Reference : Intentionnalité cum fundamento in re: la constitution du champ perceptuel chez Stumpf et...
Scientific journals : Article
Arts & humanities : Philosophy & ethics
http://hdl.handle.net/2268/103085
Intentionnalité cum fundamento in re: la constitution du champ perceptuel chez Stumpf et Husserl
French
[en] Intentionality cum fundamento in re: Stumpf and Husserl on sensible perception
Dewalque, Arnaud mailto [Université de Liège - ULg > Département de philosophie > Phénoménologies >]
2012
Bulletin d'Analyse Phénoménologique
Université de Liège. Département de philosophie
VIII
1
70-96
Yes
International
1782-2041
Liège
Belgium
[en] Phenomenology ; History of Philosophy ; Carl Stumpf (1848-1936) ; Edmund Husserl (1859-1938) ; August Messer (1867-1937) ; Franz Brentano (1838-1917) ; Perception ; Given ; Passivity
[fr] Phénoménologie ; Histoire de la philosophie ; Carl Stumpf (1848-1936) ; Perception ; Donné ; Passivité ; Edmund Husserl (1859-1938) ; August Messer (1867-1937) ; Franz Brentano (1838-1917)
[fr] J’aborde ici le problème de la passivité de l’esprit dans le cadre d’une analyse intentionnelle de la perception. La question qui m’occupe sera la suivante : quel est le rôle des matériaux sensoriels ou des phénomènes sensibles dans la structuration du champ perceptuel ? Je commence par rappeler que l’approche intentionnelle, telle qu’elle est développée par Edmund Husserl – mais aussi, notamment, par August Messer –, implique une critique très vive du sensualisme, aussi bien dans sa version atomiste que dans sa version gestaltiste. J’examine ensuite une certaine difficulté de la conception intentionaliste exposée dans les Ideen I (1913). Cette difficulté a été mise en évidence, dans le champ de la psychologie expérimentale d’inspiration wundtienne, par Edward Titchener (Systematic Psychology, 1929) et surtout, dans l’école brentanienne, par Carl Stumpf (Erkenntnislehre, 1939). Elle concerne le rôle des données sensibles ou de la « hylè sensuelle » au sein des prestations intentionnelles du sujet percevant. Le point que fait valoir Stumpf se résume à ceci : si l’étude de la conscience ne doit pas devenir une « phénoménologie sans phénomènes », alors il semble que l’on doive renoncer au concept éthéré d’une « hylè sensuelle », comprise comme un matériau de sensation quelconque. En lieu et place d’une hylè indéterminée, il y a lieu d’admettre des phénomènes sensibles pourvus de propriétés qui sont analysables (théorisables) pour elles-mêmes.
Phénoménologies
Researchers ; Professionals ; Students
http://hdl.handle.net/2268/103085
http://popups.ulg.ac.be/bap/document.php?id=513
Version remaniée d'une communication lors du séminaire annuel de phénoménologie de l'UR Phénoménologies (ULg).

File(s) associated to this reference

Fulltext file(s):

FileCommentaryVersionSizeAccess
Open access
BAPVIII-1_p070-096.pdfTexte intégral en Open AccessPublisher postprint118.32 kBView/Open

Bookmark and Share SFX Query

All documents in ORBi are protected by a user license.