Reference : La mise à l'épreuve dans la société
Scientific congresses and symposiums : Unpublished conference
Social & behavioral sciences, psychology : Sociology & social sciences
http://hdl.handle.net/2268/74071
La mise à l'épreuve dans la société
French
Vrancken, Didier mailto [Université de Liège - ULg > Institut des sciences humaines et sociales > Sociologie de l'organisation et de l'intervention - Institut des sciences humaines et sociales >]
12-Oct-2010
16
Yes
Yes
International
Sociologie des nouveaux rapports de pouvoir et des formes actuelles de domination
11-12 octobre 2010
Lingnan University College Sun Yat-Sen University
Canton
Chine
[en] Epreuve ; Régime d'action ; nouvel ordre protectionnel
[en] A partir d’analyses menées dans les secteurs psycho-médico-sociaux et publiées dans Le nouvel ordre protectionnel (Parangon, 2010, à paraître), cet exposé tentera d’illustrer combien de nouveaux dispositifs d’intervention sur les personnes apparaissent aujourd’hui comme de vastes ensembles de mises à l’épreuve et d’évaluation des personnes. Tous ces dispositifs formels, ces techniques, ces objets ancrent les épreuves, les matérialisent en vue d’éprouver les qualités des personnes et de permettre un jugement. Mais les épreuves peuvent également apparaître comme « épreuves de force » destinées à aboutir à un accord sur les qualités désormais requises auprès des personnes. Toute cette réflexion s’inscrirait dans un phénomène plus vaste ; celui d’un glissement de régime d’action. A côté d’un régime de catégorisation, caractéristique des régimes occidentaux providentiels, nous assisterions à l’émergence d’un régime de déplacement au sein duquel les épreuves s’exerceraient sur base de rapports de force plutôt que de contraintes normatives. Ces épreuves se joueraient dorénavant au niveau local, sur le plan singulier. Elles s’accrocheraient aux événements et aux circonstances de la vie, mobiliseraient les récits et les subjectivités. Si notre hypothèse étayée sur cette approche issue de la sociologie pragmatique s’avérait exacte, nous assisterions alors à l’avènement d’un monde de mises à l’épreuve permanentes mais sans cesse contestées, peu solides. Un monde où les opportunités de rencontres, de situations d’échange et de transactions tendraient à se substituer au jeu de la catégorisation. Au plan du sujet, ce déplacement traduirait un glissement de l’abstrait vers le concret, de valeurs abstraites et générales (la justice, la santé, l’éducation, etc) vers des situations et des représentations plus subjectives. Autant le régime de catégorisation contribuait à créer de l’appartenance commune et tendait à engager tous les êtres que la catégorie rassemblait, autant le régime de déplacement se conjuguerait avec la diversité des comportements et des engagements momentanés.
http://hdl.handle.net/2268/74071

There is no file associated with this reference.

Bookmark and Share SFX Query

All documents in ORBi are protected by a user license.