Browsing
     by title


0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

or enter first few letters:   
OK
Full Text
Peer Reviewed
See detailPortrait of the Prose Poet as Glutton
Delville, Michel ULg

in Sentence: A Journal of Prose Poetics (2003)

Detailed reference viewed: 10 (2 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailPortrait photographique d’écrivain et newsmagazine. Pour une approche rhétorique de l’événementialité du littéraire
Provenzano, François ULg

in COnTEXTES : Revue de Sociologie de la Littérature (2014), 14

Detailed reference viewed: 11 (0 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailLe portrait photographique d'écrivain vu de face et de profil
Bertrand, Jean-Pierre ULg; Durand, Pascal ULg; Lavaud, Martine

in COnTEXTES : Revue de Sociologie de la Littérature (2014), 14

Detailed reference viewed: 47 (10 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailLe Portrait photographique d'écrivain
Bertrand, Jean-Pierre ULg; Durand, Pascal ULg; Lavaud, Martine

in COnTEXTES : Revue de Sociologie de la Littérature (2014), 14

Il en va des phénomènes omniprésents comme des évidences : ils passent volontiers inaperçus quand ils ne sont pas reçus comme procédant d’une nature des choses plutôt que d’une émergence historique et ... [more ▼]

Il en va des phénomènes omniprésents comme des évidences : ils passent volontiers inaperçus quand ils ne sont pas reçus comme procédant d’une nature des choses plutôt que d’une émergence historique et sociale. Vitrines de libraires, quatrièmes de couverture, affiches publicitaires, catalogues d’éditeur, manuels scolaires, monographies illustrées, journaux, magazines, émissions de télévision, documentaires, vidéos continuent d’enfoncer jour après jour dans notre œil l’évidence aveuglante que l’écrivain a un visage. Il n’en a pas toujours été ainsi et c’est bien en s’en avisant que l’on peut se mettre en condition de prendre la mesure des effets que la photographie, après d’autres formes de représentation iconographique, puis en concurrence avec celles-ci, a exercés non seulement sur la mise en image de la littérature et la visibilité de ceux qui la produisent, mais encore sur leur commune définition sociale après 1840. C’est dans cet esprit général, sensible aux modalités matérielles de l’histoire des représentations ainsi qu’aux implications épistémologiques du portrait photographique d’écrivain, que s’inscrivent les contributions réunies à l’enseigne de la revue Contextes. Elles proviennent de deux journées d’études qui se sont tenues à l’Université de Liège les 6 et 7 juin 2013 en vue d’éclairer sous différents aspects l’histoire des formes, des supports et des usages du portrait photographique d’écrivain de la fin des années 1830 à l’époque contemporaine — du romantisme au Nouveau Roman ou encore de Balzac à Houellebecq. Conformément à l’objet étudié, l’approche développée se veut résolument transdisciplinaire. Historiens de l’art et de la photographie rappellent utilement les conditions de naissance et de développement exponentiel d’un genre ayant bousculé l’ordre des représentations et les esthétiques. Historiens et sociologues de la littérature font ressortir les liens établis entre portrait photographique et auteurs photographiés, avec les implications que le médium a occasionnées durablement dans l’imaginaire littéraire. Sémioticiens et spécialistes des sciences du langage mettent en œuvre leur outillage descriptif sur la matérialité et la discursivité du cliché. Avec cela de commun en ligne de mire : à quoi tient la littérarité d’un portrait photographique d’écrivain ? A cette question, le dossier apporte quelques éléments de réponse en proposant un recadrage et un décadrage. Recadrage de l’image elle-même au sein des configurations auxquelles elle participe. Décadrage du portrait en direction des effets de contexte et de support qui sont inducteurs de sa signification. SOMMAIRE Martine LAVAUD (Paris IV), « Envisager l’histoire littéraire. Pour une épistémologie du portrait photographique d’écrivain » Pascal DURAND (ULg), « De Nadar à Dornac. Hexis corporelle et figuration photographique des écrivains » Jean-Pierre BERTRAND (ULg), « Esquisse d’un protocole de lecture du portrait photographique d’écrivain » Marc-Emmanuel MÉLON (ULg), Portrait de l’écrivain absorbé. Une allégorie photographique » Adeline WRONA (Celsa, Université Paris Sorbonne), « Le portrait-carte, de la photographie au journal. Le marché périodique du portrait d’écrivain » Hélène VÉDRINE (Université Paris Sorbonne), « Portraits de masques et de fantômes. Le portrait photographique dans le livre (1860-1930) » Bernard VOUILLOUX (Université Paris Sorbonne), « Une collection d’unica : les livres à portraits d’Edmond de Goncourt » François PROVENZANO (ULg), « Portrait photographique d’écrivain et newsmagazine. Pour une approche rhétorique de l’événementialité du littéraire » Fanny LORENT (ULg), « Portrait et imaginaire photographique. Cliché et anti-cliché du Nouveau Roman » Maria Giulia DONDERO (FNRS/ULg), « Les approches sémiotiques du portrait photographique. De l’identité à l’“air” » Jérôme MEIZOZ (Université de Lausanne), « Portrait photographique et présentation de soi. Cendrars, Houellebecq » [less ▲]

Detailed reference viewed: 36 (20 ULg)
Full Text
See detailLe portrait royal sous Sésostris III et Amenemhat III
Laboury, Dimitri ULg

in Egypte Afrique & Orient (2003), 30

Detailed reference viewed: 48 (3 ULg)
See detailLe portrait social de la Wallonie
Foidart, F.; Pestieau, Pierre ULg; Perelman, Sergio ULg

Book published by Fondation Roi Baudoin (1995)

Detailed reference viewed: 14 (3 ULg)
See detailPortrait social de la Wallonie. Une mise à jour
Delhausse, Bernard; Pestieau, Pierre ULg; Perelman, Sergio ULg

Report (1999)

Detailed reference viewed: 9 (1 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailPortrait statistique de l'écrivain journaliste en Belgique francophone entre 1918 et 1960
Dozo, Björn-Olav ULg

in Textyles : Revue des Lettres Belges de Langue Française (2010), 39

Detailed reference viewed: 44 (1 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailPortrait versus Ideal Image
Laboury, Dimitri ULg

in Wendrich, Willeke (Ed.) UCLA Encyclopedia of Egyptology (2010)

Ancient Egyptian art’s concern with individualized human representation has generated much debate among Egyptologists about the very existence of portraiture in Pharaonic society. The issue has often—if ... [more ▼]

Ancient Egyptian art’s concern with individualized human representation has generated much debate among Egyptologists about the very existence of portraiture in Pharaonic society. The issue has often—if not always—been thought of in terms of opposition between portrait and ideal image, being a major topic in the broader question of realism and formal relation to reality in ancient Egyptian art. After a brief analysis of the problem from a theoretical point of view, the article deals with the Egyptological reception of the subject and considers the concepts involved in the notion of portrait within the context of ancient Egyptian thought. A few significant cases selected from the corpus of royal statuary are then investigated in order to elucidate the motives and modalities of the interaction between portrait and ideal image in ancient Egyptian individualized representations. [less ▲]

Detailed reference viewed: 89 (5 ULg)
Full Text
See detailPortraits d'adolescents: perspectives littéraires et historiques
Delbrassine, Daniel ULg

in Lecture Jeune (2009), 132

Approche de l'évolution récente du personnage adolescent dans les romans destinés à cette classe d'âge

Detailed reference viewed: 11 (0 ULg)
Full Text
See detailLes portraits d'Erard de la Marck, prince-évêque de Liège
Allart, Dominique ULg

in De Ruyt, Claire; Lecocq, Isabelle; Lefftz, Michel (Eds.) et al Lumières, formes et couleurs : Mélanges en hommage à Yvette Vanden Bemden (2008)

Detailed reference viewed: 39 (6 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailPortraits d'usagers d'héroïne - Les patients engagés dans l'expérience pilote belge de traitement assisté par diacétylmorphine
Lemaître, André ULg

in KUHN, André; MARGOT, Pierre; AEBI, Marcelo (Eds.) et al Criminology, Criminal Policy and Criminal Law in an International Perspective : Essays in Honour of Martin Killias (2013)

Detailed reference viewed: 13 (3 ULg)
Full Text
See detailPortraits de dévots, pratiques religieuses et expérience spirituelle dans la peinture des anciens Pays-Bas (1400-1550)
Falque, Ingrid ULg

Doctoral thesis (2009)

Présent dès les premiers siècles du Moyen Âge et ce, jusqu'au XVIIe siècle au moins, le portrait de dévot (ou portrait dévotionnel) connaît à la fin du Moyen Âge un succès sans précédent et ce ... [more ▼]

Présent dès les premiers siècles du Moyen Âge et ce, jusqu'au XVIIe siècle au moins, le portrait de dévot (ou portrait dévotionnel) connaît à la fin du Moyen Âge un succès sans précédent et ce, particulièrement dans la peinture des anciens Pays-Bas. Alors qu'il était jusque-là essentiellement réservé aux princes et aux souverains, il connaît désormais une diffusion large. Nobles, bourgeois et membres du clergé désirent laisser une trace de leur piété et de leur passage sur terre. Par leur présence dans l’image, ils expriment leur dévotion, demandent la protection d'un saint et s'efforcent d'assurer leur salut dans l'au-delà. Ainsi s'expliquent la multiplication et la diversification des peintures religieuses comportant un ou plusieurs portraits de personnes agenouillées les mains jointes. D'un point de vue culturel, l'intérêt de cette production picturale réside également dans le fait que la représentation des dévots, qui lisaient et appliquaient les préceptes de la littérature dévotionnelle, peut être perçue comme une « mise en image » des pratiques religieuses et de l’expérience spirituelle telles qu’elles étaient vécues à l'époque. Composée de deux parties, la thèse envisage de manière systématique et exhaustive les modes de représentation du portrait dévotionnel dans la peinture religieuse des anciens Pays- Bas entre 1400 et 1550 et leurs significations dans le contexte spirituel de l'époque. Ce corpus d’œuvres forme un ensemble vaste et hétérogène, auquel il serait vain de vouloir appliquer une clé interprétative unique. C’est pourquoi, dans un premier temps, nous avons ouvert le champ de nos investigations de la manière la plus large possible, afin d’offrir une vue d’ensemble complète des modalités d’intégration des portraits dans la composition religieuse. Ensuite, le second temps de notre travail a requis une mise au point serrée sur une problématique précise. Il s’est alors agi d’étudier les dimensions spirituelles de ces tableaux. Préalablement à ces démarches analytiques et interprétatives, un catalogue des peintures religieuses comportant des portraits de dévots a été établi. Il comprend 663 œuvres, classées selon une typologie qui prend en compte la localisation des portraits dans la structure matérielle de l’oeuvre (sur l’avers ou le revers des volets, sur le même panneau que la scène religieuse ou dans des diptyques), le type de scène religieuse devant laquelle les portraits apparaissent (scène narrative ou scène hiératique) et la présence ou non de saints patrons. Basée sur cette typologie, la première partie de la thèse consiste en un panorama complet des différentes modalités d’intégration des portraits dans la composition religieuse. Cette étude typologique a non seulement permis de mettre en évidence la variété des formules d’intégration des dévots dans la composition, mais aussi la répartition déséquilibrée des oeuvres au sein des catégories d’analyse. Dans la seconde partie de la thèse, notre approche du portrait dévotionnel a consisté à déterminer comment les tableaux pouvaient être utilisés comme support et comme « mises en image » du processus spirituel des personnes représentées en prière. Pour ce faire, nous avons mis à profit les acquis des étapes préalables de notre travail et nous les avons enrichis en confrontant les images avec plusieurs concepts clés de la progression spirituelle tels qu’ils sont explicités dans littérature dévotionnelle et mystique contemporaine : le cheminement, l’ascension spirituelle, l’union à Dieu et la place des images dans les pratiques méditatives. Comme la thèse le montre, les implications spirituelles du portrait dévotionnel sont vastes : le tableau se présente comme un intermédiaire entre le dévot et les saints à qui il adresse ses prières. De la sorte, l’image matérialise, annonce – voire idéalise – la rencontre entre le fidèle et le Christ, entre le monde visible de l’ici-bas et le monde invisible de l’au-delà. Non seulement elle rend présents aux yeux du spectateur l’éternel et l’invisible, mais elle permet également au dévot d’entrer physiquement dans l’image, de manière à montrer picturalement la perfection spirituelle qu’il atteint. [less ▲]

Detailed reference viewed: 140 (24 ULg)
See detailLes portraits de Pascale Vincke. Une anthropologie silencieuse
Havelange, Carl ULg

in MERLAND, Bénédicte (Ed.) Pascale Vincke (2006)

Detailed reference viewed: 10 (1 ULg)
Full Text
See detailPortraits domestiques et représentations d’intérieurs dans la photographie (de Walker Evans à Jeff Wall)
Hagelstein, Maud ULg

Conference (2014, May 16)

Je vais essayer ici d’interroger le genre du portrait domestique – c’est-à-dire du portrait pris dans l’environnement du domicile (domus, la maison) ou lié, par extension, à tout ce qui concerne le ménage ... [more ▼]

Je vais essayer ici d’interroger le genre du portrait domestique – c’est-à-dire du portrait pris dans l’environnement du domicile (domus, la maison) ou lié, par extension, à tout ce qui concerne le ménage et la vie privée. On ne peut sans doute pas proprement parler d’un genre institué mais je tenterai - pour le dire vite - de poser ici la question du portrait photographique et de son lien aux intérieurs (lieux) et/ou aux activités (gestes) domestiques. Le portrait domestique exposerait au regard d’autrui l’individu dans son environnement premier. Il y aurait quelque chose comme une vulnérabilité de l’individu dans sa sphère privée (raison pour laquelle, bien souvent, il la protège des regards). À partir du moment où l’appareil photo investit ces espaces domestiques, on est automatiquement porté au seuil qui sépare les sphères intimes et publiques. * Pour plusieurs raisons évidentes. Celle-ci notamment : la maîtrise de la diffusion des images n’est jamais que partielle, aujourd’hui plus encore que jamais : qui nous dit que telle photographie prise innocemment dans le cadre privé ne sera pas un jour arrachée à l’album familial par un amateur de photographies trouvées (il y en a de plus en plus) ou diffusée sur les réseaux sociaux sans l’accord de ceux dont elle capture l’intimité ? La possibilité même d’une telle circulation transforme automatiquement les conditions générales de production de l’image et les dispositions (au double sens du terme) de ceux qui y sont représentés. Par nature donc, la photographie domestique fissure l’environnement préservé (c’est-à-dire : préservé du regard d’autrui) dont elle offre une image. Partant de cette idée banale, on pourrait identifier et décrire des registres très différents (je ne cherche pas ici à établir une typologie mais à illustrer la multiplicité des pratiques dans ce domaine) : il y aurait toute une gamme d’images se répartissant sur un spectre allant du plus automatique au plus travaillé : on peut penser par exemple à (1) la photographie domestique accidentelle – celle qui est prise par hasard et sans intention aucune ; (2) la photographie domestique brouillon – celle que l’on prend pour amorcer un film, tester un appareil, s’exercer à une pratique nouvelle en utilisant ce qu’on a directement sous la main (l’enfant qui reçoit son premier appareil photo et qui prend des clichés de ses parents qui préparent le souper) ; (3) la photographie domestique instantanée – celle qui cherche à dessein le portrait naturel, en situation, pour son caractère authentique et non fabriqué ; * (4) la photographie domestique posée – celle qui cherche à mettre en évidence les liens symboliques des individus à leur environnement ; * (5) la photographie domestique narrative – celle qui met en scène des personnages et les intègre à une fiction ; etc. Rattacher de manière définitive un cliché photographique à l’un de ces registres n’est pas une chose aisée – surtout pour le spectateur vierge de toute information concernant les intentions et les conditions de production de l’image. Par ailleurs, pour chacun de ces registres, on peut évidemment trouver toutes sortes de variantes mimétiques, parodiques, chiquées. [less ▲]

Detailed reference viewed: 33 (1 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailPortraits du critique en diariste indécis. Roland Barthes et l'écriture du journal personnel
Stienon, Valérie ULg

in Etudes Littéraires (2011), 41(3), 119-131

Detailed reference viewed: 11 (0 ULg)
See detailPortraiture and Self-portraiture in Agnès Varda’s documentaries
Van Cauwenberge, Geneviève ULg

Scientific conference (2002, October)

Detailed reference viewed: 29 (7 ULg)
Full Text
See detailPortraying 9/11: Essays on Representations in Comics, Literature, Film and Theatre
Bragard, Véronique; Dony, Christophe ULg; Rosenberg, Warren

Book published by McFarland (2011)

Detailed reference viewed: 40 (4 ULg)
See detailPortraying the Nonprofit Sector in Official Statistics: Early Finding from NPI Satellite Accounts
Mertens de Wilmars, Sybille ULg

Conference given outside the academic context (2003)

Detailed reference viewed: 12 (2 ULg)