Reference : L'art de la guigne en 1862. Contexte, intertexte et sous-texte du Guignon de Mallarmé
Scientific congresses and symposiums : Paper published in a book
Arts & humanities : Literature
http://hdl.handle.net/2268/125593
L'art de la guigne en 1862. Contexte, intertexte et sous-texte du Guignon de Mallarmé
French
Durand, Pascal mailto [Université de Liège - ULg > Département des Arts et Sciences de la communication > Institutions culturelles et information >]
2014
Deux siècles de malédiction littéraire
Brissette, Pascal
Luneau, Marie-Pier
Presses universitaires de Liège
Situations
37-50
Yes
Yes
International
978-2-87562-040-8
Liège
Belgium
Deux siècles de malédiction littéraire. Transformations, médiations et transferts d’un mythe
13-15 juin 2012
Pascal Brissette et Marie-Pier Luneau
Montréal, McGill University
Canada
[fr] Mallarmé ; Guignon ; Malédiction littéraire ; Cladel ; Baudelaire ; Gautier ; Nerval ; Murger ; Illusio
[fr] Deuxième texte en vers publié par Mallarmé, dans la revue L'Artiste, alors dirigée par Arsène Houssaye, qui n’en retint que les cinq premiers tercets, Le Guignon place l’entrée de son auteur dans le champ poétique sous le signe d’une malédiction d’aspect très convenu, tant y paraît bien saturé l’appareil des clichés assimilant élection poétique et ratage social. La banalité du propos, gage donné aux pairs d’une adhésion fervente aux normes à quoi la plupart d’entre eux se rangent au milieu du Second Empire, y prend cependant une tournure assez singulière, témoignant d’un jeu avec les codes autant que d’une soumission à ceux-ci. Ce jeu passe par un complexe montage intertextuel articulant, au registre de la malédiction poétique, les apports d’un Nerval, d’un Gautier, d’un Baudelaire et d’un Cladel ; il passe aussi par une tonalité grotesque et paroxystique, reflet d’une distance prise à l’égard de l’imaginaire collectif ainsi synthétisé et d’une extériorisation critique de structures littéraires puissamment incorporées, au prix d’un point de vue tout ensemble interne et externe pris sur ces structures. Texte fondamentalement trivial — à tous les sens du terme —, Le Guignon tient ainsi, à la fois, de la récitation d’un credo et d’une sorte de physiologie des poètes post-romantiques.
Researchers ; Students
http://hdl.handle.net/2268/125593

File(s) associated to this reference

Fulltext file(s):

FileCommentaryVersionSizeAccess
Open access
L'art de la guigne en 1862.pdfPublisher postprint261 kBView/Open

Bookmark and Share SFX Query

All documents in ORBi are protected by a user license.