Browsing
     by title


0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

or enter first few letters:   
OK
Full Text
See detailParticularités physiologiques et physiopathologiques de la fonction pulmonaire des bovins
Lekeux, Pierre ULg

in Point Vétérinaire (1991), 23(140), 793-799

This review détails the specific factors of respiratory function in cattle, the purpose being to understand cattle's great sensitivity te respiratory conditions, to be able to breed them for an optimal ... [more ▼]

This review détails the specific factors of respiratory function in cattle, the purpose being to understand cattle's great sensitivity te respiratory conditions, to be able to breed them for an optimal functioning of their respiratory metabolism, and to adapt the prevention of respiratory conditions to the physiological specificity of this species. For each main respiratory syndrome, the consequences on the vital functions, and particularly for the respiratory function, are analyzed (9 tables, 33 references). [less ▲]

Detailed reference viewed: 89 (7 ULg)
Peer Reviewed
See detailParticularities of Aphidius ervi embryo development and main limitations of its in vitro culture
Sabri, Ahmed ULg; Leroy, Pascal ULg; Hance, Thierry et al

Poster (2010, May 05)

Detailed reference viewed: 106 (33 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailParticularities of the bucco-pharyngeal apparatus in Zenarchopterus kampeni (Pisces : Hemiramphidae) and their probable significance in feeding
Vandewalle, Pierre ULg; Lambert, Vincianne; Parmentier, Eric ULg

in Belgian Journal of Zoology (2002), 132(2), 125-132

The present study shows several new anatomical particularities of the buccal and pharyngeal parts of the halfbeak Zenarchopterus kampeni. The upper buccal jaw consists of premaxillaries and maxillaries ... [more ▼]

The present study shows several new anatomical particularities of the buccal and pharyngeal parts of the halfbeak Zenarchopterus kampeni. The upper buccal jaw consists of premaxillaries and maxillaries tightly joined by ligaments. A 10degrees lowering of the mandible leads to a 30degrees elevation of the upper jaw. The adductor mandibulae is reduced to bundles A(2) and Aomega. As in the Labridae, the lower pharyngeal jaw articulates with the scapular girdle. The upper pharyngeal jaw consists of distinct second pharyngobranchials followed by the third pharyngobranchials fused into a powerful posterior component. This part fits into and slides along a longitudinal ventral gutter of the neuroranium, thanks not only to the dorsal retractor muscles but also to specific retractors of the second pharyngobranchials. The power and dentition of the pharyngeal parts contrasts with the fragility of the buccal elements. [less ▲]

Detailed reference viewed: 152 (2 ULg)
See detailParticulate carbon export during a bloom of Emiliania huxleyi in the Northwest European continental margin (northern Bay of Biscay)
Schmidt, Sabine; Harlay, Jérôme ULg; Borges, Alberto ULg et al

Poster (2011, April 03)

Coccolithophores, the dominant pelagic calcifiers in the oceans, play a key role in the marine carbon cycle through calcification, primary production and carbon export, the main drivers of the biological ... [more ▼]

Coccolithophores, the dominant pelagic calcifiers in the oceans, play a key role in the marine carbon cycle through calcification, primary production and carbon export, the main drivers of the biological CO2 pump. Massive blooms of Emiliania huxleyi are observed each year at the continental margin of the Bay of Biscay. The BG02/11 cruise (RV Belgica), supported by near-real time remote sensing data, was conducted in early May 2002, along a transect on the outer shelf of the Northern Bay of Biscay between the La Chapelle Bank (southern region of the transect) and Goban Spur (northern region of the transect) (47.0°-50.5°N, 5.0°-11.0°W). Biogeochemical variables including primary production, calcification, partial pressure of CO2 (pCO2), chlorophyll-a (Chl-a), particle load, particulate organic and inorganic carbon (POC, PIC), Th-234 were measured in surface waters to assess particle dynamics, and carbon export in relation to the development of a coccolithophore bloom. We observed a marked northward decrease in water irradiance, Chl-a concentration and calcification rates: the bloom exhibited lower values and may have been less well developed in the Goban Spur area. There was also a large northward decrease in particulate 234Th settling fluxes along the transect from La Chapelle Bank to Goban Spur. The export fluxes of POC and PIC from the top 80 m, determined using the ratios of POC and PIC to Th-234 of particles, ranged from 81 to 323 mgC m-2 d-1 and from 30 to 128 mgC m-2 d-1, respectively. The highest fluxes were observed in waters presenting a well-developed coccolithophore bloom, as shown by high reflectance of surface waters. Despite the high calcification rates at the southernmost stations, surface waters were a net sink of atmospheric CO2 during this cruise. These results tend to demonstrate the enhancement of coccolithophore blooms on the efficiency of the surface community to export carbon to deep ocean. However, improvements in the estimation of POC and PIC export during coccolithophore blooms are needed to not only understand the present calcification to primary production (C:P) ratio, but also to help understand future sequestration of organic and inorganic carbon to the deep ocean. [less ▲]

Detailed reference viewed: 51 (2 ULg)
Full Text
See detailLa particule m-r-a en néo-égyptien
Winand, Jean ULg

in Claes, W.; Hendrickx, S.; De Meulenaere, H. (Eds.) Elkab and Beyond. Studies in Honour of Luc Limme (2009)

Detailed reference viewed: 97 (14 ULg)
Peer Reviewed
See detailParticules inconnues I
Renson, Pierre ULg

in Bulletin de l'Académie Royale des Sciences, des Lettres et des Beaux-Arts de Belgique. Sciences (1960), 46

The possible existence of undiscovered elementary particles is discussed. The electric charge Q an the "neutrinonic charge" R, introduced in a preceding paper, are given for two such particles, which are ... [more ▼]

The possible existence of undiscovered elementary particles is discussed. The electric charge Q an the "neutrinonic charge" R, introduced in a preceding paper, are given for two such particles, which are baryons: Q=1, R=0 and Q=-1, R=-2; for the newly discovered D-meson, they are Q=1, R=1. [less ▲]

Detailed reference viewed: 23 (5 ULg)
Peer Reviewed
See detailParticules inconnues II
Renson, Pierre ULg

in Bulletin de l'Académie Royale des Sciences, des Lettres et des Beaux-Arts de Belgique. Sciences (1960), 46

The X and Y particles predicted in part I have presumably masses of about 2150 and 2900 e. m. respectively. They may decay respectively into a nucleon and a Xi-hyperon by emitting a pion; lifetimes of the ... [more ▼]

The X and Y particles predicted in part I have presumably masses of about 2150 and 2900 e. m. respectively. They may decay respectively into a nucleon and a Xi-hyperon by emitting a pion; lifetimes of the order of 10-10 s may be expected (weak interactions). The mass of the D-meson is about 1670 e. m. and it decays into a K-meson and one or two pions. Leptonic modes of decay are also possible. The dimension 3 of the charge-space introduced ina preceding paper is confirmed. The correlations considered in tha paper are re-examined. [less ▲]

Detailed reference viewed: 3 (0 ULg)
Full Text
See detailLe particulier est-il ce parent pauvre de la loi du 12 janvier 1993 sur l'action en cessation en matière d'environnement?
Kouembeu Tagne, Jean Jacques ULg

Master of advanced studies dissertation (2010)

Jusqu’en 1993, il était difficile pour les associations de défense de l’environnement d’ester en justice et particulièrement devant les juridictions civiles, à l’effet de protéger les intérêts écologiques ... [more ▼]

Jusqu’en 1993, il était difficile pour les associations de défense de l’environnement d’ester en justice et particulièrement devant les juridictions civiles, à l’effet de protéger les intérêts écologiques collectifs. Ceci en partie à cause de la difficulté pour elles d’établir leur intérêt à agir devant ces juridictions. L’examen de différents textes qui donnent droit à l’exercice d’un tel recours, voire même une jurisprudence abondante conduit au même constat. Quelques exemples : - « Il faut justifier d’une lésion ou d’un intérêt » pour introduire un recours devant cette juridiction. - Devant les tribunaux judiciaires, « l’action ne peut être admise si le demandeur n’a pas qualité et intérêt pour la former » . - Le recours en annulation peut être introduit devant la Cour d’arbitrage, au sens de l’article 2 de la loi spéciale du 6 janvier 1989 régissant celle-ci, par « toute personne physique ou morale justifiant d’un intérêt ». Cet intérêt n’existe que « dans le chef de toute personne dont la situation pourrait être directement ou défavorablement affectée par la norme attaquée ». - L’exercice de l’action civile devant les juridictions répressives n’appartient qu’à celui qui a été directement et personnellement lésé par l’infraction . - « L’intérêt doit être personnel et direct » . - « A moins que la loi n’en dispose autrement, la demande formée par une personne physique ou morale ne peut être admise si le demandeur n’a pas un intérêt personnel et direct, c'est-à-dire un intérêt propre » . En effet, qui a intérêt à agir ? A cette question, François Ost répond : « pour être réparable, le dommage doit […] avoir été encouru par la victime qui s’en prévaut […]. En revanche, tous ceux qui sont seulement intéressés à leur sauvegarde (le promeneur, le citoyen, l’association…) se verront déniés la qualité pour ester en justice pour obtenir la compensation d’un tel préjudice qu’ils ne subissent pas directement […]. Le droit traite des dommages directs et certains, l’écologie présente des préjudices incertains et collectifs » . Cette dernière phrase de François Ost traduit toute la difficulté d’une articulation à ce niveau du droit et de l’environnement, difficulté réelle qui oblige à repenser le système procédural de ce point de vue, pour le faire évoluer. Ce qui ouvrirait les portes d’une légitimation aux mandataires de la nature que sont les associations, les Etats… En réalité, l’enjeu est en même temps grand et complexe. En effet, la faute est le principe qui régit la responsabilité aquilienne, encore appelée « responsabilité extra contractuelle ». Pour que celle-ci soit mise en œuvre, il faut outre un fait générateur de responsabilité, un dommage. Le dommage est l’atteinte à un intérêt patrimonial ou extrapatrimonial d’une victime. Il s’agit aussi, au sens de l’article 2-2 de la directive 2004 sur la responsabilité environnementale, d’une « modification négative mesurable d'une ressource naturelle ou une détérioration mesurable d'un service lié à des ressources naturelles, qui peut survenir de manière directe ou indirecte ». C’est dire que le dommage, pour avoir des chances d’être établi, doit résulter de la lésion d’un intérêt légitime. Il doit pour cela, être certain, direct et personnel. Ce dernier point nous semble particulièrement intéressant à analyser, dès lors qu’il (caractère personnel) limite le droit d’action en justice à la seule personne ayant subi le dommage. Ce critère « individualiste » dessiné par la responsabilité aquilienne contraste d’avec le dommage collectif et pose question. Comment démontrer le caractère « personnel » d’un dommage collectif dans la mesure où les atteintes ici touchent « davantage des intérêts collectifs et n’ont pas de répercussions immédiates et apparentes sur les personnes » ? Ce qui conduit logiquement dans ces conditions, à se poser la question de savoir : qui peut donc avoir intérêt à intenter une action en cessation environnementale en justice ? Dans son arrêt « Eikendael » du 19 novembre 1982 confirmé par un arrêt du 25 octobre 1985 , la Cour de cassation pose de façon implacable le principe selon lequel, l’intérêt général ne constitue pas l’intérêt propre requis pour enclencher une demande en justice. Elle pose ainsi qu’une « personne morale n’a intérêt à faire une action en justice que si cette dernière vise le respect de son existence, de ses biens patrimoniaux, de ses intérêts moraux, à l’exclusion des actions qui ont pour objet de défendre l’objet social en vue duquel ces associations ont été constituées » . Clairement, la Cour suprême dénie aux personnes morales cet intérêt « propre » et par conséquent, exclu du prétoire les actions d’intérêt collectif poursuivies par les ASBL, au motif que toute personne peut « se proposer de poursuivre n’importe quel but » . Pour la Cour, « l’intérêt propre d’une personne ne comprend que ce qui concerne l’existence de la personne morale, ses biens patrimoniaux et ses droits moraux, spécialement son patrimoine, son honneur et sa réputation. Le seul fait qu’une personne morale ou une personne physique poursuit un but, ce but fut-il statutaire, n’entraîne pas la naissance d’un intérêt propre, toute personne pouvant se proposer de poursuivre n’importe quel but ». En réaction à cette « jurisprudence restrictive n’admettant pas l’intérêt des associations de défense de l’environnement à agir devant les juridictions civiles pour la protection d’intérêts écologiques collectifs » d’une part, et d’autre part, soucieux d’organiser « une prévention tendant à éviter l’accomplissement d’actes dommageables, voire irréparables » , le législateur belge essaie d’apporter réponse à cette question à travers la loi du 12 janvier 1993 concernant un droit d’action en matière de protection de l’environnement. Par celle-ci, il réagit et accorde le bénéfice de ce droit aussi bien au Procureur du Roi qui est au demeurant garant de « l’intérêt général de la société » , qu’aux autorités administratives avec en ligne de mire les communes, pas simplement. Il entend ainsi faire référence aux personnes ayant un service public en charge, principalement celles ayant manifestement « pour compétence de veiller au respect de la législation en matière d’environnement » . La loi du 12 janvier 1993 accorde enfin ce droit d’initiative aux ASBL, réunissant certaines conditions de porter toute violation à la législation en matière d’environnement devant le Président du Tribunal de première instance : - Elles doivent avoir dans leur objet social la protection de l’environnement ; - Elles doivent remplir les conditions définies par l’article 2 de la dite loi, c'est-à-dire respecter toutes les prescriptions de la loi du 27 juin 1921 accordant la personnalité civile aux ASBL et aux établissements publics ; - Elles doivent disposer de la personnalité juridique depuis 3 ans au jour de l’intentement de l’action en cessation ; - Elles doivent avoir défini dans les statuts le territoire auquel s’étendent leurs activités. - Elles doivent apporter la preuve par la production des rapports d’activité ou de tout autre document, qu’elles ont une activité réelle et non fictive, conforme à leur objet statutaire et que cette activité concerne l’intérêt collectif de l’environnement qu’elles visent à protéger. Simplement, ce texte de loi de 1993 reste à première vue silencieux sur un point essentiel, en tout cas croyons nous : la possibilité pour le particulier d’utiliser ce dispositif législatif à l’effet d’engager toute action contentieuse en matière d’environnement. C’est ce que soutient mordicus, le Président du Tribunal de Tournai, dans une ordonnance du 5 novembre 1993, affaire Englebin et crts c. Région wallonne et à la société des travaux Galère « … la loi du 12 janvier 1993 a expressément interdit l’exercice de l’action populaire et, par conséquent, le recours à l’article 271 de la loi communale ». C’est aussi l’avis que partage en 2006, Bruno TOBBACK, ci devant ministre fédéral de l’environnement : « Les citoyens sont placés en dehors de son champ d’application » . Cette posture peut être discutée et tout dépendra des arguments que l’on évoquera. Ainsi par exemple, cette posture ministérielle est pertinente si chaque fois qu’une atteinte portée à l’environnement est constatée et que celle-ci emporte de réelles conséquences sur la vie de ses habitants, la commune saisit la justice en cessation environnementale. Par contre, en cas d’inertie de la commune, cette posture ministérielle perd toute sa pertinence puisque dans cette hypothèse, les habitants pourraient exploiter les dispositions très encadrées de l’article 271 de la Nouvelle loi communale pour se substituer à leur commune si celle-ci venait à être en défaut d’agir . C’est ce que pense une partie de la doctrine : Benoît Jadot, J. Van den Berghe, D. Van Gerven… C’est aussi au final une position partagée par la Cour de cassation : « Un ou plusieurs habitants peuvent, à défaut du collège des bourgmestre et échevins, ester en justice au nom de la commune pour défendre les intérêts de celle-ci. Ils peuvent également agir en vue de protéger l’environnement lorsque le collège précité néglige de le faire, bien que la commune soit habilitée à introduire une action en cessation à cette fin ou dans le but d’empêcher les dommages à l’environnement sur son territoire, pour autant que la protection de cet aspect de l’environnement de ses compétences et qu’elle soit réputée avoir un intérêt à cet égard (art. 271, par. 1er Nouvelle loi communale ; art 1er, al. 1er loi 12 janvier 1993 concernant un droit d’action en matière de protection de l’environnement). » Position qui a été confirmée par la Cour constitutionnelle : « B.6.1. La circonstance que la commune a elle-même accordé un permis ou rendu un avis favorable ne l’empêche pas d’introduire, par application de l’article 1er de la loi du 12 janvier 1993, une action en cessation d’un acte réalisé en exécution de ce permis, même si cet acte est conforme à cette autorisation. B.6.2. En effet, l’article 159 de la Constitution n’empêche pas une autorité administrative d’invoquer l’illégalité d’une décision qu’elle a elle-même prise. Le Président du Tribunal de première instance peut, dans le cadre d’une procédure en cessation, être ainsi amené à examiner, sur la base de l’article 159 de la Constitution, la validité de l’autorisation, parce que la cessation d’un acte autorisé est demandée, même lorsque cette autorisation a été délivrée par la commune elle-même ou est conforme à un avis favorable qu’elle a rendu. B.6.3. On ne saurait en outre alléguer que la commune n’a aucun intérêt à semblable action, étant donné qu’une commune qui a introduit une action en cessation sur la base de l’article 1er de la loi du 12 janvier 1993 en vue de protéger l’environnement ou d’empêcher une menace grave pour l’environnement sur son territoire est réputé avoir un intérêt (Cass., 14 février 2002, ibid.). En conséquence, la commune ne doit pas justifier d’un intérêt propre au sens de l’article 17 du code judiciaire. Son droit d’action découle directement de la loi du 12 janvier 1993 (conclusions du ministère public précédant l’arrêt précité). B.6.4. Un habitant peut donc introduire l’action en cessation au nom de la commune, même si l’acte litigieux est conforme à l’autorisation ou à l’avis favorable de la commune » . De ce qui précède, nous sommes tentés de dire que l’article 271, al 1er de la Nouvelle loi communale « parait » clair : « un ou plusieurs habitants peuvent, au défaut du collège des bourgmestre et échevins, ester en justice au nom de la commune ». L’utilisation du conditionnel nous paraît judicieuse dans la mesure où la lecture de ce texte est plus complexe et n’astreint à la vérité l’habitant désireux d’enclencher une telle procédure qu’à la réunion de conditions très strictes. Par exemple, ne pourra t-il se fonder ni sur son intérêt, ni sur son droit propre. Il se doit d’agir au nom de la commune, surtout pour la défense des intérêts dont cette commune a la charge. Autrement dit, et le résume bien Benoît Jadot, « toute personne est habilitée à introduire en justice les actions que la commune peut intenter elle-même sans devoir justifier d’une autre qualité que celle des habitants de la commune » . Vu sous cet angle, on peut bien se demander s’il y a eu une avancée. Le doute est permis. En effet, cette institution avait déjà été expliquée par le ministre de l’Intérieur en 1936 : « il faut prévoir le cas où un conseil communal refuserait de plaider, laisserait faire des usurpations au préjudice de certains habitants et où ces habitants demanderaient à intenter le procès à leurs frais, et au nom de la commune ». Il reste néanmoins une constante, c’est que par le détour de l’article 271 de la NLC, le citoyen peut saisir le Président du Tribunal de première instance au nom de sa commune à l’effet de solliciter l’application de la loi du 12 janvier 1993 concernant un droit d’action en matière de protection de l’environnement. Nombreuses sont les références jurisprudentielles qui nous renseignent sur ce point. Pour cela, et nous le soulignions plus haut, le particulier devrait : - Justifier au regard du texte précité que la commune a été défaillante. Le motif de cette défaillance importe peu dans une pareille circonstance, qu’il s’agisse de son ignorance ou d’une certaine indifférence de la commune ; - Justifier de ce que l’intérêt au nom duquel il agit relève bien de la compétence communale ; - Justifier du dépôt d’une caution. Par celle-ci, il s’engage naturellement à répondre des frais de procédure et des conséquences de son action. En cas de perte du procès, la charge des frais lui incomberait ainsi que les conséquences de la condamnation ; - S’il réside dans la zone de Bruxelles capitale, subordonner son action à l’autorisation de la députation permanente du gouvernement régional. Celle-ci vérifie si la caution a été suffisante. A la suite de cet état des lieux que nous venons de présenter, notre hypothèse de recherche se dégage par elle-même : Le particulier ne bénéficie de l’opportunité d’enclencher une procédure à la lumière de la loi du 12 janvier 1993 concernant un droit d’action en matière de protection de l’environnement que de façon indirecte. Et cette opportunité ne lui a pas été expressément reconnue par le législateur de 1993. Ce qui tout de même limite à priori son droit dans le cadre de l’action en cessation. De ce point de vue, il apparaît bel et bien comme le parent pauvre de cette loi. [less ▲]

Detailed reference viewed: 164 (7 ULg)
Full Text
See detailLa partie et le tout : pour une perspective curriculaire sur les objets de la recherche en didactique
Dumortier, Jean-Louis ULg

in De Kesel, Myriam; Dufays, Jean-Louis; Meurant, Alain (Eds.) Le curriculum en questions. La progression et les ruptures des apprentissages disciplinaires de la maternelle à l'université (2011)

Detailed reference viewed: 8 (1 ULg)
See detailPartim Doctrine et jurisprudence
Lecocq, Pascale ULg; Hansenne, Jacques; Kraewinkels, Jean-Noël

in Hansenne, Jacques (Ed.) Droit des biens. Actualité législative. Doctrine et jurisprudence (1995)

Detailed reference viewed: 6 (1 ULg)
Full Text
See detailThe partipatory approach : a tool for the sustainable management of forest ressources by local communities
Larzilière, Adélaïde; Vermeulen, Cédric ULg; Peltier, Régis et al

Conference (2011, November)

Detailed reference viewed: 12 (2 ULg)
See detailPartir gagnant - Comment et avec qui concrétiser son projet d'entreprendre ?
Bragard, Léopold ULg; Boniver, Véronique ULg; Dewaelsche, M. et al

Book published by Fondation Roi Baudouin - 1ère (1988)

This book is the first attempt to propose in French a synthesis of the many initiatives taken in Belgium to support and assist new ventures.

Detailed reference viewed: 18 (4 ULg)
See detailPartir gagnant : comment et avec qui concrétiser son projet d'entreprise ?
Bragard, Léopold ULg; Van Caillie, Didier ULg; Pelzer, Edith et al

Book published by Academia - 2ème (1989)

This second edition focuses on the different inititatives that are taken locally in Belgium to help and to assist new venture, especially amongst young entrepreneurs

Detailed reference viewed: 27 (4 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailLes partis et la politique de défense
Dumoulin, André ULg

in Courrier hebdomadaire du CRISP (2003), 1798

Le présent Courrier hebdomadaire a pour objet l’analyse de l’intégration des questions de défense nationale et européenne au sein des préoccupations des partis politiques belges. Cette analyse comprend ... [more ▼]

Le présent Courrier hebdomadaire a pour objet l’analyse de l’intégration des questions de défense nationale et européenne au sein des préoccupations des partis politiques belges. Cette analyse comprend deux volets. Le premier examine les activités parlementaires en rapport avec les affaires militaires belges et européennes. Nous procéderons, plus précisément, à l’analyse des travaux conduits par la commission de la Défense nationale de la Chambre au cours de la dernière législature. Le second repose sur un examen des propositions relatives à la défense belge et européenne (politique européenne de sécurité et de défense) au sein des programmes politiques des partis représentés au Parlement fédéral dans la perspective des élections législatives du 18 mai 2003. L’objet de cette étude est de déceler les lieux de convergences et de divergences entre les formations politiques du pays (mise à l’agenda politique des partis, définition des priorités, visions prospectives, etc.). Il s’est agi, plus exactement, de relever les principales thématiques abordées par les partis en matière de défense nationale et européenne. En effet, à l’instar d’un grand nombre de compétences régaliennes, le secteur de la défense constitue un lieu d’intersection de multiples problématiques de type économique, social, budgétaire, environnemental et politique au sens propre du terme. En outre, le concept même de défense peut être décliné en une variété de sous-thèmes qui lui sont constitutifs (structure de forces, choix des systèmes d’armes et des matériels, définition des tâches et missions, statut du personnel, intégration au sein des enceintes multilatérales, spécialisation,…). Il est, enfin, utile de préciser que cette étude ne prend en compte ni les divers documents internes (à diffusion publique ou restreinte), ni les notes de travail produites par les partis, ni les études spécialisées sur la place de la Belgique en matière de sécurité européenne. Ce choix a été opéré à dessein. Il s’agit, en effet, de s’intéresser aux seules dispositions programmatiques spécifiquement adressées à l’ensemble des concitoyens dans le cadre de travaux parlementaires et d’un choix électoral donné. Aussi, cette étude ne peut être assimilée à un bilan exhaustif des positions et conceptions des partis en la matière ; il est plutôt un indicateur des messages que les formations politiques entendent transmettre aux citoyens [less ▲]

Detailed reference viewed: 12 (0 ULg)
Peer Reviewed
See detailPartisans et adversaires de Louis d'Anjou pendant la guerre de l'Union d'Aix
Xhayet, Geneviève ULg

in Provence Historique (1990), (162), 403-427

Detailed reference viewed: 11 (2 ULg)
Full Text
See detailPartition of the circle in cells of equal area and shape
Masset, Luc ULg

Report (2011)

In the present paper, a new method for partitioning a circle in cells is presented. Cells have equal areas and shapes, so the method is termed the Isocell method. Its most interesting property is that ... [more ▼]

In the present paper, a new method for partitioning a circle in cells is presented. Cells have equal areas and shapes, so the method is termed the Isocell method. Its most interesting property is that cell centres are uniformly distributed inside the circle. Among possible applications of the Isocell method, the calculation of view factors by ray-tracing (image rendering, radiative heat transfer modelling) is presented. [less ▲]

Detailed reference viewed: 78 (14 ULg)
Peer Reviewed
See detailPartitioning of pulmonary resistance in calves
Gustin, Pascal ULg; Lomba, F.; Bakima, J. et al

in Journal of Applied Physiology (Bethesda, Md. : 1985) (1987), 62(5), 1826-1831

Nine right apical lobes of healthy Friesian calves and 10 right apical lobes of double-muscled calves of Belgian White and Blue (BWB) breed were suspended in an airtight box, inflated at a constant ... [more ▼]

Nine right apical lobes of healthy Friesian calves and 10 right apical lobes of double-muscled calves of Belgian White and Blue (BWB) breed were suspended in an airtight box, inflated at a constant transpulmonary pressure (Ptp), and subjected to quasi-sinusoidal pressure changes (amplitude: 0.5 kPa) at a frequency of 30 cycles/min. Lobar resistance (RL) was partitioned at six different lung volumes into three components: central airway resistance (Rc), small airway resistance (Rp), and tissue resistance (Rt). Pressure in small airways (2-3 mm ID) was measured with a retrograde catheter. Alveolar pressure was sampled in capsules glued onto the punctured pleural surface. RL was minimal at values of Ptp comprised between 0.5 and 0.7 kPa and increased at higher and lower values of Ptp. At a Ptp of 0.5 kPa, Rc, Rp, and Rt represented 30, 15, and 55% of RL, respectively, in Friesian calves and 25, 25, and 50% in BWB calves. Rp increased markedly at low lung volumes. Rt was responsible for the increase of RL at high Ptp. Rc tended to decrease at high Ptp. The significantly higher values of Rp in BWB calves (P less than 0.05) might explain the sensitivity of this breed to severe bronchopneumonia [less ▲]

Detailed reference viewed: 6 (0 ULg)