Reference : L'hormone placentaire somato-mammotrope bovine
Dissertations and theses : Thèse d’agrégation de l’enseignement supérieur
Life sciences : Veterinary medicine & animal health
http://hdl.handle.net/2268/77116
L'hormone placentaire somato-mammotrope bovine
French
[en] The bovine somatomammotrophique chorionic hormone
Beckers, Jean-François mailto [Université de Liège - ULg > Département de sciences fonctionnelles > Physiologie de la reproduction >]
1983
Université de Liège, ​Liège, ​​Belgique
Thèse d'Agregation de l'Enseignement Supérieur
207
Ectors, Francis
[fr] Placenta ; Hormone ; Vache
[fr] Nos études ont porté en premier lieu sur l’isolement et la purification de l’hormone somato-mammotrope (HPSM) bovine à partir des cotylédons fœtaux de placentas provenant de vaches gestantes de 3 à 6 mois. La préparation d’HPSM purifiée s’est avérée homogène à l’électrophorèse en gel de polyacrylamide. Déterminé par comparaison avec celui de différentes protéines connues, le poids moléculaire de l’HPSM se situe à 33.000 daltons. Son point isolélectrique est de 5,2. Dans les dosages de la prolactine et de l’hormone de croissance par liaison radiocompétitive aux récepteurs membranaires, l’HPSM présente une activité bifonctionnelle, supérieure à celle de s préparations de référence (prolactine PRL-NIH-B4 et hormone de croissance GN-NIH-B18). Marquée à l’iode 125, une partie de l’HPSM conserve intactes ses caractéristiques de liaison. L’HPSM 125 I se lie aux récepteurs hépatiques et mammaires, confirmant l’activité bifonctionnelle de l’hormone. Une liaison spécifique de l’HPSM 125 I est observée chez la vache au niveau de différents tissus tels la glande mammaire, le foie, le corps jaune, l’endomètre et le tissus adipeux. La glande mammaire bovine comporte des sites de liaison différents et spécifiques pour la prolactine et l’hormone de croissance. L’immunisation de lapins au moyen de l’HPSM purifiée a permis l’obtention d’antisérums spécifiques, autorisant la mise au point d’un dosage radioimmunologique sensible. Les cotylédons fœtaux sont trois à quatre fois plus riches en hormone que les cotylédons maternels. Le dosage de l’HPSM dans les liquides amniotiques et allantoïdiens révèle leur faible teneur en hormone. La concentration en HPSM du sérum est élevée chez les fœtus jeunes, elle diminue ensuite régulièrement en fonction de l’âge. L’HPSM apparaît dans le sérum maternel entre le 26ème et le 110ème jour de la gestation. Ensuite, sa concentration s’élève régulièrement jusqu’à la parturition.
Researchers ; Professionals ; Students ; General public
http://hdl.handle.net/2268/77116

File(s) associated to this reference

Fulltext file(s):

FileCommentaryVersionSizeAccess
Open access
HormonePlacentaireSomatoMammotropeBov_BeckersJF.pdfAuthor postprint13.05 MBView/Open

Bookmark and Share SFX Query

All documents in ORBi are protected by a user license.