Reference : L'église de Mont-devant-Sassey (Meuse-Lorraine) : une construction sous l'impulsion des ...
Diverses speeches and writings : Conference given outside the academic context
Arts & humanities : History
Arts & humanities : Art & art history
http://hdl.handle.net/2268/117686
L'église de Mont-devant-Sassey (Meuse-Lorraine) : une construction sous l'impulsion des chanoinesses d'Andenne?
French
Lekane, Marie mailto [Université de Liège - ULg > Département des sciences historiques > Histoire de l'art et archéologie du moyen-âge >]
May-2011
National
Société d’art et d’histoire du diocèse de Liège
[en] Mont-devant-Sassey
[en] Située dans la région actuelle de la Lorraine, dérivée de la Haute Lotharingie, et plus exactement dans le département meusien, l’église remonte, en grand partie, aux XIIe et XIIIe siècles. La situation géographique limitrophe de Mont avec la Champagne a entraîné une complexité dans sa position politique et spirituelle. Ainsi, à l’époque médéviale, le village, situé en terre d’empire, ou in imperio, relève de la châtellenie des Dun avant d’être intégré au duché de Bar en 1377. Au spirituel, l’église de Mont est reliée au diocèse de Reims.
Le patronat de l’église est quant à lui exercé, pour des raisons historiques relativement obscures, par les chanoinesses d’Andenne qui relevaient du diocèse de Liège, pendant toute l’époque médiévale, et ce jusqu’à la création des nouveaux évêchés. Déjà au XIe siècle, les Dames d’Andenne possèdent des biens situés dans la localité de Mont et dans les localités voisines. Au 12ème siècle, en 1127 plus exactement, l’archevêque de Reims attribue de manière définitive aux chanoinesses le droit de collation de la cure et le patronat de l’église. Ces droits subsistent jusqu’à la révolution française.
Le chœur et la crypte de l’édifice sont les parties architecturales les plus intéressantes. Ils s’inscrivent dans la lignée des innovations mises en place au chantier « garinois » (du nom du maître de chantier, Garin) de la cathédrale de Verdun. Une datation du chœur peut ainsi être établie par chronologie relative : Verdun étant assurément daté de 1136-1147, le chœur montois se situe vers 1150-1170. Les formes architecturales du chœur montois sont caractéristiques du groupe « tréviro-lorrain », défini pour la première fois à Verdun. Cependant, la recherche archivistique atteste que la campagne de restauration sous Narcisse- Casimir Lenfant, entre 1877 et 1886, a métamorphosé l’aspect de la partie orientale. L’ampleur des modifications est telle qu’il nous faut nuancer la filiation entre Mont et V erdun.
Le portail, situé au sud de l’édifice, est intéressant à plus d’un titre. En premier lieu parce qu’il est le portail gothique lorrain le mieux conservé qui soit ; la critique d’authenticité le confirme. Ensuite parce que certains des choix iconographiques effectués par le commanditaire sont surprenants, inusités voire inédits (le sacrifice de Noé consécutif au Déluge, le sacrifice de Samuel accompagné de David, Ezéchiel soutenant un édifice duquel s’échappe un flot d’eau, ou encore, la Vierge de Nativité occultée par un rideau). Enfin, en raison de la situation géographique limitrophe et charnière entre le domaine français et l’Empire, les sculpteurs ont pu profiter des innovations sculpturales mises en place tant à l’Est qu’à l’Ouest.
http://hdl.handle.net/2268/117686

There is no file associated with this reference.

Bookmark and Share SFX Query

All documents in ORBi are protected by a user license.