Reference : Origine et évolution du cannibalisme dans les populations animales : pourquoi manger ...
Scientific journals : Article
Life sciences : Environmental sciences & ecology
Life sciences : Agriculture & agronomy
Life sciences : Entomology & pest control
http://hdl.handle.net/2268/34267
Origine et évolution du cannibalisme dans les populations animales : pourquoi manger son semblable ?
English
Alabi, Taofic [ > > ]
Patiny, Sébastien [ > > ]
Verheggen, François mailto [Université de Liège - ULg > Gembloux Agro-Bio Tech > Gembloux Agro-Bio Tech >]
Francis, Frédéric mailto [Université de Liège - ULg > Gembloux Agro-Bio Tech > Gembloux Agro-Bio Tech >]
Haubruge, Eric mailto [Université de Liège - ULg > Gembloux Agro-Bio Tech > Gembloux Agro-Bio Tech >]
2009
Biotechnologie, Agronomie, Société et Environnement = Biotechnology, Agronomy, Society and Environment [=BASE]
Presses Agronomiques de Gembloux
13
Yes (verified by ORBi)
International
1370-6233
Gembloux
Belgique
[fr] cannibalisme ; densité ; dynamique des populations
[en] reproduction ; ressources alimentaires
[en] Le cannibalisme est issu d’une déformation linguistique de la terminologie Arawak (Amérindiens des Antilles) caribal qui signifie courageux. Christophe Colomb l’emploie pour désigner les Indiens des Caraïbes réputés pour être des mangeurs d’hommes. Le cannibalisme est largement répandu au sein du règne animal. Sa pratique au sein de l’espèce humaine remonte au Paléolithique et persiste encore dans certaines sociétés actuelles, bien qu’elle ne répond pas exclusivement à des besoins alimentaires comme chez les autres espèces animales. Au regard de sa large distribution, il y a lieu de s’interroger sur les causes, origines et avantages évolutifs de ce comportement au sein du règne animal. Le cannibalisme est induit soit par des facteurs écologiques directement liés à une insuffisance des ressources alimentaires, à de fortes densités d’individus et à une hétérogénéité structurale de la population, soit par des facteurs sociaux comme des besoins de reproduction, ou des contraintes de soins parentaux face à une progéniture trop nombreuse. Les avantages de ce comportement sont les gains nutritionnel et énergétique, les gains de territoire pour vivre et se développer. Par contre, les inconvénients résident dans la réduction des effectifs et de la variabilité génétique de la population, ainsi que dans la possibilité de transmission de parasites, virus et de maladies.
http://hdl.handle.net/2268/34267

File(s) associated to this reference

Fulltext file(s):

FileCommentaryVersionSizeAccess
Open access
Alabietal2009.pdfPublisher postprint395.78 kBView/Open

Bookmark and Share SFX Query

All documents in ORBi are protected by a user license.