Reference : Cognitive Mediation and hyper-reflexivity: Analyzing a “non-valid” Rorschach protocol of...
Scientific congresses and symposiums : Unpublished conference
Social & behavioral sciences, psychology : Treatment & clinical psychology
http://hdl.handle.net/2268/127928
Cognitive Mediation and hyper-reflexivity: Analyzing a “non-valid” Rorschach protocol of a schizophrenic patient
English
[fr] Médiation cognitive et hyper-réflexivité : Analyse du protocole de Rorschach « non-valide » d’un sujet schizophrène
Englebert, Jérôme mailto [Université de Liège - ULg > Département Psychologies et cliniques des systèmes humains > > >]
1-Sep-2012
Yes
International
ERA 2012 : Xème Congrès
du 31 août au 1er septembre 2012
European Rorschach Association
Paris
France
[fr] Rorschach ; Système Intégré ; Phénoménologie ; hyper-réflexivité ; Perception ; Médiation cognitive ; Schizophrénie
[fr] Nous proposons de réaliser une analyse du Rorschach d’un sujet schizophrène en phase de stabilisation. Le protocole ne répond pas aux critères de validité (moins de 14 réponses et refus de planche à 3 reprises) et ne permet donc pas de réaliser une analyse structurale complète selon les recommandations du Système Intégré. Cependant, une étude que nous qualifierons de « phénoménologique » se révèle intéressante. En centrant notre réflexion sur le processus de médiation cognitive, que le sujet emploie de manière idiosyncrasique lorsqu’il est confronté à la consigne du test, nous observerons que la démarche implicite de « fausse perception » qui est suggérée au sujet (« qu’est-ce que cela pourrait-être ? ») semble difficilement tolérable. La principale particularité de ce protocole consiste en une remise en question par le sujet des éléments perçus, pour finir, la plupart du temps, par rejeter la réponse fournie. Le recours à ce « doute méthodique » est superposable à ce que les théorisations modernes de la psychopathologie phénoménologique appellent l’« hyper-réflexivité schizophrénique » (Sass, 1992, 1994, 2001 ; Stanghellini, 2006). Nous pouvons également réaliser un rapprochement entre ce processus perceptif et les théories du « salience syndrome » développées par la neuropsychologie sociale (Van Os, 2009 ; Van Os & Kapur, 2009). Ces considérations nous permettent de rediscuter la pertinence de la remédiation cognitive basée sur la connaissance de la maladie et la reconnaissance des symptômes associés à laquelle a été soumis le patient. L’analyse du Rorschach nous donne également des informations intéressantes sur la stabilisation symptomatologique de notre patient et sur la composante résiduelle de son trouble schizophrénique. Ces observations semblent incompatibles avec des hypothèses homéostatiques et la possibilité d’un retour à un état antérieur à la schizophrénie, et démontrent l’utilité du diagnostic de schizophrénie résiduelle. Enfin, cette présentation cherchera à construire des ponts entre la méthode du Système Intégré et la psychopathologie phénoménologique moderne.
http://hdl.handle.net/2268/127928

File(s) associated to this reference

Fulltext file(s):

FileCommentaryVersionSizeAccess
Open access
ERA 1.9.12.J.Englebert. En.pdfAuthor preprint649.49 kBView/Open

Bookmark and Share SFX Query

All documents in ORBi are protected by a user license.