Browsing
     by title


0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

or enter first few letters:   
OK
Peer Reviewed
See detailEtudes phénoménologiques
Ryle, Gilbert; Leclercq, Bruno ULg

in Recherches Husserliennes (1997), 7

Detailed reference viewed: 31 (1 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailÉtudes régionales et fédérales : nouvelles perspectives
Dandoy, Régis; Perrin, Nathalie ULg; Van Wynsberghe, Caroline

in Fédéralisme - Régionalisme (2008), 8(2),

Detailed reference viewed: 14 (1 ULg)
See detailEtudes Sartriennes, 13 : Sartre et la philosophie française
Cormann, Grégory ULg; Simont, Juliette

Book - Ousia (2009)

Detailed reference viewed: 66 (18 ULg)
See detailEtudes sartriennes, n° 16. Les conférences du Havre sur le roman
Cohen-Solal, Annie; Philippe, Gilles; Coorebyter, Vincent de et al

Book published by Ousia (2012)

Detailed reference viewed: 31 (6 ULg)
See detailEtudes sartriennes, X : Dialectique, littérature
Caeymaex, Florence ULg; Cormann, Grégory ULg; Denis, Benoît ULg

Book published by Ousia (2005)

Detailed reference viewed: 90 (21 ULg)
See detailEtudes sédimentologiques dans les cours d’eau à moules perlières en Ardenne
Mols, J.; Defechereux, O.; Petit, François ULg et al

in Rencontres nationales techniques, gestion des ruisseaux de têtes de bassin set zones humides associées (2007)

Detailed reference viewed: 21 (4 ULg)
Peer Reviewed
See detailEtudes sur des chartes luxembourgeoises: (1) Henris sa fis (1237), norme régionale et traits dialectaux dans la langue des chartes médiévales
Boutier, Marie-Guy ULg

in Gärtner, Kurt; Holtus, Günter; Rapp, Andrea (Eds.) et al Skripta, schreiblandschaften und Stndardisierungstendenzen, Urkundensprachen im Grenzbereich von Germania und Romania im 13. und 14. Jahrhundert (2001)

Detailed reference viewed: 14 (4 ULg)
Peer Reviewed
See detailEtudes sur des chartes luxembourgeoises: (2) Chartes et ponctuation, Réflexions sur la ponctuation d'une charte luxembourgeoise de 1264
Boutier, Marie-Guy ULg

in Gärtner, Kurt; Holtus, Günter; Rapp, Andrea (Eds.) et al Skripta, Schreiblandschaften und Standardisierungstendenzen, Urkundensprachen im Grenzbereich von Germania im 13. und 14. Jahrhundert (2001)

Detailed reference viewed: 21 (10 ULg)
See detailLes études sur la langue et le style des historiens latins : du mot à la phrase
Longrée, Dominique ULg

in Cesbron, Georges; Richer, Laurence (Eds.) La réception du latin du XIXe siècle à nos jours, Actes du Colloque d'Angers des 23 et 24 septembre 1994, (Université d'Angers, Centre de Recherches en littérature et linguistique de l'Anjou et des Bocages de l'Ouest) (1996)

Detailed reference viewed: 7 (0 ULg)
Full Text
See detailEtudes sur le syntagme nominal en néo-égyptien: l'article zéro, la possession attributive et le changement de genre
Néven, Laurence ULg

Doctoral thesis (2011)

Le syntagme nominal offre de nombreuses possibilités de recherches. Les études peuvent se concentrer sur des syntagmes nominaux simples ou complexes et s’intéresser aux différents éléments qui les ... [more ▼]

Le syntagme nominal offre de nombreuses possibilités de recherches. Les études peuvent se concentrer sur des syntagmes nominaux simples ou complexes et s’intéresser aux différents éléments qui les composent. De même, les relations syntaxiques entre deux ou plusieurs syntagmes nominaux peuvent faire l’objet d’une attention particulière et les recherches peuvent se focaliser sur une langue ou un état de langue spécifique, ou, au contraire, s’envisager dans une perspective typologique prenant en compte un nombre plus ou moins élevé de langues. Dans le cadre de ma thèse de doctorat, j’ai décidé de me concentrer sur le néo-égyptien et d’étudier trois points essentiels qui sont la détermination, la possession et le genre. Le premier chapitre de ce travail s’est intéressé à la détermination des substantifs et plus particulièrement aux articles. L’originalité de cette partie réside dans le fait de proposer et de montrer l’existence d’un article zéro qui peut être intégré au paradigme des articles. Celui-ci se distingue dès lors d’une absence d’article. L’opposition entre ces deux concepts repose sur certains critères fondamentaux. Il faut ainsi que le syntagme nominal précédé de zéro puisse commuter avec un syntagme nominal précédé d’un article défini et/ou indéfini. Il doit également se trouver dans un environnement syntaxique similaire et offrir à l’ensemble une signification particulière. J’ai constaté qu’il existait des alternances entre l’article défini, indéfini et zéro (apposition, générique et vocatif). Si ce n’est dans le cas du générique, l’usage d’un zéro n’est pas significatif. J’ai également étudié l’emploi des déterminants au sein de certaines constructions spécifiques et de catégories de noms (abstraits, collectifs, comptables, de fonction, massifs et propres). Seuls les noms abstraits, comptables et massifs font usage d’un zéro significatif. L’article défini sert à spécifier l’entité ou à référer à une entité connue à la fois du locuteur et de l’interlocuteur. L’article indéfini réfère également à une entité particulière, mais spécifique ou non. Enfin, l’article zéro est utilisé lorsque l’on veut référer à une entité homogène et dénote une non-quantification absolue. L’opposition à deux membres, c’est-à-dire entre l’article défini et zéro s’est révélée pertinente dans le cas des noms abstraits et des noms comptables ; et l’opposition à trois membres, c’est-à-dire entre l’article défini, l’article indéfini et zéro s’est révélée pertinente avec les noms massifs. Il semble donc que la présence d’un article zéro soit principalement liée à certaines catégories de substantifs et ne réponde pas à des critères syntaxiques selon sa présence dans telle ou telle construction. L’objectif de mon chapitre II était d’offrir une classification des divers procédés permettant d’exprimer la possession attributive en néo-égyptien. L’examen de ces moyens formels s’est réalisé en se fondant sur trois points principaux : l’environnement syntaxique et sémantique, l’influence du genre littéraire et/ou du registre de texte et l’évolution diachronique. L’opposition entre l’article possessif et le pronom suffixe est principalement une opposition de registre textuel, mais elle peut également être d’ordre syntaxique ou sémantique. L’opposition entre l’article possessif et le pronom indépendant concerne la définition des possédés. Le pronom indépendant est employé lorsque le substantif est indéfini ou précédé du démonstratif. La préposition m-di prendra le relais du pronom indépendant dans l’expression de la possession attributive, mais les prémices de ce remplacement fonctionnel ne sont pas perceptibles avant la fin de la 20e dynastie. En revanche, l’opposition entre le génitif direct et le génitif indirect est quasi inexistante. En effet, le génitif direct n’est guère plus productif et se limite pour la majeure partie aux titres de fonctions. L’objectif de mon dernier chapitre était de montrer qu’ont existé en égyptien ancien des changements ou des variations de genre. Cette étude ne pouvait se prétendre exhaustive en regard du corpus délimité. J’ai donc voulu poser les premiers jalons et proposer des hypothèses qui expliqueraient certains de ces changements ou de ces flottements. En me fondant principalement sur la contribution de Michel Roché, concernant les variations du genre en langue française, j’ai établi cinq schémas prenant en compte les différentes possibilités. Les principaux arguments qui m’ont été utiles pour l’analyse du genre sont les articles ou leurs substituts et l’accord du pseudo-participe et du pronom de rappel (pronom suffixe). Cela m’a permis de mettre en exergue plusieurs mots qui ont connu un flottement dans l’attribution du genre avec un retour au genre originel (principalement des parties du corps), ainsi que des substantifs qui ont changé de genre entre le néo-égyptien et le démotique (AH.t et btA). Le mot dmi « ville », quant à lui, correspond peut-être à un dédoublement de genre dans lequel le nouveau lexème dmi.t se spécifie sémantiquement. Enfin, l’emprunt de mots sémitiques a également provoqué des confusions dans le genre des noms et plus spécifiquement parmi les substantifs qui originellement se terminent par un –t appartenant au radical. J’ai proposé plusieurs hypothèses pour expliquer ces changements ou flottements de genre. Il s’agit de l’absence ou la rareté du déterminant, des changements phonétiques, de la proximité formelle et sémantique de deux substantifs et de l’emprunt à des langues étrangères. [less ▲]

Detailed reference viewed: 47 (14 ULg)