Reference : La coordination en ancien français: juxtaposition ou apposition «spécifiées»
Scientific congresses and symposiums : Unpublished conference
Arts & humanities : Languages & linguistics
http://hdl.handle.net/2268/29873
La coordination en ancien français: juxtaposition ou apposition «spécifiées»
French
Mazziotta, Nicolas mailto [Université de Liège - ULg > Département de langues et littératures romanes > Linguistique du français - Dialectologie wallonne >]
Sep-2009
Yes
No
International
2009 AFLS conference
du 3 au 5 septembre 2009
Association for French Language Studies
Neuchâtel
CH
[fr] Syntaxe ; Ancien français ; Syntaxe dépendancielle ; Linguistique historique
[en] La coordination en ancien français : juxtaposition ou apposition « spécifiées »

1.Cadre
2.Vers une définition
3.Le coordonnant comme « spécificateur »
4.La question des « zéros »

1 . Cette recherche se situe dans le cadre du nouveau projet Syntactic Reference Corpus of Medieval French (ANR/DFG), dont l'objectif est de fournir une annotation syntaxique consistante des relations de niveau propositionnel dans le corpus de la Base de Français Médiéval (Lyon) et le Nouveau Corpus d'Amsterdam (Stuttgart). Dans cette contribution, nous présenterons notre approche personnelle d'un problème de syntaxe particulier — le modèle du projet n'étant pas encore suffisamment abouti. L'utilisation de ces corpus implique deux conséquences : d'une part, notre première préoccupation sera l'adéquation de la description aux données (empirisme) ; d'autre part, notre argumentation portera sur l'ancien français. Malgré notre focalisation sur cette période particulière du français, les résultats de la recherche en syntaxe du français moderne et en linguistique générale nourriront notre réflexion, qui sera fondée sur des exemples concrets.
2. Nous commencerons par définir le terme coordination, en partant de son acception traditionnelle et en essayant de la rationnaliser. Les notions d'apposition et de juxtaposition seront également redéfinies, en prenant appuis sur les notions de coorientation et de coréférence, développées en linguistique générale par A. Lemaréchal (1997). Ces définitions rationnalisées nous permettront de reclasser certains faits de syntaxe généralement considérés comme des coordinations en leur refusant ce statut.
3. Nous réfléchirons ensuite sur la fonction syntaxique et la valeur sémantique du coordonnant. Nous montrerons comment la notion de spécification (Lemaréchal 1997, qui développe les vues de Tesnière ²1965) s'applique à ces morphèmes, qui apportent un surcroît de sens par rapport à une relation de juxtaposition ou d'apposition qui existerait sans qu'ils ne soient présents. Cette approche nous permettra de mettre en parallèle les coordonnants et les autres relateurs « analytiques » que sont les « prépositions » et les « conjonctions de subordination » et d'en souligner les points communs. Cette dernière mise au point nous permettra de décrire la coordination comme une juxtaposition ou une apposition spécifiées syntaxiquement et sémantiquement par le coordonnant.
4. Nous reprendrons alors la discussion sur la présence éventuelle de constituants « zéros » soulevée par des structures du type : aura li glise le deus et li voweiz le tierce (Liège 1244). À l'aide de l'observation de cas concrets, nous nous positionnerons dans ce débat en rejetant la présence de « zéros » (introduits dans l'analyse transformationnelle du problème, cf. Marcotte 1997), nous rangeant à l'avis de Chr. Touratier (2005), qui prône l'analyse des structures telles qu'elles sont observables. Cette question nous mènera à celle de la fonction des constituants coordonnés et du groupe qu'ils forment.
Researchers
http://hdl.handle.net/2268/29873

File(s) associated to this reference

Additional material(s):

File Commentary Size Access
Open access
afls-slides.pdf620.13 kBView/Open

Bookmark and Share SFX Query

All documents in ORBi are protected by a user license.