Results 1-1 of 1.
Francois+Simon+

Bookmark and Share    
Full Text
Peer Reviewed
See detailDémarches wallonnes en temps de guerre : deux France très courtisées
Lanneau, Catherine ULg

in Cahiers d'Histoire du Temps Présent = Bijdragen tot de Eigentijdse Geschiedenis (2009), 21

Démêler l’écheveau des démarches entreprises par certains Wallons pour trouver, de 1940 à 1944, une oreille française sensible à leurs rêves d’annexion s’apparente à une enquête policière rétrospective ... [more ▼]

Démêler l’écheveau des démarches entreprises par certains Wallons pour trouver, de 1940 à 1944, une oreille française sensible à leurs rêves d’annexion s’apparente à une enquête policière rétrospective. Au fil de documents restés longtemps enfouis apparaît toute l’ambiguïté d’une francophilie persistante et exacerbée, alors même que les "autorités françaises" auxquelles les militants wallons tentent désespérément de se raccrocher sont, elles aussi, ballottées au gré du contexte politico-militaire. On trouve ainsi le très peu consistant Mouvement National Wallon, adepte de l’annexion du nord de la France à la Wallonie par la grâce allemande et courtisan d’un petit parti "ultra" de la collaboration parisienne. Il est vertueusement dénoncé à Vichy par l’un des siens, maréchaliste et défenseur de l’intégrité territoriale française. Pour l’activité de Georges Thone, il est possible, grâce à des archives inédites – fonds peu exploités du Quai d’Orsay et papiers privés permettant de pallier certaines lacunes d’une valise providentielle –, de reconstituer la genèse du "Bureau Sarrien" et de mieux cerner l’intérêt qu’avait Vichy à garder aussi longtemps dans son jeu la carte wallonne. Jadis rival et désormais compère de Thone, l’abbé Mahieu continuera à battre le fer vichyste tant qu’il restera chaud ou tiède, mais envisagera dès l’été 1942 de lui adjoindre un fer gaulliste, hypothèse de travail qui inquiète autant sinon plus le gouvernement belge de Londres, ses diplomates et la Sûreté de l’État. Le très mythifié voyage de François Simon à Alger début 1944 et ses tentatives pour être reçu par le général de Gaulle, l’appui temporaire qu’il trouve dans certaines officines du Renseignement français et les réactions immédiates des Belges de Londres constituent le quatrième volet d’une activité wallonne débordante. Les documents retrouvés permettent assurément de décrire le "rattachisme" ou "réunionisme" comme ayant rencontré auprès des sphères dirigeantes françaises, qu’elles siègent à Vichy, Londres ou Alger, de la curiosité, certes, mais surtout un attentisme tantôt opportuniste, tantôt méfiant. [less ▲]

Detailed reference viewed: 90 (13 ULg)