Reference : Portraits de dévots, pratiques religieuses et expérience spirituelle dans la peinture de...
Dissertations and theses : Doctoral thesis
Arts & humanities : Art & art history
http://hdl.handle.net/2268/40832
Portraits de dévots, pratiques religieuses et expérience spirituelle dans la peinture des anciens Pays-Bas (1400-1550)
French
[en] Devotional Portraits, Religious Practice and Spiritual Experience in Early Netherlandish Painting (1400-155)
Falque, Ingrid mailto [Université de Liège - ULg > Département des sciences historiques > Histoire de l'art et archéologie des temps modernes >]
18-Dec-2009
Université de Liège, ​Liège, ​​Belgique
Doctorat en Histoire, art et archéologie
475
Allart, Dominique mailto
Van den Bossche, Benoît mailto
Henneau, Marie-Elisabeth mailto
Martens, Didier
Falkenburg, Reindert L.
[en] Early Netherlandish Painting ; Religious Literature ; Visual studies ; Iconography ; Portrait ; Painting
[fr] Présent dès les premiers siècles du Moyen Âge et ce, jusqu'au XVIIe siècle au moins, le portrait de dévot (ou portrait dévotionnel) connaît à la fin du Moyen Âge un succès sans précédent et ce, particulièrement dans la peinture des anciens Pays-Bas. Alors qu'il était jusque-là essentiellement réservé aux princes et aux souverains, il connaît désormais une diffusion large. Nobles, bourgeois et membres du clergé désirent laisser une trace de leur piété et de leur passage sur terre. Par leur présence dans l’image, ils expriment leur dévotion, demandent la protection d'un saint et s'efforcent d'assurer leur salut dans l'au-delà. Ainsi s'expliquent la multiplication et la diversification des peintures religieuses comportant un ou plusieurs portraits de personnes agenouillées les mains jointes. D'un point de vue culturel, l'intérêt de cette production picturale réside également dans le fait que la représentation des dévots, qui lisaient et appliquaient les préceptes de la littérature dévotionnelle, peut être perçue comme une « mise en image » des pratiques religieuses et de l’expérience spirituelle telles qu’elles étaient vécues à l'époque.
Composée de deux parties, la thèse envisage de manière systématique et exhaustive les modes de représentation du portrait dévotionnel dans la peinture religieuse des anciens Pays- Bas entre 1400 et 1550 et leurs significations dans le contexte spirituel de l'époque. Ce corpus d’œuvres forme un ensemble vaste et hétérogène, auquel il serait vain de vouloir appliquer une clé interprétative unique. C’est pourquoi, dans un premier temps, nous avons ouvert le champ de nos investigations de la manière la plus large possible, afin d’offrir une vue d’ensemble complète des modalités d’intégration des portraits dans la composition religieuse. Ensuite, le second temps de notre travail a requis une mise au point serrée sur une problématique précise. Il s’est alors agi d’étudier les dimensions spirituelles de ces tableaux.
Préalablement à ces démarches analytiques et interprétatives, un catalogue des peintures religieuses comportant des portraits de dévots a été établi. Il comprend 663 œuvres, classées selon une typologie qui prend en compte la localisation des portraits dans la structure matérielle de l’oeuvre (sur l’avers ou le revers des volets, sur le même panneau que la scène religieuse ou dans des diptyques), le type de scène religieuse devant laquelle les portraits apparaissent (scène narrative ou scène hiératique) et la présence ou non de saints patrons.
Basée sur cette typologie, la première partie de la thèse consiste en un panorama complet des différentes modalités d’intégration des portraits dans la composition religieuse. Cette étude typologique a non seulement permis de mettre en évidence la variété des formules d’intégration des dévots dans la composition, mais aussi la répartition déséquilibrée des oeuvres au sein des catégories d’analyse.
Dans la seconde partie de la thèse, notre approche du portrait dévotionnel a consisté à déterminer comment les tableaux pouvaient être utilisés comme support et comme « mises en image » du processus spirituel des personnes représentées en prière. Pour ce faire, nous avons mis à profit les acquis des étapes préalables de notre travail et nous les avons enrichis en confrontant les images avec plusieurs concepts clés de la progression spirituelle tels qu’ils sont explicités dans littérature dévotionnelle et mystique contemporaine : le cheminement, l’ascension spirituelle, l’union à Dieu et la place des images dans les pratiques méditatives. Comme la thèse le montre, les implications spirituelles du portrait dévotionnel sont vastes : le tableau se présente comme un intermédiaire entre le dévot et les saints à qui il adresse ses prières. De la sorte, l’image matérialise, annonce – voire idéalise – la rencontre entre le fidèle et le Christ, entre le monde visible de l’ici-bas et le monde invisible de l’au-delà. Non seulement elle rend présents aux yeux du spectateur l’éternel et l’invisible, mais elle permet également au dévot d’entrer physiquement dans l’image, de manière à montrer picturalement la perfection spirituelle qu’il atteint.
Fonds de la Recherche Scientifique (Communauté française de Belgique) - F.R.S.-FNRS
Researchers ; Professionals ; Students
http://hdl.handle.net/2268/40832

File(s) associated to this reference

Fulltext file(s):

FileCommentaryVersionSizeAccess
Restricted access
thèse I. Falque - texte.pdfAuthor preprint6.45 MBRequest copy

Bookmark and Share SFX Query

All documents in ORBi are protected by a user license.