Last 7 days
Bookmark and Share    
See detailLa coopération en RDC : une politique facultaire et institutionnelle
Lecocq, Pascale ULg

Conference given outside the academic context (2013)

Detailed reference viewed: 11 (0 ULg)
Full Text
See detailDe la paléoécologie à l'écologie actuelle : 2000 ans d'interaction homme-milieu dans le nord du Bassin du Congo
Morin-Rivat, Julie ULg; Bentaleb, Ilham; Biwole, Achille ULg et al

Poster (2013, November 06)

La forêt tropicale africaine a longtemps été considérée comme vierge du passage de l’homme. Cependant, plusieurs études récentes en paléoécologie et archéologie ont démontré la présence d’activités ... [more ▼]

La forêt tropicale africaine a longtemps été considérée comme vierge du passage de l’homme. Cependant, plusieurs études récentes en paléoécologie et archéologie ont démontré la présence d’activités humaines anciennes à partir d’indices paléoenvironnementaux (i.e. pollens de plantes anthropophiles) et d’artefacts (i.e. tessons de céramique). Ces études sont toutefois trop rares en raison de difficultés de terrain pour repérer et accéder aux sites archéologiques (couvert végétale dense, absence de pistes). De grandes zones à l’intérieur des terres demeurent donc inexplorées. Par ailleurs, peu d’études se sont penchées sur la question de l’impact de ces activités anthropiques passées sur la structure et la composition de la végétation actuelle. Grâce à une approche multidisciplinaire à la frontière entre sciences humaines et sciences de l’environnement (archéologie, pédoanthracologie : charbons de bois des sols, écologie forestière), notre objectif est d’identifier des indices d’activités humaines anciennes, lesquels sont été mis en relation avec les patrons actuels de végétation. Nos trois zones d’étude sont localisées en forêt tropicale humide de type guinéo-congolais et sont réparties dans le sud-ouest et sud-est du Cameroun et le nord de la République du Congo. Le long d’une vingtaine de transects de plusieurs kilomètres, nous avons appliqué un protocole systématique de récolte de matériel archéologique et archéobotanique dans des fosses situées sur des parcelles d’inventaire botanique. Ceci nous a permis de récolter plus d’un millier d’échantillons contenant des macrorestes végétaux carbonisés ainsi que des artefacts inédits pour la région (pierre taillée et polie, tessons de céramique, scories de métallurgie) et d’inventorier la végétation dans l’environnement immédiat des découvertes. L’analyse spatiale et temporelle (chronologie relative et par datation radiocarbone) des macrorestes a permis d’identifier des villages entourés de probables champs agricoles (agriculture itinérante sur brûlis). Les 68 datations radiocarbones et les types céramiques obtenus suivent une chronologie archéologique en deux phases : un âge du Fer ancien entre 2300 et 1300 BP et un âge du Fer récent se poursuivant jusqu’à la période subactuelle, entre 670 et 20 BP. Entre ces deux phases d’occupation, les traces d’activités anthropiques sont rares. La première phase d’activités serait à mettre en relation avec une fragmentation de la forêt dense à la suite d’un épisode climatique aride autour de 2500 BP, permettant ainsi aux populations de pénétrer la forêt. Un épisode plus humide à partir de 800 BP, avec un retour d’un couvert plus dense, aurait fait reculer les populations humaines. Leur rétablissement dans les forêts se serait produit conjointement à des conditions plus sèches. Ces trois phases rejoignent la chronologie générale établie à l’échelle de l’Afrique centrale. Les premiers taxons identifiés parmi les macrorestes végétaux carbonisés, graines et charbons de bois, démontrent l’utilisation ancienne du palmier à huile et d’arbres fruitiers sauvages. Les espèces ligneuses identifiées sont présentes dans le cortège floristique actuel. L’identification taxonomique des charbons de bois devrait nous permettre de reconstituer l’environnement végétal au cours des deux derniers millénaires. Les différences observées dans les couverts forestiers passé et actuel en termes de composition floristique ainsi que la structure des peuplements actuels sont de bons indicateurs d’impacts récents de l’homme sur son milieu. [less ▲]

Detailed reference viewed: 124 (28 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailBLOOD GROUPS, HEMOGLOBIN PHENOTYPES AND CLINICAL DISORDERS OF CONSANGUINEOUS YANSI POPULATION
Munlemvo Mavanga, Nana ULg; BOEMER, François ULg; SEIDEL, Laurence ULg et al

in World Journal of Hematology (2013), 2(4), 109-114

AIM To study frequency of blood groups, prevalence of sickle-cell anemia trait and glucose-6-phosphate dehydrogenase deficiency, among consanguineous Yansi tribe. METHODS A total of 525 blood samples were ... [more ▼]

AIM To study frequency of blood groups, prevalence of sickle-cell anemia trait and glucose-6-phosphate dehydrogenase deficiency, among consanguineous Yansi tribe. METHODS A total of 525 blood samples were collected, of which 256 among the Yansi population, and 269 for the unrelated control group in the Bandundu province of Democratic Republic of Congo. Blood group antigens were determined in the following systems: ABO, Rh, Kell, Duffy, Kidd and MNS. Blood grouping and extended phenotype tests were performed according to standard immunohematological procedures. Spot tests and tandem mass spectrometry were used respectively for the assessment of glucose-6-phosphate dehydrogenase deficiency and sickle-cell anemia trait. RESULTS The frequency of ABO phenotypes conformed to the following order O>A>B>AB with notably 62.5, 23.8, 12.1 and 1.6% for the Yansi, and 54.6, 27.5, 14.1 and 3.7% for the unrelated control group, respectively (P=0.19). As for the Rh phenotypes, the most frequent were ccD.ee, ccD.Ee, CcD.ee, corresponding to 71.5, 12.1 and 12.1% for the Yansi, and 70.6, 15.6 and 8.2%, for the unrelated control group (P=0.27). The frequency of MN and Ss phenotypes were statistically different between groups (P=0.0021 and P=0.0006). G6PD deficiency was observed in 11.3% of subjects in the Yansi group, and in 12.4% of controls (P = 0.74). The sickle-cell anemia trait was present in 22.4% of Yansi subjects and 17.8% in the control group (P=0.24). Miscarriages and deaths in young age were more common among Yansi people. CONCLUSION This study shows a significant difference in MNS blood group distribution between the Yansi tribe and a control population. The distribution of other blood groups and the prevalence of hemoglobinopathies did not differ in the Yansi tribe. [less ▲]

Detailed reference viewed: 46 (14 ULg)
Full Text
See detailImpacts of past Human disturbances on present-day tree species assembly in a tropical forest of South-East Cameroon
Vleminckx, Jason; Doucet, Jean-Louis ULg; Daïnou, Kasso ULg et al

Poster (2013, November 06)

Many evidence have been found for intensive past Human presence in the forests of Central Africa, notably widespread charcoal occurrence in the soil. Forest clearing for slash-and-burn agriculture may ... [more ▼]

Many evidence have been found for intensive past Human presence in the forests of Central Africa, notably widespread charcoal occurrence in the soil. Forest clearing for slash-and-burn agriculture may have favored the competitiveness of light-demanding species (LD) to the detriment of shade-bearer species (SB). Hypothesis: Positive correlation between abundance of charcoal in the soil (proxy for past Human clearing) and abundance of LD.Mostly “young” charcoals were thought to reflect past Human disturbances that would have shaped present-day species assembly. However, CAI 0-20cm and CAI 20-100cm were highly correlated with each other (r-Pearson = 0.55; P<0.001) and both displayed positive correlations with Non-Pioneer LD abundance (significant with a classic test) and negative correlations with SB abundance. Although this observation is coherent with our hypothesis, significance disappeared when correcting for spatial autocorrelation [4], even after removing small-diameter trees potentially too young to be linked with last Human disturbances (not shown). Correlation of CAI between the two soil layers => Humans found appropriate conditions for settlement in the same area at different periods? Absence of significant correlation in ❸ (i) Last Human disturbances are too old to detect any signal on present-day tree species assembly. (ii) Human impact is weak compared to other factors (soil properties, dispersal limitation,…) (iii) Local scale heterogeneity of LD abundance is weak compared to landscape scale. Parallel large scale gradients in the abundance of Non-Pioneer LD and charcoal abundance (proxy for past slash-and-burn activities) were observed, but a causal link cannot be established so far. [less ▲]

Detailed reference viewed: 47 (15 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailLe genre Guibourtia Benn: un modèle biologique idéal pour comprendre les mécanismes de spéciation
Tosso, Dji-ndé Félicien ULg; Daïnou, Kasso ULg; Hardy, Olivier et al

Poster (2013, November 06)

Les forêts denses tropicales humides se distinguent par leur grande diversité biologique qui leur confère un caractère complexe. Dans un tel contexte, comprendre le passé et l'histoire évolutive de la ... [more ▼]

Les forêts denses tropicales humides se distinguent par leur grande diversité biologique qui leur confère un caractère complexe. Dans un tel contexte, comprendre le passé et l'histoire évolutive de la dynamique de ces forêts, constitue un moyen efficace pour prédire leur dynamique future. De telles études qui traitent de la biologie évolutive (phylogénie et phylogéographie) sont rares en Afrique comparativement aux autres continents. Le présent travail ambitionne de contribuer, sur base d’un modèle biologique comportant plusieurs espèces sœurs, à la compréhension des mécanismes à l'origine de la diversité des écosystèmes forestiers tropicaux. Le modèle biologique choisi est le genre Guibourtia Benn daté de moins de 20.000 ans qui regroupe 13 espèces ligneuses africaines de grande importance socio-culturelle et économique. Ce modèle rassemble non seulement des espèces de formations végétales différentes (forêt et savane) mais aussi des espèces inféodées aux régions établies sur des sols variés (sableux, argilo-limoneux, calcaire, hydromorphe etc.). Spécifiquement, l’étude vise à (i) démêler les relations phylogénétiques au sein du genre Guibourtia sur la base de caractérisations physiologique et morphogénétique; (ii) inférer l'histoire évolutive au sein du genre Guibourtia grâce aux récents outils d'analyse phylogéographique et de datation moléculaire ; et (iii) examiner les possibilités de flux de gènes entre deux espèces morphologiquement semblables à savoir G. tessmannii (Harms) J. Léonard et G. pellegriniana J. Léonard à l’échelle du Gabon. Ce travail se distingue par son originalité du fait qu’il développe une approche qui combine la physiologie et la génétique. Les résultats contribueront à modéliser la distribution des différentes unités évolutives du genre Guibourtia avec un modèle dynamique de végétation (CARAIB) afin de conclure sur leur statut de conservation et déduire les stratégies de gestion durable appropriées. [less ▲]

Detailed reference viewed: 54 (16 ULg)
Full Text
See detailEcologie, dynamique des populations et intérêts économiques du noisetier d'Afrique (Coula edulis Baill.) au Gabon
Moupela, Christian ULg

Doctoral thesis (2013)

Le noisetier d’Afrique (Coula edulis Baill. Olacaceae) est une espèce à usages multiples des forêts denses humides africaines. Elle produit des graines d’une grande valeur nutritive qui sont régulièrement ... [more ▼]

Le noisetier d’Afrique (Coula edulis Baill. Olacaceae) est une espèce à usages multiples des forêts denses humides africaines. Elle produit des graines d’une grande valeur nutritive qui sont régulièrement collectées et commercialisées par les populations locales. Cependant, la valorisation et la domestication de ce produit forestier non ligneux (PFNL) est entravée faute de connaissances précises sur ses caractères reproductifs, son potentiel de production, ses mécanismes de régénération, et les perspectives de développement d'un marché commercial local pour ce produit. Une étude dédiée à cette espèce a donc été entreprise. L’objectif visé était d’améliorer les connaissances sur cette espèce afin de promouvoir sa place dans les systèmes agroforestiers et fournir des informations permettant d'assurer la conservation in situ de la ressource. Les résultats de l'étude montrent que C. edulis est utilisé selon une stratégie de subsistance par les populations, avant tout pour leur autoconsommation et éventuellement pour un revenu qui reste marginal. La reproduction de l'espèce est annuelle, garantissant une disponibilité régulière des fruits. Le diamètre minimum de floraison est de 10,6 cm tandis que le diamètre de fructification régulière est de 23 cm. L’accroissement annuel moyen de l’espèce est de 0,22 cm/an, une valeur similaire à celles observées chez d'autres arbres du sous-bois. La production fruitière est fortement liée au diamètre des tiges et varie d’une année à l’autre. En forêt naturelle, la dissémination de l'espèce est potentiellement assurée par sept espèces frugivores, le principal étant le potamochère, Potamochoerus porcus. Des rongeurs fouisseurs pourraient également jouer un rôle non négligeable dans la dispersion de C. edulis. Par contre, l'éléphant qui était soupçonné de contribuer significativement à la dispersion de l'espèce s'avère n'être qu'un disperseur anecdotique, voire nul. En matière de domestication, les stratégies ne devront pas être basées sur le semis, la germination de C. edulis étant très lente et échelonnée sur plusieurs années, avec des taux de levée très faibles. En revanche, le marcottage aérien a été un succès relatif sur cette espèce et présente l'avantage de maintenir le potentiel génétique de l'arbre multiplié. Les implications de ces résultats aussi bien en termes de gestion durable des peuplements naturels que de domestication de l'espèce dans un contexte agroforestier sont détaillés dans le document. Si l’on désire que les PFNL d’intérêt local comme C. edulis participent substantiellement au développement en milieu rural gabonais, il est essentiel d’orienter ces ressources à la fois dans une stratégie de gestion durable par leur domestication et leur intégration dans le cycle agricole et dans une stratégie de revenu supplémentaire où l’exploitation répond à une demande marchande. [less ▲]

Detailed reference viewed: 74 (40 ULg)
Full Text
See detailCommunautés floristiques et paramètres édaphiques : comment se répartissent les forêts claires dans la plaine de Lubumbashi ?
Hick, Aurélie ULg; Hoffait, Nicolas; Kizila Wimana, Pacifique et al

Poster (2013, November 06)

Au sud de la République Démocratique du Congo, dans la province du Katanga, le redéveloppement des activités minières a entrainé un développement démographique exponentiel des principales villes minières ... [more ▼]

Au sud de la République Démocratique du Congo, dans la province du Katanga, le redéveloppement des activités minières a entrainé un développement démographique exponentiel des principales villes minières. La population de Lubumbashi, capitale du Katanga, est passée en 50 ans d’environ 100 000 habitants à plus d’1 million et demi (Munyemba Kankumbi, 2010). Cette évolution démographique a accentué la pression sur la forêt claire de type Miombo par l’augmentation des prélèvements, la pression immobilière et l’agriculture de subsistance (Malaisse, 1997). Dans la zone périurbaine de Lubumbashi, les surfaces de forêts claires qui occupaient 85 % du territoire en 1956 ont été réduites à moins de 12 % en 2009 (Munyemba Kankumbi, 2010). Afin de comprendre l’écosystème à restaurer, nous procédons à la caractérisation des communautés de Miombo dans la plaine de Lubumbashi en fonction des conditions édaphiques. Pour ce faire, 116 placettes forestières de 18m de rayon ont été placées aléatoirement dans les derniers massifs forestiers présents dans un rayon de 50km au nord de la ville. L’ensemble des arbres adultes de diamètre supérieur à 2cm de d.b.h ont été inventoriés. De plus, un second cercle de 5 mètres de rayon a été placé au centre de chaque placette de 18m afin de répertorier l’ensemble de la régénération forestière (< à 2cm de d.b.h). Un sondage descriptif de sol à la tarière a été réalisé dans chaque placette et un échantillon de sol composite a été prélevé pour les analyses chimiques de sol (C, N, pH KCl, K, Ca, Na, Mg, Mn). Les données floristiques ont subies une transformation de corde afin de pouvoir les traiter dans une analyse en composante principale (ACP). Une classification k-means a été réalisée sur les scores de l’ACP afin d’obtenir des groupes de communauté floristique. Chaque groupe a été caractérisé par leurs espèces indicatrices et dominantes. Ces analyses ont été menées sur le peuplement adulte et sur la régénération. Une analyse canonique des correspondances a permis de mettre en évidence le lien entre ces communautés et les paramètres édaphiques. Le miombo de la plaine de Lubumbashi est caractérisé par 6 communautés floristiques : une communauté à Uapaca nitida et Uapaca pilosa, une communauté à Brachystegia boehmii, une communauté à Marquesia macroura, une communauté à Julbernardia globiflora, une communauté à Uapaka kirkiana et pour finir une communauté à Diplorhynchus condylocarpon, Pseudolactnostylis maprouenifolia et Julbernardia paniculata. L’analyse nous révèle que ces communautés sont contraintes par les données édaphiques. Les communautés se différencient d’une part par la profondeur du sol, la charge caillouteuse, le carbone, l’azote et le potassium et d’autre part par le magnésium, le manganèse et le sodium. Dans une optique de restauration, il est donc essentiel de tenir compte du type de sol en place et de la communauté à restaurer. [less ▲]

Detailed reference viewed: 11 (0 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailProbiotics and health claims in Europe
Delcenserie, Véronique ULg

Conference (2013, November 05)

Detailed reference viewed: 22 (3 ULg)
Full Text
See detailBeyond the "three-second fish memory" folk psychology belief: experimental evidences from active avoidance conditioning in goldfish to olfactory learning in carp and miscellaneous training in zebrafish or other teleost fishes.
Ylieff, Marc ULg

Conference (2013, November 05)

Learning abilities have been widely documented in rodents from experimental psychological studies for a long time. However, learning and memory play a pivotal role in the behavioural development of all ... [more ▼]

Learning abilities have been widely documented in rodents from experimental psychological studies for a long time. However, learning and memory play a pivotal role in the behavioural development of all vertebrates, and fish are no exception. Several typical “fish examples” illustrate the oral presentation. [less ▲]

Detailed reference viewed: 28 (8 ULg)
See detailConsommation d'espace et filières de production du logement
Halleux, Jean-Marie ULg

Conference given outside the academic context (2013)

Detailed reference viewed: 6 (2 ULg)
Full Text
See detailQuantifications équivariantes
Radoux, Fabian ULg

Scientific conference (2013, November 05)

See detailNew tools for the dairy sector based on MIR and NIR spectroscopy
Grelet, Clément; Dehareng, Frédéric; Vanlierde, Amélie et al

Conference (2013, November 05)

Detailed reference viewed: 20 (7 ULg)
Full Text
See detailTechniques de marquages et de suivis de poissons de repeuplement
Ovidio, Michaël ULg

Conference (2013, November 05)

Detailed reference viewed: 24 (0 ULg)
Full Text
See detailValidation data treatment
Marini Djang'Eing'A, Roland ULg; Rozet, Eric ULg; Hubert, Philippe ULg

Learning material (2013)

-

Detailed reference viewed: 144 (68 ULg)
See detailQuelques clés pour comprendre le DICTIONNAIRE ÉTYMOLOGIQUE ROMAN (DÉRom)
Baiwir, Esther ULg

Conference (2013, November 04)

Le projet DÉRom est certainement l'entreprise la plus innovante pour l'étude historique du lexique roman depuis le Romanisches Etymologisches Wörterbuch de Wilhelm Meyer-Lübke. Lors de cette communication ... [more ▼]

Le projet DÉRom est certainement l'entreprise la plus innovante pour l'étude historique du lexique roman depuis le Romanisches Etymologisches Wörterbuch de Wilhelm Meyer-Lübke. Lors de cette communication, nous avons tenté de mettre en lumière quelques-uns des apports théoriques et méthodologiques du projet, lancé en janvier 2008 par Éva Buchi (aujourd'hui directrice du laboratoire ATILF, Nancy) et Wolfgang Schweickard (professeur de philologie romane à l'Université de la Sarre, Sarrebruck). L'axiome principal, qui semble tout à fait évident mais dont les implications ont rarement été mesurées en linguistique romane, est qu'une langue écrite ne peut être l'ancêtre d'une langue orale. Dès lors, la reconstruction de la proto-langue ne peut s'appuyer que sur la comparaison des cognats romans, sans tenir compte, dans un premier temps, du témoignage des textes latins. [less ▲]

Detailed reference viewed: 27 (9 ULg)
Full Text
See detailPerspectives of a Vice-Chancellor
Rentier, Bernard ULg

Scientific conference (2013, November 01)

Detailed reference viewed: 137 (12 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailIs Leopoldamys neilli (Rodentia, Muridae) a synonym of Leopoldamys herberti? A reply to Balakirev et al. (2013)
Latinne, Alice ULg; Chaval, Yannick; Waengsothorn, Surachit et al

in Zootaxa (2013), 3731(4), 589-598

Recently, Balakirev et al. (2013) presented a taxonomic revision of the genus Leopoldamys based on phylogenetic analyses. They identified five main Leopoldamys genetic lineages and suggested to rename ... [more ▼]

Recently, Balakirev et al. (2013) presented a taxonomic revision of the genus Leopoldamys based on phylogenetic analyses. They identified five main Leopoldamys genetic lineages and suggested to rename several of them. According to these authors, the genetic lineage previously thought to belong to L. edwardsi (lineage L1) should be assigned to L. revertens while L. neilli (lineage L2) should be considered as a junior synonym of L. herberti. Using molecular and morphological data from a large sampling of Leopoldamys specimens, the aim of the present study was to investigate the taxonomic status of L. herberti and L. neilli. This study reveals that, contrary to Balakirev et al.’s statement, both genetic lineages L1 and L2 occur in Nakhon Ratchasima Province, close to the type locality of L. herberti. We also show that the external measurements and color pattern of L. herberti are highly similar to those of L1 specimens but are not consistent with the morphology of L2 specimens. Therefore these results strongly suggest that L. herberti should be assigned to the genetic lineage L1. Consequently L. neilli should not be considered as a junior synonym of L. herberti and this study confirms that the appropriate name of the genetic lineage L2 is L. neilli. Moreover, as our results show that L. herberti should be assigned to the lineage L1, this name has nomenclatural priority over L. revertens, the species name suggested by Balakirev et al. (2013) for this lineage. [less ▲]

Detailed reference viewed: 19 (2 ULg)