Reference : NGAL biomarqueur de lésion rénale
Scientific journals : Article
Human health sciences : Laboratory medicine & medical technology
Human health sciences : Urology & nephrology
http://hdl.handle.net/2268/123989
NGAL biomarqueur de lésion rénale
French
[en] NGAL, biomarker of acute kidney injury
Gagneux-Brunon, Amandine [> >]
DELANAYE, Pierre mailto [Centre Hospitalier Universitaire de Liège - CHU > > Néphrologie >]
LEGRAND, Delphine mailto [Centre Hospitalier Universitaire de Liège - CHU > > Cardiologie >]
CAVALIER, Etienne mailto [Centre Hospitalier Universitaire de Liège - CHU > > Chimie médicale >]
Mariat, Christophe [> >]
2012
Néphrologie & Thérapeutique
Elsevier
8
7
508-515
Yes (verified by ORBi)
National
1769-7255
1872-9177
Paris
France
[fr] insuffisance rénale aiguë ; NGAL
[fr] Le diagnostic precoce de l’insufissance renale aigue (IRA) est necessaire et devrait se faire au stade de lesion renale avant meme la degradation du debit de filtration glomerulaire. Plusieurs biomarqueurs d’atteinte renale aigue sont actuellement a l’etude. Parmi ceux-ci, le Neutrophil Gelatinase Associated Lipocalin (NGAL) semble l’un des plus prometteurs et fait l’objet de nombreuses publications. La performance diagnostique de NGAL, dose dans le plasma ou les urines, pour le depistage de l’IRA depend de nombreux facteurs. Bien que les donnees experimentales recentes soient en faveur de l’utilisation preferentielle du dosage urinaire de NGAL, les donnees cliniques issues de nombreuses etudes ne permettent pas de trancher formellement sur la superiorite du dosage urinaire par rapport au dosage plasmatique pour le depistage des atteintes renales aigues. Il n’en reste pas moins que sur le plan analytique, les techniques de dosage du NGAL urinaire sont actuellement plus fiables que celles du dosage plasmatique. La performance diagnostique de NGAL dans un contexte d’IRA est maximale en
chirurgie cardiaque pediatrique. Les resultats, chez l’adulte en postoperatoire de chirurgie cardiaque et dans d’autres situations (reanimation, urgences, transplantation), sont moins convaincants. Par ailleurs, il n’est actuellement pas possible d’extrapoler des etudes cliniques une valeur seuil discriminante unique de NGAL, aussi bien dans les urines que dans le plasma. D’autres etudes sont necessaires pour valider definitivement NGAL comme biomarqueur de l’atteinte renale aigue et en preciser les conditions d’utilisation en pratique clinique.
http://hdl.handle.net/2268/123989

File(s) associated to this reference

Fulltext file(s):

FileCommentaryVersionSizeAccess
Open access
NGAL, biomarqueur de lesion renale point d’etape en 2012.pdfPublisher postprint368.85 kBView/Open

Bookmark and Share SFX Query

All documents in ORBi are protected by a user license.