Reference : Modélisations récentes du rôle du temps et de l'interférence en mémoire de travail: Impl...
Scientific journals : Article
Social & behavioral sciences, psychology : Theoretical & cognitive psychology
http://hdl.handle.net/2268/131339
Modélisations récentes du rôle du temps et de l'interférence en mémoire de travail: Implications cliniques
French
[en] Current modeling of time and interference in working memory: Clinical involvements
Baumans, Christine [Université de Liège - ULg > Département Psychologies et cliniques des systèmes humains > Psychologie de la sénescence >]
Adam, Stéphane mailto [Université de Liège - ULg > Département Psychologies et cliniques des systèmes humains > Psychologie de la sénescence >]
Seron, Xavier [> >]
2012
Revue de Neuropsychologie, Neurosciences Cognitives et Cliniques
John Libbey Eurotext
4
3
186-195
Yes (verified by ORBi)
International
2101-6739
Montrouge
France
[en] working memory ; time ; interference ; diagnostic
[en] During the last thirty years, Baddeley and Hitch's [4] multi-component model has been widely used as a theoretical reference point in the field of working memory. Nevertheless, recent empirical data are currently supporting new theoretical frameworks which support a more functional view of working memory. In this paper, we propose a review of these theoretical advances and their implications for clinical neuropsychology. Indeed, if the examination of normal and pathological working memory functioning plays an important role in neuropsychology, the diagnostic approach nevertheless relies on the use of a small number of paradigms which moreover could be questioned in the light of these recent models. Current literature supports the use of simplier paradigms which thoroughly control for time parameters. The aim is to improve the assessment of maintenance and processing mechanisms respectively, and their links in order to better understand what causes forgetting in working memory. This way, clinicians should be more able to define the locus of working memory deficits in several pathologies, and thus to improve the relevance of their revalidation methods.
[fr] La littérature dans le domaine de la mémoire de travail a été largement dominée, ces dernières décennies, par le modèle multicomponentiel de Baddeley et Hitch [4]. Néanmoins, de nouveaux cadres théoriques, loin de rejeter les postulats de leurs prédécesseurs mais cherchant davantage à appréhender la mémoire de travail d’un point de vue fonctionnel, font depuis peu l’objet de validations empiriques prometteuses. Dans cet article, nous proposons une revue de ces avancées théoriques et de leurs implications pour la clinique neuropsychologique. En effet, si l’examen du fonctionnement normal et pathologique de la mémoire de travail tient une place importante en neuropsychologie, la démarche diagnostique repose néanmoins sur l’utilisation d’un nombre réduit de paradigmes dont l’opérationnalisation, en outre, pourrait faire l’objet d’une réévaluation au regard de ces nouvelles modélisations. Dans l’optique d’améliorer la compréhension des mécanismes à l’origine de l’oubli en mémoire de travail, les avancées théoriques actuelles conduisent à privilégier l’élaboration de paradigmes plus simples mais mieux calibrés sur le plan de leur décours temporel afin d’affiner l’analyse du rôle respectif des opérations de maintien, de traitement et de leurs interactions et donc de mieux comprendre quels sont les niveaux altérés dans le cas d’une pathologie.
Researchers ; Professionals ; Students
http://hdl.handle.net/2268/131339

File(s) associated to this reference

Fulltext file(s):

FileCommentaryVersionSizeAccess
Restricted access
Revue de Neuropsy.19.02.12 S.A.docxAuthor preprint154.4 kBRequest copy

Bookmark and Share SFX Query

All documents in ORBi are protected by a user license.