Reference : SOURCES DE VARIATION PHÉNOTYPIQUE DES TRAITS D’HISTOIRE DE VIE D’UNE ESPÈCE INVASIVE,...
Dissertations and theses : Doctoral thesis
Life sciences : Genetics & genetic processes
Life sciences : Environmental sciences & ecology
Life sciences : Phytobiology (plant sciences, forestry, mycology...)
http://hdl.handle.net/2268/21821
SOURCES DE VARIATION PHÉNOTYPIQUE DES TRAITS D’HISTOIRE DE VIE D’UNE ESPÈCE INVASIVE, SENECIO INAEQUIDENS DC. (ASTERACEAE).
French
Monty, Arnaud mailto [Université de Liège - ULg > > Gembloux Agro-Bio Tech >]
2009
FUSAGx, ​Gembloux, ​​Belgique
DOCTEUR EN SCIENCES AGRONOMIQUES ET INGÉNIERIE BIOLOGIQUE
Mahy, Grégory mailto
Thewis, André mailto
Maurice, Sandrine
Baudoin, Jean-Pierre mailto
Haubruge, Eric mailto
du Jardin, Patrick
Meerts, Pierre
[en] Alien plant ; Evolutionary ecology ; Altitude
[en] L’importance des différentes sources de variation phénotypique que sont l’adaptation, la plasticité phénotypique, les effets maternels environnementaux, le niveau de ploïdie et la dérive génétique, a été analysée pour différents traits d’histoire de vie, au sein de l’aire colonisée par une espèce végétale invasive. A cette fin, plusieurs expériences en jardins communs ont été installées, dont deux en transplantations réciproques. Les populations considérées étaient localisées en Belgique, en France, ainsi que dans l’aire d’indigénat de l’espèce. Senecio inaequidens DC. (Asteraceae), l’espèce étudiée dans ce travail, est une plante d’origine africaine accidentellement introduite en Europe par le commerce lainier, vers la fin du 19ème siècle. Dans son aire d’indigénat, elle présente deux niveaux de ploïdie,
diploïde et tétraploïde. Seuls des plants tétraploïdes sont recensés en Europe. L’espèce présente un historique de colonisation particulier, bien documenté, qui en fait un modèle idéal pour les études évolutives. Les traits d’histoire de vie considérés ont été scindés en deux groupes. Les premiers concernaient la germination, la croissance et la reproduction sexuée. Les sources de variation phénotypique dans ces traits ont été principalement analysées en relation avec les variations climatiques dans l’aire d’invasion, le long de gradients d’altitude, ainsi qu’en relation avec le niveau de ploïdie et l’aire d’origine (aire d’indigénat vs aire d’invasion). Le deuxième groupe de traits considérés concernaient les capacités de dispersion de l’espèce. Celles-ci ont été modélisées. La variabilité phénotypique dans ces traits a ensuite été analysée, parmi les populations françaises, en relation avec l’éloignement depuis le site de première introduction. Les résultats ont montré des différences entre les cytotypes de l’espèce, principalement dans les capacités de survie hivernale. Le long des gradients d’altitude, les populations de S. inaequidens présentaient des différenciations phénotypiques de type clinal, dans les traits de croissance. Ces différenciations étaient d’origine génétique, même si les effets maternels environnementaux sont apparus comme des sources non-négligeables de variation phénotypique dans les zones à climat rigoureux. Parmi les traits liés à la dispersion, le plume loading était le mieux corrélé aux capacités de dispersion par le vent. Des différenciations clinales ont été détectées dans les traits de dispersion, en jardin commun, mais n’ont pas été vérifiées en populations naturelles.
Fonds de la Recherche Scientifique (Communauté française de Belgique) - F.R.S.-FNRS
FRFC 2.4605.06
Researchers ; Students ; General public
http://hdl.handle.net/2268/21821

File(s) associated to this reference

Fulltext file(s):

FileCommentaryVersionSizeAccess
Open access
Thesis Arnaud Monty.pdfNo commentaryAuthor postprint3.4 MBView/Open

Bookmark and Share SFX Query

All documents in ORBi are protected by a user license.