Reference : Le Service de Surveillance et de Renseignements aux Frontières (SSRF) de l’entre-deux-gu...
Scientific congresses and symposiums : Paper published in a book
Arts & humanities : History
http://hdl.handle.net/2268/130180
Le Service de Surveillance et de Renseignements aux Frontières (SSRF) de l’entre-deux-guerres à la campagne des 18 jours
French
Pirot, Pascal mailto [Université de Liège - ULg > > Centre d'histoire des sciences et des techniques >]
In press
Actes du Neuvième Congrès de l'Association des cercles francophones d'histoire et d'archéologie de Belgique, Liège, 23-26 août 2012 (Tome II).
Yes
National
Neuvième Congrès de l’Association des Cercles Francophones d’Histoire et d’Archéologie de Belgique
23-26 août 2012
Institut archéologique liégeois / Comité Sluse asbl
Liège
Belgique
[fr] Services de renseignements ; Seconde Guerre mondiale ; Frontières
[fr] Le Service de Surveillance et de Renseignements aux Frontières (S.S.R.F.) est un service de surveillance mis en place en théorie sur l’ensemble du périmètre frontalier belge. Il se compose de gendarmes, auxquels sont adjoints dans un premier temps des douaniers et des agents des Eaux et Forêts. Le S.S.R.F. connut deux périodes d’existence officielle. La première s’étend de 1896, année de parution de la première ordonnance régissant le service, à l’invasion allemande. La seconde correspond à la réapparition du projet dans les années 1930 qui devait aboutir au fonctionnement du service pendant toute la « drôle de guerre » jusqu’à la campagne de mai 1940.
La première période, où le S.S.R.F. fonctionne quelques jours seulement, de la toute fin du mois de juillet 1914 à l’invasion allemande, ayant fait l’objet d’une précédente publication , l’exposé sera consacré à la période postérieure à la Première Guerre mondiale. En effet, un projet théorique de remise sur pied du S.S.R.F. reprend vigueur dans les années 1930. Relativement mieux préparé et organisé dès le temps de paix (retrait des douaniers du service, meilleure coordination avec le réseau de surveillance de l’armée), il fonctionne plusieurs mois durant à partir de la mobilisation de l’armée belge en septembre 1939. Dans le contexte de la « neutralité choisie », le périmètre sur lequel le S.S.R.F. est effectivement en place est considérablement étendu : frontière française, allemande, luxembourgeoise, moins rigoureusement la frontière des Pays-Bas, sont concernées. L’objectif sera donc d’analyser le dispositif en place ainsi que les nuances en fonction de la frontière gardée. Cette communication est basée sur un mémoire de fin d’études défendu en janvier 2010 à l’Université de Liège en vue de l’obtention du grade de Master en Histoire.
http://hdl.handle.net/2268/130180

File(s) associated to this reference

Fulltext file(s):

FileCommentaryVersionSizeAccess
Restricted access
Le Service de Surveillance et de Renseignements aux Frontières (SSRF) - Congrès Liège 2012.pdfAuthor preprint303.79 kBRequest copy

Bookmark and Share SFX Query

All documents in ORBi are protected by a user license.