Browsing
     by title


0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

or enter first few letters:   
OK
Full Text
See detailInfection des bovins par l'herpèsvirus bovin de type 4
Thiry, Etienne ULg

in Lefèvre, C.; Blancou, Jean; Chermette, R. (Eds.) Principales maladies infectieuses et parasitaires du bétail, Europe et régions chaudes, généralités, maladies virales (2003)

Detailed reference viewed: 10 (0 ULg)
Full Text
See detailInfection des bovins par l'herpèsvirus bovin de type 5
Meyer, Gilles; Thiry, Etienne ULg

in Lefèvre, P. C.; Blancou, Jean; Chermette, R. (Eds.) Principales maladies infectieuses et parasitaires du bétail, Europe et régions chaudes, généralités, maladies virales (2003)

Detailed reference viewed: 12 (1 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailInfection expérimentale de la chèvre par le virus de la rhinotrachéite infectieuse bovine (Bovine herpesvirus 1) et tentative de réactivation virale
Pirak, M.; Thiry, Etienne ULg; Brochier, Bernard et al

in Annales de Médecine Vétérinaire (1983), 159

Detailed reference viewed: 25 (0 ULg)
Peer Reviewed
See detailInfection expérimentale de porcs, par voie intraveineuse ou orale, avec une souche du virus de l’hépatite E (HEV) de sanglier, une souche de HEV porcine et une souche de HEV de sanglier préalablement passée en modèle porcin
Thiry, Damien ULg; Rose, Nicolas; Mauroy, Axel ULg et al

Poster (2016, March)

La transmission zoonotique du HEV est particulièrement mise en cause dans les pays développés dans lesquels la transmission via les eaux usées est beaucoup moins fréquente que dans les pays en voie de ... [more ▼]

La transmission zoonotique du HEV est particulièrement mise en cause dans les pays développés dans lesquels la transmission via les eaux usées est beaucoup moins fréquente que dans les pays en voie de développement. Des séroprévalences élevées sont observées chez certaines espèces animales dans plusieurs pays européens. Cette étude a porté sur la transmission potentielle au porc d\'une souche de HEV provenant du sanglier (WbHEV) par inoculation intraveineuse ou par voie orale et sur l’étude des conséquences de l’infection du porc par une souche de WbHEV, une souche de WbHEV précédemment passée chez le porc et une souche porcine de HEV après inoculation orale. Tout d\'abord, une infection par voie intraveineuse a été réalisée au cours de laquelle cinq porcelets ont été répartis en deux groupes. Le premier était constitué de trois porcs inoculés avec du WbHEV et le second, de deux porcs inoculés avec un foie de porc négatif envers le HEV. Tous les porcs ont été euthanasiés et autopsiés 8, 9 et 10 jours après l’inoculation. Cette première expérience avait pour objectif d’obtenir suffisamment de virus en vue de réaliser les inoculations par voie orale. Elle a également permis d’étudier l’infectivité d’une souche de HEV-3 provenant du sanglier chez le porc. Ensuite, une infection par voie orale a été réalisée sur 12 porcelets répartis en 4 groupes inoculés respectivement avec une souche de WbHEV, une souche de WbHEV précédemment passée chez le porc, une souche porcine de HEV et un foie de porc HEV négatif. Cette expérience a duré 56 jours. Les échantillons récoltés ont ensuite été analysés par qRT-PCR, ELISA, Western blot et histopathologie. Le nombre de porcs virémiques était plus faible après infection orale qu’après inoculation intraveineuse. Ce résultat contraste avec la présence du HEV dans les matières fécales des porcs au cours des deux expériences. Les résultats montrent également une propagation du virus dans différents organes après inoculation intraveineuse, mais pas après inoculation par voie orale. Cette étude fournit la première preuve expérimentale de la propagation précoce du virus dans l\'organisme après infection intraveineuse avec une souche de HEV provenant du sanglier et montre qu’une telle souche pourrait être naturellement transmise entre les sangliers et les porcs, mais aussi entre porcs et donc survivre dans la population porcine. [less ▲]

Detailed reference viewed: 16 (2 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailInfection expérimentale de taureaux par injection intratesticulaire d'une souche de bovid herpesvirus 4 isolée d'un cas d'orchite
Dubuisson, J.; Thiry, Etienne ULg; Thomas, I. et al

in Annales de Médecine Vétérinaire (1987), 131

Detailed reference viewed: 19 (0 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailInfection expérimentale de veaux par le virus de la fièvre catarrhale ovine de sérotype 8
Dal Pozzo, Fabiana ULg; De Clercq, K.; Guyot, Hugues ULg et al

in Epidémiologie et Santé Animale (2009), 55

Detailed reference viewed: 32 (7 ULg)
See detailInfection expérimentale du porc par une souche du virus de l’hépatite E isolée du sanglier
Thiry, Damien ULg; Rose, Nicolas; Mauroy, Axel ULg et al

Poster (2015, April)

Detailed reference viewed: 22 (0 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailInfection humaine par le virus B du singe en Afrique
Mafuko Nsabimana, Jean-Marie; Moutschen, Michel ULg; Thiry, Etienne ULg et al

in Santé : Cahiers d'Etude et de Recherches Francophones (2008), 18(1), 3-8

Simian herpes B virus or Cercopithecine herpesvirus 1 (CeHV-1) is enzootic (80% to 100%) in Asian monkeys of the genus Macaca but is also present in other monkey species. This virus, discovered in 1933 ... [more ▼]

Simian herpes B virus or Cercopithecine herpesvirus 1 (CeHV-1) is enzootic (80% to 100%) in Asian monkeys of the genus Macaca but is also present in other monkey species. This virus, discovered in 1933, is closely related to human herpesvirus 1 and human herpesvirus 2, responsible respectively for labial and genital herpes. CeHV-1 infection is generally asymptomatic or mild in monkeys but in humans it may lead to fulminant encephalomyelitis that has an 80% lethality rate without treatment. Infections in humans are usually attributed to animal bites or scratches or to percutaneous or mucosal inoculation with infected materials from asymptomatic monkeys. Although the incidence of human infection with CeHV-1 is low, until the availability of antiviral therapy its death rate made this virus a serious zoonotic threat. Even now, good knowledge of its clinical signs and risk factors is essential for only they allow early and swift antiviral therapy (acyclovir, valacyclovir, or famciclovir) and prevent severe disease or fatal outcome. This article describes the virus, the resulting disease in human and a suspected clinical case involving a woman bit by a vervet monkey (Cercopithecus aethiops) in Garamba National Park in the Democratic Republic of the Congo. [less ▲]

Detailed reference viewed: 80 (8 ULg)
See detailInfection models for dermatophytes research
Mignon, Bernard ULg

Conference (2010)

Detailed reference viewed: 23 (6 ULg)
Peer Reviewed
See detailInfection multiple des veaux par des Escherichia coli vérotoxinogènes (VTEC).
Pohl, P.; Daube, Georges ULg; Lintermans, P. et al

in Annales de Médecine Vétérinaire (1992), 136

Detailed reference viewed: 11 (0 ULg)
Full Text
See detailInfection néonatale précoce à Streptocoques B
MELIN, Pierrette ULg

in Ministère de la Communauté Française, Direction Générale de la Santé (Ed.) Stratégies de contrôle de maladies transmissibles (2003)

Detailed reference viewed: 22 (0 ULg)
Full Text
See detailInfection néonatale tardive à streptocoques B
MELIN, Pierrette ULg

in Ministère de la Communauté Française, Direction générale de la Santé (Ed.) Stratégies de contrôle de maladies transmissibles (2003)

Detailed reference viewed: 31 (0 ULg)
Peer Reviewed
See detailInfection of cattle with Yersinia enterocolitica O:9 a cause of the false positive serological reactions in bovine brucellosis diagnostic tests.
Weynants, V.; Tibor, A.; Denoel, P. A. et al

in Veterinary Microbiology (1996), 48(1-2), 101-12

During the last four years, an increasing number of cattle herds were classified positive by brucellosis screening tests in areas of Belgium and France free of the disease. No clinical symptom of ... [more ▼]

During the last four years, an increasing number of cattle herds were classified positive by brucellosis screening tests in areas of Belgium and France free of the disease. No clinical symptom of brucellosis was reported in these animals and no Brucella abortus strains were isolated. After two years, no brucellosis outbreak was registered in all of the herds concerned. On this basis, all the serological reactions observed were classified as false positive. An ELISA using Yersinia Outer membrane Proteins (YOPs) as antigens was developed in order to discriminate between a Yersinia enterocolitica O:9 infection and a Brucella abortus infection. Antibodies against YOPs were detected in sera from Y. enterocolitica O:9 experimentally infected cattle (n = 4) but not in sera from B. abortus experimentally infected cattle (n = 4). In a field study, 66.7% of the 174 serum samples from cattle presenting false positive serological reactions showed anti-YOPs antibodies whereas only 10% of 454 sera, classified negative by the brucellosis screening tests, showed anti-YOPs antibodies. Our results suggest that infections with Y. enterocolitica O:9 may cause false positive reactions in brucellosis testing. [less ▲]

Detailed reference viewed: 37 (1 ULg)
Peer Reviewed
See detailInfection of rats with Bovine Leukemia Virus : establishement of a virus-producing rat cell line.
Altarenova, Veronika; Portetelle, Daniel ULg; Kettmann, Richard ULg et al

in Journal of General Virology (The) (1989), 70

Detailed reference viewed: 3 (1 ULg)