Reference : Postérités politiques du jugement réfléchissant esthétique. Kant, d’Arendt à Rancière
Scientific journals : Article
Arts & humanities : Philosophy & ethics
http://hdl.handle.net/2268/108898
Postérités politiques du jugement réfléchissant esthétique. Kant, d’Arendt à Rancière
French
Bolmain, Thomas mailto [Université de Liège - ULg > Département de philosophie > Philosophie morale et politique >]
2012
MethIS : Méthodes et Interdisciplinarité en Sciences Humaines
Editions de l’Université de Liège
4
La Réflexivité au sens large
Yes (verified by ORBi)
International
2030-1464
2030-1456
Liège
Belgium
[fr] Cet article concerne le concept de réflexion et son importance pour la philosophie de l’art et de la politique depuis la modernité kantienne. Il s’organise en trois temps. Il s’agira d’abord d’interroger le concept de réflexion à l’œuvre dans la Critique de la raison pure et d’apprécier son rapport au jugement réfléchissant esthétique qui fait le cœur de la première partie de la Critique de la faculté de juger. Dans un deuxième temps, on montrera, en suivant H. Arendt, à quelle type de lecture politique ce problème esthétique kantien a pu donner lieu ; d’autre part, avec cette fois A. Badiou, on signalera à quelle sorte de critique s’expose la lecture arendtienne. L’objectif est en général de montrer qu’il est possible d’allier les propositions esthétiques de Kant avec un concept radical – marxien plutôt qu’arendtien – de la politique. C’est pourquoi, dans un troisième temps, on s’attachera à quelques textes de J. Rancière : la critique qu’il oppose aux lectures de Kant proposées par Bourdieu et par Lyotard démontre en effet qu’une pensée de la politique d’inspiration kantienne bien plus radicale que celle de Arendt reste possible. Plus globalement, on montrera ici que l’histoire de la philosophie moderne (par exemple kantienne) ne peut être à elle-même sa propre fin : elle doit toujours être infléchie en direction des enjeux actuels qui sont ceux de la philosophie politique, et ceux de la politique tout court. Sauf à estimer que la tâche philosophique doit désormais s’identifier à celle du gardien de musée, ou du gardien du temple.
Researchers
http://hdl.handle.net/2268/108898
http://popups.ulg.ac.be/MethIS/document.php?id=353
Contribution aux actes du colloque annuel du groupe Intersections (ULg) sur le thème « La réflexivité au sens large », ULg, 24 mars 2010

File(s) associated to this reference

Fulltext file(s):

FileCommentaryVersionSizeAccess
Open access
BolmainMeTHisFinal-3-1.pdfPublisher postprint327.69 kBView/Open

Bookmark and Share SFX Query

All documents in ORBi are protected by a user license.