Reference : Sécurisation, externalisation et virtualisation dans l'espace européen: mutations de la ...
Dissertations and theses : Master's dissertation
Law, criminology & political science : Political science, public administration & international relations
http://hdl.handle.net/2268/127981
Sécurisation, externalisation et virtualisation dans l'espace européen: mutations de la sécurité et des frontières, le programme Eurosur
French
Lejeune, Zoé mailto [Université de Liège - ULg > > Centre de recherche Lepur >]
Jun-2009
Université de Liège, ​Liège, ​​Belgique
Master en Etudes européennes - Sciences Politiques
98+69
Michel, Quentin mailto
Santander, Sébastian mailto
Sibony, Anne-Lise mailto
[fr] espace de liberté, de sécurité et de justice ; frontières ; enjeux
[fr] L’espace de liberté, de sécurité et de justice constitue aujourd’hui un domaine de compétence hautement politisé et controversé en plein essor dans le cadre européen, d’où l’intérêt que nous avons manifesté pour ce sujet de réflexion. La politique de gestion des frontières extérieures y occupe actuellement une place centrale. Elle constituerait en effet l’une des solutions fondamentales face à la pression migratoire, considérée comme un élément clef de la nouvelle sécurité en Europe. La gestion frontalière – qu’il s’agisse de surveillance ou de contrôle – a fait l’objet de nombreuses réflexions et législations ces dernières années, témoignant ainsi de sa centralité dans la politique sécuritaire et migratoire européenne. La politique frontalière a contribué à la redéfinition du territoire européen et à la reconfiguration de la coopération sécuritaire entre les Etats membres.
Dans cette optique, nous nous sommes intéressés à un projet européen lancé en 2006 par la Commission, qui porte sur la surveillance transfrontalière. L’objectif du présent travail consiste ainsi à interroger les fondements d’un nouveau programme de gestion frontalière au travers de différents prismes que nous avons jugés cruciaux pour comprendre la dynamique de la politique de gestion des frontières extérieures européennes à l’heure actuelle : la sécurisation, l’externalisation des pratiques frontalières et, de manière plus large, des politiques dites « JAI » – Justice et Affaires intérieures –, la virtualisation, la complexification et la suréglementation de certains domaines d’action à l’échelon communautaire. Le nouveau programme Eurosur illustre ainsi les enjeux fondamentaux des politiques frontalière, migratoire et sécuritaire européennes à l’heure actuelle. Notre propos consiste donc à interroger les questions de légitimité qui sous-tendent la mise en place d’un nouvel outil frontalier de grande envergure à l’échelle européenne.
Nous avons choisi d’aborder le projet Eurosur – European Border Surveillance System – pour plusieurs raisons. Tout d’abord, le stage que nous avons effectué au sein de la Représentation permanente de la Belgique près l’Union européenne durant le mois de septembre 2008 nous a permis de développer des contacts essentiels pour notre démarche, d’accéder aux documents pertinents de la Commission européenne et ainsi d’allier réflexion théorique et outils empiriques. Ensuite, la nouveauté d’Eurosur nous permettait d’appliquer des éléments fondamentaux de la réflexion actuelle sur les frontières et la sécurité en Europe à un nouvel instrument ayant fait l’objet de peu de questionnements en termes « scientifiques ».
http://hdl.handle.net/2268/127981

File(s) associated to this reference

Fulltext file(s):

FileCommentaryVersionSizeAccess
Open access
Mémoire Master - Zoé Lejeune.pdfAuthor postprint2.54 MBView/Open

Bookmark and Share SFX Query

All documents in ORBi are protected by a user license.