Reference : Apport des troponines T et I ultrasensibles dans le diabète
Scientific congresses and symposiums : Paper published in a journal
Human health sciences : Endocrinology, metabolism & nutrition
Human health sciences : Cardiovascular & respiratory systems
Human health sciences : Laboratory medicine & medical technology
http://hdl.handle.net/2268/95381
Apport des troponines T et I ultrasensibles dans le diabète
French
LE GOFF, Caroline mailto [Centre Hospitalier Universitaire de Liège - CHU > > Chimie médicale >]
LAURENT, Terry mailto [Centre Hospitalier Universitaire de Liège - CHU > > Frais communs Biologie Clinique >]
GARWEG, Christophe mailto [Centre Hospitalier Universitaire de Liège - CHU > > Cardiologie >]
Kaux, Jean-François mailto [Université de Liège - ULg > Département des sciences cliniques > Département des sciences cliniques >]
HALENG, Jeanine mailto [Centre Hospitalier Universitaire de Liège - CHU > > Chimie médicale >]
Charlier, Corinne mailto [Université de Liège - ULg > Département de pharmacie > Chimie toxicologique >]
Chapelle, Jean-Paul mailto [Université de Liège - ULg > Département de pharmacie > Chimie médicale >]
Feb-2012
Immuno-Analyse & Biologie Spécialisée [=IBS]
Elsevier
27
1
40
Yes
No
International
0923-2532
Paris
France
28e Colloque IBS CORATA
8-10 juin 2011
Namur
Belgique
[fr] Troponine ; Diabète
[fr] Introduction :
Le diabète atteint environ 3% de la population française. Or, cette maladie expose à l'apparition
précoce de complications cardiovasculaires. Les troponines de nouvelles générations
hautement sensibles pourraient être un bon outil diagnostic pour mettre en évidence des macroou
micro-angiopathies non diagnostiquée chez ces patients.
Le but de notre étude était de comparer la performance de la troponine T ultrasensible (hsTnT)
(Roche Diagnostic) avec la troponine I ultrasensible (TnI II) (Abbott Diagnostic) chez le sujet
diabétique.
Matériel et méthodes :
Vingt patients diabétiques (âge moyen : 52.6 ± 8.4 ans) ont été sélectionnés sur le critère d’un
taux d’hémoglobine glyquée (HbA1c) élevé. Ces sujets ont été comparés à vingt sujets
contrôles d’âge moyen : 60.05 ± 2.86 ans. Les patients atteints d’insuffisance rénale et
d’affections cardiovasculaires ont été exclus. Les analyses ont été réalisées sur du plasma
hépariné lithium. La hsTnT a été dosée par électrochemiluminescence sur le Modular E (Roche
Diagnostic). Abbott utilise des microparticules chemiluminescentes pour le dosage de la TnI II
sur l’ARCHITECT i.
Résultats :
Les sujets diabétiques ont un taux plasmatique de hsTnT représenté par les valeurs suivantes
[médiane (1er quartile, 3ème quartile)] : 0,007 (0,03 ; 0,018) ng/mL ; alors que les sujets contrôles
négatifs présentent les valeurs suivantes : 0,003 (0,003 ; 0,004) ng/mL. La différence de taux
de hsTnT observée entre ces 2 populations est statistiquement significative (p = 0,000922).
Pour la TnI II, on observe un taux plasmatique de: 0,004 (0,003 ; 0,075) ng/mL chez les sujets
diabétiques et 0,002 (0,001 ; 0,005) ng/mL chez les sujets contrôles. La différence de taux de
TnI II observée entre ces 2 populations n’est pas statistiquement significative (p > 0,005).
Discussion-conclusion :
Au décours d’un diabète, il apparait que les taux de hsTnT sont augmentés de façon
significative par rapport au groupe des contrôles négatifs. Si les taux hsTnT augmentent chez le
diabétique, il semblerait normal qu’il en soit de même pour la TnI II, vu que ces deux marqueurs
sont intimement liés. Nous ne l’avons pas observé mais ceci peut être du à la plus faible
performance analytique du dosage de la TnI II utilisé. Cette libération de hsTnT dans le sang
peut être due aux micro- et macro-angiopathies au niveau des coronaires induites au cours d’un
diabète.
http://hdl.handle.net/2268/95381

File(s) associated to this reference

Fulltext file(s):

FileCommentaryVersionSizeAccess
Restricted access
Diabete.pdfAuthor postprint133.6 kBRequest copy

Bookmark and Share SFX Query

All documents in ORBi are protected by a user license.