Last 7 days
Bookmark and Share    
Full Text
Peer Reviewed
See detailAjustement des marqueurs d’insertion des tubes endotrachéaux selon l’âge gestationnel.
RIGO, Vincent ULg; Fayoux, Pierre

in Baud, Olivier; Saliba, Elie (Eds.) Congrès SFN-JFRN 2016, livre des communications (2016, December 15)

Introduction et objectifs: le positionnement adéquat d’un tube endotrachéal (TET) peut être difficile en raison de la marge de manœuvre limitée associée aux faibles distances laryngo-trachéales du ... [more ▼]

Introduction et objectifs: le positionnement adéquat d’un tube endotrachéal (TET) peut être difficile en raison de la marge de manœuvre limitée associée aux faibles distances laryngo-trachéales du prématuré. Les marqueurs distaux censés faciliter l’évaluation de ce positionnement ne sont pas standardisés entre les fabriquants, et le marquage généralement unique par taille de tube ne tient pas compte de la croissance associée à l’âge gestationnel. L’objectif de l’étude est de décrire les distances entre les cordes vocales (CV) et la moitié de la trachée en fonction de l’âge gestationnel et proposer des nouveaux marquages adaptés. Méthodes : la moitié de la longueur de la trachée ajoutée à la hauteur de la lame postérieure du cricoïde permet d’estimer la distance entre les CV et la moitié de la trachée (CV-MiTr). Ces longueurs sont issues à postériori d’une base de données prospective reprenant les distances détaillées du larynx et de la trachée mesurées lors d’autopsies de fœtus et nouveau-nés exempts de malformation des voies respiratoires (Fayoux et coll., Journal of anatomy 2008). Une corrélation est établie avec l’âge gestationnel. Résultats : les données proviennent de 121 patients. Il existe une corrélation linéaire entre la distance CV-MiTr et l’AG (r=0,91; y=2,6043+0,6275x; p<.0001). Des marqueurs d’insertion positionnés à 17,7; 18,9; 20,8; 22,7; 24,6 et 26,4 mm correspondraient à des AG de 24, 26, 29, 32, 35 et 38 semaines respectivement. Ils pourraient être indiqués par des lignes de couleurs contrastées. Conclusion : la relation linéaire entre la distance CV-mi-trachée et l’AG donne l’opportunité de revoir les marqueurs d’insertion des tubes endotrachéaux pour les patients les plus petits. Ces nouveaux marqueurs devraient être comparés cliniquement à ceux actuellement en usage avant d’être généralisés. [less ▲]

Detailed reference viewed: 15 (1 ULg)
Peer Reviewed
See detailLabels du patrimoine culturel, ordres juridiques et effectivité de la norme
Desseilles, François ULg

Conference (2016, December 15)

Detailed reference viewed: 21 (1 ULg)
Full Text
See detailApplication des techniques de photogrammétrie par drone à la caractérisation des ressources forestières
Lisein, Jonathan ULg

Doctoral thesis (2016)

Une gestion raisonnée et multifonctionnelle des forêts n’est possible qu’avec une description à jour de l’état de la ressource naturelle. Les inventaires forestiers traditionnels, réalisés sur le terrain ... [more ▼]

Une gestion raisonnée et multifonctionnelle des forêts n’est possible qu’avec une description à jour de l’état de la ressource naturelle. Les inventaires forestiers traditionnels, réalisés sur le terrain, sont couteux et ne couvrent qu’un échantillonnage de la surface boisée. L’essor des drones civils pour la cartographie a initié une révolution dans le domaine de la télédétection environnementale. La polyvalence et la diversité des systèmes drones sont une aubaine pour la foresterie de précision. Ceux-ci sont utilisés pour la réalisation de cartographie très fine des habitats naturels avec une résolution temporelle et spatiale sans précédent. Nous explorons les possibilités d’utilisation de mini-drones pour la caractérisation quantitative et qualitative de la ressource forestière. Nous nous intéressons en particulier à l’estimation de la hauteur des arbres et à la caractérisation de la composition spécifique au sein de peuplements forestiers. La hauteur de la canopée est une variable dendrométrique de première importance : elle est un bon indicateur du stade de développement des peuplements et intervient notamment dans les estimations de biomasse ou de niveau de productivité. La composition spécifique est une information essentielle en regard des principales fonctions que remplit la forêt (conservation, production, récréation, etc). Nous avons comparé l’estimation de la hauteur des peuplements à partir de mesures LiDAR et celle obtenue par photogrammétrie. Bien que permettant une mesure de hauteur individuelle avec une incertitude de l’ordre de 1.04 m (RMSE) en feuillus, la photogrammétrie par drone sur des zones forestières est systématiquement moins précise que les mesures par LiDAR (RMSE de 0.83 m). Ces résultats sont cependant prometteurs, étant donné que la mesure sur terrain de la hauteur totale des arbres est également sujette à une importante imprécision. De plus, la grande flexibilité que confère les petits drones permet d’acquérir, au moment propice du stade de végétation, et l’information de relief de la canopée, et l’information spectrale. La période de fin de feuillaison, au début du mois de juin, s’est avérée le moment le plus propice à une discrimination automatique de cinq groupes d’essences feuillues (le chênes pédonculé, les bouleaux, l’érable sycomore, le frêne commun et les peupliers). Une erreur globale de classification des houppiers de 16% est obtenue avec des acquisitions monotemporelles, alors que l’utilisation d’images acquises à différentes dates permet encore d’améliorer cette classification (erreur globale de classification de 9% pour la meilleure combinaison de 3 dates). Les contraintes de la législation régissant l’utilisation des aéronefs sans pilote à bord restreignent le champs d’action des drones civils. Ainsi, afin d’assurer une sécurité pour tous les usagers de l’espace aérien, les opérations avec un drone sont limitées sous un seuil d’altitude et à une distance maximale du télépilote, ce qui ne permet pas une utilisation optimale de cette technologie pour la couverture de grands domaines forestiers (plusieurs milliers d’hectares). De plus, d’autres outils de télédétection utilisés en foresterie, tels que le LiDAR et l’imagerie satellite et aéroportée, sont plus compétitifs que les drones dès qu’il s’agit de couvrir de grandes surfaces (plusieurs milliers d’hectacre). C’est pourquoi nous pensons que les drones resterons un outils d’analyse de petites surfaces (dizaines voire centaines d’hectares), plus utiles à des fins de recherches scientifiques qu’à une utilisation en gestion forestière. [less ▲]

Detailed reference viewed: 79 (14 ULg)
See detailLe journal des apprentissages et l'éducation prioritaire
Scheepers, Caroline ULg

Conference given outside the academic context (2016)

La formation est destinée aux enseignants du cycle 3 qui travaillent dans les établissements classés ZEP de Sarcelles. Elle vise à leur expliciter les fondements et modalités du journal des apprentissages ... [more ▼]

La formation est destinée aux enseignants du cycle 3 qui travaillent dans les établissements classés ZEP de Sarcelles. Elle vise à leur expliciter les fondements et modalités du journal des apprentissages que tiennent des élèves de primaire ou de secondaire. [less ▲]

Detailed reference viewed: 15 (1 ULg)
See detailSéminaire : role et place du technologue dans un laboratoire
HUYNEN, Pascale ULg

Scientific conference (2016, December 15)

Detailed reference viewed: 16 (0 ULg)
Full Text
See detailVibrio spp chez l’Homme - Vibrio spp bij de mens
MELIN, Pierrette ULg; SACHELI, Rosalie ULg

in POLET, Marie (Ed.) Vibrio spp dans l’alimentation et chez l’Homme - Formation (2016, December 15)

Detailed reference viewed: 12 (1 ULg)
Full Text
See detailA step-by-step recipe of band-spli3ng technique for isola8on of ionospheric signal in L-band InSAR data
Furuya, Masato; Suzuki, Takato; De Rauw, Dominique ULg

Poster (2016, December 15)

Ionospheric signals are widely regarded as nuisance in low- frequency InSAR data, and thus a variety of correction techniques have been proposed. Although band-splitng of range spectrum has been shown to ... [more ▼]

Ionospheric signals are widely regarded as nuisance in low- frequency InSAR data, and thus a variety of correction techniques have been proposed. Although band-splitng of range spectrum has been shown to be effectve (Brcic et al., 2010; Rosen et al., 2010; Gomba et al., 2015), the band- spliting technique seems to have not been widely used. Whereas this would be partly because the impacts of ionosphere on InSAR data are not necessarily serious, we consider that this could be also because the details of the technique have not been reproducibly shown. Here we show our step-by-step recipe of the band-spliting technique, and demonstrate two case studies that reveal the effectiveness of the technique. [less ▲]

Detailed reference viewed: 18 (3 ULg)
See detailIdentifying stone tool hafting in the archaeological record: interpretative potential and methodology
Rots, Veerle ULg

Scientific conference (2016, December 15)

Detailed reference viewed: 13 (0 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailThe influence of spatially structured soil properties on tree community assemblages at a landscape scale in the tropical forests of southern Cameroon
Vleminckx, Jason; Doucet, Jean-Louis ULg; Morin, Julie ULg et al

in Journal of Ecology (2016)

Species distribution within plant communities results from both the influence of deterministic processes, related to environmental conditions, and neutral processes related to dispersal limitation and ... [more ▼]

Species distribution within plant communities results from both the influence of deterministic processes, related to environmental conditions, and neutral processes related to dispersal limitation and stochastic events, the relative importance of each factor depending on the observation scale. Assessing the relative contribution of environment necessitates controlling for spatial dependences among data points. Recent methods, combining multiple regression and Moran's eigenvectors maps (MEM), have been proved successful in disentangling the influence of pure spatial processes related to dispersal limitation, pure environmental variables (not spatially structured) and spatially structured environmental properties. However, the latter influence is usually not testable when using advanced spatial models like MEM. To overcome this issue, we propose an original approach, based on torus-translations and Moran spectral randomizations, to test the fraction of species abundance variation that is jointly explained by space and seven soil variables, using three environmental and tree species abundance data sets (consisting of 120, 52 and 34 plots of 0·2 ha each, located along 101-, 66- and 35-km-long transect-like inventories, respectively) collected in tropical moist forests in southern Cameroon. The overall abundance of species represented by ≥30 individuals, and 27% of these species taken individually, were significantly explained by fine-scale (<5 km) and/or broad-scale (5–100 km) spatially structured variations in soil nutrient concentrations (essentially the concentration of available Mn, Mg and Ca) along the 120-plots area. The number of significant tests considerably decreased when investigating the two smaller data sets, which mostly resulted from low statistical power rather than weaker floristic and/or edaphic variation captured among plots. Synthesis. Our results provide evidence that tree species turnovers are partly controlled by spatially structured concentrations in soil nutrients at scales ranging from few hundreds of metres to c. 100 km, a poorly documented subject in Central African forests. We also highlight the usefulness of our testing procedure to correctly interpret the space-soil fraction of variation partitioning analyses (which always accounted here for the most important part of the soil contribution), as this fraction was sometimes relatively high (R2 values up to c. 0·3) but nearly or not significant. [less ▲]

Detailed reference viewed: 22 (5 ULg)
See detailBIM état de la situation
Boutemadja, Abdelkader ULg

Conference (2016, December 15)

Detailed reference viewed: 9 (0 ULg)
Full Text
See detail11 interventions dans la presse écrite et radio au sujet des techno-pédagogies, du 22 mai 2013 jusqu'au 16 janvier 2017
Verpoorten, Dominique ULg

Article for general public (2016)

Ces interventions témoignent du suivi appréciatif et critique des initiatives en matière de techno-pédagogie pour l'enseignement supérieur.

Detailed reference viewed: 78 (25 ULg)
Full Text
See detailMetal Carbodiimides and Metal Cyanamides as Electrode Materials
sougrati, Moulay tahar; Darwiche, Ali; Monconduit, Laure et al

Patent (2016)

(EN)The invention relates to the use of a metal carbodiimide or a metal cyanamide as a new active material for a negative electrode, a negative electrode comprising said metal carbodiimide or metal ... [more ▼]

(EN)The invention relates to the use of a metal carbodiimide or a metal cyanamide as a new active material for a negative electrode, a negative electrode comprising said metal carbodiimide or metal cyanamide, its preparation method, a battery comprising said negative electrode, and a method for the preparation of a composite material. (FR)L'invention concerne l'utilisation d'un carbodiimide métallique ou d'un cyanamide métallique en tant que nouveau matériau actif pour une électrode négative, une électrode négative comprenant ce carbodiimide métallique ou ce cyanamide métallique, son procédé de préparation, une batterie comprenant l'électrode négative, et un procédé pour la préparation d'un matériau composite. [less ▲]

Detailed reference viewed: 27 (0 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailIntegrating Non-Collocated Well and Geophysical Data to Capture Lithological Heterogeneity at a Managed Aquifer Recharge and Recovery Site
Gottschalk, Ian; Hermans, Thomas ULg; Caers, Jef et al

Poster (2016, December 15)

Aquifer recharge and recovery (ARR) is the process of enhancing natural groundwater resources and recovering water for later use by constructing engineered conveyances. Insufficient understanding of ... [more ▼]

Aquifer recharge and recovery (ARR) is the process of enhancing natural groundwater resources and recovering water for later use by constructing engineered conveyances. Insufficient understanding of lithological heterogeneity at ARR sites often hinders attempts to predict where and how quickly infiltrating water will flow in the subsurface, which can adversely affect the quality and quantity of available water in the ARR site. In this study, we explored the use of electrical resistivity tomography (ERT) to assist in characterizing lithological heterogeneity at an ARR site, so as to incorporate it into a flow and contaminant transport model. In this case, we had non-collocated well core log data and ERT data from a full-scale ARR basin. We compared three independent methods for producing conditional lithology-resistivity probability distributions: 1) a search template to relate the nearest logged well lithologies with ERT resistivity panels, given search criteria; 2) a maximum likelihood estimation (MLE) to match bimodal normal distributions to the histogram of each ERT line; and 3) variogram-based lithology indicator simulations constrained to well data. Each approach leverages Bayes’ Rule to estimate lithology probability given electrical resistivity. The simplest approach (method 1) yields an erroneous conditional probability function where sand dominates the conditional probability at nearly all resistivities, due in part to the strong presence of sand in the wells nearest the ERT lines. The approaches using MLE and lithology simulations (methods 2 and 3) produce similar, more realistic lithofacies probability functions. The range of resistivities where clay and sand overlap differs between methods 2 and 3: ranging between 100 and 200 ohm-m for method 2, and between 30 and 50 ohm-m for the method 3. These differences affect the posterior lithology distributions in multiple point geostatistical (MPS) simulations, and in turn, predictions of flow from models which integrate these results. To test the models, we can compare measured breakthrough times of recharged water at the site to groundwater flow simulation results using the lithofacies models created by each method. The methods described here can inform the integration of non-collocated geophysical data into a variety of applications. [less ▲]

Detailed reference viewed: 19 (1 ULg)
See detailIntroduction à la perspective en première personne : le cas de l’anorexie
Englebert, Jérôme ULg

Conference (2016, December 15)

La distinction des perspectives en première et troisième personnes est un apport récent et décisif de la phénoménologie à la psychopathologie (Parnas, Sass & Zahavi, 2012). La perspective en troisième ... [more ▼]

La distinction des perspectives en première et troisième personnes est un apport récent et décisif de la phénoménologie à la psychopathologie (Parnas, Sass & Zahavi, 2012). La perspective en troisième personne, campée par les dernières versions du DSM ou par l’evidence based medicine, consiste en l’attribution depuis une position externe de signes cliniques repérés indépendamment du ressenti exprimé par le patient. L’exemple typique de ces signes est le délire et l’hallucination du schizophrène. Ces symptômes cristallisent les difficultés qu’éprouve le sujet à se reconnaitre affecté du trouble (l’anosognosie), et ce point est considéré par les modèles dominants comme une cible thérapeutique prioritaire. La visée de ces techniques, orthopédiques et psycho-éducatives, est que le patient parvienne à « reconnaitre » sa maladie. Selon cette perspective en troisième personne, il est attendu qu’il adopte, intègre la position propre à son évaluateur, et externe à sa subjectivité intrinsèque. La démarche opposée, celle de la prise en considération d’une perspective en première personne, interroge, considère et concentre son attention sur l’expérience subjective exprimée par le patient. Si l’on reprend l’exemple princeps de la schizophrénie, ce sont la « perte de l’évidence naturelle » des choses, un « trouble du sens commun » ou un « sentiment de diminution du soi » que verbalisent les patients. Ces signes cliniques, révélant l’expérience du soi, deviennent l’élément psychopathologique structurant et mettent en évidence une manière d’être-au-monde, ici schizophrénique. Le pari de cette journée d’étude consacrée à l’anorexie est de chercher à appliquer ce passage vers une perspective compréhensive en première personne pour les sujets affectés de ce trouble. Des travaux pionniers en la matière, bien que ne se réclamant pas de la phénoménologie, sont certainement ceux du psychiatre éthologue liégeois Albert Demaret (1979). Celui-ci, suggère, de façon quelque peu déconcertante, de ne plus focaliser l’attention prioritairement sur l’aspect purement médical relatif à la perte de poids et au refus alimentaire. Le comportement qui retient particulièrement son attention est l’altruisme (souvent alimentaire), qu’il considère comme « la composante la plus fondamentale du syndrome » (p. 152). Outre le fait de révéler les composantes adaptatives du trouble, son étonnant modèle permet d’entrer en consonance avec le discours des patients anorexiques qui, bien souvent, ne perçoivent pas leur minceur (mécanisme de déni) ou expriment que leur problématique ne se situe pas, selon eux, dans leur sous-alimentation. L’anosognosie anorexique et cet effroyable tendance à se priver d’alimentation au risque de mettre sa vie en danger, si l’on ouvre la porte à la perspective en première personne – si on laisse la parole au sujet –, laissent la place à un besoin (dont l’excessivité peut être reconnue) de s’occuper des autres, de les nourrir, mais aussi une hyper-attention au regard qu’on leur porte. L’investissement émotionnel et corporel des relations est souvent présenté comme étant insatisfaisant, voire comme étant l’élément moteur de leur mal-être. Ce pas de côté de la vision omnisciente du médical, assumant une remise en cause du pouvoir de domination qu’entraine la perspective en troisième personne, se révèle être un outil psychothérapeutique tout à fait pertinent. Il désacralise le problème de l’anosognosie, remet en cause le déni (ce mécanisme devient également celui de l’entourage de l’anorexique qui ne peut percevoir le surinvestissement altruiste), et ouvre la voie à une perspective intersubjective, co-construite. Cette journée d’étude a pour ambition de mettre en lumière cette préoccupation pour l’éprouvé anorexique, évoquer les modes de communication de ces patients et laisser place au discours qu’ils ont souvent du mal à livrer. Il se révèle que les apports de disciplines comme la philosophie ou l’anthropologie, ainsi que ceux de la pratique clinique sont des détours essentiels à ce programme d’étude. Nous discuterons également du symptôme anorexique lorsqu’il est secondaire à un psychotraumatisme (quelle place cette tendance à la restriction vient combler dans l’expérience de vie du sujet traumatisé). Cette journée est ouverte tant aux praticiens de terrain et personnes intéressées par les matières cliniques qu’aux chercheurs universitaires en sciences humaines. [less ▲]

Detailed reference viewed: 65 (8 ULg)
Full Text
See detailPréface à l'ouvrage d'Alain Coenen "Les services publics locaux au coeur de l'effervescence sociétale"
Behrendt, Christian ULg

in Coenen, Alain (Ed.) Les services publics locaux au coeur de l'effervescence sociétale (2016)

Detailed reference viewed: 24 (0 ULg)
Full Text
See detailThe complex behavior of the satellite footprints at Jupiter: the result of universal processes?
Bonfond, Bertrand ULg; Grodent, Denis ULg; Badman, Sarah V. et al

Poster (2016, December 14)

At Jupiter, some auroral emissions are directly related to the electromagnetic interaction between the moons Io, Europa and Ganymede on one hand and the rapidly rotating magnetospheric plasma on the other ... [more ▼]

At Jupiter, some auroral emissions are directly related to the electromagnetic interaction between the moons Io, Europa and Ganymede on one hand and the rapidly rotating magnetospheric plasma on the other hand. Out of the three, the Io footprint is the brightest and the most studied. Present in each hemisphere, it is made of at least three different spots and an extended trailing tail. The variability of the brightness of the spots as well as their relative location has been tentatively explained with a combination of Alfvén waves’ partial reflections on density gradients and bi-directional electron acceleration at high latitude. Should this scenario be correct, then the other footprints should also show the same behavior. Here we show that all footprints are, at least occasionally, made of several spots and they all display a tail. We also show that these spots share many characteristics with those of the Io footprint (i.e. some significant variability on timescales of 2-3 minutes). Additionally, we present some Monte-Carlo simulations indicating that the tails are also due to Alfvén waves electron acceleration rather than quasi-static electron acceleration. Even if some details still need clarification, these observations strengthen the scenario proposed for the Io footprint and thus indicate that these processes are universal. In addition, we will present some early results from Juno-UVS concerning the location and morphology of the footprints during the first low-altitude observations of the polar aurorae. These observations, carried out in previously unexplored longitude ranges, should either confirm or contradict our understanding of the footprints. [less ▲]

Detailed reference viewed: 29 (6 ULg)