Reference : Alteration de l'interaction entre le Soi et la mémoire dans la maladie d'Alzheimer
Scientific congresses and symposiums : Paper published in a book
Social & behavioral sciences, psychology : Theoretical & cognitive psychology
http://hdl.handle.net/2268/125821
Alteration de l'interaction entre le Soi et la mémoire dans la maladie d'Alzheimer
French
Genon, Sarah mailto [Université de Liège - ULg > Département des sciences cliniques > Neuroimagerie des troubles de la mémoire et révalid. cogn. >]
Collette, Fabienne mailto [Université de Liège - ULg > Département de Psychologie : cognition et comportement > Neuropsychologie >]
Salmon, Eric mailto [Université de Liège - ULg > Département des sciences cliniques > Neuroimagerie des troubles de la mémoire et révalid. cogn. >]
Bastin, Christine mailto [Université de Liège - ULg > > Centre de recherches du cyclotron >]
22-May-2012
Maladie d'Alzheimer et déclin cognitif: recherche et pratique clinique
80
Yes
International
11ème Réunion Francophone sur la Maladie d'Alzheimer et les syndromes apparentés
22 mai au 24 mai
[fr] Effet de référence à Soi en mémoire ; Expérience recollective ; Maladie d'Alzheimer
[fr] Le Soi et la mémoire sont deux systèmes en interaction chez l’homme. Ainsi, une information qui a été traitée en référence à soi fait l’objet de meilleures performances mnésiques qu’une information qui n’est pas liée au Soi. Ce phénomène cognitif bien connu est appelé « l’effet de référence à soi en mémoire » (« Self Reference Effect », SRE ; 1). En outre, le rappel d’une information qui a été reliée à soi est davantage associé à une expérience recollective (souvenir du contexte d’apprentissage), phénomène appelé le « Self-reference recollection effect » (SRRE ; 2). Dans la maladie d’Alzheimer (MA), l’expérience recollective est sévèrement altérée (3). Si le SRE est principalement sous-tendu par l’expérience recollective, il devrait donc être diminué chez les patients avec MA.

Dix-huit patients avec MA à un stade débutant et 21 sujets volontaires de contrôle ont réalisé une première tâche dans laquelle des adjectifs leur étaient présentés. Pour chaque adjectif, ils devaient dans un premier temps soit indiquer si le trait s’appliquait à eux-mêmes (condition soi) soit indiquer si le trait s’appliquait au Roi Albert/à la Reine Fabiola (condition autrui). Dans un second temps, les adjectifs des deux conditions (soi et autrui) étaient mélangés à de nouveaux adjectifs. Pour chaque adjectif, les participants devaient indiquer s’ils avaient vu l’adjectif dans les essais précédents ou non. Quelques jours plus tard, la même procédure était administrée aux participants avec un nouveau set d’adjectifs comparables à ceux de la première tâche, excepté que pour chaque adjectif que les participants indiquaient avoir préalablement vu, ils devaient décrire l’expérience qui avait guidé leur réponse (sentiment de familiarité, expérience recollective ou autre).

Concernant la première tâche, l’analyse de la proportion d’adjectifs correctement reconnus révèle que le groupe contrôle présente un SRE alors que cet effet est absent dans le groupe avec MA. Concernant la seconde tâche, l’analyse des proportions de reconnaissances correctes basées (1) sur une expérience recollective et (2) sur un sentiment de familiarité révèle (1) que le groupe contrôle présente un SRRE alors que cet effet est absent dans le groupe MA, (2) que la proportion de réponses correctes basées sur un sentiment de familiarité est similaire entre les deux types d’adjectifs (soi et autrui) et ce dans les deux groupes.

Chez les personnes âgées normales, l’information associée au Soi en mémoire est davantage récupérée sur base d’une expérience recollective, menant à de meilleures performances pour ce type d’information que pour une information non reliée au Soi. En revanche, chez les patients avec MA, l’interaction entre le Soi et la mémoire est altérée en ce sens que l’information relative à soi ne bénéficie pas d’une meilleure récupération en raison de la pauvre qualité du processus recollectif. Ces données suggèrent donc que chez les patients avec MA, même à un stade débutant de la maladie, la récupération en mémoire d’information relative à soi est quantitativement et qualitativement altérée.

1) T. Rogers, N. Kuiper, W. Kirker. Journal of Personality and Social Psychology 37, 677 (1977).
2) M. Conway, S. Dewhurst. Applied Cognitive Psychology 9, 1 (1995).
3) G. Della Barba. Memory 5, 657 (1997).
http://hdl.handle.net/2268/125821

File(s) associated to this reference

Fulltext file(s):

FileCommentaryVersionSizeAccess
Open access
Abstract_GENON.docAuthor preprint32 kBView/Open

Bookmark and Share SFX Query

All documents in ORBi are protected by a user license.