Reference : Éco-éthologie d’une population de vipères péliades (Vipera b. berus L.) dans une région ...
Scientific journals : Article
Life sciences : Environmental sciences & ecology
http://hdl.handle.net/2268/34907
Éco-éthologie d’une population de vipères péliades (Vipera b. berus L.) dans une région de bocage du sud-ouest de la Belgique
French
[en] Ecoethology of a population of the adder (Vipera berus L.) in a bocage area of South-West Belgium.
Graitson, Eric mailto [Université de Liège - ULg > Département des sciences et gestion de l'environnement > aCREA >]
2008
Bulletin de la Société Herpétologique de France
128
3-19
Yes
International
0754-9962
[fr] Vipère péliade ; Vipera berus ; bocage; éco-éthologie
[en] Adder, Vipera berus, Bocage, Ecoethology.
[fr] L’utilisation des éléments linéaires du bocage par des vipères péliades a été étudiée durant deux ans et demi dans une population du sud-ouest de la Belgique. La majorité des individus utilisent deux éléments bien distincts, mais contigus, au cours de l’année : d’une part des haies exposées au sud entre l’automne et le début du printemps ; d’autre part, durant la période de reproduction, des ourlets herbacés de 1 à 2 m de largeur, ponctués de buissons et étirés selon un axe nord-sud. Les femelles gestantes marquent une nette prédilection pour ce second type d’éléments, vraisemblablement en raison de conditions microclimatiques particulières, notamment d’un ensoleillement élevé. Une minorité d’individus, qu’ils soient reproducteurs ou non, semblent toutefois très sédentaires et demeurent confinés à l’un ou l’autre type d’élément, sans effectuer de déplacements entre les habitats au cours de l’année. L’identification individuelle, sans marquage, sur base de la robe des vipères et des marques de la tête, s’est avérée difficile à mettre en œuvre en raison du grand nombre d’individus présents. Des éléments linéaires sous forme d’ourlets herbacés, peu consommateurs d’espace, peuvent abriter de très hautes densités de serpents. Afin decontrecarrer la disparition du bocage, leur réseau pourrait être développé au sein de l’espace agricole, par exemple via l’application de mesures agri-environnementales.
[en] the preference of adders for different linear elements of the ‘bocage’, a farmland landscape crisscrossed by hedges, was studied during 2.5 years in south-West Belgium. Most individuals occurred in South-facing woody hedges between the autumn and the beginning of spring. During the mating period, by contrast, most individuals tended to shift of habitat and favoured 1 to 2 m wide grassy hedges with a limited shrub cover and a north-south orientation. Mating females especially favoured this latter habitat, probably because of their specific micro-climatic conditions, including a higher insulation. A few individuals, however, remained in the same habitat all year round. The identification of individuals, which was performed on the basis of features including body and head color patterns, but not on individual clipping, proved to be difficult owing to the high density of individuals. Linear elements in the form of grassy hedges, not very space-consuming, can shelter very high densities of snakes. in the context of a sharp decrease of the bocage landscape, the conservation of common European vipers relies on the maintenance of such linear landscape elements as grassy and shrubby hedges, which can be enhanced by the implementation of recent measures aiming at restoring extensive agricultural systems.
Researchers ; Professionals ; General public
http://hdl.handle.net/2268/34907

File(s) associated to this reference

Fulltext file(s):

FileCommentaryVersionSizeAccess
Open access
vipère bocageBSHF128.pdfNo commentaryPublisher postprint2.15 MBView/Open

Bookmark and Share SFX Query

All documents in ORBi are protected by a user license.