Reference : Quels sont les éléments nécessaires pour qu’un réseau composé d’organismes concernés ...
Dissertations and theses : Master's dissertation
Social & behavioral sciences, psychology : Sociology & social sciences
http://hdl.handle.net/2268/127238
Quels sont les éléments nécessaires pour qu’un réseau composé d’organismes concernés par le secteur de l’insertion socioprofessionnelle puisse exister et perdurer ?
French
Remy, Céline mailto [Université de Liège - ULg > Institut des sciences humaines et sociales > Sociologie de l'action publique et des problèmes du travail >]
9-Sep-2008
Université de Liège, ​​Belgique
master à finalité spécialisée en sciences du travail à l’Université de Liège
Orianne, Jean-François mailto
Frère, Bruno mailto
Mertens de Wilmars, Sybille mailto
[fr] Réseau ; Secteur insertion socioprofessionnelle ; Sociologie de la traduction
[fr] L’objectif de ce mémoire est de découvrir comment un réseau composé d'organismes en provenance du secteur de l'insertion socioprofessionnelle se met en place, c’est-à-dire de procéder à l’identification des éléments qui le font exister. Nous verrons que certains de ces facteurs peuvent également faire perdurer cette structure réticulaire. La description et l’analyse nous révèleront les composants ainsi que le fonctionnement du réseau. Un deuxième but est de distinguer ce qui relève de la logique réticulaire de ce qui découle de la logique pyramidale.
Ce mémoire est divisé en cinq parties. Dans la première partie, nous commencerons par expliquer en quelques pages la problématique dans laquelle nous parlerons du contexte de mise en œuvre du réseau mais également du facteur qui a déclenché la création de ce dernier. Nous découvrirons que le projet se développe dans un contexte de changement. Tous ces éléments nous permettront d’aboutir sur les questions de recherche.
La deuxième partie est consacrée au cadre méthodologique dans lequel nous décrirons les outils que nous avons utilisés pour récolter les données ainsi que les difficultés que nous avons rencontrées pendant cette période essentielle de recherche.
Nous passerons, ensuite, à la troisième partie qui est réservée au cadre théorique. Nous nous sommes attelés à développer les concepts utilisés dans le cadre de ce travail mais également à expliquer la théorie sur laquelle nous appuierons l’analyse des données.
Dans la quatrième partie, nous présenterons plus précisément l’objet d’étude. Nous parlerons du dispositif intégré d’insertion socioprofessionnelle (DIISP) car la création du réseau repose sur ce dernier. Et, nous exposerons les acteurs qui font partie de la structure réticulaire.
La cinquième partie est réservée à l’analyse qui se divise en cinq chapitres. Les quatre premiers chapitres se basent sur le découpage effectué par la théorie utilisée. Le dernier se situe en dehors de cette théorie.
Dans le premier chapitre, nous parlerons de la problématisation afin de voir comment les acteurs du réseau se rendent indispensables. Nous débuterons par l’identification de la problématisation qui tourne autour du secteur de l’ISP pour ensuite réfléchir à la question de la légitimité des acteurs investis dans la structure réticulaire mais également « vérifier » s’ils sont bien tous représentés. Nous étudierons les facteurs qui ont permis au réseau de se mettre en place. Ces éléments nous permettront de définir précisément l’objectif du réseau de même que les outils et instruments d’extériorisation de celui-ci. Nous terminerons ce chapitre par l’identification des différents intermédiaires (ressources) constitués et constituant la structure ainsi que leur accessibilité.
Nous analyserons, dans le deuxième chapitre, les différents dispositifs d’intéressement qui favorisent le scellement d’alliances entre les acteurs. Pour ce faire, nous parlerons de la mobilisation de chaque acteur ou plutôt de chaque catégorie d’acteurs car nous les regrouperons afin de rester clairs et pertinents dans le propos.
Dans le troisième chapitre, nous approfondirons l’enrôlement, c’est-à-dire les différents rôles qui sont attribués mais également créés par les acteurs. Nous analyserons le fonctionnement du réseau au travers de l’organisation du travail. Nous aborderons, ensuite, le concept de résultat. Un dernier point à développer concerne la confiance et la transparence. Nous verrons si ces éléments sont nécessaires ou non à la constitution d’une structure réticulaire.
Dans le quatrième chapitre, nous vérifierons si les représentants des différentes catégories d’acteurs sont représentatifs de leur groupe ou s’ils ne le sont pas. Nous examinerons la manière dont ils les représentent.
Enfin, nous aborderons le cinquième et dernier chapitre qui nous fera réfléchir à l’avenir du réseau.
Researchers ; Professionals ; Students ; General public
http://hdl.handle.net/2268/127238
Obtention du prix de l’Association des Diplômés en Sciences Humaines et Sociales (ADSHS) pour le « meilleur mémoire d’utilité sociale et publique » et du prix de l’Association des Dirigeants de Personnel (ADP Liège) pour le « deuxième meilleur mémoire de master ». Cote obtenue 17/20.

File(s) associated to this reference

Fulltext file(s):

FileCommentaryVersionSizeAccess
Open access
Mémoire réseau C Remy.pdfPublisher postprint1.14 MBView/Open

Bookmark and Share SFX Query

All documents in ORBi are protected by a user license.