Reference : Hypertension et grossesse
Scientific journals : Article
Human health sciences : Reproductive medicine (gynecology, andrology, obstetrics)
Human health sciences : Urology & nephrology
http://hdl.handle.net/2268/10713
Hypertension et grossesse
French
[en] Hypertension at Pregnancy
Krzesinski, Jean-Marie mailto [Université de Liège - ULg > Département des sciences cliniques > Néphrologie >]
May-1999
Revue Médicale de Liège
54
5
415-423
Yes (verified by ORBi)
National
0370-629X
[en] Hypertension ; Pregnancy ; Preeclampsia
[fr] Hypertension artérielle ; Grossesse ; Prééclampsie
[en] High blood pressure during pregnancy (BP > or = 140/90 mmHg) is sometimes already noted before conception, with usually a good prognosis (although it could predispose to preeclampsia). alpha-methyldopa is the best treatment when needed (agents blocking the renin angiotensin system are not recommended). Preeclampsia, a form of hypertension noted after 20 weeks of gestation with proteinuria is a more serious condition (BP > or = 140/90 mmHg or increase in BP from the 1st trimester > or = 25/15 mmHg). It is generated by placental ischemia and creates maternal endothelial lesions which in turn decrease the blood flow to placenta leading to maternal and fetal syndromes. Hospitalisation is mandatory. No measure other than delivery is known to attenuate or reverse its progression. Treating hypertension during pregnancy (when blood pressure > or = 170/110 mmHg) aims at preventing maternal risk (stroke or eclampsia) but has few effect on foetal lesions. Prevention of this syndrome, which represents the first secondary cause of hypertension, is until now disappointing.
Researchers ; Professionals ; Students ; General public ; Others
http://hdl.handle.net/2268/10713
L'hypertension artérielle au cours de la grossesse, définie par des valeurs de pression artérielle supérieures ou égales à 140/90 mmHg, peut être présente déjà avant la conception. Cette hypertension artérielle chronique a un pronostic généralement bon, mais peut se compliquer de prééclampsie. L'alpha-méthyldopa représente la base la plus sûre de son traitement (si PA > ou = 160/90 mmHg). Les inhibiteurs de l'enzyme de conversion et les antagonistes des récepteurs de l'angiotensine II sont contre-indiqués. Il n'en va pas de même du pronostic beaucoup plus dramatique de l'hypertension artérielle développée après la 20e semaine d'aménorrhée, surtout en présence d'une protéinurie, et appelée prééclampsie (PA > ou = 140/90 mmHg ou augmentation de PA par rapport au 1er trimestre > ou = 25/15 mmHg). La prééclampsie est probablement la cause la plus fréquente d'hypertension artérielle secondaire qui n'en constitue qu'une des manifestations. Le tableau de cette affection relève d'une lésion endothéliale maternelle suite à une ischémie placentaire avec conséquences maternelles et foetales. Elle n'est guérie que lors de la délivrance, et nécessite souvent une hospitalisation et une sureillance pluridisciplinaire. Le traitement de l'hypertension secondaire à la grossesse n'a de réel impact que sur le risque maternel (accident vasculaire cérébral et éclampsie) et ne doit être généralement décidé que si la pression dépasse 170/110 mmHg. Il n'a que peu d'action sur les complications foetales. La prévention de cette affection reste actuellement décevante.

File(s) associated to this reference

Fulltext file(s):

FileCommentaryVersionSizeAccess
Open access
Krzesinski_1999_Rev-med-liege_415.pdfPublisher postprint1.24 MBView/Open

Bookmark and Share SFX Query

All documents in ORBi are protected by a user license.