Liés au dépôt

D'importants développements ont été apportés à l'application DSpace de base afin de garantir une interface de dépôt optimale et personnalisée en fonction des besoins des chercheurs de l'Institution.

ORBi propose les fonctionnalités et services suivants :

  • interface web pour soumettre, gérer et charger des documents via un espace de travail personnel :
    • répartition des publications référencées dans ORBi selon le degré de finalisation du dépôt (en cours de dépôt, en cours de signature de la licence de dépôt par tous les co-auteurs…) ;
    • formulaires adaptés aux différents types et sous-types de documents avec possibilité pour l'auteur :
      • d'introduire les références bibliographiques de ses publications ;
      • d'enrichir sa référence de toute information qu'il jugerait utile (commentaire sur le document et son usage, mention de peer-reviewing, intitulé du programme de recherche, organisme subsidiant, centre de recherche…) ;
      • de déposer plusieurs documents associés à une seule référence (par exemple, une monographie découpée en plusieurs chapitres) ;
      • de déposer différentes versions de la publication (preprint auteur, postprint auteur, postprint éditeur), d'attacher des fichiers de formats variés (PDF, doc, XML...) et de gérer les droits d'accès pour chaque fichier (  accès restreint,   accès ouvert,   accès ouvert sous embargo) ;
      • d'ajouter des adjuvants (photos, graphiques, données brutes, présentations powerpoint, fichiers de données...) ;
      • de suspendre à tout moment une soumission et de la reprendre ultérieurement pour finalisation ;
      • de déposer et sauvegarder des documents concernant des accords particuliers conclus avec les éditeurs en matière d'auto-archivage ;
  • outils automatiques de récupération de données :
    • affichage dans l'espace personnel du déposant des publications pour lesquelles il exerce une fonction d'auteur et qui sont soumises à ORBi par un autre responsable de la publication, et ce afin d'éviter l'apparition de doublons.
    • coordonnées des auteurs (nom, prénom, e-mail, affiliation et identifiant) à partir des informations disponibles dans l'annuaire de l'ULg et, pour les personnes externes à l'ULg, des coordonnées introduites graduellement dans ORBi par les déposants. Cette identification des auteurs ULg sur base de leur identifiant permet d'associer de manière univoque des publications à un auteur particulier indépendamment d'éventuels problèmes d'homonymie ou liés notamment au nom d'épouse pour les femmes mariées... ;
  •  
    • données bibliographiques relatives aux périodiques (titre complet, titre abrégé, ISSN, e-ISSN, éditeur, mention de peer reviewing...) à partir d'une base d'environ 38.000 titres compilés par l'équipe d'ORBi. Le déposant a par ailleurs la possibilité d'ajouter un titre de périodique manquant et de modifier certaines données ;

    • passerelle automatique vers la base SHERPA/RoMEO qui répertorie les politiques éditoriales en matière d'auto-archivage ;

    • listes dynamiques des institutions, d'organismes subsidiants, de centres de recherche... ;

  • outils de catégorisation des publications :
    • par type et sous-type de document ;
    • par discipline et sous-discipline ;
    • par public cible ;
  • outils d'aide et d'assistance au dépôt :
    • aide contextuelle accompagnant le déposant tout au long du processus de soumission. Cette aide est désactivable par simple clic activée - désactivée ;
    • suggestion automatique de données sur base des premiers caractères introduits (autocomplétion), notamment pour les titres de périodiques ;
    • mise à disposition d'un guide juridique, d'un guide du déposant, d'une FAQ et d'une boîte à outils ;
  • gestion du processus de génération de messages automatiques par e-mail aux auteurs (signature de la licence, avis de confirmation d'archivage...) ;
  • pré-importation dans ORBi d'environ 20.000 références correspondant aux publications ULg référencées dans le Web of Science, Medline et aux publications des groupes cibles de la phase pilote ;
  • possibilité d'importer des références bibliographiques à partir de bases de données bibliographiques internationales (Medline, Web of Knowledge...) ou à partir d'outils de bibliographie personnelle tels EndNote X ;
  • mise en place d'une procédure de désignation d'un mandataire par le déposant ;
  • accès à un système de reconstitution et de remise en page afin de recréer une version auteur (postprint auteur) ;
  • attribution d'un handle ;
  • respect du protocole OAI-PMH permettant le moissonnage (harvesting) des références d'ORBi par les métamoteurs OAI (OAIster, Scientific Commons, Google Scholar...) ainsi que l'interopérabilité avec le projet européen DRIVER (Digital Repository Infrastructure Vision for European Research) ;
  • référencement d'ORBi dans les principaux annuaires et moteurs de recherche généralistes et spécialisés tels Google, Registry of Open Access Repositories (ROAR) .

Liés à l'utilisation et à la consultation d'ORBi

  • feuilletage du contenu de l'archive par discipline, auteur, titre, année de publication et titre de périodique ;
  • module de recherche intégrant des possibilités de recherche sur le texte complet de la version électronique. La recherche avancée permet d'effectuer des requêtes au moyen de divers index (auteur, titre, mot-clé, année de publication, organisme subsidiant...), de combiner différentes recherches au moyen des opérateurs booléens "ET", "OU", "SAUF" et de limiter les résultats grâce à l'utilisation de filtres (type de document, discipline, peer reviewing, langue, public cible) ;
  • signalétique explicite des documents concernant leur statut d'accessibilité (  accès ouvert,   accès ouvert sous embargo ou   accès restreint) et le degré de validation scientifique (peer-reviewed ou non) ;
  • statistiques générales au dépôt en termes d'évolution du nombre de dépôts, d'usage, avec notamment un top 20 des références les plus téléchargées ainsi que des statistiques détaillées par référence ;
  • génération de listes de publications selon des normes bibliographiques internationales ;
  • catégorisation des documents en fonction de leur public cible (chercheurs, étudiants, grand public...) ;
  • gestion facile des demandes de tirés à part pour les documents en  accès restreint ;
  • catégorisation des documents en fonction de leur public cible (chercheurs, étudiants, grand public...) ;
  • lien dans l'annuaire ULg vers la liste des publications de l'auteur ;
  • affichage sur la page d'accueil ainsi que sur les pages des disciplines et sous-disciplines des 3 derniers dépôts effectués ;
  • suivi des dépôts effectués dans ORBi au moyen de fils RSS (Really Simple Syndication). Le fil RSS peut porter sur l'ensemble du dépôt (à partir de la page d'accueil d'ORBi) ou sur une discipline ou sous-discipline ;
  • choix possible de la langue de l'interface (français/ anglais
  • possibilité de rebondir grâce au résolveur de liens présent sur la page d'affichage des références de la publication vers d'autres ressources (catalogue Source, facteur d'impact du périodique...) ;
  • intégration d'ORBi dans le SSO (Single-Sign-On) de l'ULg afin de permettre par une identification unique l'accès aux outils institutionnels de type MyULg...
  • génération de listes de références via un widget permettant d'inclure du contenu dynamique dans des pages web personnelles, de services, de facultés ;

Aspects techniques

Un soin particulier a été apporté au système de manière à permettre :

  • le respect des standards du W3C :
  • de fonctionner avec une application robuste, sécurisée et performante grâce à l'utilisation de Java, côté serveur ;
  • une amélioration de la compatibilité avec les différents navigateurs grâce à l'utilisation d'un framework javascript Mootools.

Bientôt

  • ajout d'outils d'analyse bibliométrique de type CiteSeer ;
  • intégration au processus de soumission d'une API (Application Programming Interface) visant à la récupération automatique de l'information relative aux politiques d'éditeurs en matière d'Open Access via le site SHERPA/RoMEO. En ce qui concerne les contacts pris par les chercheurs avec les éditeurs, la communication des éléments de la politique éditoriale ajoutés dans ORBi sera effectuée au départ à SHERPA/RoMEO par les gestionnaires d'ORBi. Par ailleurs, une interface commune avec les universités francophones sera envisagée ;

  • interfaçage avec Penelope (base administrative des étudiants) pour la récupération automatique de données liées aux thèses (promoteur(s), membres du jury, intitulé du diplôme...). ;
  • récupération des données BICTEL/e-ULg et BICTEL/e-FUSAGx ;