Reference : Valorisation du douglas en bois de struture et bardages : impact de la vitesse de cro...
Scientific journals : Article
Life sciences : Agriculture & agronomy
Life sciences : Phytobiology (plant sciences, forestry, mycology...)
Engineering, computing & technology : Materials science & engineering
http://hdl.handle.net/2268/20986
Valorisation du douglas en bois de struture et bardages : impact de la vitesse de croissance des arbres
French
Henin, Jean-Marc [> >]
Pollet, Caroline [> >]
Hebert, Jacques mailto [Université de Liège - ULg > Gembloux Agro-Bio Tech > Gembloux Agro-Bio Tech >]
Jourez, Benoît mailto [Université de Liège - ULg > Forêts, Nature et Paysage > Gestion des ressources forestières et des milieux naturels >]
2009
Forêt Wallonne
Forêt Wallonne asbl
98
29-38
No
National
1372-8903
Louvain-la-Neuve
Belgique
[fr] bois de structure ; douglas
[en] lame de bardage
[fr] Jusqu’à présent, la gestion du douglas était plus ou moins calquée sur celle de l’épicéa, ce qui impliquait une sous-exploitation du potentiel. La recherche présentée a pour but d’évaluer l’impact de la vitesse de croissance sur les caractéristiques du matériau produit et donc l’impact de la sylviculture opérée sur le douglas.
<br />
<br />Soixante-six arbres ont été choisis dans onze peuplements. Six arbres par peuplement : deux dominants, deux co-dominants, deux dominés. L’âge des peuplements se situe entre 40 et 70 ans. Les peuplements les plus jeunes ont suivi les scénarios sylvicoles les plus dynamiques, les peuplements les plus vieux ont été soumis aux pratiques les plus conservatrices.
<br />
<br />Sur base d’un classement visuel, 85 % des bois de structure et 77 % des lames de bardage débitées sont valorisables. Ces débits sont représentatifs de plus de 75 % du volume marchand des arbres. Le constat est donc positif.
<br />
<br />La maximisation de la croissance du douglas n’est pas la solution qui permet une valorisation optimale de la ressource par le secteur de la première transformation, en raison de l’augmentation de la nodosité avec la vitesse de croissance. Par contre, la largeur moyenne des cernes mesurée sur les sciages n’est pas en soi un facteur pénalisant pour le classement visuel.
<br />
<br />Dans un contexte de classement visuel, la recherche de vitesses de croissance relativement élevées semble subordonnée à la pratique d’un élagage qui permettra de pallier la forte branchaison. Il reste à évaluer si la plus-value apportée par l’élagage compense la perte de qualité engendrée par l’augmentation de la taille des nœuds au-delà de la partie élaguée, quand on sait que pour 6 mètres élagués, 65 % du volume des arbres du peuplement final ne le sont pas.
Département de l'Etude du Milieu naturel et agricole
Service Public de Wallonie
Researchers ; Professionals ; Students ; General public ; Others
http://hdl.handle.net/2268/20986
also: http://hdl.handle.net/2268/95510
Afin de tirer le meilleur parti du potentiel de production du douglas tout en préservant les caractéristiques avantageuses de son bois, la recherche présentée a pour but d’évaluer l’impact de la vitesse de croissance sur les caractéristiques du matériau produit.

File(s) associated to this reference

Fulltext file(s):

FileCommentaryVersionSizeAccess
Open access
Fw_98_2009.pdfNo commentaryPublisher postprint704.38 kBView/Open

Bookmark and Share SFX Query

All documents in ORBi are protected by a user license.