Reference : Retour au travail en cas d'arrêt-maladie de longue durée, le point de vue du patient
Scientific congresses and symposiums : Poster
Human health sciences : Public health, health care sciences & services
http://hdl.handle.net/2268/103669
Retour au travail en cas d'arrêt-maladie de longue durée, le point de vue du patient
French
Sottiaux, Marianne mailto [ > > ]
Schippers, Nathalie [Université de Liège - ULg > Département des sciences de la santé publique > Santé au travail et éducation pour la santé (STES) >]
Mairiaux, Philippe mailto [Université de Liège - ULg > Département des sciences de la santé publique > Santé au travail et éducation pour la santé (STES) >]
Nov-2011
Yes
No
International
Congrès pluri-thématique de la Société française de santé publique
du 2 au 4 novembre 2011
Société Française de Santé Publique (SFSP)
Lille
France
[en] return to work ; absenteism ; patient interview ; occupational health
[en] Introduction
Face à l’enjeu du maintien dans l’emploi en cas de problème de santé, le médecin du travail et le médecin-conseil de sécurité sociale peuvent jouer un rôle important, mais qu’en pense le patient ? L’étude avait donc pour objectif d’explorer le point du vue du patient afin d’identifier les obstacles et les éléments facilitateurs sur lesquels ces médecins peuvent s’appuyer pour promouvoir le retour au travail.

Méthodologie
L’étude a comporté l’interview téléphonique de 100 patients recrutés via deux organismes assureurs. Les critères d’inclusion étaient : être en arrêt de travail de longue durée (3 mois< arrêt < 8 mois), bénéficier d’une surveillance de santé en médecine du travail, et accepter de participer à l’étude.

Résultats
Les principales causes des absences sont les affections mentales (21%), les pathologies rachidiennes (11%) et les traumatismes (16%). Pour pouvoir retourner au travail, 40% des répondants disent attendre un effet du traitement ou une amélioration de leur état et 62% désignent le manque d’amélioration ou l’aggravation de celui-ci comme facteur freinant leur reprise. Un autre facteur est le manque de compréhension des collègues et/ou du chef hiérarchique. La majorité des répondants estiment qu’un travail adapté (diminution de la charge de travail ou des heures prestées, adaptation des horaires,…) faciliterait la reprise. Les répondants ont une perception plutôt négative du médecin du travail: la visite périodique est décrite comme superficielle et brève et peu connaissent le rôle du médecin. La plupart des répondants accepteraient que les médecins en charge de leur dossier se concertent à leur sujet mais s’interrogent quant à l’utilité d’un tel échange.

Conclusions
L’aide que le médecin du travail peut apporter au patient pour la reprise de travail est largement ignorée et de nombreux obstacles entravent les possibilités de coopération entre médecin du travail et médecin-conseil pour favoriser le maintien dans l’emploi.
Researchers ; Professionals
http://hdl.handle.net/2268/103669

There is no file associated with this reference.

Bookmark and Share SFX Query

All documents in ORBi are protected by a user license.