Hans-Balder ULg; Medjo Eko, Robert et al

Poster (2016, May 12)

Landslides are recognized as important geomorphologic process due to the role they play in the development of hill slopes in mountainous regions, and to related socio-economic consequences. There are many ... [more ▼]

Landslides are recognized as important geomorphologic process due to the role they play in the development of hill slopes in mountainous regions, and to related socio-economic consequences. There are many causes of landslides and their distribution varies with the changing conditioning factors. Slope stability depends on a number of causative factors and the knowledge of these variables can help to predict the type of landslide expected in the future. In this study, past landslide activity and triggering factors will be used to assess mass movement hazards along the Cameroon Volcanic Line (CVL). Spatial aspects will be studied in terms of landslide susceptibility maps that are important for development planning and disaster management. The current synthesis of landslide susceptibility map at regional scale is based on a literature review to inventory passed mass movement impacts, on the detection of landslide features from Google Earth imagery, combined with spatial analysis using Geographical Information Systems (GIS) and remote sensing. One of the most critical stages in landslide susceptibility mapping is the selection of landslide pre-conditioning, conditioning and triggering factors and weighting of the selected causative factors in accordance to their influence on slope stability. Google earth helps for delineating past (but recent) and present landslide activity whereas GIS is suitable when deriving static factors (slope aspect and surface curvature) and time-dependent factors (annual precipitation and changing groundwater table level) that are needed to produce landslide susceptibility maps. Landslide susceptibility mapping is based on the assumption that future landslides will occur under similar circumstances as past and present mass movements. Different methods, including the weight of evidence methods, are used for landslide susceptibility mapping along the Cameroon Volcanic line, as the area is known to be highly susceptible to landslide occurrences. [less ▲]

Detailed reference viewed: 51 (3 ULg)
Full Text
See detailLes modes d'acquisition et de transmission du savoir en anatomie d'Hippocrate à l'antiquité tardive
Marganne, Marie-Hélène ULg

Scientific conference (2016, May 12)

À partir des sources littéraires, papyrologiques et archéologiques, l'exposé reconstitue ce que l'on peut savoir des stratégies d'acquisition et de transmission des connaissances en anatomie, d'Hippocrate ... [more ▼]

À partir des sources littéraires, papyrologiques et archéologiques, l'exposé reconstitue ce que l'on peut savoir des stratégies d'acquisition et de transmission des connaissances en anatomie, d'Hippocrate à l'antiquité tardive, qu'elles fassent appel, les unes, à l'observation, à l'expérimentation, à l'analogie ou à l'imitation, et les autres, à l'enseignement oral ou écrit, à la rédaction et à la copie de livres, illustrés ou non, ainsi qu'à l'élaboration de commentaires, d'abrégés, de questionnaires et de listes de mots. [less ▲]

Detailed reference viewed: 15 (0 ULg)
Full Text
See detailCartesian Self-Consciousness Revisited
Dewalque, Arnaud ULg

Scientific conference (2016, May 12)

When you are in a joyful mood, how do you know that it is so? On a Cartesian picture, the answer is that you’ve got some immediate, noninferential apprehension of your being joyful, such as (i) this ... [more ▼]

When you are in a joyful mood, how do you know that it is so? On a Cartesian picture, the answer is that you’ve got some immediate, noninferential apprehension of your being joyful, such as (i) this noninferential apprehension is analogous to sense perception (perceptual account), and (ii) unlike sense perception, it makes it unquestionable or evident to you that you presently are in a joyful mood (epistemic privilege). In this paper, I defend this view against some classical objections, arguing that pre-reflective self-consciousness actually is analogous to sense perception. [less ▲]

Detailed reference viewed: 15 (1 ULg)
See detailBildwissenschaft - Image et langage (introduction au colloque)
Hagelstein, Maud ULg

Conference (2016, May 12)

En guise d’introduction très rapide, je voudrais rappeler dans ses grandes lignes le projet auquel est liée l’organisation de ces journées de recherche. Le projet tente d’établir une archéologie de la ... [more ▼]

En guise d’introduction très rapide, je voudrais rappeler dans ses grandes lignes le projet auquel est liée l’organisation de ces journées de recherche. Le projet tente d’établir une archéologie de la théorie de l’image contemporaine, en particulier (en priorité) dans son versant germanophone, celui de la « science de l’image » (Bildwissenschaft) – discipline qui est, pour des raisons diverses (obstacle de la langue, nouveauté des problèmes, hermétisme des débats, etc.), encore peu connue chez nous. Or, me semble-t-il, l’explosion récente de la théorie de l’image (depuis les années 1990), théorie de l’image qui s’est décentrée par rapport à son milieu naturel et déployée sur de multiples territoires disciplinaires, appelle une nouvelle cartographie des études visuelles, qui reste à établir, ainsi qu’une redéfinition philosophique de l’image (ou des images) et de l’expérience qui en découle (les phénomènes visuels et iconiques étant à ce point diversifiés aujourd’hui que de nombreuses définitions sont en circulation sans que l’on perçoive toujours leur cohérence). Comme l’écrivait récemment Klaus Sachs-Hombach : « Une science générale de l’image n’a pas encore réussi à s’établir » (I, §1). L’idée de ce projet sur la Bildwissenschaft consiste donc à envisager du point de vue de la méthode les différentes approches récentes de l’image pour tenter d’identifier ce qu’elles ont en commun (c’est loin d’être évident). L’option qui me semblait pouvoir être investie dans un premier temps consiste à rapporter ces développements récents à la discipline d’interprétation des images née en Allemagne au début du XXe siècle, quelques décennies auparavant, (avec A. Warburg et surtout E. Panofsky), à savoir : l’iconologie. En effet, à mes yeux, du point de vue de son ancrage philosophique, la théorie de l’image actuelle puise ses principales ressources conceptuelles dans l’iconologie (et les problèmes théoriques qui lui sont associés). En quoi consiste ce modèle ? Pour le dire trop vite, la méthode iconologique vise principalement l’interprétation du contenu symbolique des images. Elle repose entièrement – ou en tout cas majoritairement – sur une compréhension symbolique des artefacts visuels : face à une œuvre picturale, par ex., on part bien entendu de ce qui est donné à la perception (les éléments sensibles et matériels présentés par l’œuvre), pour dégager petit à petit la signification profonde et intrinsèque de l’œuvre. Dans cette optique, l’image a donc pour vocation de délivrer un message, au même titre que le langage, mais avec des moyens différents. Or, si on tente de rapporter la Bildwissenschaft – telle qu’elle se déploie considérablement depuis quelques années – à l’iconologie, on doit admettre que ce modèle (le modèle iconologique) joue surtout négativement. Depuis la fin des années 1980, la méthode iconologique a commencé à générer chez les théoriciens de l’art et du visuel (en général), toutes sortes de réactions d’insatisfaction – voire même de franche hostilité. Et pour la plupart de ces auteurs, l’iconologie va servir de repoussoir autant que de modèle. Pour quelle raison ? Les critiques généralement adressées par les théoriciens contemporains à la méthode iconologique s’articulent le plus souvent autour du problème de la prédominance du paradigme langagier pour l’analyse des images. Or, à force de considérer trop strictement l’image sur le mode du signe qu’il faut lire et décrypter, on risque de l’assimiler purement et simplement à d’autres types de signes, notamment langagiers, et de diluer sa spécificité dans une théorie symbolique trop large. Globalement, il me semble que les différentes réactions s’accordent (ou en tout cas pourraient s’accorder) sur le fait que l’iconologie – telle qu’elle se présente dans sa version traditionnelle – doit être complétée : l’approche symbolique des œuvres doit par ex. pouvoir s’appuyer sur une attention soutenue à leurs modes de présentation (dans ce cas, les outils du « formalisme esthétique » peuvent alors être convoqués) ou à leur matérialité (les outils « phénoménologiques » peuvent idéalement venir au secours de l’analyse). En résumé, depuis la fin des années 1980, l’héritage iconologique est mis en question par des chercheurs qui – en réalité – veulent donner au concept d’iconologie un sens plus actuel et consacrent leurs efforts à l’étude de la logique des images (logique iconique), en tant qu’elle n’est pas contaminée par le modèle langagier. Autrement dit, les protagonistes de la Bildwissenschaft concernés par ces problématiques font le pari suivant : on peut étudier la logique du visuel en dehors de toute référence au langage et à sa syntaxe propre. Ils pensent pouvoir montrer en quoi une proposition visuelle diffère radicalement d’une proposition langagière. En rapportant la Bildwissenschaft à l’iconologie, on rencontre donc très vite la thématique centrale de l’iconic turn (tournant iconique), qui consiste à défendre l’idée d’une spécificité absolue de l’image à l’égard du langage. On l’a dit : Les défenseurs du tournant iconique pensent renverser la domination du paradigme langagier pour l’interprétation des images. Plutôt que de se concentrer exclusivement sur l’étude des contenus symboliques, il importe à leurs yeux de se concentrer sur ce qui fait la spécificité intrinsèque de l’image et de montrer comment sa matérialité affecte et contamine directement la production du sens. Contre la sémiotisation excessive des formes d’expression visuelle, il faudrait donc affirmer une fonction intransitive des images, c’est-à-dire redonner à l’image une épaisseur propre, qui ne renvoie qu’à elle-même. De nombreux auteurs s’inscrivent dans cette perspective (c’est le cas notamment de G. Boehm, qui veut sortir du paradigme langagier pour l’interprétation des images, ou de L. Wiesing, qui tente une définition asémantique de l’image). Les débats autour de l’iconic turn sont très particuliers et finalement difficiles à traiter. D’abord parce que l’iconic turn fait suite au linguistic turn (tournant déclaré dans la célèbre anthologie de Rorty - 1967), et appelle à sa suite d’autres tournants (on parle volontiers aujourd’hui d’un tournant anthropologique des études visuelles, comme on parle d’ailleurs aussi d’un tournant visuel de l’anthropologie, etc.). Or, ces changements radicaux de direction, ces changements de paradigme, finissent à mon avis par nous faire perdre nos repères (il y a trop de turn, pour le dire platement) et on a le sentiment de tourner en rond. Ensuite, autre difficulté : les débats liés à l’iconic turn sont souvent animés par la volonté de défendre – jusqu’à l’absurde – la valeur primordiale et la préséance absolue de l’image sur le langage. Si on s’enlise dans les positions parfois stéréotypées de ce débat, on pourra difficilement sortir du scepticisme langagier le plus stérile (l’idée que le langage manque inévitablement le caractère sensible de l’image). Pourtant, je ne voudrais pas non plus rendre trop caricatural ce débat qui m’intéresse tellement. D’un côté, j’ai l’impression qu’on y revient toujours, de l’autre, qu’on en est déjà sorti. On y revient toujours parce que ce problème continue à être essentiel pour toute une série d’auteurs qui cherchent obstinément à vouloir distinguer l’image des autres formes d’expression, à vouloir construire de nouvelles iconologies. Et l’effort qui consiste à essayer d’identifier les spécificités logiques du visuel doit sans cesse se renouveler ; les théories de la spécificité sont très fragiles parce que les contre-exemples et contre-arguments viennent très vite à l’esprit dès qu’il s’agit de séparer les pouvoirs de l’image et du langage. Dès que quelqu’un dit : « l’image fait ceci que le langage ne fait pas », on trouve quelqu’un d’autre pour répondre : « comment ? Mais si, le langage fait ça aussi ». Néanmoins, si on dégage peu de certitudes, de points fixes, ces débats sont loin d’être stériles (pour le dire vite : on a l’impression tout de même d’augmenter notre connaissance des images en traversant ces discussions). On y revient donc toujours mais en même temps on en est déjà sorti (et presque toujours déjà sorti) : aujourd’hui, on rencontre de multiples propositions, qui émanent soit du champ de la Bildwissenschaft lui-même, soit de l’extérieur (et parfois même très en amont de ces débats), et qui présentent des modèles plus complexes et nuancés qui n’opposent pas frontalement image et langage. Mais qui font l’effort de penser leur complémentarité. Et en réalité, ces efforts nous donnent à penser que la séparation des pouvoirs de l’image et du langage est peut-être très artificielle – ou en tout cas fragile – dans certains cas, mais qu’elle continue à être utile. [less ▲]

Detailed reference viewed: 21 (0 ULg)