Reference : Comment je traite ... la mucite bucco-pharyngee lors d'une radiotherapie cervico-faciale
Scientific journals : Article
Human health sciences : Oncology
http://hdl.handle.net/2268/2192
Comment je traite ... la mucite bucco-pharyngee lors d'une radiotherapie cervico-faciale
French
[en] How I Treat...Oropharyngeal Mucositis Associated with Radiotherapy for Head and Neck Cancer
Piret, Pascal mailto [Centre Hospitalier Universitaire de Liège - CHU > > Radiothérapie >]
Deneufbourg, Jean-Marie mailto [Université de Liège - ULg > Services généraux (Faculté de médecine) > Relations académiques et scientifiques (Médecine) >]
Mar-2004
Revue Médicale de Liège
59
3
120-7
Yes (verified by ORBi)
National
0370-629X
[en] mucoistis ; head of neck ; radiotherapy
[fr] mucite ; bucco-pharyngée ; radiothérapie
[en] Oral mucositis the major acute effect of head and neck radiotherapy. According to the degree, irradiation may be compromised in dose and overall time with consequences on outcome. Up to now there is no standard accepted protocol. A strict program of local and general hygiene is mandatory. Analgesics are often required. Amifostine acts as a protector of salivary glands GM-CSF and G-CSF stimulate proliferation of mucosal basal cells. Sucralfate plays a barrier role. Camomile plant extract is anti-inflammatory, well tolerated and cheap. Povidone-iodine is better than chlorhexidine as an antiseptic agent. PTA lozenges with polymixin E, tobramycin and amphotericin B showed a marked power of selective microbial decontamination.
[fr] RÉSUMÉ : La mucite bucco-pharyngée constitue l’effet secondaire
aigu majeur d’une radiothérapie cervico-faciale. Elle est
plus marquée en cas de fractionnement accéléré ou de chimiothérapie
concomitante et peut conduire à une interruption ou
un arrêt du traitement préjudiciables à son résultat. Il n’existe
pas, actuellement, de protocole standard codifié. Les mesures
préventives et thérapeutiques se fondent sur les mécanismes
pathogéniques impliqués : atteinte radique des cellules prolifératives
de la couche basale de la muqueuse, réaction inflammatoire
surajoutée, perte de l’effet protecteur de la salive et
colonisation microbienne de la cavité buccale. Un programme
strict d’hygiène locale et générale est recommandé de même
que la prescription d’antalgiques est souvent requise. Protégeant
les glandes salivaires, l’amifostine exerce indirectement
une influence bénéfique. Les facteurs de croissance de type
GM-CSF et G-CSF favorisent la cicatrisation par stimulation
cellulaire. Le rôle de barrière du sucralfate est confirmé. Par
son bon effet anti-inflammatoire local, son inoccuité et son
faible coût, l’extrait de camomille possède une place établie. La
supériorité de la polyvidone iodée sur la chlorhexidine est largement
démontrée en ce qui concerne l’action antiseptique et la
tolérance. Une association de polymixine E, de tobramycine et
d’amphotéricine B en pastilles a montré son pouvoir de décontamination
microbienne sélective.
Researchers ; Professionals
http://hdl.handle.net/2268/2192

File(s) associated to this reference

Fulltext file(s):

FileCommentaryVersionSizeAccess
Open access
comment je traite.. la mucite bucco-pharyngée.pdfPublisher postprint488.97 kBView/Open

Bookmark and Share SFX Query

All documents in ORBi are protected by a user license.