Reference : Kashin-Beck Disease: evaluation of mineral intake in young Tibetan children from endemic...
Dissertations and theses : Master's dissertation
Life sciences : Food science
http://hdl.handle.net/2268/79544
Kashin-Beck Disease: evaluation of mineral intake in young Tibetan children from endemic areas
English
[fr] La maladie de Kashin-Beck: évaluation des apports quotidiens en minéraux chez les jeunes enfants tibétains des régions endémiques
Dermience, Michael mailto [Université de Liège - ULg > Chimie et bio-industries > Chimie analytique >]
30-Aug-2010
Université de Liège, ​Gembloux, ​​Belgium
Bioinégnieur, orientation Chimie et Bio-industries à finalité spécialisée
77, viii +17
Lognay, Georges mailto
Portetelle, Daniel mailto
Sindic, Marianne mailto
Barthelemy, Jean-Paul mailto
Thewis, André mailto
Maesen, Philippe mailto
Mathieu, Françoise mailto
[en] Kashin-Beck Disease ; Minerals ; Daily intake
[en] Kashin-Beck disease is an endemic and chronic osteochondropathy. This disease principally occurs in the Tibet Autonomous Region and in several provinces of the People’s Republic of China. Although many studies have already been conducted and many others are still underway, its ethiology remains unknown. A multifactorial hypothesis has been proposed: selenium deficiency, high concentration of organic matters in drinking water (fulvic acids) and mycotoxin poisoning by fungi infecting cereals. This original study aimed to measure the mineral contents of the food most often consumed in severe endemic regions and then to evaluate the daily intake of minerals in young Tibetan children from endemic areas. The mineral elements were selected in relation to their implications in bone metabolism. A sampling campaign split up into two time periods (winter and spring) was carried out. Ten families from two distinct regions were selected based on three criteria: they live in endemic areas; they include a 3 to 5 year-old child; this child has a KBD brother or sister. At the same time, a nutritional survey was made by the means of a prospective questionnaire in order to list the 24h food intake of the 3 to 5 year-old child. This survey highlighted the extremely monotonous cereal-based Tibetan diet. An analytical method for the minerals was developed as follows: mineralization of samples performed by microwave-assisted wet process; mineralized solutions measured by several atomic absorption or emission spectrometric methods and molecular absorption spectrometric methods. The analytical method was validated by mean of certified reference materials. Mean food contents were calculated and compared to food composition reference tables. High iron contents and selenium deficiencies were highlighted in several foods. Daily intakes were estimated combining mineral measurements and nutritional survey results. These were compared to dietary reference intakes from reference tables. This estimation reveals some crucial points: we confirm a marked deficiency in calcium; Ca/P ratios are always low; iron and copper intakes are excessive; zinc is the most probably deficient; while selenium could be deficient; manganese intakes often exceed toxicity thresholds. Nevertheless, this study encounters some limits. The bioavailability of minerals is a critical point that deserves further investigations. Moreover, a larger study over a longer term covering both endemic and non-endemic regions is required for definite conclusions to be reached.
[fr] La maladie de Kashin-Beck se traduit par une osteochondropathie endémique et chronique. Cette maladie se rencontre principalement dans la Région Autonome du Tibet et dans plusieurs provinces de la République Populaire de Chine. Bien qu’ayant fait et faisant toujours l’objet de nombreuses études, l’étiologie de cette maladie demeure inconnue. Une hypothèse multifactorielle est cependant formulée impliquant : une carence en sélénium, une forte concentration en acides organiques (notamment acides fulviques) dans l’eau de consommation et un empoisonnement par des mycotoxines dû à une contamination des céréales par des moisissures. Cette étude originale avait pour objet l’analyse des teneurs en minéraux des principaux aliments consommés dans des zones de haute prévalence de la maladie et l’évaluation des apports journaliers en minéraux chez les jeunes enfants susceptibles de déclarer la maladie. Les minéraux étudiés ont été choisis en fonction de leurs implications dans le métabolisme des tissus osseux. Une campagne de prélèvement répartie sur deux périodes (hiver et printemps) a été organisée. Un échantillonnage de 10 familles réparties dans deux régions a été réalisé selon trois critères de sélection : les régions devaient être endémiques ; la famille devait comprendre un enfant âgé de trois à cinq ans ; cet enfant devait avoir un frère ou une soeur atteint de la maladie. Parallèlement à cela, une enquête nutritionnelle a été menée au moyen d’un questionnaire alimentaire prospectif dans le but d’établir la consommation alimentaire sur 24h de l’enfant âgé de trois à cinq ans. Cette étude met en évidence le caractère très monotone de l’alimentation tibétaine, essentiellement basée sur les produits céréaliers. La méthode analytique de dosage des éléments fut la suivante : les échantillons ont subi une minéralisation par voie humide assistée par micro-ondes ; les solutions minéralisées ont été dosées par plusieurs méthodes spectrométriques d’absorption et d’émission atomique ainsi que d’absorption moléculaire. La méthode analytique (minéralisation + dosage) a été validée par une analyse de matériaux de référence certifiés ayant subi la même procédure. Les teneurs moyenne en éléments des différents aliments ont été calculées et comparée à des tables de composition des aliments. Des teneurs excessives en fer et une carence marquée en sélénium ont été constatées dans plusieurs aliments. Les apports quotidiens ont ensuite été estimés en combinant les résultats des analyses minérales et de l’enquête nutritionnelle. Ceux-ci ont été comparés aux apports alimentaires recommandés provenant de tables de référence. Les résultats de cette étude confirme certaines suppositions émises et suggèrent des pistes intéressantes quant aux carences et excès rencontrés : le déficit en calcium est très nettement marqué ; les rapports Ca/P sont beaucoup trop faibles ; les apports en fer et en cuivre sont excessifs ; une carence en zinc est fort probable tandis que celle en sélénium est vraisemblable; l’ingestion de manganèse dépasse souvent les seuils de toxicités. Néanmoins ce travail présente certaines limites et une étude plus complète permettrait de compléter ces résultats. Notamment une étude abordant la biodisponibilité des minéraux dans l’alimentation tibétaine et portant sur des régions endémiques et non-endémiques serait nécessaire pour arriver à des conclusions plus probantes.
Kashin-Beck Disease Fund asbl-vzw
Researchers ; Professionals ; Students ; General public
http://hdl.handle.net/2268/79544

File(s) associated to this reference

Fulltext file(s):

FileCommentaryVersionSizeAccess
Open access
Dermience M TFE.pdfAuthor postprint5.84 MBView/Open

Additional material(s):

File Commentary Size Access
Open access
Dermience M Défense TFE.ppsx8.54 MBView/Open
Open access
Dermience M Poster TFE.pdf668.74 kBView/Open

Bookmark and Share SFX Query

All documents in ORBi are protected by a user license.