Reference : Opinions publiques et politique européenne de sécurité et de défense commune : acteurs, ...
Books : Collective work published as editor or director
Social & behavioral sciences, psychology : Sociology & social sciences
Law, criminology & political science : Political science, public administration & international relations
http://hdl.handle.net/2268/86674
Opinions publiques et politique européenne de sécurité et de défense commune : acteurs, positions, évolutions
French
Dumoulin, André mailto [Université de Liège - ULg > Département de science politique > Département de science politique >]
Manigart, Philippe mailto []
Dec-2010
Bruylant
Organisation internationale et relations internationales 67, Vincent Chetail
538
978-2-8027-3030-9
Bruxelles
Belgique
[en] opinions publiques ; défense européenne ; sondages ; parlements ; eurobaromètres ; presse ; communication ; Erasmus militaire
[en] Le but de cet ouvrage multidisciplinaire et collectif est, d’une part, de mesurer le degré de concordance – ou de discordance – entre les opinions du public et les décisions politiques en matière de PESD et, d’autre part, de proposer des mesures « pédagogiques » concrètes pour mieux informer les citoyens des enjeux de cette politique. Il a donc pour modeste ambition d’analyser les demandes et les soutiens des opinions publiques européennes en matière de PESD et de voir dans quelle mesure la boucle de rétroaction dans ce domaine pourrait être améliorée pour mieux convaincre ces opinions publiques de l’importance de la PESD pour l’avenir de l’Union.

Il s’agira, dans une première partie, de présenter les acteurs principaux de la PESD dans leur rapport aux publics généraux et spécialisés (Sous-commission sécurité-défense du Parlement européen, Assemblée parlementaire de l’UEO, Collège européen de sécurité et de défense, Institut d’Etudes de sécurité de l’UE, organisation de l’ « Erasmus militaire ») ainsi que certaines études de cas sur les élites face aux Eurobaromètres, think tanks français et PESD et acteur national face à la PESD (Parlement belge).

Dans une deuxième partie, nous aborderons les sondages d’opinion autour de la PESD, les enseignements des Eurobaromètres, le poids des opinions publiques françaises, britanniques et françaises face à cette politique sectorielle européenne, parallèlement à plusieurs contributions autour de la presse écrite belge, française, britannique et allemande sur la même thématique. Nous terminerons cette partie par la mesure de l’opinion de publics spécialisés sur la PESD à partir d’un sondage effectué auprès d’élèves de l’Ecole Spéciale Militaire de St Cyr (France), de la Nederlandse Defensie Academie de Breda (Pays-Bas) et de l’Ecole royale militaire (Belgique), les futurs officiers des ces trois armées. L’examen des opinions de publics spécialisés, en l’occurrence les futures officiers d’armées européennes, concernant la PESD permet d’appréhender la maîtrise de cette matière et ainsi d’améliorer l’information et de la communication dans ce domaine. Dans la mesure où ces publics sont les premiers concernés par les missions de gestion de crise de l’Union européenne, leur connaissance de cette politique est quelque chose d’important. Qui plus est, les réponses des élèves de ces écoles militaires sont des révélateurs puissants de la « pénétration » des matières européennes autant que des cultures nationales. Dans la mesure où plusieurs des questions posées lors de cette enquête provenaient de la série des Eurobaromètres, enquêtes réalisées pour le secteur Analyse de l'opinion publique de la Commission européenne auprès d’échantillons représentatifs de la population des différents Etats-membres de l’Union européenne, on essaiera de comparer, là où c’est possible et pertinent, les opinions des futurs officiers belges, français et néerlandais à celles de leurs opinions publiques nationales respectives. Il ne s’agira toutefois que de comparaisons très approximatives, dans la mesure où ni les méthodes utilisées (questionnaires écrits d’un côté et face-à-face de l’autre), ni les périodes de collecte des données ne sont les mêmes ; ces comparaisons nous permettront néanmoins de voir si, au niveau de leurs perceptions de la politique européenne de sécurité et de défense, nos publics spécialisés se démarquent ou non, systématiquement et de manière importante, des publics non spécialisés.

Nous pourrons aussi examiner quelles sont les préférences de ces publics en matière de PESD, leur degré d’assimilation, le poids du cadre national et dans quelle mesure ils partagent l’objectif d’une plus grande intégration dans ce domaine.

Au vu du processus de différenciation sociale à l’œuvre dans nos sociétés, à côté de cette opinion publique indifférenciée, sont en effet apparus et jouent un rôle de plus en plus important des « publics » plus spécialisés, constitués de groupes/catégories sociales ou professionnelles plus directement concernés et/ou intéressés par un domaine politique particulier. Dans la mesure où ce sont eux/elles qui seront, en partie, chargé(es) de donner corps à la PESD, un des groupes les plus directement concernés est évidemment constitué des militaires des différents pays de l’Union européenne, et en particulier des officiers. Ces derniers ayant un niveau d’instruction plus élevé, étant plus concernés et ayant, de par leur profession, une connaissance a priori plus grande de ce domaine que l’opinion publique générale, on peut s’attendre à qu’ils aient également des opinions plus structurées sur la PESD en général et sur ces différents aspects en particulier.

Enfin, dans une troisième partie, sur base de ce diagnostic, l’ouvrage tentera de déterminer les axes autour desquels les efforts d’information devraient être portés afin de favoriser le développement d’une identité collective européenne de sécurité et de défense. Cette identité est d’importance dès qu’il s’agit de faire assimiler les objectifs de la Stratégie européenne de sécurité et la Politique européenne de sécurité et de défense .

Du point de vue méthodologique, une combinaison de méthodes, quantitatives (réalisation de sondages auprès de publics spécialisés et analyses secondaires de sondages d’opinions européens et nationaux), qualitatives (analyses de contenu des médias, des débats parlementaires, etc.) et études de cas, a ainsi été utilisée pour générer une connaissance empirique de ce domaine, des différents types d’opinion publique (« grand public » et publics spécialisés), et de la manière dont l’information du public est produite et délivrée.

Sur base de ces données, des propositions concrètes en vue d’améliorer le développement d’une identité européenne en matière de sécurité et de défense et ainsi de réduire le « déficit démocratique » dans le domaine de la PESD pourront être avancées. En cela, cet ouvrage peut apporter son concours comme aide au processus de décision autant qu’apport à la connaissance des opinions publiques sur la matière de sécurité et de défense européenne, dans les limites des contraintes de la confidentialité dans le champ intergouvernemental, de l’incapacité de l’opinion publique à se représenter la globalité des enjeux et du caractère éminemment délicat d’un domaine au conséquences parfois létales.
Chaire de sociologie de l'Ecole royale militaire
Ministère belge de la défense
Researchers ; Professionals ; Students
http://hdl.handle.net/2268/86674
http://reflexions.ulg.ac.be/cms/c_31640/defense-europeenne-et-opinions-publiques
LES AUTEURS


Mathias Bonneu est chercheur au Département des sciences du comportement de l'Ecole royale militaire (ERM), où il mène principalement des recherches sur l'image et l'identité de la Défense belge, y compris l'analyse des attitudes du personnel de la défense concernant les aspects ethnoculturels. Il rédige actuellement une thèse de doctorat sur les relations entre les opinions publiques et la politique européenne de sécurité et de défense commune. (Courriel : Mathias.Bonneu@rma.ac.be).

Frédéric Charillon est professeur des universités en science politique à l’Université d’Auvergne, enseignant à Sciences-Po Paris et à l’ENA, et actuellement directeur de l’Institut de Recherche Stratégique de l’Ecole Militaire (IRSEM) au ministère français de la défense (Paris). Il est auteur de nombreuses publications sur les questions de politique étrangère en Europe, notamment Politique étrangère. Nouveaux regards (Presses de Sciences Po, Paris, 2002) ; Les relations internationales (La Documentation Française, Paris, 2006). (Courriel : frederic.charillon@defense.gouv.fr).

Gilles Combarieu, Vice-Amiral (2S), est depuis septembre 1998, Conseiller de défense et Chef de la Section Défense (Commission de défense et Commission Technique et Aérospatiale) de l’Assemblée européenne de sécurité et de défense/Assemblée de l’Union de l’Europe occidentale. Auparavant il avait été responsable du dossier UEO (de 1990 à 1993) puis Chef de la division des Relations extérieures (1993 à 1996) à l’Etat-major des Armées (Paris). A ce titre, il a participé personnellement à la relance de l’UEO à partir de 1990 comme représentant du Ministère de la défense : 1ère guerre du Golfe (1990), déclaration de Petersberg (1992), mise en place des structures de l’UEO à Bruxelles (1993-1996). Depuis 1998, il participe activement à la rédaction des rapports de la Commission de défense de l’Assemblée européenne de sécurité et de défense. (Courriel : gcombarieu@assembly.weu.int).

Delphine Deschaux-Beaume est Docteur en science politique, chargée de cours à l'Institut d'Etudes Politiques de Grenoble et chercheure associée à PACTE-Sciences Po Grenoble.
Ses publications récentes sont: Mathias Delori, Delphine Deschaux-Beaume, Sabine Saurugger, Le choix rationnel en science politique. Débats critiques, Rennes, PUR, 2009 ; La construction de l’Europe de la Défense : du Corps Européen à une armée européenne ? Une approche franco-allemande de la Politique Européenne de sécurité et de Défense (PESD), pp. 195-217, dans LAUDIER Isabelle, GORGEON Catherine (dir.), Territoires et identités en mutation, Paris, L’Harmattan, 2009 ; « La Politique Européenne de sécurité et de Défense et les Parlements : comparaison franco-allemande », dans Revue du Marché Commun et de l’Union Européenne, n° 534, février-mars 2010. (Courriel : delphine.deschaux@wanadoo.fr ).

André Dumoulin est Docteur en science politique, chercheur à l’Ecole royale militaire dans le Département des sciences du comportement. Chargé de cours associé à l’Université de liège (master 2 cours sur la PESD) et membre du Réseau multidisciplinaire d’études stratégiques (www.rmes.be) . Ses travaux portent principalement sur la sécurité européenne (PESDC de l’UE, l’UEO, l’OTAN) et sur différents aspects de la dissuasion nucléaire. Collaborateur régulier à l’Annuaire français de relations internationales (AFRI), à la Revue de Défense nationale (Paris) et à la revue Défense et sécurité internationale (DSI). Il est l’auteur de nombreux articles sur ces sujets, et de plusieurs ouvrages ou monographies, parmi lesquels « L’OTAN, aujourd’hui et demain », Universalia 2009, Encyclopaedia Universalis, mai 2009 ; directeur de l’ouvrage France-OTAN : vers un rapprochement doctrinal ? Au-delà du 40ème anniversaire de la crise franco-atlantique, Bruylant, Bruxelles, 2006 ; Union de l’Europe occidentale : la déstructuration (1998-2006), Bruylant, Bruxelles, 2005. (Courriel : adumoulin@ulg.ac.be).

Samuel Faure est diplômé en science politique de l'Université de Montréal et de l'Université Lumière Lyon II. Il fut chargé d'études au sein de l'Institut de recherche stratégique de l'Ecole Militaire (IRSEM) sur les questions de défense européenne. Sous la direction des professeurs Frédéric Charillon et Frédéric Ramel, il a participé aux premiers Cahiers de l'IRSEM (2010) ayant pour objet "L'influence de la France sur la PESD". Il fut ensuite chargé de mission au sein de la Commission Affaires européennes de l'Assemblée nationale en charge des questions de JAI jusque juin 2010. Son mémoire de fin d'étude (2009) s'intitule: "L'Europe puissance diplomate: De la construction d'une culture stratégique européenne". (Courriel :samuel.bh.faure@gmail.com).

Martial Foucault est professeur adjoint d'économie politique au département de science politique de l'Université de Montréal depuis 2006. Actuellement chercheur associé au CEPSI (Centre d'Etudes sur la Paix et la Sécurité Internationale) de l'Université de Montréal/McGill University, il poursuit ses recherches autour des questions de burden-sharing au sein de la PESD et des organisations internationales de sécurité. Son agenda de recherche couvre plus largement l'économie politique des choix publics, les théories de mise à l'agenda et les aspects méthodologiques des interactions entre économie et politique. Ses travaux ont été récemment publiés dans American Journal of Political Science, Political Studies, Public Choice, West European Politics, Social Science Quarterly, Journal of European Public Policy, French Politics, Revue Economique. (Courriel : martial.foucault@umontreal.ca).

Armand Franjulien est diplômé de l’Institut d’Etudes politiques de Paris. Il est Chef d'unité à la sous-commission de la sécurité et de la défense du Parlement européen. (Courriel : armandfranjulien@yahoo.fr).

David Grivet Titulaire d’un Bachelor en Droit et d’un Master en Études Européennes de l’Université de Liège. Les recherches qu’il a effectuées dans le cadre de son mémoire intitulé « La dimension PESD/PSDC au Parlement européen : le travail de la Sous-commission Sécurité et Défense (SEDE) » ont porté sur la dimension parlementaire européenne de la PESD. Il travaille actuellement à EUROCONTROL, l’organisation intergouvernementale européenne pour la sécurité de la navigation aérienne, dans le domaine de la communication institutionnelle et plus particulièrement de la communication via les nouveaux médias. (Courriel : grivet_1@hotmail.com).

Nicolas Gros-Verheyde est correspondant "Affaires européennes" de Ouest-France à Bruxelles, après avoir occupé le même poste à France-Soir. Spécialiste des questions de défense et de sécurité, il contribue également à La Lettre de l’Expansion. Il a commencé sa carrière de journaliste comme reporter en Europe de l’Est, en 1989, au moment de la transition et de la réunification, après avoir travaillé dans des ONG de secours d’urgence ou de développement. Il a travaillé notamment pour Le Quotidien de Paris, La Tribune, Arte et LCI, à Radio-France Urgences et à l’agence de presse « Europolitique ». Il est l’auteur de plusieurs ouvrages, dont un sur le Service national (éditions Puits-Fleuri, 1998). Depuis 2007, il a créé un blog, « Bruxelles2 » - www.bruxelles2.eu - consacré à l’Europe de la défense et qui fait autorité par sa précision, le ton employé et son contenu unique (Courriel: ngros2@yahoo.fr).

Stephanie C. Hofmann (PhD Cornell University) est professeur assistant à l'Institut de Hautes Etudes Internationales et du Développement à Genève. Elle a publié « Overlapping Institutions in the Realm of International Security: The Case of NATO and ESDP » dans Perspectives on Politics, 2009 ; « OTAN: vers un nouveau concept stratégique ? » dans Politique étrangère, 1er trimestre 2008 ; « Through the Transatlantic Looking Glass: France and the U.S., yet another special relationship? » dans A Hybrid Relationship – Transatlantic Security Cooperation Beyond NATO, Peter Schmidt ( ed), Peter Lang, 2008 (avec Ronja Kempin). (Courriel : stephanie.hofmann@graduateinstitute.ch).

Bastien Irondelle est chargé de recherches FNSP au CERI-Sciences Po. Il enseigne à Sciences Po en Relations Internationales et Etudes Européennes. Il est actuellement Deakin Fellow, St Antony's College et Visiting Research Fellow au Changing Character of War Programme, University of Oxford. Ses domaines de recherché portent sur la transformation comparée des politiques militaires en Europe, la Politique européenne de sécurité et de défense notamment à travers les problématiques de l'européanisation, de l'analyse de réseaux, de l'opinion publique et de l'agenda-setting. Il notamment publié avec Martial Foucault "Opinion publique et sécurité en Europe", Paris, Cahiers du Centre d'Etudes en Sciences Sociales de la Défense, 2008 (Courriel : bastien.irondelle@sciences-po.fr).

Philippe Manigart est professeur de sociologie et chef du Département des Sciences du Comportement à l’Ecole Royale Militaire. Il est également chargé de cours à temps partiel à la Faculté Warocqué des Sciences Economiques de l'Université de Mons-Hainaut. Détenteur d’un doctorat en Sciences Sociales de l'Université Libre de Bruxelles et d’un Master of Arts en sociologie de l'Université de Chicago, il est l’éditeur, entre autres, de Future Roles, Missions and Structures of Armed Forces in the New World Order: The Public View (Nova Science Publishers, 1996) et (avec L. Jelusic) de European Defence Restructuring: Military and Public View (Office for Official Publication of the European Communities, 2001). Il est également co-auteur (avec F. Kernic et J. Callaghan) de Public Opinion on European Security and Defense: A Survey of European Trends and Public Attitudes Toward CFSP and ESDP (Peter Lang, 2002). Entre 1990 et 1994, il a été Coordinateur du Working Group 1 (Public opinion: legitimization and integration of the military) de l'European Research Group on Military and Society (ERGOMAS) (Courriel : Philippe.Manigart@rma.ac.be).

Frédéric Mérand est professeur de science politique et directeur adjoint du Centre d’études sur la paix et la sécurité internationale (CEPSI) à l’Université de Montréal. Détenteur d’un doctorat de l’Université de Californie, Berkeley, et ancien conseiller politique au ministère des Affaires étrangères du Canada, il est l’auteur de European Defence Policy: Beyond the Nation State (Oxford University Press, 2008) et, avec René Schwok, directeur de l’ouvrage L’Union européenne et la sécurité internationale (Academia Bruylant, 2009). Il a publié ses travaux dans plusieurs revues scientifiques, dont Security Studies, Comparative European Politics, Cooperation and Conflict, Politique européenne, Politique africaine, Études internationales et la Revue canadienne de science politique. Ses recherches actuelles portent sur les réseaux sociaux dans la politique européenne de sécurité et de défense. (Courriel frederic.merand@umontreal.ca).


Arthur Minsat, est doctorant en relations internationales à la London School of Economics (LSE). Sa thèse est intitulée EU Foreign Policy towards Pariah States, Explaining the Absence of Change to an Ineffective Foreign Policy towards Myanmar, North Korea and Zimbabwe, et supervisée conjointement par Dr. Karen E. Smith et Dr. Jürgen Haacke. Il a publié en 2008 une monographie intitulée: « 1988: changement des relations entre la République Fédérale d’Allemagne et le Myanmar », publiée en allemand par la Fondation Fredrich-Ebert, et plusieurs articles traitant de la politique étrangère et de défense de l’UE. Il est également chargé de travaux dirigés à la LSE, et maître de conférences à Roehampton University et King’s College London.(Courriel : A.J.minsat@lse.ac.uk).

Bastien Nivet est Docteur en science politique et chercheur associé à l'Institut de relations internationales et stratégiques (IRIS) à Paris. Ses travaux portent principalement sur la construction européenne, le rôle de l'Union européenne sur la scène internationale, la PESD et ses ambitions, acteurs et conséquences sur les politiques de l'UE et de ses Etats membres. Il est l'auteur de nombreux articles sur ces sujets, et de plusieurs ouvrages ou monographies, parmi lesquels « Les acteurs et réseaux de la PESD » (Les document du C2SD, novembre 2008), « Security by Proxy? The EU and (sub-)regional organisations, the case of ECOWAS » (Occasional Paper n°63, Institut d'Etudes de sécurité de l'UE, 2006), « La défense dans les débats publics en Europe » (Les documents du C2SD, 2005). (Courriel : nivetb@yahoo.fr).

Sylvain Paile est chercheur au sein de l’Unité Etudes Européennes du département de Science Politique de l’Université de Liège. Titulaire d’une maîtrise de Droit et d’un DEA en Sciences Politiques, il a effectué une recherche sur l’européanisation de la politique de l’enseignement de l’Ecole royale militaire de Belgique, dont le rapport a été publié en 2009, et collabore avec le Collège Européen de Sécurité et de Défense (CESD) dans la mise en œuvre de l’initiative européenne pour les échanges de jeunes officiers, inspirée d’Erasmus. Il est l’auteur de rapports effectués dans ce cadre pour le groupe de mise en œuvre de l’initiative européenne et a notamment publié L’Enseignement militaire à l’épreuve de l’Européanisation : Adaptation de la politique de l’enseignement pour l’Ecole royale militaire de Belgique aux évolutions de la PESD aux Thématiques du Centre des Sciences Sociales de la Défense (C2SD), n°19, Paris, Janvier 2009. (Courriel : spaile@ulg.ac.be).

Alain Spoiden, lieutenant-colonel des forces armées belges, est breveté d'état-major a rédigé sa contribution alors qu’il était directeur du département des Hautes Etudes de la Défense de l'Institut Royal Supérieur de Défense. Il assume également la charge de conseiller facultaire depuis 2006 au sein du conseil académique exécutif du Collège Européen de Sécurité et Défense. Il est l'auteur d'un mémoire intitulé "Un centre d'analyse et de prévision", paru en mai 2001 dans la série "Sécurité et Stratégie", publiée par l'Institut Royal Supérieur de Défense. Il est détaché durant le premier semestre 2010 comme officier de liaison belge au quartier général des opérations de paix de l’ONU à New York pour la mission UNIFIL au Liban (Courriel : spoiden@hotmail.com).

Cyrille Thiébaut est doctorante en science politique à Paris I Panthéon-Sorbonne – CRPS (Centre de recherches politiques de la Sorbonne). Sa thèse est intitulée : « Enjeux publics, opinions et réception : La réactivité du public français aux représentations médiatiques de l’Europe de la défense et des relations transatlantiques ». Elle est également jeune chercheur de l'IRSEM (anciennement C2SD, Centre des Sciences sociales de la défense) et ATER à l'Université François Rabelais de Tours. (courriel : thiebautcyrille@free.fr).

There is no file associated with this reference.

Bookmark and Share SFX Query

All documents in ORBi are protected by a user license.