Reference : Changement de forme ontogénétique des structures céphaliques chez les Pomacentridae :...
Scientific congresses and symposiums : Poster
Life sciences : Zoology
http://hdl.handle.net/2268/32527
Changement de forme ontogénétique des structures céphaliques chez les Pomacentridae : une approche par la morphométrie géométrique
English
Frederich, Bruno mailto [Université de Liège - ULg > Département des sciences et gestion de l'environnement > Département des sciences et gestion de l'environnement >]
Parmentier, Eric mailto [Université de Liège - ULg > Département des sciences et gestion de l'environnement > Morphologie fonctionnelle et évolutive >]
Vandewalle, Pierre mailto [Université de Liège - ULg > Département des sciences et gestion de l'environnement > Morphologie fonctionnelle et évolutive >]
Mar-2006
A0
Yes
No
International
Troisièmes rencontres de l’Ichtyologie en France
28 mars 2006 au 31 mars 2006
Société Française d'Icthyologie
Paris
France
[en] Pomacentridae ; damselfishes ; geometric morphometrics ; ontogeny ; allometry ; shape changes ; larvae
[fr] Les Pomacentridae (Damselfishes), comme la plupart des poissons des récifs coralliens, possèdent un cycle de vie complexe comprenant une phase larvaire pélagique dispersive, et une phase juvénile et adulte benthique associée au milieu corallien. Le passage du stade larvaire au stade juvénile se fait au cours d’un véritable processus de métamorphose qui généralement coïncide avec la colonisation du récif. Cette transition est une phase cruciale impliquant un changement du mode de vie qui peut s’accompagner de modifications morphologiques. A l’heure actuelle, peu d’information existe sur ce qui caractérise la métamorphose des poissons récifaux d’un point de vue squelettique et leurs implications fonctionnelles. Celle-ci n’est principalement décrite que par des changements de pigmentation et des changements morphologiques telles que des modifications de proportions du corps.
L’objectif de cette étude est de caractériser les changements de forme des structures céphaliques directement impliquées dans la prise de nourriture chez deux espèces de Pomacentridae : Pomacentrus pavo (Bloch, 1787) et Dascyllus aruanus (Linnaeus, 1758). Dans cette étude, la morphométrie géométrique basée sur la méthode des points repères est utilisée pour décrire les trajectoires de croissance et les changements de forme caractérisant les pièces squelettiques durant la période de colonisation du récif.
Cette analyse est appliquée aux quatre unités fonctionnelles suivantes : le neurocrâne, l’ensemble « suspensorium et opercule », la mandibule et le prémaxillaire. Celles-ci sont étudiées en vue latérale. Les patrons de transformations de chaque structure durant le développement sont décrits morphologiquement au moyen de grilles de déformation.
Les modifications morphologiques observées chez P. pavo et D. aruanus durant le développement vont dans le sens d’une amélioration du système de prise de nourriture par aspiration. Les principaux changements sont : un agrandissement en hauteur et en largeur du suspensorium et de l’opercule, une élévation de la crête supraoccipitale, un déplacement vers l’avant de l’articulation mandibulaire, un raccourcissement de la mandibule et un allongement du processus ascendant du prémaxillaire. Ces transformations au niveau de la tête pourraient refléter un changement de mode de prise de nourriture au cours de l’ontogénie. La comparaison des unités fonctionnelles entre les deux espèces à l’état larvaire révèle que certaines unités (mandibule par exemple) sont très similaires dans leur forme tandis que d’autres (neurocrâne, unité « suspensorium et opercule » et le prémaxillaire) présentent une forme déjà dissemblable. Cependant, la similarité observée laisse clairement supposer que ces pièces sont sujettes aux mêmes contraintes de prise de nourriture : leurs formes permettraient de les considérer comme des « ram-feeders » se nourrissant du même type de proie. Au cours de leur croissance et de la colonisation du récif, la différenciation des entités squelettiques entre chaque espèce se renforce, permettant ainsi à chacune de s’installer progressivement dans sa niche écologique. Les différences entre les larves et les adultes paraissent liées au moins aux contraintes écologiques.
Laboratoire de morphologie fonctionnelle et évolutive
Fonds de la Recherche Scientifique (Communauté française de Belgique) - F.R.S.-FNRS
Researchers ; Professionals ; Students ; General public
http://hdl.handle.net/2268/32527

File(s) associated to this reference

Fulltext file(s):

FileCommentaryVersionSizeAccess
Restricted access
RIF2006_BF.pdfAuthor postprint218.24 kBRequest copy

Bookmark and Share SFX Query

All documents in ORBi are protected by a user license.