Reference : L’innovation "autonome" en agriculture de conservation : Du désintérêt vis-à-vis des ...
Scientific congresses and symposiums : Paper published in a book
Social & behavioral sciences, psychology : Sociology & social sciences
http://hdl.handle.net/2268/159472
L’innovation "autonome" en agriculture de conservation : Du désintérêt vis-à-vis des acteurs historiques du développement agricole à la quête d’une alliance renouvelée avec la recherche scientifique
French
[en] "Autonomous innovation" in French and Belgian conservation agriculture movements ?
Dannevoye, Bastien mailto [Université de Liège - ULg > DER Sc. et gest. de l'environnement (Arlon Campus Environ.) > DER Sc. et gest. de l'environnement (Arlon Campus Environ.) >]
Vankeerberghen, Audrey mailto [Université de Liège - ULg > DER Sc. et gest. de l'environnement (Arlon Campus Environ.) > DER Sc. et gest. de l'environnement (Arlon Campus Environ.) >]
Stassart, Pierre M mailto [Université de Liège - ULg > DER Sc. et gest. de l'environnement (Arlon Campus Environ.) > DER Sc. et gest. de l'environnement (Arlon Campus Environ.) >]
21-Nov-2013
Actes du colloque "Nouvelles formes d’agriculture : pratiques ordinaires, débats publics et critique sociale", INRA Dijon
pp.62-70
Yes
No
International
Nouvelles formes d'agriculture Pratiques ordinaires, débats publics et critique sociale
Du 20 au 21 novembre 2013
INRA, UMR CESAER
Dijon
France
[fr] innovation ; agriculture de conservation ; relations pratique-recherche publique
[en] innovation ; Conservation agriculture ; Zero tillage ; research policy ; research practice relationship
[fr] Cette communication présente plusieurs raisons de l’organisation autonome de l’expérimentation et de l’innovation agronomiques, en matière de durabilité et de gestion des sols, au sein de groupes d’agriculteurs et de techniciens se revendiquant d’une agriculture "sans labour" et/ou "de conservation", en France et en Belgique (Région Wallonne). Après un rappel du développement historique des "techniques sans labour" dans les régions enquêtées, la communication rentre dans le détail des motivations des agriculteurs. Celles-ci ont été rassemblées en deux grandes catégories de "critiques" : les critiques envers la recherche agronomique publique, et les critiques envers les acteurs privés de l’agrofourniture. En nous référant à la théorie de l’acteur-réseau (Callon, 1986), nous comprenons ces critiques comme des éléments essentiels d’une dynamique de désintéressement vis-à-vis des traductions historiques de ces acteurs institutionnels ou économiques, cherchant par-là à montrer comment ce désintéressement peut constituer une justification suffisante à la (re)prise en charge de l’innovation par les praticiens. Ces derniers rejettent ainsi le schéma de développement agronomique dit "diffusionniste" hérité de la Seconde Guerre mondiale, selon lequel les missions de recherche et d’innovation avaient été confiées respectivement à des instituts publics de recherche agronomique et aux firmes. En conclusion, nous montrons que ces critiques sont loin d’être des attitudes "anti-scientifiques" ou "anti-marché" mais expriment au contraire des volontés de rencontres et de travail collaboratif renouvelé entre ces acteurs ou ces "rôles prescrits". Les acteurs "désintéressés" de traductions anciennes deviennent ainsi les promoteurs d’une nouvelle problématisation
Unité Socio-Economie, Environnement et Développement
Communauté française de Belgique - CfB
ARC/ FRUCTIS
Researchers ; Professionals ; Students ; General public ; Others
http://hdl.handle.net/2268/159472

There is no file associated with this reference.

Bookmark and Share SFX Query

All documents in ORBi are protected by a user license.