Browsing
     by title


0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

or enter first few letters:   
OK
See detailPenser la frontière entre Meuse et Rhin. Actes des deux premières journées "frontières" (Liège, 29 avril 2011 et 14 mai 2012).
Bechet, Christophe ULg; Brüll, Christoph ULg; Close, Florence ULg et al

Book published by Société pour le prorgrès des études philologiques et historiques - extrait de Revue Belge de Philologie et d'Histoire (2013, fasc. 4) (2013)

Detailed reference viewed: 16 (7 ULg)
See detailPenser la justice en contextes islamiques
Nachi, Mohamed ULg

Conference (2010, May)

Inscrire la question de la justice dans les contextes des sociétés islamiques pour en montrer la spécificités et les différentes dimensions sociales, culturelles, politiques, éthiques, etc.

Detailed reference viewed: 18 (0 ULg)
See detailPenser la négociation : mélanges en hommage à Olgierd Kuty
Vrancken, Didier ULg; Dubois, Christophe ULg; Schoenaers, Frédéric ULg

Book published by De Boeck (2008)

Parmi les différents travaux réalisés par Olgierd Kuty, la thématique de la négociation constitue bel et bien un domaine de préoccupation transversal. Depuis les analyses pionnières qu’il a menées sur le ... [more ▼]

Parmi les différents travaux réalisés par Olgierd Kuty, la thématique de la négociation constitue bel et bien un domaine de préoccupation transversal. Depuis les analyses pionnières qu’il a menées sur le « paradigme de négociation » dès 1977 à celles de 2006 sur le compromis belge, en passant par un ouvrage sur « la négociation des valeurs » (De Boeck) et la création de la revue internationale Négociations, il a incontestablement participé à la réflexion autour de ce concept en sociologie. C’est à cette réflexion que cet ouvrage vient rendre hommage, en rassemblant les contributions de collègues belges et étrangers avec lesquels Olgierd Kuty a entretenu des liens privilégiés tout au long de sa carrière. La négociation constitue aujourd’hui une activité sociale ordinaire. Certaines contributions rassemblées dans cet ouvrage tentent de saisir les modalités des jeux de négociation sur des terrains aussi variés que la justice, l’intervention sociologique en entreprise, la médiation familiale, la socialisation politique des jeunes, les relations collectives de travail, l’aide sociale en détention, l’administration ou l’enseignement. D’autres contributions sont davantage attentives aux implications des ces jeux de négociation, notamment sur l’identité individuelle (la « double transaction identitaire » de Claude Dubar et les « identités transverses » de Marc-Henry Soulet) et collective (la « communauté de projet » de Jean-Daniel Reynaud) des acteurs. [less ▲]

Detailed reference viewed: 134 (24 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailPenser la querelle par la sélection naturelle. Discours et scènes romanesques du struggle for life
Stienon, Valérie ULg

in COnTEXTES : Revue de Sociologie de la Littérature (2012), 10

Detailed reference viewed: 12 (0 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detail"Penser la technique" : clé pour un développement durable
du Jardin, Patrick ULg

in Ypersele, Jean-Pascal; Hudon, Marek (Eds.) 1er colloque interdisicplinaire du développement durable : Namur 31 janvier au 1er février 2013 (2013)

Detailed reference viewed: 8 (0 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailPenser le combat ordinaire : plonger dans la chair sociologique du monde
Frère, Bruno ULg

in Hermès (2009), 54

Il va en quelque sorte s'agir, dans ce texte, de montrer comment, parce qu'elle donne à voir le mouvement d'une pensée tant pratique (les dessins) que théorique (les textes) qui s'interroge à la fois sur ... [more ▼]

Il va en quelque sorte s'agir, dans ce texte, de montrer comment, parce qu'elle donne à voir le mouvement d'une pensée tant pratique (les dessins) que théorique (les textes) qui s'interroge à la fois sur le monde social, sur le phénomène politique et sur le phénomène artistique, la complexité de la bande dessinée peut se laisser décanter par la philosophie. C'est donc en fin de compte bel et bien à son rôle originaire de techné (de « technique » selon Aristote), d'outil, que sera renvoyé la philosophie dans ce court article consacré aux albums de Manu Larcenet : le combat ordinaire [less ▲]

Detailed reference viewed: 106 (18 ULg)
Full Text
See detailPenser le conflit : les vertus de l’approche multidisciplinaire
Wintgens, Sophie ULg; Piet, Grégory ULg

in Wintgens, Sophie; Piet, Grégory (Eds.) Les conflits et l'analyse de leurs résolutions (2010)

La deuxième édition des Après-midis de recherche du Département de Science politique fut l’occasion de placer le « conflit » au centre du débat et de la controverse scientifique – d’autant que la notion ... [more ▼]

La deuxième édition des Après-midis de recherche du Département de Science politique fut l’occasion de placer le « conflit » au centre du débat et de la controverse scientifique – d’autant que la notion est au confluent des discours savant (scientifique) et non-savants (médias, citoyens, etc.). Il semblait opportun de le recadrer ou de le replacer au centre d’une question de Science politique et, plus largement, de Sciences sociales, de Droit ou encore d’Histoire. En effet, comme plusieurs autres concepts en Sciences humaines et sociales, le « conflit » se situe au carrefour de multiples horizons et compréhensions : il « couvre l’ensemble des activités humaines et sociales en même temps qu’il dépeint les troubles et les ruptures qui ébranlent chacune d’entre elles » . Comment dès lors penser les dynamiques conflictuelles contemporaines, sachant que la grammaire « du conflit » ne se résume pas aux luttes armées – comme en atteste l’existence de conflits sociaux, de conflits familiaux ou encore de conflits au travail ? [less ▲]

Detailed reference viewed: 43 (6 ULg)
Full Text
See detailPenser le conflit et l'ordre social
Jacquemain, Marc ULg

in Wintgens, Sophie; Piet, Grégory (Eds.) Les conflits et l'analyse de leur résolution (2010)

L'idée que le conflit est à la base même de l'ordre social est défendue par Lewis Coser dans "The functions of social conflict", ouvrage séminal mais un peu oublié aujourd'hui. Coser montre que le conflit ... [more ▼]

L'idée que le conflit est à la base même de l'ordre social est défendue par Lewis Coser dans "The functions of social conflict", ouvrage séminal mais un peu oublié aujourd'hui. Coser montre que le conflit oblige à défnir un "monce commun" et que la destructuration du conflit estompe ce monde commun. Aujourd'hui, la difficulté à penser le conflit social pourrrait tenir à la fois à des évolutions sociales (les déplacements du capitalisme) et à des évolutions théoriques (la domination d'une sociologie du "dévoilement"). [less ▲]

Detailed reference viewed: 144 (12 ULg)
Full Text
See detailPenser le dépassement de la dichotomie conflit/accord pour penser la démocratie
Gobin, Corinne; Matagne, Geoffroy ULg

in Cusso, Roser; Dufresne, Anne; Gobin, Corinne (Eds.) et al Le conflit social éludé (2008)

Detailed reference viewed: 50 (6 ULg)
See detailPenser le nationalisme
Nachi, Mohamed ULg

Conference (2010, January)

Le nationalisme arabe, ses origines, son développement et son déclin

Detailed reference viewed: 2 (1 ULg)
Peer Reviewed
See detailPenser le vivre ensemble au Canada et en Belgique : Expressions et représentations de Québécois, Ontariens, Belges francophones et Belges néerlandophones
Reuchamps, Min ULg

Conference (2011, May 19)

La question du vivre ensemble se situe au cœur de toute société multinationale ; plus précisément, elle définit la nature des relations entre les « communautés » nationales qui composent cette société et ... [more ▼]

La question du vivre ensemble se situe au cœur de toute société multinationale ; plus précisément, elle définit la nature des relations entre les « communautés » nationales qui composent cette société et anime sa dynamique politique. Avec deux grandes communautés nationales, le Canada et la Belgique connaissent régulièrement l’acuité de cette question fondamentale. Dans ces deux fédérations, les différences linguistiques entre l’anglais et le français, d’une part, et le néerlandais et le français, d’autre part, posent naturellement des problèmes à la fois philosophiques, linguistiques et politiques. Surtout ces différences – en termes d’expressions – renvoient à des représentations différentes du vivre ensemble. Cette proposition vise à explorer ces différences d’expressions et de représentations en étudiant quatre corpus de données recueillis au Québec (Montréal), en Ontario (Kingston), en Belgique francophone (Liège) et en Belgique néerlandophone (Anvers) lors de quatre panels citoyens qui ont rassemblés pendant plusieurs heures une vingtaine de citoyens locaux. Ces données permettent non seulement des comparaisons au sein de chaque terrain mais également entre les terrains. C’est donc de véritables regards croisés qui peuvent venir éclairer la question du vivre ensemble au Canada et en Belgique. Il ressort de cette lecture comparative, mêlant science politique et linguistique, que si les mots et les expressions importent dans une réflexion politique sur le vivre ensemble, il convient de relier ceux-ci aux représentations, voire aux métaphores, sous-jacentes qui les animent. Se pose alors la question de savoir si les différences linguistiques et politiques entre les deux grandes communautés nationales de chaque pays sont rédhibitoires ou non, et surtout ce que cela implique pour l’organisation du vivre ensemble. [less ▲]

Detailed reference viewed: 29 (4 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailPenser les catastrophes : Bergson et la question de la signification humaine
Caeymaex, Florence ULg

in François, Arnaud (Ed.) Annales Bergsoniennes VI : Bergson, le Japon, la catastrophe (2013)

Detailed reference viewed: 20 (0 ULg)
Full Text
See detailPenser les institutions
Piet, Grégory ULg; Wintgens, Sophie ULg

Book published by Editions de l'Université de Liège (2011)

L’institution prend une place essentielle dans la pratique des sciences sociales, juridiques ou encore économiques, et ce, tant en termes de théorisation que d’approches empiriques. Aujourd’hui, cependant ... [more ▼]

L’institution prend une place essentielle dans la pratique des sciences sociales, juridiques ou encore économiques, et ce, tant en termes de théorisation que d’approches empiriques. Aujourd’hui, cependant, à la lecture du concept de «gouvernance» ambiant, voire à la mode, il est intéressant de questionner notre manière de penser les institutions, que ce soit sur les pratiques qui les caractérisent, sur les rapports de forces internes ou ceux qu’elles entretiennent avec l’extérieur. Pourquoi tenter d’interroger les institutions au regard de la gouvernance ? Deux raisons sont principalement avancées. La première prend la forme d’une hypothèse posant l’existence d’un changement dans nos institutions et dont il reste à identifier le caractère. Partant, quels rôles doit-on réserver aux acteurs et à la société civile ? Que peut-on dire de la prise en considération des institutions dans l’action publique ? La seconde raison se décline quant à elle en question de recherche et interroge un possible éclairage, par la notion de « gouvernance », du changement des institutions. Au travers de cinq contributions, ce numéro se propose de livrer un aperçu non exhaustif de l’étendue du débat que ce vaste «objet de recherche» – les institutions – génère dans la communauté scientifique. Émilie GAILLARD nous entretient sur la démocratie transgénérationnelle ; Joël IDT évoque le rôle du technicien dans la gouvernance urbaine ; Geoffroy MATAGNE, Emmanuel RADOUX et Pierre VERJANS reviennent sur le code de la démocratie locale et de la décentralisation ; Catherine FALLON livre un éclairage sur les mécanismes de transformation de la recherche scientifique en Communauté française de Belgique ; Céline Parotte nous explique, in fine, les répercussions du décret dit «Bologne» en Communauté française sur les regroupements des universités au sein d’Académies. [less ▲]

Detailed reference viewed: 95 (13 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailPenser les pratiques après C.Brandi. Vers une praxéologie et axiologie des restaurations en art contemporain.
Verbeeck, Muriel ULg

in Art d’aujourd’hui, patrimoine de demain, Actes du colloque SFIIC-INP (2009)

Detailed reference viewed: 14 (0 ULg)
Peer Reviewed
See detailPenser les synergies. La culture
Duchesne, Jean-Patrick ULg

in Actes du colloque Villes, régions et universités dans l’Europe de demain (1993)

Detailed reference viewed: 6 (1 ULg)
Full Text
See detailPenser par le milieu, cultiver l'équivocation
Despret, Vinciane ULg

Conference (2012, September 17)

« Gorgias, écrivait Barbara Cassin, montre comment le Poème de Parménide, loin de partir, comme il le prétend, d'un “il y a” de être (esti : es gibt Sein, dit Heidegger), fabrique bien plutôt l'être en le ... [more ▼]

« Gorgias, écrivait Barbara Cassin, montre comment le Poème de Parménide, loin de partir, comme il le prétend, d'un “il y a” de être (esti : es gibt Sein, dit Heidegger), fabrique bien plutôt l'être en le disant, le fait être ; on ne va pas de l'être au dire de l'être, en toute fidélité et adéquation, mais, à l'inverse, l'être est un effet de dire, un produit du poème, la conséquence d'une performance discursive. C'est de là que je suis repartie. » Au cœur de sa réflexion sur la performativité du langage se déploie, chez Cassin, la question de l’efficace créatif de la traduction. Cette question peut être mise en rapport avec la notion développée par l’anthropologue Eduardo Viveiros de Castro sous le terme d’« équivocation ». Traduire, dit-il, c’est présumer qu’une équivocation existe toujours ; c’est communiquer par différences, différences dans sa langue — sous le même terme, quantité de choses peuvent revendiquer répondre de ce terme—, différences dans la langue de l’autre, et différences dans l’opération même de traduction— car les deux équivocités ne sont pas superposables. C’est ce qui conduit Viveiros de Castro à dire que « la comparaison est au service de la traduction », et non l’inverse. On ne traduit pas pour comparer, on compare à la seule fin de réussir à traduire. Et on compare des différences, des équivoques, des homonymes. L’équivocation est, en ce sens, le déploiement des versions. Dans une traduction, explique Cassin, non seulement chaque terme et chaque opération syntaxique de la langue source peuvent recevoir plusieurs sens, mais ils vont être traduits, dans la langue d’arrivée par des termes et des opérateurs syntaxiques qui, eux-mêmes, peuvent en avoir plusieurs. La version cultive ces divergences et ces bifurcations, de manière contrôlée— mais comme on dit que marcher est une manière contrôlée de tomber. Cette pratique de l’équivocation comme volonté de maintien de la contradiction est à l’œuvre dans les travaux les plus divers de la philosophe. Je m’attacherai plus particulièrement à la partie plus littéraire de ceux-ci. Au départ de la nouvelle « Les mots de tous les jours et l’orchidée de la nuit », que je mettrai en rapport avec une analyse de la thématique de la transmission, de l’identité et du deuil proposée par le psychanalyste Jean Allouch, je souhaiterais dégager les effets pragmatiques et féconds d’une traduction assumant et cultivant la possibilité de faire tenir des traductions divergentes et contradictoires d’un même énoncé. [less ▲]

Detailed reference viewed: 110 (10 ULg)
Full Text
See detailPenser. Un travail de la main
Gauvry, Charlotte ULg

in Perrin, Christophe (Ed.) Qu'appelle-t-on la pensée ? Le philosopher heideggérien (2014)

Philosopher n’est pas penser. Plus exactement, philosopher nous empêche de penser et de saisir que « ce qui donne le plus à penser est que nous ne pensons pas encore » (GA 8, trad. fr. p.22). Aussi ... [more ▼]

Philosopher n’est pas penser. Plus exactement, philosopher nous empêche de penser et de saisir que « ce qui donne le plus à penser est que nous ne pensons pas encore » (GA 8, trad. fr. p.22). Aussi, malgré la philosophie, et probablement à l’encontre de la philosophie, il faut encore « apprendre » à penser. C’est la nature de cet apprentissage, qui procède d’abord par « désapprentissage », que l’article entend préciser par l’analyse des riches indications du cours de 1951-1952, Was heißt denken? À titre d’indication positive, Heidegger propose une comparaison entre l’apprenti-penseur et l’apprenti-menuisier. Après avoir soigneusement distingué la pensée de la philosophie, il soutient en effet que « penser est peut-être simplement du même ordre que travailler à un coffre. C’est en tout cas un travail de la main » (GA 8, trad. fr. pp. 89-90). C’est cette singulière indication que nous explorons, en partant notamment de la conférence de Jacques Derrida de 1985 : « La main de Heidegger ». Nous entendons ainsi montrer que cette indication du caractère « manuel » de la pensée est une clef herméneutique puissante pour comprendre que la pensée est un « don » qu’il faut apprendre à recueillir et dont nous devons remerciement. [less ▲]

Detailed reference viewed: 6 (0 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailPensieri sulla critica della traduzione e sulla sua ricezione
Curreri, Luciano ULg

in Palazzo Sanvitale (2005), 15/16

Detailed reference viewed: 32 (4 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailPensiero giuridico ed esperienza politica nel Rinascimento italiano
Moreno, Paola ULg

Conference (2010, March 23)

Detailed reference viewed: 18 (3 ULg)