Reference : Les IPP au très long cours: le problème est-il uniquement économique?
Scientific journals : Article
Human health sciences : Gastroenterology & hepatology
http://hdl.handle.net/2268/2485
Les IPP au très long cours: le problème est-il uniquement économique?
French
[en] PPI very long-term treatment: is the problem only economic?
Vanmeerbeek, Marc mailto [Université de Liège - ULg > Département des sciences cliniques > Médecine générale >]
Louis, Edouard [Centre Hospitalier Universitaire de Liège - CHU > > Gastro-Entérologie-Hépatologie >]
2006
Revue Médicale de Liège
61
5-6
483-7
Yes (verified by ORBi)
0370-629X
Belgium
[en] Costs and Cost Analysis ; Gastroesophageal Reflux/drug therapy/economics ; Humans ; Proton Pumps/antagonists & inhibitors ; Time Factors
[en] Proton pump inhibitors are among the most prescribed drugs in Belgium, due to the high prevalence of gastrooesophageal reflux disease and significant impairment of health-related well-being. Short-term and long-term efficacy is superior to that of H2-receptor antagonists. Long-term safety is established. Empirical short-term treatment of symptomatic patients under 50 years of age without alarm signs is acceptable, but endoscopic investigation should always be performed before starting a long-term treatment. Doses for management of low-grade oesophagitis may be tailored to the patient's response. Continuous maintenance of full-dose is recommended for high grade oesophagitis. Surgical alternative is to be discussed with patients. Efficacy and mean cost for insurance plans are comparable. Endoscopic procedures are not yet sufficiently evaluated to be considered. Simple lifestyle advice is still useful. The burden of proton pump inhibitors cost is acceptable if they are prescribed at adequate doses. Cost-effective drugs should be chosen first.
[fr] Les inhibiteurs de la pompe à protons sont parmi les molécules les plus souvent prescrites en Belgique en raison de la grande prévalence du reflux gastro-oesophagien pathologique et de l’impact négatif de cette pathologie sur la qualité de vie des patients. L’efficacité des inhibiteurs de la pompe à protons en traitement initial et en traitement d’entretien est nettement supérieure à celle des inhibiteurs des récepteurs H2. Leur quasi-innocuité à long terme est établie. Le traitement empirique pour des symptômes aigus chez un patient de moins de 50 ans sans signe d’alarme se justifie, mais une endoscopie de diagnostic devrait toujours être pratiquée avant de démarrer un traitement chronique. Le traitement des oesophagites de bas grade peut faire appel à des doses variables ou intermittentes.
<br />Dans les oesophagites de haut grade, le traitement continu à pleine dose est recommandé. L’alternative chirurgicale doit se discuter au cas par cas avec le patient. L’efficacité est du même
<br />ordre de grandeur et le coût à charge de la société également.
<br />Les traitements endoscopiques ne sont pas encore assez évalués pour constituer une alternative valable. Les mesures hygiénodiététiques restent utiles en complément. Les inhibiteurs de la
<br />pompe à protons sont des molécules coûteuses dont la prescription se justifie en bonne connaissance des doses recommandées et en choisissant les molécules les plus efficientes.
Professionals
http://hdl.handle.net/2268/2485
also: http://hdl.handle.net/2268/7064

File(s) associated to this reference

Fulltext file(s):

FileCommentaryVersionSizeAccess
Open access
Vanmeerbeek Louis IPP.pdfNo commentaryPublisher postprint441.34 kBView/Open

Bookmark and Share SFX Query

All documents in ORBi are protected by a user license.