Reference : Morphologie urbaine et consommation énergétique du bâti résidentiel pour répondre aux ob...
Scientific congresses and symposiums : Paper published in a book
Social & behavioral sciences, psychology : Regional & inter-regional studies
http://hdl.handle.net/2268/98157
Morphologie urbaine et consommation énergétique du bâti résidentiel pour répondre aux objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre
French
Labeeuw, France-Laure mailto [ > > ]
Dujardin, Sébastien mailto [Université de Liège - ULg > > Centre de recherche Lepur >]
Lambotte, Jean-Marc mailto [Université de Liège - ULg > > Centre de recherche Lepur >]
Teller, Jacques mailto [Université de Liège - ULg > Département Argenco : Secteur TLU+C > Urbanisme et aménagement du territoire >]
28-Aug-2011
Yes
International
The Eighteenth International Seminar on Urban Morphology and the Post-Carbon City
from 26-08-2011 to 29-08-2011
Concordia University
Montréal
Canada
[en] aménagement du territoire ; bâti résidentiel ; énergie ; réduction des émissions de GES ; Wallonie ; Belgique
[en] Cet article présente une recherche relative à l’impact de la structuration du territoire sur les émissions de gaz à effet de serre (GES). Particulièrement, il se focalise sur le lien entre morphologie urbaine et consommation énergétique du bâti résidentiel. Nous abordons successivement les données et hypothèses concernant la dynamique du parc bâti et sa caractérisation physique. La discussion se centre ensuite sur deux aspects : le croisement entre variables morphologiques et consommation énergétique, ainsi que les poids spécifiques des facteurs morphologiques et techniques influençant les consommations énergétiques.
Nous défendons ici une approche pragmatique, basée sur une connaissance fine des types d’urbanisation observables sur le territoire. Notre analyse se base sur une modélisation de l’enveloppe de l’ensemble du parc bâti résidentiel wallon, soit 1.300.000 bâtiments, croisant données cadastrales (âge et fonction), photogrammétriques (emprise, hauteurs et mitoyenneté) et statistiques (variables techniques). Une telle approche semi-empirique nous démarque clairement d’un discours de transformation radicale basé sur des modèles théoriques, que nous jugeons mal adaptés à la réalité de nos territoires pour l’élaboration contextualisée de processus d’action aptes à répondre aux défis climatiques.
La structure territoriale de la Wallonie est caractérisée par une dispersion importante de l'habitat en dehors des pôles d’activités économiques et de services qui, combinée à une forte périurbanisation, développe des tissus peu compacts. La région hérite, de plus, de deux caractéristiques peu compatibles avec les objectifs de réduction d’émissions de GES: d’une part, un parc de bâtiments ancien qui techniquement évolue peu malgré l’engagement de diverses politiques régionales de rénovation et, d’autre part, un faible taux de substitution. Une piste semble néanmoins se dessiner en première analyse: celle de la remobilisation des surfaces bâties existantes actuellement vacantes d’occupation.
Lepur : Centre de Recherche en Sciences de la Ville, du Territoire et du Milieu rural
http://hdl.handle.net/2268/98157

File(s) associated to this reference

Fulltext file(s):

FileCommentaryVersionSizeAccess
Open access
20110630 Article bâti GES -ISUF - FINAL.pdfAuthor postprint489.48 kBView/Open

Bookmark and Share SFX Query

All documents in ORBi are protected by a user license.