Browsing
     by title


0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

or enter first few letters:   
OK
Full Text
Peer Reviewed
See detailParicalcitol for reduction of albuminuria in diabetes
DELANAYE, Pierre ULg; MARIAT, Christophe; KRZESINSKI, Jean-Marie ULg et al

in Journal-Lancet (The) (2011), 377

Detailed reference viewed: 18 (3 ULg)
Peer Reviewed
See detailParis et la guérilla urbaine de la RAF. Notes pour un montage entre cinéma, photographie et architecture.
Hamers, Jérémy ULg

in Popovic, Pierre; Hamel, Yan (Eds.) La ville dans les arts et la littérature en France de 1958 à 1981. (in press)

Detailed reference viewed: 8 (1 ULg)
See detailParis seen by a Black Man. Narrative Point of View and Ethnic Identity in Raoul Gineste’s Le Nègre de Paris (1903)
Stienon, Valérie ULg

Scientific conference (2013, April 10)

Although he does not seem to have had any apparent connection with the Black community, Raoul Gineste (a.k.a. Adolphe Augier) might have chosen the topic of the negro man both as a literary frame for a ... [more ▼]

Although he does not seem to have had any apparent connection with the Black community, Raoul Gineste (a.k.a. Adolphe Augier) might have chosen the topic of the negro man both as a literary frame for a kind of novel of manners and as a fictional support for a true social reflection. [less ▲]

Detailed reference viewed: 28 (1 ULg)
Full Text
See detailParis sportifs truqués : le tennis dans les mailles du filet
Fincoeur, Bertrand ULg

in Revue de Droit Pénal et de Criminologie (2010)

Detailed reference viewed: 133 (6 ULg)
Full Text
See detailParis sportifs vis Internet et blanchiment de capitaux
Dantinne, Michaël ULg

in Revue de la Faculté de Droit de l'Université de Liège (2006), 1-2

Detailed reference viewed: 57 (7 ULg)
Full Text
See detailParis-Bruxelles à la veille de la ‘Révolution diplomatique’. Les instructions au Sieur de Lesseps de 1752
Tilkin, Françoise ULg; Demoulin, Bruno ULg

in Colignon, Alain; Lanneau, Catherine; Raxhon, Philippe (Eds.) Radicalités, identités, patries. Hommage au Professeur Francis Balace (2010)

Detailed reference viewed: 16 (1 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailLa parité linguistique au sein des « gouvernements » bruxellois
Reuchamps, Min ULg

in Revue de la Faculté de Droit de l'Université de Liège (2008), (2), 181-199

Belgium is a typical dyadic federation and characterized by a dual federalism. This bipolar dynamics is politically enforced in the obligation for a linguistic parity between Dutch- and French-speaking ... [more ▼]

Belgium is a typical dyadic federation and characterized by a dual federalism. This bipolar dynamics is politically enforced in the obligation for a linguistic parity between Dutch- and French-speaking ministers in the federal Council of Ministers. In Brussels, a similar rule applies in the different governments. Relying on a political analysis and on interviews with politicians, this article explores and reflects on the linguistic parity in Brussels and in particular in the government of the Region and of the Community. [less ▲]

Detailed reference viewed: 130 (12 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailLa parité linguistique au sein du conseil des ministres
Reuchamps, Min ULg

in Res Publica (2007), 49(4), 602-627

Since 1970, the Belgian Constitution requires that the federal Council of Ministers be staffed by an equal number of Dutch-speaking and French-speaking ministers, with the possible exception of the Prime ... [more ▼]

Since 1970, the Belgian Constitution requires that the federal Council of Ministers be staffed by an equal number of Dutch-speaking and French-speaking ministers, with the possible exception of the Prime Minister. This article explores the constitutional rule of linguistic parity at the highest level of the state. Using the existing “model of points” and the author’s own “model of the weight of ministerial portfolios”, the study analyses the last twenty-three federal Governments (1970-2007) and shows that both Flemish and Francophone communities benefit from the parity: the former because it usually receives an extra minister –the Prime Minister– as well as more Secretaries of State and ensures a similar protection for its minority in Brussels; the latter because it enjoys a symbolic as well as a political guarantee of equal representation. Above all, the Council of Ministers is not only numerically well-balanced but also –and chiefly– politically well-balanced. [less ▲]

Detailed reference viewed: 379 (24 ULg)
Full Text
See detailLa parité linguistique au sein du conseil des ministres
Reuchamps, Min ULg

Master's dissertation (2005)

Since 1970, the Belgian Constitution requires that the federal Council of Ministers be staffed by an equal number of Dutch-speaking and French-speaking ministers, with the possible exception of the Prime ... [more ▼]

Since 1970, the Belgian Constitution requires that the federal Council of Ministers be staffed by an equal number of Dutch-speaking and French-speaking ministers, with the possible exception of the Prime Minister. This thesis explores the constitutional rule of linguistic parity at the highest level of the state. Using the existing “model of points” and the author’s own “model of the weight of ministerial portfolios”, the study analyses the last twenty-three federal Governments (1970-2007) and shows that both Flemish and Francophone communities benefit from the parity: the former because it usually receives an extra minister –the Prime Minister– as well as more Secretaries of State and ensures a similar protection for its minority in Brussels; the latter because it enjoys a symbolic as well as a political guarantee of equal representation. Above all, the Council of Ministers is not only numerically well-balanced but also –and chiefly– politically well-balanced. [less ▲]

Detailed reference viewed: 356 (20 ULg)
See detailParking pricing and its effect on urban traffic management system specially traffic congestion
Eftekhar, Hamed ULg; Rahmat, Riza Atiq

Scientific conference (2011)

These days large cities are facing highly increase in populations and car dependency. In this condition an efficient urban traffic management system playing very important role to handle issued problems ... [more ▼]

These days large cities are facing highly increase in populations and car dependency. In this condition an efficient urban traffic management system playing very important role to handle issued problems. Urban traffic management system divided to two main parts. First one which is considered more yet is; current traffic and second one; quite traffic (parked vehicles) and its effects on current traffic have been considered less .Parking management is known as one of the most important tools in urban management. There are different items regarding to parking management that one of the most important one of them is parking pricing which has tremendous effects in an efficient urban traffic management system. In this paper we will discuss on why parking pricing and with an study case (UKM) will see how we can implement and predict about parking pricing and its affects parking demand and traffic volume and also mention how parking pricing can be considered as the second most effective congestion reduction strategy (after peak-period congestion pricing and before Vehicle Miles Traveled (VMT) taxes, fuel taxes and pollution emission fees). [less ▲]

Detailed reference viewed: 7 (2 ULg)
Peer Reviewed
See detailLe Parlement Jeunesse de la Communauté française, une initiative citoyenne ?
Wintgens, Sophie ULg; Dabée, Maëlle

in Fournier, Bernard; Hudon, Raymond (Eds.) Engagements politiques et citoyens de jeunes. Bilans et expériences au Canada et en Europe (2012, February)

Créée en 1997 dans l'esprit du modèle québécois, l'ASBL Parlement Jeunesse de la Communauté française organise annuellement une simulation parlementaire à destination de jeunes francophones résidants en ... [more ▼]

Créée en 1997 dans l'esprit du modèle québécois, l'ASBL Parlement Jeunesse de la Communauté française organise annuellement une simulation parlementaire à destination de jeunes francophones résidants en Belgique, âgés de 17 à 26 ans. Cette initiative citoyenne permet ainsi à une centaine de jeunes, idéalement issus de tous milieux et de tous horizons, de découvrir les rouages internes de la démocratie, conformément aux mécanismes et procédures propres au système parlementaire belge. Là où nombre d'études scientifiques sur l'engagement politique des jeunes s'accordent sur la prévalence d'un désintérêt manifeste et – plus largement – sur une tendance générale au déclin de l'engagement politique chez les jeunes, l'action citoyenne mise en œuvre par le Parlement Jeunesse témoigne en réalité de l'existence de formes moins classiques – dans le cas présent, associative – de socialisation des jeunes à la « chose politique ». L’objectif général poursuivi dans cette contribution est d'identifier la nature et les fondements de l'engagement politique déployé à travers cette jeune initiative, ainsi que d’en mesurer la portée et les limites. Dès lors, en quoi le Parlement Jeunesse participe-t-il de l’engagement politique des jeunes ? Ne contribue-t-il qu’au renforcement d’un intérêt politique latent et préexistant ? A contrario, participe-t-il de la construction d’un engagement politique au départ d’un processus d’apprentissage pratique des rouages de la démocratie parlementaire ? En d’autres termes, quelles sont les forces et les faiblesses de cette initiative citoyenne en terme de socialisation politique de la jeunesse ? [less ▲]

Detailed reference viewed: 40 (1 ULg)
Full Text
See detailLes parlementaires liégeois sous la loupe
Durand, Pascal ULg

Article for general public (1997)

Recension de P. Gérin et N. Caulier-Mathy, Le monde des parlementaires liégeois (1831-1893). Essai de socio-biographie, Bruxelles, Palais des Académies, 1997.

Detailed reference viewed: 10 (0 ULg)
Full Text
See detailLes parlementaires québecois et wallons
Dodeigne, Jérémy ULg

Conference (2012, March 23)

Detailed reference viewed: 48 (6 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailParlementsleden over het Belgische federalisme
Sinardet, Dave; Dodeigne, Jérémy ULg; Reuchamps, Min

in Samenleving en Politiek : Tijdschrift voor een Democratisch Socialisme (2013), 20(6), 4-20

Tijdens de 541 dagen dat België geen volwaardige federale regering had en in een politieke crisis verkeerde, waren het vooral de partijtoppen die het politieke toneel beheersten en in de media aan bod ... [more ▼]

Tijdens de 541 dagen dat België geen volwaardige federale regering had en in een politieke crisis verkeerde, waren het vooral de partijtoppen die het politieke toneel beheersten en in de media aan bod kwamen. Intussen zijn de federale parlementsleden aan zet. Zij moeten de wetgeving stemmen die de zesde staatshervorming uitvoert. Toch verhindert de partijdiscipline heel vaak dat zij zich ongeremd uitlaten over hun visie op het federalisme in België, zeker als er een akkoord is bereikt. Dit onderzoek, dat in de zomer van 2011 werd verricht, dus voor het akkoord over de staatshervorming tot stand kwam, had precies de bedoeling om de parlementsleden te vragen naar hun perceptie van het federalisme in België. We hebben niet enkel de federale parlementsleden ondervraagd maar ook hun collega’s uit de regionale parlementen. In dit artikel bespreken we kort enkele resultaten van dit onderzoek [less ▲]

Detailed reference viewed: 59 (7 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailParler de(s) génocide(s) avec des jeunes : appréhender un sujet difficile par des focus groups longitudinaux
Grandjean, Geoffrey ULg

in Brunet, Sébastien; Claisse, Frédéric; Fallon, Catherine (Eds.) La participation à l’épreuve (2013)

Detailed reference viewed: 13 (5 ULg)
See detailParler du manque : le gouffre, le cerne et la dissémination
Servais, Christine ULg

Conference (2002, February 09)

Detailed reference viewed: 14 (6 ULg)
See detailParler pour apprendre, apprendre pour parler (fiches et conseils pédagogiques pour animer les classes de français langue étrangère)
Defays, Jean-Marc ULg; Constant, Jean; Denyer, Monique et al

Book published by Lire et Ecrire (2003)

Detailed reference viewed: 98 (3 ULg)
Full Text
See detail"Parler, ce n'est pas voir...": Deleuze et Blanchot entre événement et dialectique
Janvier, Antoine ULg

Diverse speeche and writing (2007)

Detailed reference viewed: 34 (5 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detail''Parler, ce n'est pas voir...'' : Deleuze et Blanchot entre événement et dialectique
Janvier, Antoine ULg

in Espace Maurice Blanchot (2007)

Il est fréquent de qualifier les « pensées de l’événement » d’anti-dialectiques. Mais c’est, la plupart du temps, pour s’exempter d’une analyse serrée et rigoureuse de la notion d’événement, du corps à ... [more ▼]

Il est fréquent de qualifier les « pensées de l’événement » d’anti-dialectiques. Mais c’est, la plupart du temps, pour s’exempter d’une analyse serrée et rigoureuse de la notion d’événement, du corps à corps qu’elle engage avec l’hégélianisme et des enjeux qu’elle recèle. « Anti-dialectique » devient une formule magique qui brouille aussi bien le sens véritable de la dialectique que celui de son « adversaire ». Il s’ensuit une approbation naïve ou une réprobation haineuse de l’usage original du langage que ces « pensées de l’événement » pratiquent. C’est cette pratique que le présent article interroge, à partir d’une rencontre entre Deleuze et Blanchot. Cette rencontre s’articule autour d’un texte de Blanchot auquel renvoie Deleuze dans son Foucault : « Parler, ce n’est pas voir… » (L’Entretien Infini). L’objet majeur de cet article est d’exhiber et d’explorer le point de lutte entre les thèses de « Parler, ce n’est pas voir,… » et la pensée dialectique, constitutif d’une pensée de l’événement. Selon Deleuze, Blanchot y a proposé une approche spécifique de l’événement. Celle-ci consiste, d’une part, à frapper d’inanité toute pensée soumise au régime de la vision, propre à la tradition occidentale. La dialectique hégélienne en serait le point d’acmé. Elle porterait ainsi la vision à l’absolu, en la déliant des bornes constitutives de sa finitude. Il faudra montrer comment la dialectique actualise une puissance que contient déjà toute vision finie, en thématisant la pensée et le langage qui la soutiennent. D’autre part, la détermination de l’événement opérée par Blanchot dans « Parler ce n’est pas voir » consiste à libérer la parole de cette exigence optique pour la porter à sa puissance propre, hors de toute dialectique. La difficulté est alors de comprendre le sens d’une parole qui ne voit pas, sans tomber dans un mysticisme naïf. Ce problème met en jeu le sens même que l’on accorde à la finitude. La finitude propre au régime visuel se révèle n’être que partielle, dans la mesure où elle comporte son propre dépassement vers l’absolu. C’est ce que la dialectique effectue par la prise en compte du lieu et du mode d’énonciation de la finitude elle-même, insoupçonné par celle-ci. Se disant finie, la pensée de la finitude se voit limitée, mais par là voit également l’au-delà de sa limite : elle s’est détachée d’elle-même pour se saisir sous son propre regard. C’est ce qui permet à la dialectique d’englober, dans un discours qui ne cesse de se ressaisir lui-même, ce qui se situe dans la limite ou à l’intérieur du champ de vision, et ce qui se situe au-delà, en dehors de ce champ, parce que cet au-delà est lui-même vu par le discours de la finitude. Un tel mouvement de ressaisie et de totalisation, loin d’être un simple constat d’achèvement du temps ou de l’histoire, est en réalité constitutif de la dialectique entendue comme savoir absolu : savoir hors de toute finitude, in-fini en ce sens qu’il n’a pas de fin. Au contraire, une finitude radicale exige d’être distincte et de la finitude modérée de la vision, et de l’in-fini dialectique qui la porte à l’absolu. Par cette distinction à l’égard de toute récupération dans le régime visuel d’une « totalité en mouvement, finie et illimitée » (EI, 7), Blanchot dégage le sens et le lieu de l’événement : la parole. Car la parole, prise dans son acception la plus tranchante, détachée de tout régime visuel, est un pur mouvement, un pur acte, c’est-à-dire un faire, une praxis. C’est par et dans cette praxis que l’événement est produit. L’événement n’arrive pas, ce n’est pas un objet qui existe et qui advient dans le monde à l’aide d’une bonne parole. L’événement est l’effet de ce faire propre à la parole hors de toute vision. En retour, cette parole n’est pas une activité auto-suffisante, maîtrise intérieure de son propre mouvement : elle est saisie ou affectée radicalement par l’événement, en ce sens qu’elle ne peut se détacher de cet affect pour en faire le tour, considérer sous son regard ce qui lui arrive, en dégager la raison d’être et en ressaisir l’origine. La parole est traversée de part en part par cet affect dont elle ne peut se défaire et provoquée ainsi à entrer en acte. Dans le mouvement même de son processus, la parole affirme sa finitude : sa finitude est ce qui lui arrive et ce dont elle dépend entièrement. C’est en ce sens qu’elle ne voit pas : elle ne voit pas ce qui s’empare d’elle – elle ne le ressaisit pas par devers elle, mais affirme son propre mouvement, sa propre praxis. C’est pourquoi aucun livre de Blanchot n’est théorique : il s’agit au contraire du prolongement d’une pratique de lecture, c’est-à-dire d’un prolongement lui-même pratique, par le mouvement de l’écriture, des affects et des événements qui se sont emparés de ce mouvement lors de la lecture d’Artaud, de Char, de Bataille,… et qui le poussent à se propager. On comprend le champ sémantique déployé par Blanchot dans L’Entretien Infini pour « qualifier » cette parole hors de toute theoria, ou plus exactement pour la faire elle-même par cette qualification : tour, détour, retour, détournement, retournement, tourment,… On en arrive alors à l’exact opposé des poncifs qui circulent sur le langage propre aux « pensées de l’événement », et plus particulièrement sur celui de Maurice Blanchot. Loin d’être un usage mystificateur et incantatoire de notions abstraites (Dehors, Etranger, Neutre, non-rapport, Tout-Autre,…), il apparaît que le langage de Maurice Blanchot est une pure pratique qui saisit son lecteur au moment où il s’y attend le moins, c’est-à-dire quand il ne le voit pas venir. Et l’effet provoqué, à tenir résolument l’entre-deux propre à une finitude radicale, n’est pas de répéter inlassablement les jeux d’oppositions qui structurent notre pensée pour en manifester l’éternelle indécidabilité, mais plutôt de faire le mouvement de lire ou d’écrire, de le finir par conséquent. Ces quelques lignes en sont le témoignage et le prolongement. Le but de cet article est donc de mener le lecteur aux conséquences résolument pratiques d’une pensée rigoureuse de l’événement. Loin de tout intuitionnisme mystique et a-politique, on en arrive ainsi à l’exigence d’un risque politique propre à la pratique langagière de la pensée, pour laquelle faire événement n’est rien d’autre que d’être comptable de sa finitude, c’est-à-dire de son temps. [less ▲]

Detailed reference viewed: 160 (6 ULg)
See detailParlez-vous francophonais ?
Defays, Jean-Marc ULg

in Tiedonjyvä (1992)

Detailed reference viewed: 7 (2 ULg)