Browsing
     by title


0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

or enter first few letters:   
OK
Full Text
Peer Reviewed
See detailGlobal Social Economy: Historical Context and Current Progress
Defourny, Jacques ULg; Develtere, Patrick; Zhao, Li

in Journal of Comparative Economic and Social Systems = Jingji Shehui Tizhi Bijiao (2011), 153(1), 146-157

Detailed reference viewed: 93 (4 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailGlobal stabilization of feedforward systems with exponentially unstable Jacobian linearization
Grognard, F.; Sepulchre, Rodolphe ULg; Bastin, G.

in Systems & Control Letters (1999), 37(2), 107-115

The global stabilization of a class of feedforward systems having an exponentially unstable Jacobian linearization is achieved by a high gain feedback saturated at a low level. The control law forces the ... [more ▼]

The global stabilization of a class of feedforward systems having an exponentially unstable Jacobian linearization is achieved by a high gain feedback saturated at a low level. The control law forces the derivatives of the state variables to small values along the closed loop trajectories. This “slow control” design is illustrated with a benchmark example and its limitations are emphasized. [less ▲]

Detailed reference viewed: 18 (1 ULg)
Full Text
See detailGlobal strategy for the development of estrogenic compounds detection screening test
Collodoro, Mike ULg; Makasinga, Elu; Lemaire, Pascale ULg et al

Poster (2007, May)

Detailed reference viewed: 15 (1 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailGlobal structural behaviour of a building frame further to its partial destruction by column loss
Luu, Nguyen Nam Hai; Demonceau, Jean-François ULg; Jaspart, Jean-Pierre ULg

in Ofner, Robert; Beg, Darko; Fink, Josef (Eds.) et al EUROSTEEL 2008, 5th European Conference on Steel and Composite Structures (2008, September)

In 1969, a catastrophic event occurred in UK at the Ronal Point residential building where the progressive collapse of the building, initiated by a localized gas explosion, was observed. Further to this ... [more ▼]

In 1969, a catastrophic event occurred in UK at the Ronal Point residential building where the progressive collapse of the building, initiated by a localized gas explosion, was observed. Further to this event, some codes and standards, and in particular the British Standards, impose to the designer to ensure the structural integrity of building in order to avoid the progressive collapse of the latter further to an exceptional action. In fact, the progressive collapse of a building is the result of a change in the structural system and of the load path associated to the loss of one or more main structural members. In other words, the existing load path is suddenly modified and the loads supported by the building are reported to the foundation through an alternative load path. Accordingly, the remaining structural members are overloaded by additional loads; the latter have to be able to support these loads and to possess a sufficient ductility. In the last decade, researches on this topic were initiated at the Argenco Department of Liège University. The present paper reflects part of these activities; in particular, some investigations dedicated to the investigation of the behaviour of a frame further to a column loss are presented. In another article presented by J.F Demonceau, H.N.N. Luu and J.P Jaspart within the present conference is devoted to the investigation of the behaviour of the frame when significant membranar forces developed within the structure. In particular, in this paper, a simplified substructure which is able to simulate the behaviour of a structure further to a column loss is defined. The present paper presents the analytical methods requested to define the parameters influencing the response of the simplified substructure. [less ▲]

Detailed reference viewed: 133 (16 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailGlobal synchronization on the circle
Sarlette, Alain ULg; Tuna, Sezai Emre; Blondel, Vincent et al

in Proceedings of the 17th IFAC World Congress (2008, July)

The convexity arguments used in the consensus literature to prove synchronization in vector spaces can be applied to the circle only when all agents are initially located on a semicircle. Existing ... [more ▼]

The convexity arguments used in the consensus literature to prove synchronization in vector spaces can be applied to the circle only when all agents are initially located on a semicircle. Existing strategies for (almost-)global synchronization on the circle are either restricted to specific interconnection topologies or use auxiliary variables. The present paper first illustrates this problem by showing that weighted, directed interconnection topologies can be designed to make any reasonably chosen configuration of the agents on the circle a stable equilibrium of a basic continuous-time consensus algorithm. Then it proposes a so-called “gossip algorithm”, which achieves global asymptotic synchronization on the circle with probability 1 for a large class of interconnections, without using auxiliary variables, thanks to the introduction of randomness in the system. [less ▲]

Detailed reference viewed: 118 (7 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailGlobal tracking and state estimation with non- smooth impacts for a mass confined to an n-dimensional half-space
Forni, Fulvio ULg; Teel, Andrew; Zaccarian, Luca

in IFAC Conference on Analysis and Design of Hybrid Systems (ADHS 12) (2012)

We formulate tracking and state-estimation problems of a translating mass moving in an n-dimensional space and impacting on a hyperplane. Due to the discontinuous trajectories arising from the nonsmooth ... [more ▼]

We formulate tracking and state-estimation problems of a translating mass moving in an n-dimensional space and impacting on a hyperplane. Due to the discontinuous trajectories arising from the nonsmooth impacts, we use hybrid systems stability analysis tools to establish that 1) a tracking control algorithm and 2) an observer algorithm guarantee global exponential stability. Then, based on a separation principle, we combine the two constructions above to design a dynamic output feedback controller ensuring asymptotic tracking. [less ▲]

Detailed reference viewed: 48 (18 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailA Global Understanding of Transient Surface Flows Applied to Hydrology and River Processes
Pirotton, Michel ULg

in XI International Conference on Computational Methods in Water Resources (1996, July 22)

Detailed reference viewed: 3 (0 ULg)
Full Text
See detailGlobal water and salt budget of the Aral Sea from 1960 to 1991.
Sirjacobs, Damien ULg; Grégoire, Marilaure ULg; Delhez, Eric ULg et al

Conference (2003, May)

Focusing on the global water and salt budget of the Aral sea from 1960 till 1991, a compilation of data available in the litterature is analysed with simple models and compared to the measured evolution ... [more ▼]

Focusing on the global water and salt budget of the Aral sea from 1960 till 1991, a compilation of data available in the litterature is analysed with simple models and compared to the measured evolution of the sea. [less ▲]

Detailed reference viewed: 18 (4 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailGlobal X-ray Properties of the O and B Stars in Carina
Nazé, Yaël ULg; Broos, P. S.; Oskinova, L. et al

in Astrophysical Journal Supplement Series (2011), 194

The key empirical property of the X-ray emission from O stars is a strong correlation between the bolometric and X-ray luminosities. In the framework of the Chandra Carina Complex Project, 129 O and B ... [more ▼]

The key empirical property of the X-ray emission from O stars is a strong correlation between the bolometric and X-ray luminosities. In the framework of the Chandra Carina Complex Project, 129 O and B stars have been detected as X-ray sources; 78 of those, all with spectral type earlier than B3, have enough counts for at least a rough X-ray spectral characterization. This leads to an estimate of the L [SUB]X[/SUB]-L [SUB]BOL[/SUB] ratio for an exceptional number of 60 O stars belonging to the same region and triples the number of Carina massive stars studied spectroscopically in X-rays. The derived log(L [SUB]X[/SUB]/L [SUB]BOL[/SUB]) is -7.26 for single objects, with a dispersion of only 0.21 dex. Using the properties of hot massive stars listed in the literature, we compare the X-ray luminosities of different types of objects. In the case of O stars, the L [SUB]X[/SUB]-L [SUB]BOL[/SUB] ratios are similar for bright and faint objects, as well as for stars of different luminosity classes or spectral types. Binaries appear only slightly harder and slightly more luminous in X-rays than single objects; the differences are not formally significant (at the 1% level), except for the L [SUB]X[/SUB]-L [SUB]BOL[/SUB] ratio in the medium (1.0-2.5 keV) energy band. Weak-wind objects have similar X-ray luminosities but they display slightly softer spectra compared with "normal" O stars with the same bolometric luminosity. Discarding three overluminous objects, we find a very shallow trend of harder emission in brighter objects. The properties of the few B stars bright enough to yield some spectral information appear to be different overall (constant X-ray luminosities, harder spectra), hinting that another mechanism for producing X-rays, besides wind shocks, might be at work. However, it must be stressed that the earliest and X-ray brightest among these few detected objects are similar to the latest O stars, suggesting a possibly smooth transition between the two processes. [less ▲]

Detailed reference viewed: 14 (1 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailGlobalisation
Geuens, Geoffrey ULg

in Quaderni : la Revue de la Communication (2007), 63 ("Nouveaux mots du pouvoir. Fragments d'un abécédaire")(printemps), 51-53

Detailed reference viewed: 29 (19 ULg)
See detailGlobalisation
Geuens, Geoffrey ULg

in Durand, Pascal (Ed.) Les Nouveaux Mots du Pouvoir. Abécédaire critique (2007)

Detailed reference viewed: 27 (16 ULg)
Peer Reviewed
See detailLa globalisation : cinq thèses et trois scénarios
Jacquemain, Marc ULg

Conference (2012, April)

La communication reprend l'idée de Zaki Laïdi, selon laquelle au-delà de l'accélération des flux économiques, la globalisation doit être considérée comme un transformation des représentations du monde. Il ... [more ▼]

La communication reprend l'idée de Zaki Laïdi, selon laquelle au-delà de l'accélération des flux économiques, la globalisation doit être considérée comme un transformation des représentations du monde. Il propos d'apppliquer cette logique à quelques grands travaux sociologiques récents sur la globalisation et montrer comment ces travaux eux-mêmes contribuent à faconner des "imaginaires" au sens de Zaki Laïdi [less ▲]

Detailed reference viewed: 52 (5 ULg)
See detailLa globalisation des mouvements migratoires
Martiniello, Marco ULg

Scientific conference (2011, January 06)

Detailed reference viewed: 10 (0 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailLa globalisation du savoir à travers le prisme du 51ème congrès de la société américaine de criminologie (Toronto, 1999)
Dantinne, Michaël ULg

in Revue de Droit Pénal et de Criminologie (2000), 38(4), 443-455

Detailed reference viewed: 3 (1 ULg)
Full Text
See detailGlobalisation et néorégionalisme: déclin ou redéfinition du rôle de l'État sur la scène internationale?
Santander, Sébastian ULg

in Studia Diplomatica (2000), LIII, 5

La présente étude relève du champ de l’économie politique internationale: elle s’attelle à l’étude des interactions entre l’Etat et le marché. C’est à travers le prisme de ce binôme que l'article analyse ... [more ▼]

La présente étude relève du champ de l’économie politique internationale: elle s’attelle à l’étude des interactions entre l’Etat et le marché. C’est à travers le prisme de ce binôme que l'article analyse les imbrications de trois phénomènes structurels qui caractérisent l’ordre global de la post-guerre froide : retrait croissant de l’Etat dans la sphère économique, accélération de la globalisation et regain substantiel du régionalisme. L' étude se propose de donner quelques éléments de réponse à la question de savoir dans quelle mesure il est possible de parler du déclin de l’Etat dans un contexte d’émergence et de renforcement d’intégrations régionales et de globalisation accélérée. [less ▲]

Detailed reference viewed: 99 (7 ULg)
See detailGlobalisation, communication et champ du pouvoir : une socio-économie comparée des structures actionnariales et dirigeantes des groupes de médias et des entreprises dans le domaine des Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication en Europe et aux États-Unis
Geuens, Geoffrey ULg

Doctoral thesis (2007)

Les « Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication » (NTIC) font aujourd’hui l’objet d’une abondante littérature, tant francophone qu’anglo-saxonne. L’objectif de la thèse était ... [more ▼]

Les « Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication » (NTIC) font aujourd’hui l’objet d’une abondante littérature, tant francophone qu’anglo-saxonne. L’objectif de la thèse était précisément de soumettre à l’analyse critique cette prolifération de discours le plus souvent clichés – associés, pour les uns, à la « société de l’information », pour les autres, à la « mondialisation » de l’économie – qui forment presque un discours social à part entière, et dont l’un des traits communs est notamment de révoquer en doute, à l’exemple des phénomènes examinés sous le point de vue qu’ils adoptent, les principaux référents théoriques d’antan. Les « idéologèmes » véhiculés par ce discours social, on l’a montré, relèvent pour l’essentiel de trois grandes catégories particulièrement saillantes, organisées en l’occurrence sous la forme de trois binômes largement reçus, qui tendent à fonctionner comme des structures de pensée communes : a)Privatisation/désétatisation. La croyance en l’omnipotence des communications de masse va, le plus souvent, de paire avec la thèse du déclin présumé de l'Etat-nation ; les « nouveaux médias » et les NTIC libéralisés ayant, dit-on, acquis leur autonomie et plaçant nos sociétés à l’enseigne du réticulaire marchand. La « nouvelle économie » en réseaux se serait définitivement libérée de la tutelle politique, pour le meilleur (dynamisme, efficacité, compétitivité) comme pour le pire (marchandisation, affaiblissement de l’État, soumission du politique), selon le point de vue adopté à l’égard de ces évolutions données pour inévitables ; b)Mondialisation/déterritorialisation. L’internationalisation des structures de pouvoir des groupes de communication entretient une relation organique avec la dépolitisation du secteur. C’est que l’explication majeure de la disjonction État/médias réside, justement, dans la logique de dissociation croissante entre l’espace démocratique national et les réseaux technologiques mondiaux. Les nouveaux conglomérats de l’information s’identifieraient alors à des géants transnationaux apatrides et déterritorialisés. Quant à la « financiarisation » des industries culturelles, elle annoncerait la fin des actionnaires de références nationaux et l’avènement parallèle d’une nouvelle économie s’appuyant sur une multitude de petits porteurs disséminés aux quatre coins de la planète dont les investisseurs institutionnels constituent, en quelque sorte, le modèle le plus abouti ; c)Libéralisation/dérégulation. La « dépolitisation » et la « globalisation » des industries technologiques auraient instauré un marché débarrassé des entraves et des privilèges associés aux anciens opérateurs publics. Décidées au nom du libéralisme économique, les réformes de dérégulation adoptées dès le début des années 80 auraient ainsi abouti à la décomposition des antiques monopoles et à la mise en concurrence d’entités industrielles isolées les unes des autres. Quant aux conquérants de la Silicon Valley, Media Moguls et autres Tycoons, ils seraient en quelque sorte les effigies suprêmement individuelles de cette métamorphose du « capitalisme numérique » : autant de managers déracinés, dépeints comme d’infatigables compétiteurs apolitiques, engagés dans une course féroce au gigantisme, n’ayant pas la moindre solidarité de classe et n’ayant pour seul moteur que la quête du profit à court terme. Les discours convenus touchant à la « société de l’information » et aux phénomènes de « globalisation », il nous faut en réalité les relativiser, sinon même les infirmer, à la lumière de nos observations et analyses. C’est que la « mondialisation » de l’économie doit en effet compter non seulement avec la permanence de particularismes nationaux dont témoignent les structures de détention et de contrôle des groupes de médias et des NTIC, mais également avec le fait que la très grande majorité des entreprises étudiées sont caractérisées par un rapport entre investisseurs résidents et non-résidents tournant très nettement à l’avantage des premiers. On peut ainsi affirmer que les « multinationales » de la communication n’existent pas. Souhaitée par les uns ou redoutée par les autres, mais proclamée par tous, la « financiarisation » des industries culturelles n’a pas, en effet, débouché sur la trans-nationalisation du capital dont elle se voulait, pourtant, annonciatrice. Le « marché global » de l’information demeure, à ce jour, une vue de l’esprit séduisante, mais scientifiquement non fondée, les réseaux technologiques n’ayant pu transformer les capitalismes en un marché mondial faisant fi des principaux référentiels d’antan tels que ceux de « propriété », de « classes sociales » et de « souveraineté nationale ». Quant au pouvoir des grands actionnaires traditionnels (familles, pouvoirs publics, etc.), il n’a pas non plus cédé face à la pression des fonds d’investissements anglo-saxons, mais s’est au contraire consolidé à cette haute finance ayant permis le lancement d’opérations de fusion et acquisition, sans précédent jusque-là, dans le secteur de la communication. La « globalisation » des réseaux informationnels ne s’identifie pas, enfin, à la régénérescence d’un libéralisme pur et parfaitement concurrentiel, mais à la réaffirmation de quelques-unes des caractéristiques les plus fondamentales des industries culturelles en régime capitaliste : concentration de la propriété des firmes, centralisation de l’économie nationale, fusion des intérêts bancaires et industriels, consolidation des principaux holdings et, enfin, imbrication des groupes financiers et de l’appareil d’Etat. On aurait tort cependant de se limiter à une approche strictement financière de ces phénomènes. La situation quasi monopolistique que connaissent certaines compagnies leaders dans le domaine de la presse ou des NTIC ne s’éclaire, en effet, véritablement qu’à la lumière de leur très forte centralité au sein des réseaux de pouvoir. La densité des relations que les firmes en question entretiennent avec l’appareil d’Etat, les principales entreprises industrielles et financières, et les plus influents groupes de pression et autres think tanks constitue à nos yeux la première des conditions garantissant la reproduction des positions dominantes occupées par ces sociétés privées sur leur marché respectif. Cette approche relationnelle du pouvoir économique est illustrée par la multiplicité des positions institutionnelles détenues par les dirigeants des entreprises médiatiques. Représentant autant de formes incarnées de relations sociales génériques entre Economie, Politique et Communication, les grands administrateurs, issus pour la plupart d’entre eux du secteur financier ou de la très haute fonction publique, peuvent être légitimement considérés, pour parler le langage un peu oublié d’un Gramsci, comme les intellectuels organiques de la fraction hégémonique du bloc au pouvoir. Ce qu’il faut, au total, rejeter dans la définition des médias en tant que « quatrième pouvoir » ou dans celle des réseaux numériques en tant que « nouveaux pouvoirs », c’est l’impensé théorique qui sous-tend cette représentation d’une industrie de la communication qui « globalisée », « libéralisée » et « dérégulée », se serait simultanément affranchie des territoires nationaux, des gouvernements et de la grande bourgeoisie d’affaires. Il n’est pas non plus conforme à la vérité des faits et de leur recoupement de penser que la classe dirigeante ne se servirait de la presse que comme vulgaire relais ou instrument de propagande. Tout semble plutôt se passer comme si le champ du pouvoir était invaginé dans le champ médiatique du fait de la circulation ininterrompue de certains agents sociaux privilégiés entre les divers sous-espaces constitutifs du champ du pouvoir (pouvoir économique, pouvoir d’Etat, pouvoir idéologique, etc.). [less ▲]

Detailed reference viewed: 132 (49 ULg)
See detailGlobalisation, communication et pouvoir
Geuens, Geoffrey ULg

Conference given outside the academic context (2008)

Atelier d'éducation aux médias

Detailed reference viewed: 22 (8 ULg)