Publications ORBi OA
Bookmark and Share    
Full Text
Peer Reviewed
See detailPre-war Military Planning (Belgium)
Bechet, Christophe ULg

in Daniel, Ute; Gatrell, Peter; Janz, Oliver (Eds.) et al 1914-1918-online. International Encyclopedia of the First World War (2014)

Abstract: Since the Treaty of London in 1839, pre-war planning theories in Belgium oscillated between two positions: on one hand secure and defend which border would be endangered, on the other hand ... [more ▼]

Abstract: Since the Treaty of London in 1839, pre-war planning theories in Belgium oscillated between two positions: on one hand secure and defend which border would be endangered, on the other hand constitute in Antwerp a powerful national sanctuary. This concentration of most of the available military means in Antwerp was far more appropriate in the event of a French invasion. But this perspective decreased after the Franco-Prussian war in 1870, while the possibility of a trespassing by the two belligerents became greater and greater. The fortifications of Namur and Liège were voted by the Chambers in 1887 as a deterrent to both France and Germany. Nevertheless, without totally putting aside the defence of the Belgian southwestern border, high-ranking officers seemed to fear more and more a violation of the eastern border. Due to the completion of fortifications on the Meuse in 1892, German columns were supposed to move forward south of the river, through the Belgian Ardennes. On the eve of the Great War, King Albert I would have preferred to concentrate the army on the Meuse but his Chief of Staff selected a central position in order to maintain and secure his line of communication with Antwerp. The lack of a determined and “standardized” doctrine at the highest level of the army led to a “mixed” or compromise plan adopted in a hurry during the first days of mobilization in August 1914. [less ▲]

Detailed reference viewed: 22 (6 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailUsing XCO2 retrievals fo rassessing the long-term consistency of NDACC/FTIR data sets
Barthlott; Schneider, M; Hase, F et al

in Atmospheric Measurement Techniques. Papers in Open Discussion (2014), 7

Within the NDACC (Network for the Detection of Atmospheric Composition Change), more than 20 FTIR (Fourier–Transform InfraRed) spectrometers, spread worldwide, provide long-term data records of many ... [more ▼]

Within the NDACC (Network for the Detection of Atmospheric Composition Change), more than 20 FTIR (Fourier–Transform InfraRed) spectrometers, spread worldwide, provide long-term data records of many atmospheric trace gases. We present a method that uses measured and modelled XCO2 for assessing the consistency of these data records. Our NDACC XCO2 retrieval setup is kept simple so that it can easily be adopted for any NDACC/FTIR-like measurement made since the late 1950s. By a comparison to coincident TCCON (Total Carbon Column Observing Network) measurements, we empirically demonstrate the useful quality of this NDACC XCO2 product (empirically obtained scatter between TCCON and NDACC is about 4‰ for daily mean as well as monthly mean comparisons and the bias is 25 ‰). As XCO2 model we developed and used a simple regression model fitted to CarbonTracker results and the Mauna Loa CO2 in-situ records. A comparison to TCCON data suggests an uncertainty of the model for monthly mean data of below 3 ‰. We apply the method to the NDACC/FTIR spectra that are used within the project MUSICA (MUlti-platform remote Sensing of Isotopologues for investigating the Cycle of Atmospheric water) and demonstrate that there is a good consistency for these globally representative set of spectra measured since 1996: the scatter between the modelled and measured XCO2 on a yearly time scale is only 3 ‰. [less ▲]

Detailed reference viewed: 4 (0 ULg)
Full Text
See detailAprès Fukushima. La vie préfabriquée
Gemenne, François ULg

in Agier, Michel (Ed.) Un Monde de Camps (2014)

Detailed reference viewed: 21 (2 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailImproved spectral fitting of nitrogen dioxide from OMI in the 405-465 nm window
van Geffen, J H G M; Boersma, K F; Van Roozendael, M et al

in Atmospheric Measurement Techniques. Papers in Open Discussion (2014), 7

An improved nitrogen dioxide (NO2) slant column density retrieval for the Ozone Monitoring Instrument (OMI) in the 405–465 nm spectral region is presented. Since the launch of OMI on board NASA's EOS-Aura ... [more ▼]

An improved nitrogen dioxide (NO2) slant column density retrieval for the Ozone Monitoring Instrument (OMI) in the 405–465 nm spectral region is presented. Since the launch of OMI on board NASA's EOS-Aura satellite in 2004, DOAS retrievals of NO2 slant column densities have been the starting point for the KNMI DOMINO (v2.0) and NASA SP (v2.1) retrievals. However, recent intercomparisons between NO2 retrievals from OMI and other UV/Vis and limb spectrometers, as well as ground-based measurements, clearly suggested that OMI stratospheric NO2 is biased high. This study revises the OMI NO2 retrieval in detail. The representation of the OMI slit function to convolve high-resolution reference spectra onto the relevant spectral grid is improved. The window used for the wavelength calibration is optimised, leading to much-reduced fitting errors. Ozone and water vapour spectra used in the fit are updated, reflecting the recently improved knowledge on their absorption cross section as documented in the literature. The improved spectral fit also accounts for absorption by the O2–O2 collision complex and by liquid water over clear-water areas. The main changes in the improved spectral fitting result from the updates related to the wavelength calibration: the RMS error of the fit is reduced by 23% and the NO2 slant column by 0.85 × 1015 molec cm-2, independent of latitude, solar zenith angle and NO2 value. Including O2–O2 and liquid water absorption and updating the O3 and water vapour cross-section spectra further reduces NO2 slant columns on average by 0.35 × 1015 molec cm-2, accompanied with a further 9% reduction in the RMS error of the fit. The improved OMI NO2 slant columns are consistent with independent NO2 retrievals to within a range that can be explained by photo-chemically driven diurnal increases in stratospheric NO2 and by small differences in fitting window and fitting approach. The revisions indicate that current OMI NO2 slant columns suffered mostly from an additive, positive offset that is removed by the improved wavelength calibration and representation of the OMI slit function. It is therefore anticipated that the improved NO2 slant columns are most important to retrievals of spatially homogeneous stratospheric NO2 rather than to heterogeneous tropospheric NO2. [less ▲]

Detailed reference viewed: 7 (2 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailMultiscale modelling framework for the fracture of thin brittle polycrystalline films - Application to polysilicon
Mulay, Shantanu; Becker, Gauthier ULg; Vayrette, Renaud et al

in Computational Mechanics (2014)

Micro-electro-mechanical systems (MEMS) made of polycrystalline silicon are widely used in several engineering fields. The fracture properties of polycrystalline silicon directly affect their reliability ... [more ▼]

Micro-electro-mechanical systems (MEMS) made of polycrystalline silicon are widely used in several engineering fields. The fracture properties of polycrystalline silicon directly affect their reliability. The effect of the orientation of grains on the fracture behaviour of polycrystalline silicon is investigated out of the several factors. This is achieved, firstly, by identifying the statistical variation of the fracture strength and critical strain energy release rate, at the nanoscopic scale, over a thin freestanding polycrystalline silicon film, having mesoscopic scale dimensions. The fracture stress and strain at the mesoscopic level are found to be closely matching with uniaxial tension experimental results. Secondly, the polycrystalline silicon film is considered at the continuum MEMS scale, and its fracture behaviour is studied by incorporating the nanoscopic scale effect of grain orientation. The entire modelling and simulation of the thin film is achieved by combining the discontinuous Galerkin method and extrinsic cohesive law describing the fracture process. [less ▲]

Detailed reference viewed: 31 (7 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailPrevenção Quaternária e limites em medicina
Jamoulle, Marc ULg; Gomes, Luis

in Revista Brasileira de Medicina de Família e Comunidade (2014), 9(31),

O conceito de Prevenção Quaternária, um questionamento sobre a base da ação médica, nasceu na articulação da relação médico-paciente. Refere-se a toda a atividade médica, sendo uma importante ferramenta ... [more ▼]

O conceito de Prevenção Quaternária, um questionamento sobre a base da ação médica, nasceu na articulação da relação médico-paciente. Refere-se a toda a atividade médica, sendo uma importante ferramenta para a medicina de família. É uma interrogação ética sobre os excessos da demasiada e demasiadamente pouca medicina e fornece algumas respostas. [less ▲]

Detailed reference viewed: 9 (1 ULg)
Full Text
See detailPrincipes de droit pénal
Michiels, Olivier ULg; Jacques, Elodie ULg

Learning material (2014)

TABLE DES MATIERES TITRE PREMIER : LES PRINCIPES 2 CHAPITRE PREMIER : DÉFINITION DU DROIT PÉNAL 2 a) Définitions proposées 2 b) D’ordre public 3 c) Distinctions 3 CHAPITRE 2 : PRINCIPES GÉNÉRAUX 4 SECTION ... [more ▼]

TABLE DES MATIERES TITRE PREMIER : LES PRINCIPES 2 CHAPITRE PREMIER : DÉFINITION DU DROIT PÉNAL 2 a) Définitions proposées 2 b) D’ordre public 3 c) Distinctions 3 CHAPITRE 2 : PRINCIPES GÉNÉRAUX 4 SECTION 1 : LE CARACTÈRE D’ORDRE PUBLIC DE LA LOI PÉNALE 4 1.1 Il n’est pas permis de déroger au droit pénal par des convention particulières 4 1.2 Nul ne peut s’engager valablement à commettre une infraction 5 1.3 Nul ne peut consentir à être victime d’une infraction 5 SECTION 2 : LE PRINCIPE DE LÉGALITÉ 6 2.1 L’intervention du pouvoir législatif 6 2.2 Nulla poena sine lege 6 2.3 Le caractère écrit du droit pénal 8 SECTION 3 : LE PRINCIPE NON BIS IN IDEM 8 3.1 Le principe 8 3.2 L’éclairage européen 9 SECTION 4 : L’AUTONOMIE DU DROIT PÉNAL 12 SECTION 5 : L’APPLICATION DE LA LOI PÉNALE DANS LE TEMPS 12 5.1 L’entrée en vigueur de la loi pénale 12 5.2 Les principes portés par l’article 2 du Code pénal 13 5.3 Les exceptions au principe de la non rétroactivité de la loi pénale 14 5.4 L’appréciation de la loi la plus douce 16 5.5 La position adoptée par la Cour constitutionnelle : une approche pragmatique de la sanction 17 SECTION 6 : L’APPLICATION DE LA LOI PÉNALE DANS L’ESPACE 19 6.1 Le principe de la territorialité du droit belge 19 6.2 Les exceptions portées par les articles 6 à 14 du titre préliminaire du Code de procédure pénale 20 SECTION 7 : L’APPLICATION DE LA LOI PÉNALE QUANT AUX PERSONNES 21 7.1 Principe 21 7.2 De quelques exceptions au principe 21 SECTION 8 : L’INTERPRÉTATION DE LA LOI PÉNALE 23 8.1 Le principe : l’interprétation stricte 23 8.2 Son corollaire : l’interdiction de l’interprétation par analogie 23 8.3 Les tempéraments aux principes 23 SECTION 9 : LE PRINCIPE DU CONTRADICTOIRE ET LE RESPECT DES DROITS DE LA DÉFENSE 26 CHAPITRE 3 : LES SOURCES DU DROIT PÉNAL 29 SECTION 1 : LES CONVENTIONS INTERNATIONALES 29 SECTION 2 : LA CONSTITUTION BELGE 30 SECTION 3 : LES LOIS ET LES DÉCRETS 30 SECTION 4 : LES PRINCIPES GÉNÉRAUX DU DROIT 31 SECTION 5 : LES ARRÊTÉS ROYAUX ET MINISTÉRIELS ET LES RÈGLEMENTS PROVINCIAUX ET COMMUNAUX 32 SECTION 6 : LA JURISPRUDENCE ET LA DOCTRINE 33 CHAPITRE 4 : L’ARTICLE 100 DU CODE PÉNAL 34 SECTION 1 : LE PRINCIPE 34 SECTION 2 : LES DÉROGATIONS AU PRINCIPE 34 TITRE 2 L’INFRACTION 38 CHAPITRE PREMIER : LA DIVISION DES INFRACTIONS 38 SECTION 1 CLASSIFICATION TRIPARTITE DES INFRACTIONS 38 1.1 Le crime, le délit, la contravention 38 1.2 Conséquences de cette division 40 SECTION 2 L’INFRACTION INTENTIONNELLE, L’INFRACTION NON INTENTIONNELLE ET L’INFRACTION RÉGLEMENTAIRE. 41 2.1 Des infractions intentionnelles et non intentionnelles 41 2.2 Des infractions réglementaires 41 SECTION 3 L’INFRACTION INSTANTANÉE ET L’INFRACTION CONTINUE. 42 3.1 Définitions 42 3.2 Conséquences 43 SECTION 4 L’INFRACTION SIMPLE ET L’INFRACTION COLLECTIVE 43 4.1 Définitions 43 4.2 Conséquences 43 SECTION 5 L’INFRACTION D’HABITUDE 45 5.1 Définition 45 5.2 Conséquence 45 SECTION 6 L’INFRACTION POLITIQUE ET LE DÉLIT DE PRESSE 45 6.1 L’infraction politique 45 6.2 Le délit de presse 46 6.3 Conséquence principale 47 CHAPITRE 2 : LES ÉLÉMENTS CONSTITUTIFS DE L’INFRACTION 47 SECTION 1 : L’ÉLÉMENT LÉGAL 47 SECTION 2 : L’ÉLÉMENT MATÉRIEL 47 2.1 Notion 47 2.2 Les formes de l’acte matériel 48 2.3 La tentative 49 2.3.1 La tentative punissable 49 a) Notions 49 b) Eléments constitutifs en droit belge 50 2.3.2 La tentative impossible 51 2.3.3 La répression de la tentative 52 a) De la tentative de crime, de délit et de contravention. 52 b) De la tentative de participation 52 SECTION 3 : L’ÉLÉMENT MORAL 53 3.1 Notion 53 3.1.1 L’imputabilité morale 54 3.1.2 Le mobile 55 3.2. Le dol 55 3.2.1 Les degrés du dol 56 3.2.2 Les différentes formes du dol 57 a) Le dol déterminé ou indéterminé 57 b) Le dol direct et le dol éventuel 58 3.3 L’arrêt de la Cour de cassation du 22 octobre 2008 58 3.4 La faute 60 3.4.1 Notion 60 3.4.2 La théorie de l’identité entre la faute pénale et la faute civile 61 3.4.3 La théorie de la causalité 62 3.5 L’élément moral des infractions qualifiées de réglementaires ou de contraventionnelles 65 3.6 Synthèse 66 3.6.1 Pour les infractions du Code pénal 66 3.6.2 Pour les infractions prévues par les lois particulières 67 3.7 La doctrine du Professeur Legros – l’Ecole de l’ULB 67 SECTION 4 : LES CAUSES DE JUSTIFICATION OBJECTIVES 67 4.1 Notion 67 4.2 La légitime défense 68 4.2.1 Principe et champ d’application 68 4.2.2 Conditions 69 4.2.3 Présomptions de l’article 417 du Code pénal 71 4.2.4 La résistance légitime aux abus de l’autorité publique 72 4.3 L’ordre ou l’autorisation de la loi 73 4.4 L’ordre de l’autorité ou le commandement légal de l’autorité 73 4.5 L’état de nécessité 74 4.5.1 Définition 74 4.5.2 Conditions 75 4.6 Aspects procéduraux 77 TITRE 3. IMPUTABILITÉ 78 CHAPITRE 1 : L’AUTEUR DE L’INFRACTION 78 SECTION 1 : L’IMPUTABILITÉ PHYSIQUE ET L’IMPUTABILITÉ MORALE 78 1.1 Notion 78 1.2 Les modes d’imputation 79 1.3 La délégation 81 SECTION 2 : LA RESPONSABILITÉ PÉNALE DES PERSONNES MORALES 84 2.1 Introduction 84 2.2 Le champ d’application de la loi 86 2.2.1 Principe 86 2.2.2 Limites 87 2.3 Le régime de la responsabilité pénale de la personne morale 87 2.3.1 Les conditions de la responsabilité pénale de la personne morale 87 a) Les infractions intrinsèquement liées à la réalisation de l’objet de la personne morale 88 b) Les infractions intrinsèquement liées à la défense des intérêts de la personne morale 88 c) Les infractions commises pour le compte de la personne morale 88 2.3.2 L’élément moral 89 2.3.3 La responsabilité exclusive de la personne physique ou de la personne morale 90 2.3.4 Le cumul de responsabilité 92 2.4 Les peines applicables aux personnes morales 93 2.4.1. L’amende 93 2.4.2. Les peines spécifiques 94 2.4.3. La confiscation 95 2.4.4. Les autres peines accessoires 95 2.4.5. L’article 50bis du Code pénal 95 2.4.6. Les modalités de la peine 96 2.4.7. Le mandataire ad hoc 96 2.5 L’application de la loi dans le temps 97 SECTION 3 LA PARTICIPATION 98 3.1 Notions générales 98 3.1.1 Base légale 98 3.1.2 Conditions 98 3.2 Les coauteurs 101 3.3 Les complices 103 3.4 De la répression de la participation 104 3.4.1 De la répression de la corréité 104 3.4.2 De la répression de la complicité 104 3.4.3 Remarques générales 104 CHAPITRE 2. CAUSES DE JUSTIFICATION SUBJECTIVES 105 SECTION 1 : NOTION 105 SECTION 2 : LES CAUSES DE NON-IMPUTABILITÉ (sensu stricto) 106 2.1 La minorité 106 2.1.1 Cause de non-imputabilité 106 2.1.2 Mesures 107 2.2 La démence 112 2.2.1 Notion 112 2.2.2 Remarque préalable 112 2.2.3 Régime actuel 113 2.2.4 Bref aperçu du régime de la loi du 5 mai 2014 relative à l’internement des personnes 116 SECTION 3 : LES CAUSES DE NON-CULPABILITÉ 117 3.1 La contrainte 117 3.1.1 Définition 117 3.1.2 Champ d’application 118 3.1.3 Conditions 118 3.2 L’ignorance et l’erreur invincibles 118 3.2.1 Notion 118 3.2.2 Erreur de fait et erreur de droit 118 3.2.3 Fondement et champ d’application 118 3.2.4 Conditions 118 SECTION 4 : CONSÉQUENCES 118 4.1 Causes de non imputabilité – causes de non culpabilité 118 4.2 Question relative à l’élément moral pour les causes de non culpabilité 118 4.3 Conséquences civiles 118 TITRE 4. LA SANCTION 118 CHAPITRE 1 : LES PEINES APPLICABLES AUX PERSONNES PHYSIQUES 118 SECTION 1 : LA PEINE PRIVATIVE DE LIBERTÉ 118 SECTION 2 : LA PEINE DE SURVEILLANCE ÉLECTRONIQUE 118 2.1 Champ d’application 118 2.2 La durée de la peine de surveillance électronique 118 2.3 Rapport d'information succinct et/ou d'une enquête sociale. 118 2.4 Le consentement du prévenu 118 2.5 L’exécution de la peine 118 SECTION 3 : LA PEINE DE TRAVAIL 118 3.1 Notion 118 3.2 Durée de la peine de travail 118 3.3 La combinaison de la peine de travail avec une autre peine 118 3.4 Modalités d’exécution de la peine de travail 118 3.5 La place de la peine de travail dans la hiérarchie des peines 118 SECTION 4 : LA PEINE DE PROBATION AUTONOME. 118 4.1 Notion et champ d’application 118 4.2 La durée de la peine 118 4.3 Le consentement du prévenu 118 4.4 L’exécution de la peine 118 Section 5 : La peine d’amende 118 5.1 Notion 118 5.2 L’emprisonnement subsidiaire 118 SECTION 6 : LA CONFISCATION 118 6.1 Notion 118 6.2 Les choses confiscables 118 6.3 Les droits de la victime 118 SECTION 7 : LES PEINES PRIVATIVES DE CERTAINS DROITS 118 7.1 La destitution 118 7.2 L’interdiction de certains droits civils et politiques 118 SECTION 8 : LA DÉCLARATION DE CULPABILITÉ 118 8.1 Notion 118 8.2 La question de l’irrecevabilité des poursuites 118 SECTION 9 : DISTINCTION ENTRE PEINE ET REPARATION CIVILE DU DOMMAGE 118 CHAPITRE 2 : LES CIRCONSTANCES QUI INFLUENCENT LA PEINE 118 SECTION 1 LES CIRCONSTANCES ABSOLUTOIRES SPÉCIALES 118 1.1 Notion et caractères 118 1.2 La dénonciation 118 1.3 La soumission 118 1.4 L’obéissance hiérarchique à un ordre illégal 118 1.5 La parenté et l’alliance 118 1.5.1 Atteintes aux biens à l’intérieur d’une famille 118 1.5.2 Des articles 121 et 341 du Code pénal 118 1.6 L’article 5 alinéa 2 du Code pénal 118 1.7 L’article 47quinquies §2 du Code d’instruction criminelle 118 1.8 L’arrêt de la Cour de cassation du 6 janvier 1998. 118 SECTION 2 : LES CAUSES D’EXCUSE 118 2.1 Notion 118 2.2 La provocation 118 2.2.1 Principe 118 2.2.2 Conditions 118 2.2.3 Effets 118 2.3 La libération ou la restitution volontaire 118 2.3.1 La prise d’otage (article 347 bis § 3 du Code pénal) 118 2.3.2 L’enlèvement et le recel de mineur (article 430 du Code pénal) 118 2.4 Législations particulières (Illustration : l’article 6, al. 3 et 4 de la loi du 24 février 1921 sur les stupéfiants) 118 SECTION 3 : LES CIRCONSTANCES AGGRAVANTES 118 3.1 Notion 118 3.1.1 Notion générale 118 3.1.2 Des circonstances aggravantes réelles et personnelles 118 3.2 Effets 118 3.2.1 Sur la peine 118 3.2.2 L’effet des circonstances aggravantes sur les participants : la « jurisprudence Goktepe ». 118 SECTION 4 : LES CIRCONSTANCES ATTENUANTES 118 4.1 Notion 118 4.2 Effets des circonstances atténuantes 118 4.3 La compétence d’attribution et le mécanisme de la correctionnalisation 118 4.3.1 La correctionnalisation opérée par les juridictions d’instruction 118 4.3.2 La correctionnalisation proposée par le ministère public 118 4.3.3 Les innovations apportées au mécanisme de la correctionnalisation par la loi du 8 juin 2008 118 4.3.4 Restriction aux principes : la citation directe par la partie préjudiciée du chef d’un crime 118 4.4 Les circonstances atténuantes de fond 118 4.4.1 Notion 118 4.4.2 Les crimes 118 4.4.3 Les délits 118 4.4.4. Les contraventions 118 CHAPITRE 3 : LE CONCOURS D’INFRACTIONS 118 SECTION 1 : NOTION GÉNÉRALE 118 SECTION 2 : LE CONCOURS MATÉRIEL D’INFRACTIONS 118 2.1 Notion 118 2.2 Le concours entre plusieurs crimes 118 2.3 Le concours d’un crime avec un ou plusieurs délits ou contraventions 118 2.4 Le concours de délits 118 2.5 Le concours de crimes correctionnalisés 118 2.6 Le concours de délits et de contraventions 118 2.7 Le concours de contraventions 118 2.8 Règles du concours et confiscation spéciale 118 2.9 Les règles du concours et les circonstances atténuantes 118 SECTION 3 : LE CONCOURS IDÉAL D’INFRACTIONS 118 SECTION 4 : LE DÉLIT COLLECTIF 118 4.1 Notion 118 4.2 Les poursuites simultanées 118 4.3 Les poursuites successives 118 4.4 Délit collectif et peine de travail 118 CHAPITRE 4 : LA RÉCIDIVE 118 SECTION 1 : NOTION 118 SECTION 2 : LES CONDITIONS NÉCESSAIRES DE LA RÉCIDIVE LÉGALE 118 2.1 Une condamnation antérieure coulée en force de chose jugée. 118 2.2 Une rechute dans la délinquance qui se produit postérieurement à une condamnation prononcée par une juridiction belge en raison d’un crime, d’un délit ou d’une contravention 118 SECTION 3 : QUESTIONS PARTICULIÈRES 118 3.1 La récidive et le concours matériel d’infractions 118 3.2 Récidive et circonstances atténuantes 118 3.3 L’application des règles du droit commun de la récidive peut-elle se justifier en cas d’infraction à une législation particulière contenant elle-même des dispositions spécifiques organisant la récidive? ( Récidive et législations particulières) 118 SECTION 4 : LES DIFFÉRENTES HYPOTHÈSES DE RÉCIDIVE 118 4.1 Crime sur crime 118 4.2 Délit sur crime 118 4.3 Délit sur délit 118 4.4 Contravention sur contravention 118 4.5 Crime sur délit 118 4.6 L’arrêt n° 193/2011 de la Cour constitutionnelle du 15 décembre 2011 118 SECTION 5 : LA MISE À LA DISPOSITION DU TRIBUNAL DE L’APPLICATION DES PEINES 118 5.1 Notion 118 5.2 Hypothèses dans lesquelles le législateur a prévu la mise à la disposition du tribunal de l’application des peines 118 5.3 Procédure 118 5.4 Le contrôle annuel d'office par le tribunal de l'application des peines 118 5.5 La levée de la mise à la disposition 118 CHAPITRE 5 : LES MESURES DE SÛRETÉ 118 CHAPITRE 6 : LES MODALITÉS DE LA PEINE 118 SECTION 1 : LA SUSPENSION DU PRONONCÉ DE LA CONDAMNATION 118 1.1 Notion 118 1.2 Conditions et modalités 118 1.3 Juridictions compétentes pour accorder la suspension du prononcé 118 1.4 Effets de la suspension du prononcé 118 1.5 Révocation 118 SECTION 2 : LE SURSIS À L’EXÉCUTION DES PEINES 118 2.1 Notion 118 2.2 Conditions et modalités 118 2.3 Juridictions compétentes 118 2.4 Effets 118 2.5 Révocation 118 SECTION 3 : LA PROBATION 118 3.1 Notion 118 3.2 Mesures 118 3.3 De la Commission de probation 118 SECTION 4 : LA LOI DU 24 FÉVRIER 1921 CONCERNANT LE TRAFIC DES SUBSTANCES VÉNÉNEUSES, SOPORIFIQUES, STUPÉFIANTES, PSYCHOTROPES, DÉSINFECTANTES OU ANTISEPTIQUES ET DES SUBSTANCES POUVANT SERVIR À LA FABRICATION ILLICITE DE SUBSTANCES STUPÉFIANTES ET PSYCHOTROPES. 118 SECTION 5 : DES MODALITÉS D’EXÉCUTION DE LA PEINE : LE TRIBUNAL D’APPLICATION DES PEINES ET LE STATUT JURIDIQUE EXTERNE DES DÉTENUS . 118 5.1 Introduction 118 5.2 Le Tribunal de l’application des peines 118 5.2.1 Bases légales 118 5.2.2 Siège 118 5.2.3 Composition 118 5.3 Statut externe des détenus 118 5.3.1 Modalités d’exécution de la peine relevant du ministre de la Justice 118 5.3.2 Modalités d’exécution de la peine relevant du juge et du tribunal de l’application des peines 118 CHAPITRE 7 : LES OBSTACLES À L’EXÉCUTION DE LA PEINE 118 SECTION 1 : LE DÉCÈS 118 SECTION 2 : LA PRESCRIPTION DE LA PEINE 118 2.1 Notion 118 2.2 Délais 118 2.3 Interruption de la prescription 118 2.4 Prescription des condamnations civiles 118 SECTION 3 : LA GRÂCE ROYALE 118 3.1 Notion 118 3.2 Effets 118 Chapitre 8 : La disparition des condamnations 118 SECTION 1 : L’EFFACEMENT AUTOMATIQUE DE LA CONDAMNATION 118 1.1 Notion 118 1.2 Caractéristiques et effets de l’effacement 118 Section 2 : La réhabilitation 118 2.1 Notion 118 2.2 Les conditions requises pour l’obtention de la réhabilitation 118 2.3 Procédure 118 2.4 Les effets de la réhabilitation 118 SECTION 3 : L’AMNISTIE 118 3.1 Notion 118 3.2 Effets 118 SECTION 4 : LA RÉVISION 118 4.1 Notion 118 4.2 Les causes de révision 118 4.3 Procédure 118 SECTION 5 : L’HYPOTHÈSE VISÉE PAR L’ARTICLE 442BIS DU CODE D’INSTRUCTION CRIMINELLE 118 5.1 Notion 118 5.2 Compétence 118 5.3 Conditions de fond 118 [less ▲]

Detailed reference viewed: 1372 (108 ULg)
Full Text
See detailDysphasie : Réflexions autour de la définition et des critères diagnostiques
Leclercq, Anne-Lise ULg; Maillart, Christelle ULg

in Les entretiens de Bichat : les entretiens d'orthophonie 2014 : Les "dys", état de l'art et orientations cliniques (2014, September 27)

Specific language impairment refers to a non-homogeneous group: linguistic and non-linguistic abilities differ from one child to another. Increasing knowledge in this field has led to clarify both the ... [more ▼]

Specific language impairment refers to a non-homogeneous group: linguistic and non-linguistic abilities differ from one child to another. Increasing knowledge in this field has led to clarify both the definition and the diagnostic criteria in order to facilitate its diagnosis. However, the clinical complexity of this trouble questions the relevance of these diagnostic criteria. The present article intends to think about the clinical diagnostic of specific language impairment in order to allow informed decision making during its assessment and therapy. [less ▲]

Detailed reference viewed: 107 (11 ULg)
Full Text
See detailAgricultures de demain? Produire avec la nature...
Hatt, Séverin ULg; Brédart, David ULg

Conference given outside the academic context (2014)

Baisse de la biodiversité, pollution de l’eau, crises alimentaires, diminution du nombre d’agriculteurs… ces sujets régulièrement présents dans l’actualité remettent en question le modèle industriel de la ... [more ▼]

Baisse de la biodiversité, pollution de l’eau, crises alimentaires, diminution du nombre d’agriculteurs… ces sujets régulièrement présents dans l’actualité remettent en question le modèle industriel de la production agricole. Nous présenterons des alternatives actuellement développées par des agriculteurs et des chercheurs. Nous proposons, par exemple, de découvrir des dispositifs qui réduisent l’utilisation de pesticides ou de fertilisants. [less ▲]

Detailed reference viewed: 38 (16 ULg)
Full Text
See detailHerontwikkeling van verlaten industrieterreinen in Wallonïe : geschiedenis en actualiteit
Peters, Arnaud ULg

Scientific conference (2014, September 25)

Detailed reference viewed: 16 (5 ULg)
Full Text
See detail9th Congress of the International Society of NeuroImmunoModulation (ISNIM)
Geenen, Vincent ULg

Scientific conference (2014, September 25)

Detailed reference viewed: 57 (4 ULg)
Full Text
See detailDiscours du Président de l'Association des professeurs
Hanzen, Christian ULg

Speech (2014)

Detailed reference viewed: 19 (1 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailMéthodologie de lecture de la représentation graphique d’une opération urbaine – Cas d’Europan Détermination des niveaux d’agrégations graphiques « n.a.g. » et des matrices graphiques « m.g. »
Boutemadja, Abdelkader ULg

in Acte du colloque COMMON 14 (2014, September 24)

Dans le cadre de cet article, nous allons expliquer la démarche qui nous a permis d’approcher la question de la représentation graphique du projet d’opération urbaine. Il s’agit pour nous de bien cerner ... [more ▼]

Dans le cadre de cet article, nous allons expliquer la démarche qui nous a permis d’approcher la question de la représentation graphique du projet d’opération urbaine. Il s’agit pour nous de bien cerner la problématique de la représentation graphique et son lien avec la notion de projet en tant qu’outil de communication, de transmission de savoir et d’évolution du projet. C’est au travers d’une lecture du processus évolutif basée sur la systémique que nous allons proposer une démarche originale pour mieux comprendre les productions en termes de représentation graphique du projet. [less ▲]

Detailed reference viewed: 10 (1 ULg)
Full Text
See detailOdour measurement networks: e-noses and emission data
Romain, Anne-Claude ULg

Conference (2014, September 23)

Detailed reference viewed: 8 (1 ULg)
Full Text
See detailMulti-period vehicle assignment problem with stochastic load availability
Crama, Yves ULg; Pironet, Thierry ULg

E-print/Working paper (2014)

In this research, we want to investigate optimization techniques for a generic load assignment problem including a limited fleet of vehicles within a full-truck-load (FTL) multi-period setting including ... [more ▼]

In this research, we want to investigate optimization techniques for a generic load assignment problem including a limited fleet of vehicles within a full-truck-load (FTL) multi-period setting including forecasts on load availability. Several policies are generated from simple heuristics through state of the art approaches such as consensus and restricted expectation algorithms up to the optimization of a subtree of scenarios. Moreover, myopic and a-posteriori deterministic optimizations (including no or fully revealed information) set bounds for policies performance comparisons. Tests are performed for different graphs sizes and sparsity, several distribution laws and number of loads. Performances are compared statistically over paired samples. The robustness of performing policies against a false valuation of the probability distribution is also analyzed. [less ▲]

Detailed reference viewed: 35 (6 ULg)
Full Text
See detailModélisation et étude expérimentale du comportement de Saccharomyces cerevisiae (boulardii) lors de l'extrapolation du procédé à des bioréacteurs de volume industriel
Lejeune, Annick ULg

Doctoral thesis (2014)

L’extrapolation de la production d’un microorganisme est un problème complexe qui prend en compte de nombreux paramètres. En effet, les paramètres opératoires induisent des conditions environnementales ... [more ▼]

L’extrapolation de la production d’un microorganisme est un problème complexe qui prend en compte de nombreux paramètres. En effet, les paramètres opératoires induisent des conditions environnementales qui peuvent être dommageables pour les cellules se développant dans le réacteur. Il est donc important de prendre en compte le côté génie chimique pour comprendre quelles sont les conditions hydrodynamiques présentes dans le réacteur et ensuite s’attacher à étudier la réponse des cellules vis-à-vis de ces conditions. Ce travail se place dans le cas particulier de la production de biomasse de Saccharomyces cerevisiae (boulardii). Dans ce cas, le point critique est l’ajout de la solution concentrée de substrat dans le réacteur. L’utilisation de réacteurs scale-down a permis d’étudier différents cas de conditions hydrodynamiques défavorables, ainsi que leurs impacts sur différents paramètres. Dans un premier temps, l’étude des paramètres ségrégés (concentration en biomasse, en co-produits…) a montré, notamment, une diminution du rendement et une augmentation de la concentration en éthanol. Ensuite, l’étude s’est placée au niveau cellulaire avec l’utilisation de souches exprimant une protéine recombinante fluorescente et de marqueurs cellulaires fluorescents, couplée à la cytométrie en flux. Ces techniques ont permis de mettre en évidence la présence de différentes sous-populations cellulaires, ainsi que l’apparition du phénomène de résistance cellulaire aux stress lors de la production en réacteurs scale-down. L’importance du choix de la méthode de traitement des données cytométriques a également été débattue. Ce travail a abordé différents domaines pour tenter de mieux comprendre la réponse cellulaire aux fluctuations des conditions environnementales ressenties par Saccharomyces cerevisiae (boulardii) lors de productions en réacteurs mimant les conditions hydrodynamiques des réacteurs de grands volumes. [less ▲]

Detailed reference viewed: 18 (3 ULg)