Last 7 days
Bookmark and Share    
See detailInstitut de droit International’s Crisis (1873-1890’)
Genin, Vincent ULg

Conference (2016, November)

Detailed reference viewed: 12 (1 ULg)
See detailLe droit international : un fleuron de la Belgique
Genin, Vincent ULg

Conference given outside the academic context (2016)

Detailed reference viewed: 16 (2 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailSU(3) Clebsch-Gordan coefficients at large $N_c$
Stancu, Floarea ULg

in Nuclear Physics A (2016), 945

It is argued that several papers where SU(3) Clebsch-Gordan coefficients were calculated in order to describe properties of hadronic systems are, up to a phase convention, particular cases of analytic ... [more ▼]

It is argued that several papers where SU(3) Clebsch-Gordan coefficients were calculated in order to describe properties of hadronic systems are, up to a phase convention, particular cases of analytic formulae derived by Hecht in 1965 in the context of nuclear physics. This is valid for irreducible representations with multiplicity one in the corresponding Clebsch-Gordan series. For multiplicity two, Hecht has proposed an alternative which can provide correct $1/N_c$ sub-leading orders in large $N_c$ studies. [less ▲]

Detailed reference viewed: 26 (4 ULg)
See detailMathias Enard, traducteur nomade
Bada, Valérie ULg

Speech/Talk (2016)

A travers 4 traductions de Mathias Enard (deux poèmes issus de la tradiction littéraire obscène persane et arabe du 19e s, ainsi qu'un récit autobiographique traduit de l'arabe du Liban et un recueil de ... [more ▼]

A travers 4 traductions de Mathias Enard (deux poèmes issus de la tradiction littéraire obscène persane et arabe du 19e s, ainsi qu'un récit autobiographique traduit de l'arabe du Liban et un recueil de nouvelles traduites du castillan), le rapport à la langue de traduction et à sa langue de création littéraire est évoqué ainsi que l'intervention créative dans le texte traduit. Est évoquée également la visibilité du traducteur à travers la préface et la postface de ses traductions. [less ▲]

Detailed reference viewed: 34 (0 ULg)
See detailPsychiatrie et liberté : approche phénoménologique
Englebert, Jérôme ULg; Cormann, Grégory ULg

Conference (2016, October 22)

Detailed reference viewed: 24 (4 ULg)
Peer Reviewed
See detailThe Middle Ages: A New Age for the Reception of the Gods of Egypt
Veymiers, Richard ULg

Conference (2016, October 20)

Detailed reference viewed: 19 (0 ULg)
See detailPrison : face à l'enfermement des corps
Englebert, Jérôme ULg

Conference given outside the academic context (2016)

Detailed reference viewed: 13 (2 ULg)
See detailAnorexie et régulation émotionnelle
Englebert, Jérôme ULg

Conference (2016, October 08)

Detailed reference viewed: 31 (4 ULg)
See detailThe fabrication of Otherness. Leeds Kirkgate Market
Dobbels, Rachel ULg

Scientific conference (2016, October)

Detailed reference viewed: 18 (1 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailA review of Silurian dispersed spore assemblages from the Arabian Plate: biostratigraphy and palaeogeography
Wellman, CH; Steemans, Philippe ULg; Breuer, P et al

Conference (2016, October)

Detailed reference viewed: 17 (1 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailL’approche sémiotique de Charles Goodwin : langage visuel, énonciation et diagramme
Dondero, Maria Giulia ULg

in Tracés. Revue de Sciences Humaines (2016), 3(automne),

This text investigates the connexion between the work of Charles Goodwin and contemporary semiotics. I initially address the relations between verbal, visual, and gestural languages in semiotic terms by ... [more ▼]

This text investigates the connexion between the work of Charles Goodwin and contemporary semiotics. I initially address the relations between verbal, visual, and gestural languages in semiotic terms by exploring the Goodwin’s notational system (transcription of exchanges) from the point of view of its constituent units. Secondly, I consider the meeting points between Goodwin’s concept of the substrate and Fontanille’s enunciative praxis in order to examine the dynamic relationship between sedimentation and transformation. Finally, I analyse the concept of diagrammatic reasoning by elaborating on the example of the geologists’ “first inscriptions” studied by Goodwin. The form of diagrammatic reasoning examined here functions as a discovery device that exemplifies the dynamics of sedimentation and novelty, and it can thus be studied in the framework of Goodwin’s transcription practices. [less ▲]

Detailed reference viewed: 10 (0 ULg)
Full Text
See detail"Favorites of the Gods". The Seleucid Kings coping with the divine. A qualitative and quantitative approach of the numismatic evidence attesting the "discreet" divinization of the Seleucids"
Iossif, Panagiotis ULg

Doctoral thesis (2016)

Les Séleucides ont hérité de la plus grande partie du territoire légué par Alexandre le Grand. Leur empire, dans son extension maximale, s’étendait de la Chersonèse de Thrace à l’ouest jusqu’à la ... [more ▼]

Les Séleucides ont hérité de la plus grande partie du territoire légué par Alexandre le Grand. Leur empire, dans son extension maximale, s’étendait de la Chersonèse de Thrace à l’ouest jusqu’à la Bactriane à l’est. Des études récentes ont montré que la population de l’empire a pu atteindre un maximum de 30 millions d’habitants appartenant à différents groupes ethniques et culturels. L’administration de ce vaste territoire multiethnique constituait un véritable défi pour les Séleucides. Il ne fait pas de doute que l’essentiel de leur structure administrative la plus grande part de leur structure administrative provenait directement des Achéménides, mais d’autres aspects plus innovants étaient des créations ad hoc visant à résoudre des problèmes particuliers de la Cour royale et de l’administration. Les deux premiers Séleucides, Séleucos Ier et Antiochos Ier, développèrent une politique coloniale intensive en fondant de nouvelles cités dans l’ensemble des territoires nouvellement conquis. Les nouvelles colonies visaient à marquer physiquement et idéologiquement le territoire et les populations indigènes. Certaines de ces nouvelles fondations devinrent des cités importantes de l’empire, tandis que d’autres restèrent simplement des postes militaires protégeant des zones sensibles. Parmi les premières, Séleucie du Tigre et Antioche devinrent d’importants centres urbains et sont souvent, bien que de manière incorrecte, qualifiées de « capitales ». OBJECTIFS DE LA RECHERCHE La ligne idéologique reliant les différents territoires, populations et groupes ethniques de ce vaste empire n’était autre que le roi lui-même et sa dynastie. Dans cet état de la recherche, nous avons considéré que la figure du roi séleucide était sous-étudiée et relativement marginalisée. Les récentes études ont rarement (voire jamais) posé la question du rôle de la personne royale elle-même en tant que constituant idéologique de l’empire. Son rôle vis-à-vis de et avec le divin est virtuellement ignoré, et le culte royal séleucide n’a jamais fait l’objet d’une étude approfondie. L’analyse iconographique des représentations des rois séleucides n’est jamais allée au-delà de la simple description. Pour ces raisons, dans notre thèse nous avons tenté de répondre aux questions suivantes : quel est le rôle du roi (et de la famille royale en général) dans la création idéologique de ce que nous appelons l’empire séleucide ? Comment ces rois ont-ils envisagé leur relation avec le divin ? Quels dieux ont-ils privilégiés et pour quelles raisons ? Ont-ils jamais tenté de devenir eux-mêmes des dieux, ainsi qu’on peut parfois le lire dans des manuels généraux d’histoire et d’art hellénistiques ? Quels médias les rois (et leur administration) ont-ils de préférence utilisés pour communiquer leur image ? Quels étaient les publics visés ? LA MÉTHODOLOGIE Cette étude est avant tout numismatique, iconographique et religieuse. Cela ne signifie pas que d’autres sources soient exclues de l’analyse, et nous utilisons un large éventail de données archéologiques, épigraphiques et philologiques. La méthode que nous avons adoptée pour répondre aux questions ci-dessus est simple et directe: une analyse exhaustive des données numismatiques établissant un lien entre les rois et le divin et témoignant de la position particulière de la hiérarchie entre les hommes et les dieux. Ces sources numismatiques sont analysées à la fois « quantitativement » et « qualitativement ». Dans un premier temps, nous proposons une analyse détaillée d’une série de questions numismatiques liée à la position des rois en relation avec le divin et/ou leur volonté d’établir une idéologie royale commune. L’impact de ces analyses est ensuite évalué quantitativement à partir de deux bases de données qui ont été établies spécifiquement en vue de cette recherche et se trouve in extenso dans les annexes de la thèse. La première, la « Seleucid Hoard Database » (SHD), réunit virtuellement tous les trésors séleucides, c’est-à-dire tous les trésors contenant au moins une monnaie séleucide. Les données/pièces de monnaie sont étudiées dans les moindres détails afin de permettre à la SHD d’être utilisée pour examiner un large éventail de questions telles que la « quantité relative » de monnaies portant les types d’Apollon ou de Zeus, ou celles présentant le roi avec des attributs divins. La seconde base de données, la « Seleucid Excavations Database » (SED), rassemble le matériel numismatique provenant de fouilles archéologiques et de trouvailles isolées, c’est-à-dire les monnaies trouvées dans des fouilles mais aussi celles qui sont rapportées sans contexte archéologique précis. La structure des deux bases de données est comparable et permet d’obtenir une image représentative de la production monétaire originelle des rois. Ceci dit, nous nous sommes appliqué à démontrer méthodologiquement et statistiquement la représentativité des deux bases de données. Dans ce but, nous avons essayé d’aller au-delà de la simple réunion du « maximum de données possible » afin d’obtenir un échantillon fiable. En ce sens, cette étude s’inspire de la numismatique romaine, et tout particulièrement des analyses proposées par des spécialistes de la (Grande-) Bretagne romaine STRUCTURE DE LA THÈSE La thèse est divisée en quatre parties. Dans la première, nous analysons ce que nous appelons le « contexte du culte royal », c’est-à-dire les sources archéologiques et épigraphiques témoignant d’un culte royal et/ou des relations des Séleucides avec le divin. Le premier chapitre examine les données archéologiques liées au culte royal des Séleucides: naoi (temples), temenoi (enceintes consacrées), autels ou statues des rois. Notre analyse se concentre sur les cultes offerts aux rois par les cités grecques, principalement en Asie Mineure. Le second chapitre analyse les témoignages épigraphiques du prétendu culte « étatique », c’est-à-dire de la façon dont les rois (et leur Cour) se conféraient à eux-mêmes des τιμαὶ (honneurs). Nous examinons en détail le cadre méthodologique des études antérieures concernant la distinction entre culte « civique » et « étatique » avant de nous concentrer sur les fameux prostagmata (ordonnances) de 193 av. n. è. instaurant le culte de la reine Laodicée dans les satrapies du royaume. Le dernier chapitre de la première partie propose une analyse nouvelle de la documentation babylonienne relative au culte du roi et de sa famille. Cette analyse témoigne de l’influence des pratiques grecques sur les rituels locaux en Babylonie et explique pourquoi les rois séleucides participaient activement (et parfois en personne) au festival de l’Akitu. La conclusion de cette première partie introductive est que l’association des Séleucides au divin reste discrète, tant dans les contextes grecs que dans les contextes indigènes. La seconde partie de la thèse introduit l’analyse numismatique et iconographique des données. Il faut toutefois noter que les monnaies ne sont que le point de départ d’analyses plus approfondies dès lors que l’ensemble de données disponibles sont mises à contribution. Dans cette partie nous testons notre thèse principale quant à la « discrétion » des Séleucides lorsqu’ils traitaient avec le divin. Cette thèse est mise à l’épreuve des données visuelles tout en étant discutée à la lumière d’autres sources d’information relatives au rôle du roi séleucide. L’ordre des chapitres est à la fois chronologique et thématique: le premier chapitre examine les toutes premières émissions monétaires de Séleucos Ier portant des attributs divins, i. e. les monnaies de Suse que l’on appelle communément « au trophée ». L’étude de ce monnayage produit par le fondateur de la dynastie dans un atelier monétaire important mais périphérique introduit une série de questions qui seront posées à travers la thèse : pour quelle raison les représentations du roi comportaient-elles des attributs divins ? Quelles étaient la signification et l’importance de ces attributs dans l’idéologie royale ? Comment le roi se positionnait-il en relation avec le divin au moyen de ses représentations numismatiques ? Une grande attention est portée aux détails (par exemple l’episemon du bouclier macédonien au revers, la clef pour comprendre ce monnayage), mais le problème est également envisagé sur le long terme en comparant les données des bases de données SHD et SED. Le second chapitre reste dans le domaine des cornes et introduit la politique taurine et cornue des Séleucides. Nous examinons toutes les données disponibles et arrivons, une fois de plus, à la « discrète » des Séleucides. La même conclusion est obtenue suite à l’analyse d’une petite émission d’un atelier incertain sous Séleucos Ier qui va élargir l’imagerie dionysiaque de la numismatique séleucide. Le chapitre suivant s’intéresse à la signification de l’association du roi avec la représentation d’Apollon assis sur l’omphalos, une image généralement considérée comme la marque déposée de la dynastie. Ce chapitre joue un rôle central dans notre démonstration car il se concentre sur l’ancêtre divin de la dynastie, son archégète, et sur les moyens par lesquels les Séleucides introduisirent et envisagèrent cette filiation au travers de différents médias. Même si une filiation divine semble impressionnante, les rois (et leur administration) s’en servirent d’une façon plutôt « discrète », à la fois dans les sources visuelles et épigraphiques, ce qui suggère que les implications de cette filiation divine étaient discrètes dans l’idéologie royale. Les rois apparaissent comme les « favoris » des dieux, ils sont eusebès (pieux) et jouissent de l’eunoia (bienveillance) divine; ceci est également démontré dans le chapitre suivant où nous focalisons sur un détail un peu marginal : une barbe apparaissant temporairement sur les portraits de certaines émissions monétaires. Ces séries sont liées à des vœux faits par les rois ; une fois de plus, le roi s’associe et se rattache au divin d’une façon « discrète », que nous osons aussi dire « personnelle ». Cette discrétion est aussi discutée lorsque nous considérons une série de monnaies montrant le buste royal drapé. Les chapitres précédents ont insisté sur le caractère subtil de l’association de Séleucos Ier et Antiochos II avec le divin. L’analyse de l’imagerie céleste d’Antiochos IV et de ses successeurs démontre que la situation change sous le règne de l’Epiphane. Antiochos IV s’associe en effet avec le divin d’une manière plus flagrante, usant (et abusant)des attributs divins sur ses portraits. La suite de l’étude suggère cependant que sa politique était beaucoup plus nuancée par rapport à ce qu’affirment certaines études. L’analyse de la circulation et du volume des émissions monétaires nous permettent en effet de réévaluer la politique d’Antiochos IV, et de comprendre que le roi n’était pas, après tout, moins « discret » que ses progonoi, mais qu’il tentait simplement de s’adapter au problème critique de son époque, c’est-à-dire l’arrivée d’un nouveau et important compétiteur en Méditerranée orientale, Rome. Le dernier chapitre de la seconde partie de notre thèse examine la relation des reines avec le divin au travers de l’analyse d’une émission de petits bronzes frappés dans l’est et l’ouest de l’empire. Il apparait que les reines séleucides étaient associées de manière préférentielle avec la déesse Aphrodite, une divinité autrement marginale parmi les types monétaires séleucides. Le chapitre suivant introduit la troisième partie de la thèse, laquelle correspond à l’analyse quantitative des données numismatiques (et sigillographiques). Notre analyse offre une démonstration méthodologique de la fiabilité, de l’utilité et des perspectives futures des bases de données SED et SHD. Les analyses de ces deux bases de données sont les plus détaillées possibles, car il s’agit d’une toute nouvelle méthode en numismatique grecque. C’est pourquoi les bases de données sont testées au moyen de méthodes statistiques. Cela mène l’analyse à quelques conclusions surprenantes concernant, par exemple, le volume des productions monétaires et le niveau de monétarisation des Séleucides et des Ptolémées, ou le rapport étroit observé en comparant la SED et la SHD aux plus grandes collections numismatiques du monde. En vue de ces études comparatives, plus de 25.000 pièces de monnaie appartenant à cinq collections majeures ont été examinées, ce qui donne à nos bases de données et à leur usage dans le futur un poids supplémentaire. Après la démonstration de la fiabilité des bases de données, les trois chapitres suivants se concentrent sur la question principale de la thèse: à quel point la relation des Séleucides avec le divin était-elle « discrète » ? Nous y répondons d’abord en analysant les monnaies appelées « divines », c’est-à-dire les pièces où le roi est décrit portant un ou plusieurs attributs divins. Le résultat est surprenant : pas plus de 30 pourcents des monnaies séleucides portent un type divin. Ce pourcentage est même plus faible lorsque l’on prend en considération les paramètres du métal, de la circulation et de la chronologie. En tout cas, une fois de plus, nous constatons que les Séleucides hésitèrent à s’associer au divin de manière plus ostentatoire. Ce résultat, un simple nombre, a des conséquences importantes pour la compréhension de l’idéologie royale et religieuse, et pour déterminer les publics visés par ces médias visuels. L’analyse comparative des données numismatiques et des données sigillographiques de Séleucie du Tigre sert d’étude de cas pour identifier les différentes audiences visées par les différents types de communication visuelle. Dans tous ces cas, il est évident que les rois séleucides n’affirmèrent jamais réellement un statut divin ; ils restèrent des rois eusebès, les « favoris des dieux », voulant simplement afficher soit leur piété, soit la faveur divine dont ils bénéficiaient, plutôt que leur (supposé) statut divin. L’étude comparative et diachronique des représentations d’Apollon et de Zeus montre également que les monnaies, en tant que documents officiels, étaient l’expression de politiques précises, déterminées et ciblées. L’évolution de l’iconographie numismatique de Zeus à Apollon et puis de nouveau à Zeus ne fut pas une question de goût personnel, mais l’expression visuelle de la naissance d’une dynastie et des luttes internes de cette dynastie, tout particulièrement après la défaite de Magnésie du Méandre en 189 av. n. è. Le court chapitre suivant vise à démontrer les possibilités offertes par les bases de données SED et SHD. Dans cette optique, nous avons choisi, d’une manière assez provocante, de comparer la vitesse de circulation de la monnaie dans la zone Euro et l’empire séleucide. Le résultat est surprenant mais montre clairement les nombreuses perspectives offertes par la création de grandes bases de données. Le chapitre de conclusion est consacré à ce que nous considérons comme la scène idéale pour l’étalage de la magnificence royale séleucide: la procession de Daphné organisée par Antiochos IV. L’analyse de ce cortège met en évidence la manière dont ce roi voulait être perçu par ses sujets et par les représentants étrangers (les theoroi) et désirait se positionner dans la dichotomie entre l’humain et le divin. En conclusion, dans cette thèse, nous examinons le roi séleucide face au divin en nous concentrant sur les expressions visuelles des médias produits par le roi lui-même (et son administration). C’est la démarche du sommet vers la base (top-to-bottom) qui nous intéresse. Le roi et sa Cour mirent en scène une idéologie et une politique communes : la façon dont le roi doit être vu et perçu par ses sujets et les dynasties hellénistiques rivales. Au cours de ce processus, le roi (et sa Cour et son administration) restèrent très prudents ; ils ne franchirent jamais la ligne rouge séparant les sphères humaine et divine. Ils préférèrent toujours mettre en valeur leur piété envers le divin plutôt que leur hypothétique nature divine. Les rois préférèrent afficher leur position en tant que favoris des dieux plutôt que prétendre être des dieux eux-mêmes. Il leur importait plutôt de revendiquer leur victoire (espérée ou obtenue) en exprimant leur position unique de « favoris des dieux ». C’est cela que les données numismatiques donnent à voir et c’est ce qu’Antiochos IV mit en scène lors de la procession de Daphné. La thèse porte le titre parlant de « Favoris des dieux ». La raison en est simple: être les préférés des dieux était la seule position que revendiquaient les rois séleucides. Ils étaient les fils d’Apollon, mais par-dessus tout, ils exprimaient leur piété envers le divin ; et comme ils étaient des rois pieux, ils pouvaient être les favoris des dieux. C’est là le message politique, idéologique et religieux qu’ils élaborèrent et communiquèrent. On peut observer que c’était un message plutôt subtil, discret et efficace, puisque la piété est une valeur commune à toutes les religions et que pour cette raison elle devait être comprise par les différents sujets de leur immense empire. Nous avons soutenu la thèse que le roi séleucide n’est pas dieu, que jamais il n’a souhaité exprimer sa propre divinité et/ou ne s’est présenté comme tel. Il se servait des attributs divins comme de marqueurs visuels de son eusebia, sa piété, et pour afficher sa position de « favori des dieux ». [less ▲]

Detailed reference viewed: 15 (2 ULg)
Peer Reviewed
See detailImplications de la perspective en première personne en psychopathologie : le cas de la schizophrénie
Englebert, Jérôme ULg; Valentiny, Caroline

Conference (2016, September 08)

Les approches traditionnelles de la schizophrénie en psychiatrie se centrent essentiellement sur une perspective que l’on peut qualifier de perspective en « troisième personne ». Ces considérations ... [more ▼]

Les approches traditionnelles de la schizophrénie en psychiatrie se centrent essentiellement sur une perspective que l’on peut qualifier de perspective en « troisième personne ». Ces considérations tentent, de l’extérieur, de circonscrire les difficultés auxquelles sont confrontées les personnes affectées d’une psychopathologie. Dans le cas de la schizophrénie, les manuels insistent notamment sur les symptômes délirants et hallucinatoires – signes sur lesquels, de facto, le clinicien et le patient ne peuvent s’entendre et rencontrer une phénoménologie commune. Une autre voie d’approche, s’inscrivant dans la tradition phénoménologique, propose d’explorer les phénomènes à partir du discours et du vécu subjectif des patients – dans une perspective en « première personne ». À partir d’une recherche récemment menée, nous explorerons le vécu subjectif de six patients schizophrènes à l’aide de l’échelle EASE (Examination of Anomalous Self-Experience). Cette échelle pose des balises dans la co-construction d’une narrativité permettant l’investigation d’expériences liées aux troubles du soi. Ce choix méthodologique s’ancre dans une volonté de laisser la place à l’étonnement, de ne pas pré-penser, ou le moins possible, le recueil d’expériences. Les analyses des phénomènes décrits par les patients se nourrissent des travaux de la psychopathologie phénoménologique (Blankenburg, Minkowski, Tatossian, Stanghellini, Sass, …) et se veulent un aller-retour constant entre théorie et clinique. Dans ce contexte, nous approfondirons l’hypothèse proposée par Louis Sass selon laquelle la folie, du moins dans certaines de ses formes, pourrait dériver d’une intensification plutôt que d’un affaiblissement de la conscience. L’hyper-réflexivité schizophrénique – indiquant une focalisation explicite et réflexive sur des phénomènes a priori implicites et préréflexifs – sera particulièrement analysée à partir des descriptions recueillies. Après avoir développé, à partir des cas cliniques, cette hypothèse d’une « hyper-conscience » comme symptôme cardinal de l’expérience subjective de la schizophrénie, nous analyserons les implications du recours à la perspective en « première personne » sur la prise en charge, les modèles de soins et la manière de concevoir le rapport au monde de ces patients. [less ▲]

Detailed reference viewed: 38 (3 ULg)
Full Text
See detailL'ENSEIGNEMENT DU FRANÇAIS AUX ANGLOPHONES AU CAMEROUN : ANALYSE ET PROPOSITIONS DIDACTIQUES
Mouto Betoko, Christiane ULg

Doctoral thesis (2016)

Au Cameroun, l’école est la garante de la politique du bilinguisme officiel qui vise à faire de tous les citoyens camerounais des individus parfaitement bilingues, afin de garantir leur intégration sur ... [more ▼]

Au Cameroun, l’école est la garante de la politique du bilinguisme officiel qui vise à faire de tous les citoyens camerounais des individus parfaitement bilingues, afin de garantir leur intégration sur l’ensemble du territoire national. Les élèves anglophones apprennent donc le français, leur deuxième langue officielle (LO2), comme toutes les autres disciplines, tout au long de leur cursus secondaire. En classes terminales, l’un des objectifs prioritaires de l’enseignement de la LO2 (French) est de préparer les élèves à intégrer les milieux universitaires et/ou socioprofessionnels majoritairement implantés en zone francophone. Néanmoins, dans ce contexte, l’atteinte des objectifs scolaires du bilinguisme constitue une problématique imputable à de nombreuses inadéquations inhérentes au sous-système éducatif anglophone. C’est dans cette optique que nous nous sommes demandé comment allier « objectifs scolaires du bilinguisme » et « méthodologie de l’enseignement du French» pour une préparation effective de notre public cible à son intégration dans son milieu de vie au sortir du secondaire. Ainsi, nous avons inscrit cette étude dans le champ épistémologique de la didactique du français langue étrangère, domaine disciplinaire qui fait de la connaissance des publics le point de départ de tout projet de formation en langues étrangères. Ceci dit, nous défendons la thèse selon laquelle la prise en compte des besoins réels des principaux acteurs devrait constituer l’étape préalable à la mise au point des projets de réforme tels la réforme du système éducatif et par ricochet, des programmes de formation que connaît actuellement l’éducation au Cameroun. Ayant constaté que l’environnement sociolinguistique où se déroulent l’enseignement et l’apprentissage du French n’est pas sans conséquence directe sur la mise en application du bilinguisme scolaire, nous avons jugé nécessaire de comprendre les politiques linguistique et éducative du milieu d’étude. Ainsi, dans la première partie de ce travail, il convenait de s’interroger sur le mode d’emploi réel des langues officielles, particulièrement en ce qui concerne l’usage de la langue française dans la société camerounaise ; de comprendre la problématique de la formation bilingue au Cameroun ; de questionner la place des langues maternelles à l’école ; d’analyser les failles du sous-système éducatif anglophone en matière d’enseignements des langues officielles ; et enfin, de mener une réflexion didactique sur les programmes de français II. Dans la deuxième partie de ce travail, nous avons mis en exergue l’importance de la prise en compte des caractéristiques des principaux acteurs de la salle de classe dans l’élaboration des programmes de formation. Les profils de ces acteurs étant absents des directives institutionnelles, nous les avons questionnés pour mettre leurs caractéristiques au grand jour. Pour ce faire, nous avons mené une enquête de terrain dans les deux régions qui constituent la zone anglophone (Nord-Ouest et Sud-Ouest) et, dans une région de la zone francophone (Centre). La récolte des données s’est faite par le biais de deux questionnaires (un pour les enseignants et un pour les élèves en classes terminales) et d’une grille d’observation des pratiques de classe. La méthode utilisée est l’analyse quantitative et descriptive des données statistiques. À travers la discussion des résultats obtenus sur la terrain d’enquête, nous avons validé l’hypothèse générale émise au départ, stipulant qu’il y a actuellement une inadéquation entre les objectifs scolaires du bilinguisme et la méthodologie mise en œuvre pour les atteindre en classes terminales du sous-système éducatif anglophone. À travers cette démonstration, nous avons tout simplement touché du doigt la réalité selon laquelle l’atteinte des objectifs visés dans le cadre du bilinguisme ne peut se faire sans avoir établie, au préalable, les besoins réels des principaux acteurs de la salle de classe. [less ▲]

Detailed reference viewed: 21 (1 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailInterfaces in multi-material architectures fabricated by polyjet printing
Zorzetto, Laura ULg; Rink, Marta; Briatico Vangosa, Francesco et al

Conference (2016, September 07)

Detailed reference viewed: 18 (3 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailO acontecimento enunciativo na semiótica da imagem
Dondero, Maria Giulia ULg; Colas-Blaise, Marion

in Mendes, Conrado; Muniz, Glaucia (Eds.) Em torno do acontecimento: uma homenagem a Claude Zilberberg (2016)

Detailed reference viewed: 14 (1 ULg)