Reference : Le QUEEN MARY 2, le plus grand paquebot au monde
Scientific journals : Article
Engineering, computing & technology : Multidisciplinary, general & others
http://hdl.handle.net/2268/9398
Le QUEEN MARY 2, le plus grand paquebot au monde
English
[fr] The QUEEN MARY 2, the biggest liner in the world
René-Pierre Saint-M'Leux, René-Pierre [Alstom Marine, France > > > >]
Marchal, Jean mailto [Université de Liège - ULg > Département Argenco : Secteur TLU+C > ANAST (Systèmes de transport et constructions navales) >]
Hage, André mailto [Université de Liège - ULg > Département Argenco : Secteur TLU+C > ANAST (Systèmes de transport et constructions navales) - Département ArGEnCo >]
Rigo, Philippe mailto [Université de Liège - ULg > Département ArGEnCo > Constructions hydrauliques et navales >]
Jun-2005
Journal des Ingénieurs (Le)
FABI
n°95
9-23
Yes
National
0021-8065
Bruxelles
Belgique
[en] Paquebot ; construction et management naval ; calcul à la fatigue
[en] Le Queen Mary 2 est un paquebot qui détient de nombreux records. C’est le plus grand, le
plus haut mais aussi le plus cher bateau pour passagers que l’humanité n’ait jamais construit.
En effet, les chiffres qui le caractérisent sont éloquents. Le navire fait 345 m de long, 45 m de
large, 62 m de haut, possède 13 ponts, pèse 65 000 tonnes et peut accueillir à son bord plus de
4400 passagers. Il peut naviguer à plus de 29 noeuds (45 km/h), tout en gardant une
manoeuvrabilité remarquable.
Le Queen Mary 2 est une véritable ville flottante. Il dispose de restaurants, d’une discothèque,
d’une salle des douanes, de boutiques et même d’une piste d’athlétisme. Le coût de sa
construction s’est élevé à plus de 538 millions €. Il n’a fallu que deux années pour le
construire. Plus de 800 entreprises et 20 000 ouvriers se sont mobilisés aux chantiers de St-
Nazaire pour lui donner le jour.
Il y a plusieurs étapes dans la construction d’un navire. Le chantier commence par la
réception, le découpage et l’assemblage des tôles nécessaires à la formation de la structure de
la coque. Ces tôles sont ensuite soudées pour constituer des ensembles appelés panneaux. A
ce stade, on commence à installer une partie des réseaux électriques et des conduits divers.
L’étape suivante est la construction puis l’assemblage des blocs qui sont soudés les uns aux
autres jusqu’à former des parties entières du navire. La dernière étape est celle de l’armement,
plus communément appelé l’habillage. Elle intervient quand le navire a acquis sa silhouette
définitive. C’est la phase où l’on apporte au bateau tous les équipements nécessaires à son
utilisation. C’est à ce stade qu’est intervenue une société liégeoise, Disteel Cold
Alstom-Anast
coopération Alstom-Anast
Researchers ; Professionals ; Students
http://hdl.handle.net/2268/9398
also: http://hdl.handle.net/2268/36408

File(s) associated to this reference

Fulltext file(s):

FileCommentaryVersionSizeAccess
Open access
03- FABI QM2 (vers 5).pdfNo commentaryPublisher postprint1.97 MBView/Open

Bookmark and Share SFX Query

All documents in ORBi are protected by a user license.