Reference : Fréquence et importance du charriage dans les rivières du massif ardennais
Scientific journals : Article
Physical, chemical, mathematical & earth Sciences : Earth sciences & physical geography
http://hdl.handle.net/2268/25627
Fréquence et importance du charriage dans les rivières du massif ardennais
French
Houbrechts, Geoffrey mailto [Université de Liège - ULg > Département de géographie > Géomorphologie fluviatile, hydrographie >]
Hallot, Eric mailto [Université de Liège - ULg > Département de géographie > Géomorphologie fluviatile, hydrographie >]
Gob, F. [> >]
Defechereux, Olivier mailto [Université de Liège - ULg > > Centre d'histoire des sciences et des techniques >]
Petit, François mailto [Université de Liège - ULg > Département de géographie > Géomorphologie fluviatile, hydrographie >]
2006
Géographie physique et Quaternaire
60
3
247-258
Yes
International
0705-7199
1492-143X
[fr] Charge de fond ; Charriage ; rivières à charge caillouteuse
[en] Bedload ; gravel bed rivers ; Ardenne
[en] Le transport de la charge de fond de plusieurs rivières du massif ardennais (Belgique) a été analysé grâce à différentes techniques de marquage de galets (peinture, charge métallique, émetteurs radio). Ces rivières possèdent un bassin versant dont la taille est comprise entre 0,3 et 2700 km². Les observations ont permis de mettre en évidence le débit à partir duquel débute le charriage. Pour des rivières importantes (bassin versant supérieur à 500 km²), cette mise en mouvement se produit pour des débits légèrement inférieurs au débit à plein bord (0,7 à 1 Qb), débits qui se présentent en moyenne 5 à 11 jours par an. Dans les rivières ardennaises de taille intermédiaire (bassin versant compris entre 100 et 500 km²), on constate que le charriage débute pour un débit proche de 0,5 fois le débit à plein bord, avec des récurrences de l’ordre de 0,3 an et une durée de charriage variant entre 8 et 12 jours par an. Dans les rivières de dimension modeste (bassin versant inférieur à 100 km²), il apparaît que la mise en mouvement de la charge de fond se produit pour des débits compris entre 0,5 et 0,8 Qb, mais la récurrence de ces débits est relativement faible et le charriage peut se produire jusqu’à 20 jours par an. Par ailleurs, le transport solide par charriage a été évalué à l'aide de pièges à sédiments dans les rivières de petite dimension (bassin versant inférieur à 10 km²) ; il est relativement peu important dans les bassins forestiers (de l'ordre de 0,5 t.km-².an-1), notamment en raison de la multiplication des embâcles végétaux qui accroissent la rugosité et provoquent une forte dissipation d'énergie. Dans les rivières plus importantes, le transport solide a été estimé entre 0,4 et 2,5 t.km-².an-1 grâce à l'analyse des quantités curées systématiquement aux mêmes sites et à la réalisation de levés topographiques de contrôle. Nous avons ensuite analysé l’évolution des quantités charriées en fonction de la puissance spécifique au plein bord développée par ces rivières. La relation établie sur la base de ces données a permis de mettre en évidence le déficit en sédiments de certaines rivières ainsi que plusieurs facteurs influençant le charriage.
Researchers ; Professionals ; Students
http://hdl.handle.net/2268/25627

File(s) associated to this reference

Fulltext file(s):

FileCommentaryVersionSizeAccess
Open access
GpQ 2006 Houbrechts.pdfAuthor postprint601.39 kBView/Open

Bookmark and Share SFX Query

All documents in ORBi are protected by a user license.