Reference : Mutualisme pucerons-fourmis : étude des bénéfices retirés par les colonies d’Aphis fabae...
Scientific journals : Article
Life sciences : Environmental sciences & ecology
Life sciences : Agriculture & agronomy
Life sciences : Entomology & pest control
http://hdl.handle.net/2268/20853
Mutualisme pucerons-fourmis : étude des bénéfices retirés par les colonies d’Aphis fabae en milieu extérieur
English
Verheggen, François mailto [Université de Liège - ULg > Gembloux Agro-Bio Tech > Gembloux Agro-Bio Tech >]
Diez, Lise [Université de Liège - ULg > Gembloux Agro-Bio Tech > Gembloux Agro-Bio Tech >]
Detrain, Claire [ > > ]
Haubruge, Eric mailto [ > > ]
2009
Biotechnologie, Agronomie, Société et Environnement = Biotechnology, Agronomy, Society and Environment [=BASE]
Presses Agronomiques de Gembloux
13
232-242
Yes (verified by ORBi)
International
1370-6233
Gembloux
Belgique
[en] Ants ; Aphids ; Mutualism
[en] La relation de coopération entre pucerons-fourmis est un bel exemple de mutualisme dans le règne animal, les premiers cherchant protection et hygiène, les seconds une source de sucres nécessaires à la survie de la colonie. La présente étude s’est intéressée à recenser les bénéfices retirés par Aphis fabae Scopoli (Homoptera, Aphididae) de ses relations de mutualisme avec Lasius niger L. (Hymenoptera : Formicidae). Plusieurs paramètres ont été observés en milieu extérieur sur des plants de fèves des marais infestés initialement par 100 individus en présence ou non d’une colonie de L. niger. En présence de fourmis, les plantes étaient constamment infestées par un nombre de pucerons plus important, et la proportion d’individus ailés y était également similaire ou plus grande, selon la date d’observation. Un nombre moins important de prédateurs aphidiphages sur les plantes en présence de fourmis a permis d’expliquer en partie ces observations. Les nombres moyens de pucerons parasités ne différaient pas que les plantes soient explorées ou non par les fourmis suggérant que L. niger est peu efficace face aux attaques de parasitoïdes. Par contre, très peu de pucerons appartenant à des espèces différentes d’A. fabae ont été observés sur les plants mis en présence des fourmis. Ces observations suggèrent que L. niger adopte un comportement de prédation sur les pucerons avec lesquels elle n’entretient aucune relation mutualiste. Les observations menées n’ont pas permis de mettre en évidence un quelconque effet des fourmis sur la vigueur des plantes hôtes des pucerons, bien que sensiblement moins d’exuvies et de tâches de miellat étaient présentes sur les plantes dont les colonies de pucerons étaient visitées par L. niger. L’ensemble de ces résultats confirme que L. niger améliore les conditions de vie des colonies de pucerons d’Aphis fabae dont elle exploite le miellat, principalement grâce à la protection qu’elle apporte contre les prédateurs et la réduction de la pression de compétition exercée par les autres espèces non myrmécophiles de pucerons.
http://hdl.handle.net/2268/20853

File(s) associated to this reference

Fulltext file(s):

FileCommentaryVersionSizeAccess
Open access
Verheggenetal2009_PreEditor.pdfNo commentaryAuthor postprint489.47 kBView/Open

Bookmark and Share SFX Query

All documents in ORBi are protected by a user license.