Reference : Essai d’estimation des dommages piscicoles engendrés par les prises d’eau industriell...
Reports : Expert report
Life sciences : Environmental sciences & ecology
http://hdl.handle.net/2268/90625
Essai d’estimation des dommages piscicoles engendrés par les prises d’eau industrielles et les turbines hydroélectriques dans les cours d’eau de la Province de Liège. Partie A. La Meuse canalisée
French
Philippart, Jean-Claude mailto [Université de Liège - ULg > Département des sciences et gestion de l'environnement > Biologie du comportement - Ethologie et psychologie animale >]
Ovidio, Michaël mailto [Université de Liège - ULg > > Laboratoire de Démographie des Poissons et d'Hydroécologie (LDPH) > >]
Rimbaud, Gilles mailto [Université de Liège - ULg > Département des sciences et gestion de l'environnement > Département des sciences et gestion de l'environnement >]
Dierckx, Arnaud mailto [Université de Liège - ULg > Département des sciences et gestion de l'environnement > Biologie du comportement - Ethologie et psychologie animale >]
Poncin, Pascal mailto [Université de Liège - ULg > Département des sciences et gestion de l'environnement > Biologie du comportement - Ethologie et psychologie animale >]
Dec-2010
126
[fr] Centrale hydroélectrique ; Turbine ; Poissons ; Mortalité ; Protection ; Migration ; Prise d'eau
[en] Ce rapport à la Commission provinciale de Liège du Fonds Piscicole présente, sur la base
d’une analyse bibliographique, une estimation des mortalités de poissons engendrées dans la
Meuse liégeoise par l’entraînement de ceux-ci dans les prises d’eau de refroidissement de
trois centrales électriques thermiques (centrale nucléaire de Tihange-50 m3/s, centrale TGV de
Seraing-3 m3/s et centrale des Awirs-11 m3/s) et dans les turbines de quatre grandes centrales
hydroélectriques (CHE) au fil de l’eau (Ampsin-Neuville-270 m3/s, Yvoz-Ramet-285 m3/s,
Monsin-Liège-450 m3/s et Lixhe-Visé-340 m3/s). Ces estimations se basent sur plusieurs
études et spécialement sur les résultats d’une étude approfondie de l’entraînement des
poissons (38 espèces) sur les systèmes de filtration de l’eau (grilles à barreaux et tambours
filtrants) à la centrale nucléaire de Tihange au cours d’une année entière (fin octobre 2000-
début novembre 2001) et, pour comparaison, à la centrale TGV de Seraing en 2001-2002
(voir Philippart et al., 2003). L’étude menée à Tihange a été prolongée jusqu’en début 2005
dans le cadre de la thèse doctorale de D. Sonny (2006, 2009) et a permis de bien caractériser
les phénomènes de migration de dévalaison des différentes espèces dans la Meuse et de
chiffrer leur importance quantitative par rapport au débit d’eau pompé-filtré dans la prise
d’eau de Tihange et, par extrapolation, dans la totalité du fleuve. Ce sont ces informations sur
les ordres de grandeur des flux de poissons en dévalaison dans la Meuse à Tihange qui ont été
utilisées pour estimer l’impact absolu du passage des poissons dans les quatre centrales
équipées de turbines Kaplan (hélice) de caractéristiques connues en termes de débit maximum
par turbine et pour l’ensemble de chaque centrale et de grandeur et vitesse de rotation de la
roue-hélice. On a aussi utilisé des informations bibliographiques provenant d’observations et
d’expériences réalisées aux Pays-Bas (centrale hydroélectrique de Linne sur la Meuse) et en
France (notamment les travaux de Larinier et Travade).
Commission provinciale de Liège du Fonds piscicole du Service Public de Wallonie
Researchers ; Professionals ; Students ; General public
http://hdl.handle.net/2268/90625

File(s) associated to this reference

Fulltext file(s):

FileCommentaryVersionSizeAccess
Open access
Fondspiscicole2010-TomeA.pdfAuthor postprint6.03 MBView/Open

Bookmark and Share SFX Query

All documents in ORBi are protected by a user license.