Browsing
     by title


0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

or enter first few letters:   
OK
See detailLa France et les Belges francophones à la Libération
Lanneau, Catherine ULg

Conference given outside the academic context (2010)

Detailed reference viewed: 8 (1 ULg)
See detailLa France et les Francs dans la langue politique du moyen âge
Kurth, Godefroid ULg

in Revue des Questions Historiques (1895), LVII

Detailed reference viewed: 11 (0 ULg)
Full Text
See detailLa France et nous, une performance métaculturelle en francophonie littéraire : propositions pour une description sociosémiotique des cultures
Provenzano, François ULg

in Hébert, Louis; Guillemette, Lucie (Eds.) Performances et objets culturels : nouvelles perspectives (2011)

Detailed reference viewed: 36 (10 ULg)
See detailLa France militaire et l'Afrique
Dumoulin, André ULg

Book published by Complexe (1997)

L'ouvrage analyse l'état de la coopération militaire française en Afrique, les acteurs et lres bénéficiaires, les enjeux sous-jacents, le processus de décision. Il s'agit également de proposer des ... [more ▼]

L'ouvrage analyse l'état de la coopération militaire française en Afrique, les acteurs et lres bénéficiaires, les enjeux sous-jacents, le processus de décision. Il s'agit également de proposer des nouvelles orientations françaises à propos du Continent. Ces propositions formulées en1997 semble être la nouvelle politique française en Afrique en 2010. [less ▲]

Detailed reference viewed: 50 (4 ULg)
Full Text
See detailFrance-Brésil : une relation stratégique ?
Santander, Sébastian ULg

Scientific conference (2014, March 06)

Detailed reference viewed: 6 (0 ULg)
See detailFrance-OTAN : vers un rapprochement doctrinal ? Au-delà du 40e anniversaire de la crise franco-atlantique
Dumoulin, André ULg

Book published by Bruylant (2006)

Cet ouvrage collectif du RMES a un seul objectif. Tenter de déterminer la place que la France veut prendre aujourd’hui dans le paysage otanien en matière doctrinale et politico-stratégique. Il s’agit ... [more ▼]

Cet ouvrage collectif du RMES a un seul objectif. Tenter de déterminer la place que la France veut prendre aujourd’hui dans le paysage otanien en matière doctrinale et politico-stratégique. Il s’agit avant tout d’examiner la démarche française et ses positionnements - dans ses différentes composantes, dans ses questionnements, dans ses contradictions –, face à l’évolution récente de l’Organisation du Traité de l’Atlantique nord. Cette relation qui, par le passé, fut secouée de quelques grandes crises politiques dont celle de 1966, il y a quarante ans, reste toujours délicate. Si les rivalités des années 90, alimentées en grande partie par Paris, ont fait place à une complémentarité des actions multinationales entre l’OTAN et l’Union européenne selon les circonstances, il n’en reste pas moins vrai que la flexibilité reste de mise, la soumission toujours repoussée. Et si le réalisme a bousculé les utopies, ces dernières reposent encore sur des substrats stratégiques et idéologiques ineffaçables. Puissance européenne sur qui il faut compter, la France joue à la fois sur une vision d’intérêts nationaux bien compris autant que d’une volonté d’être partie prenante des opérations extérieures afin d’y jouer de son influence, de sa place, de son rang, dans les limites pragmatiques de ses moyens. Dès lors, il s’agit de « réparer » en partie sa minorisation dans les instances bureaucratiques de l’OTAN par une capacité à devenir une nation-cadre dans les missions multinationales et les coalitions de circonstance organisées sous l’emblème de l’Alliance, dans le respect des engagements qui se doivent d’être autant que faire se peut légitimés par les Nations unies. Les autorités françaises ont également assimilé le principe selon lequel elles ne peuvent s’exclure des directions technologiques et majeures de l’OTAN qui représente un lieu de convergence des défis capacitaires. Il existe bien des niches de rapprochement, des jeux d’influences, des tentatives de partages, des interactions doctrinales prudentes. Il s’agit de poser ses marques au sein même de l’OTAN tout en soutenant la montée en puissance raisonnable de la PESD de l’UE. Le « jeu » français de la concurrence entre organisations puis la stratégie du balancier ont fait place à une plasticité diplomatico-militaire imposant de « travailler » dans l’esprit d’une complémentarité entre l’Alliance et l’Union européenne, imposée par les événements du 11 septembre 2001. Ambassadeur d’une Europe des valeurs, défenseur d’une PESD mature, gardien vigilant de sa propre souveraineté et de ses propres intérêts nationaux, partenaire crédible dans les opérations alliées, fidéliste d’une Alliance dans les moments graves, la France joue encore et toujours de la politique des facettes avec d’autant plus de flou que l’avenir de l’Alliance atlantique et l’évolution des équilibres internes entre Etats membres reposent encore et toujours sur la place que la politique américaine réserve à la plus puissante alliance militaire de tous les temps. C’est tout en nuance que des tentatives de réponses sont avancées dans un ouvrage rédigé par un réseau de docteurs en science politique et de doctorants belges penchés sur la politique de défense nationale et multinationale de leur grand voisin du sud. [less ▲]

Detailed reference viewed: 58 (5 ULg)
Full Text
See detailFrance: la désunion européenne
Defossez, Alexandre ULg

Article for general public (2007)

Detailed reference viewed: 9 (3 ULg)
Full Text
See detailFrances Lecture Alliance Francaise San Luis Potosí. SL.P, México
Ortiz Magdaleno, Marine ULg

Learning material (2011)

Detailed reference viewed: 3 (0 ULg)
Full Text
See detailFrancesco Guicciardini. Tra ragione e inquietudine.
Moreno, Paola ULg

Book published by Droz (2005)

Detailed reference viewed: 32 (2 ULg)
See detailFranchimont: fortersse de la Principauté de Liège au Moyen Age et aux Temps modernes
Hoffsummer, Patrick ULg

in L'archéologie des Temps modernes (1988)

Detailed reference viewed: 17 (4 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailLe franchissement des chutes pour la navigation de plaisance dans les voies d'eau équipées pour la navigation intérieure. Ecluses pour navigation de plaisance
Dehousse, Nicolas ULg; Rigo, Philippe ULg; Rodriguez, Sotelino

in Bulletin de l’Association Internationale Permanente des Congrès de Navigation [Bulletin de l'AIPCN] (1986)

Detailed reference viewed: 30 (1 ULg)
See detailFranciel : didacticiel de français
Defays, Jean-Marc ULg; Saenen, Frédéric ULg

Software (1999)

Detailed reference viewed: 73 (2 ULg)
See detailFranciel : un didacticiel pour l'auto-évaluation et l'auto-remédiation en français dans l'enseignement secondaire, I
Defays, Jean-Marc ULg; Saenen, Frédéric ULg; Renard, Denis

in Point sur la Recherche en Education (Le) (1999), 11

Detailed reference viewed: 29 (0 ULg)
See detailFranciel : un didacticiel pour l'auto-évaluation et l'auto-remédiation en français dans l'enseignement secondaire, II
Defays, Jean-Marc ULg; Saenen, Frédéric ULg; Renard, Denis

in Point sur la Recherche en Education (Le) (2000), 16

Detailed reference viewed: 28 (1 ULg)
Full Text
See detailFranco and the Spanish Monarchy: A Discourse Analysis of the Tourist Guides Published by the Patrimonio Nacional (1959-1987)
Vanden Berghe, Kristine ULg; Maddens, Bart

in Long, Philip; Palmer, Nicola J. (Eds.) Royal Tourism. Excursions around Monarchy (2008)

Detailed reference viewed: 46 (3 ULg)
See detailLa Francofonia institucionalizada ¿un instrumento de Soft Power?
Parra Santamaria, Lusmiriam Andrea ULg

Master of advanced studies dissertation (2007)

LA FRANCOPHONIE INSTITUTIONNELLE : UNE FORME DE “SOFT POWER” DANS L’ACTUEL SCENARIO INTERNATIONAL. Andrea PARRA La fin de la guerre froide a reconfiguré la scène internationale. Certains auteurs, comme ... [more ▼]

LA FRANCOPHONIE INSTITUTIONNELLE : UNE FORME DE “SOFT POWER” DANS L’ACTUEL SCENARIO INTERNATIONAL. Andrea PARRA La fin de la guerre froide a reconfiguré la scène internationale. Certains auteurs, comme Eshter DYSON, considèrent qu’une société globale est née et que les acteurs de cette scène, interconnectés, ont remplacé les communautés géographiques locales traditionnelles. Joseph NYE, pour sa part pense que les pays sont de plus en plus confrontés a des difficultés de différentes natures, comme les mouvements financiers, le réchauffement climatique, le terrorisme, etc. Et que pour ces raisons, le scénario international étant reconfiguré, le pouvoir et la façon de l’aborder ont connu certaines transformations. C’est ainsi qu’une nouvelle forme de pouvoir a éte identifiée. C’est le Soft Power (Pouvoir doux). Ce Soft Power vise, pour obtenir les résultats escomptés, à influer sur les comportements de l’autre par une influence qui ne passe plus seulement par la force militaire ou la pression commerciale, mais aussi l’influence et par les imaginaires collectifs. Cependant, le Soft Power qui avait depuis la formulation de son existence (dans les années 1980) été conçu comme spécifique aux États, peut désormais être observé au sein des organismes internationaux et intergouvernementaux. L’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), fait partie de ces organismes qui jouent un rôle d’influence sur la prise de décisions politiques de leurs Etats membres. Les chefs d’Etat et de gouvernement se réunissent tous les deux ans à l’occasion de Sommets autour d’un projet commun qui est de définir les orientations de la Francophonie. En tant que groupe, ils définissent les lignes directrices d’une politique extérieure institutionnelle. La Francophonie institutionnelle joue un rôle de contre pouvoir à d’éventuelles hégémonies culturelles globales. A partir de la Déclaration de Bamako (novembre 2000) ou les pays membres exprimèrent l’idée que « La Francophonie et la démocratie sont indissociables… », la Francophonie conforte définitivement, son objectif d’être dans le champ des relations internationales, un agent de promotion de la démocratie. Notre recherche vise, entre autres, à vérifier l’hypothèse selon laquelle les pays de l’OIF, étant également membres de l’ONU exercent un Soft Power dans cette institution, et si oui de quelle manière. Une analyse exhaustive des votes de certaines résolutions permet ainsi de tirer un certain nombre de conclusions : s’il existe bien un certain Soft Power exercé par les pays de l’OIF au sein de l’ONU, celui-ci n’a rien de massif ; qu’il n’existe pas d’effet mécanique dans les votes, que les votes dépendent beaucoup du sujet de la résolution ; que les Etats membres de l’OIF conservent leur libre choix de vote. Notre analyse a enfin permis de définir une typologie de ces Etats au regard des votes des résolutions : ceux qui s’alignent toujours (ou presque) sur le vote français, ceux qui suivent parfois le vote français et ceux qui, enfin, ne s’alignent jamais sur le vote français. [less ▲]

Detailed reference viewed: 40 (4 ULg)
See detailFrançois 1er, mécène et bâtisseur
Allart, Dominique ULg

Conference given outside the academic context (2008)

Detailed reference viewed: 10 (2 ULg)