Reference : Le "mode d'habiter": histoire d'une notion émergente en géographie
Scientific congresses and symposiums : Unpublished conference
Social & behavioral sciences, psychology : Human geography & demography
http://hdl.handle.net/2268/82709
Le "mode d'habiter": histoire d'une notion émergente en géographie
French
Schmitz, Serge mailto [Université de Liège - ULg > Département de géographie > Géographie rurale >]
Jan-2011
Yes
No
International
Habiter : vers un nouveau concept
12-13 janvier 2011
Université de Picardie Jules Verne
Amiens
France
[fr] Mode d'habiter ; epistémologie ; condition géographique
[fr] L’expression « mode d’habiter » s’est inscrit dans la recherche géographique au cours des dernières décennies sans néanmoins sembler nécessiter une définition. Quand Nicole Mathieu signale que la notion de « mode d’habiter » se trouve à mi-chemin entre la notion géographique de « genre de vie » et celle sociologique de « mode de vie », Mathis Stock insiste sur la pratique des lieux, et d’autres, dont Lévy et Lussault, renvoient à la spatialité des acteurs individuels. Néanmoins, au-delà des relations à l’environnement, le mode d’habiter ne devrait-il pas composer avec une relation aux lieux et à la communauté locale ?

La communication proposera les résultats d’une analyse en cours qui cherche dans la littérature géographique la raison et l’origine de l’utilisation de cette expression. Une des hypothèses est que le mode d’habiter remplace le concept vidalien de « genre de vie » aujourd’hui désuet en raison notamment de la plus grande mobilité des populations et de la spécialisation des lieux et des temps. La notion de « mode d’habiter » intégrerait un ensemble de pratiques spatiales variables selon les auteurs intégrant ou non, en plus des pratiques spatiale liées à la résidence, les pratiques spatiales liées au travail, à la consommation, au loisir, au tourisme. La notion de « mode d’habiter » se différencierait également des notions voisines en articulant l’espace de vie, la mobilité, le sens des lieux et les relations sociales.

Questionner l’apparition et l’utilisation de cette nouvelle expression va, bien entendu, au-delà du seul exercice de l’histoire de la géographie mais est également le reflet des préoccupations d’une époque avec ses difficultés pratiques et éthiques à classer l’espace en régions homogènes, recentrant l’appréhension de l’environnement aux travers des vécus des habitants et des significations données aux lieux.
Laplec
Researchers
http://hdl.handle.net/2268/82709

There is no file associated with this reference.

Bookmark and Share SFX Query

All documents in ORBi are protected by a user license.