Browsing
     by title


0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

or enter first few letters:   
OK
Full Text
See detailDes guerres en Italie avant les Guerres d’Italie. Les entreprises militaires françaises dans la Péninsule à l’époque du Grand Schisme d’Occident
Masson, Christophe ULg

Book published by Ecole française de Rome (2014)

The medieval army went through many important mutations over the centuries. One of these transformations occurred during the Hundred Years War, when Charles V completely reorganized the French armies in ... [more ▼]

The medieval army went through many important mutations over the centuries. One of these transformations occurred during the Hundred Years War, when Charles V completely reorganized the French armies in order to fight their English counterparts more effectively. But when the French armies were later on sent to Italy to establish a French power on the kingdom of Naples and the Republic of Genoa, they had to adapt themselves to the military and political reality of Medieval Italy. Des guerres en Italie avant les Guerres d'Italie offers a global study of these armies, and demonstrates that these armies are to be considered and investigated as micro-societies. While emphasising the important figure of the captain, this book addresses the composition, financing, objectives, actions, and choices of these armies, between knightly ideology and warrior pragmatism. This thorough inquiry allows Christophe Masson to question the official discourses which spread at the time: were the Great Western Schism and the service of Charles VI really the main goals of these first French campaigns led in Italy, before the so-called Italian Wars? [less ▲]

Detailed reference viewed: 114 (1 ULg)
Full Text
See detailDes guerres en Italie avant les Guerres d'Italie. Les entreprises militaires françaises dans la Péninsule à l'époque du Grand Schisme d'Occident
Masson, Christophe ULg

Doctoral thesis (2011)

Si la guerre de Cent Ans stricto sensu, est depuis des années l'objet de recherches de tout premier plan, la question des expéditions françaises en Italie à l'époque du Grand Schisme d'Occident était ... [more ▼]

Si la guerre de Cent Ans stricto sensu, est depuis des années l'objet de recherches de tout premier plan, la question des expéditions françaises en Italie à l'époque du Grand Schisme d'Occident était restée vierge de toute étude de synthèse, à tout le moins sur le plan qui semble pourtant le plus évident, celui de la guerre, et ce alors même que les implications politiques de ces mêmes guerres italiennes sont étudiées depuis aujourd'hui plus d'un siècle. Au croisement des sources – sources narratives et documents d'archives se sont révélés être le socle sur lequel s'est progressivement construite notre synthèse puisqu'au caractère lacunaire des premières en terme de fiabilité ou de chronologie a fait pièce la précision des secondes qui trouvaient pour leur part dans la confrontation avec les chroniques les éléments de nature à enrayer l'aridité des relevés financiers – fait écho celui des approches, que nous avons souhaitées multiples, de notre sujet d'études. Pour appréhender le fait militaire, nous avons privilégié une vision globalisante, eu égard au fait que, à nos yeux, l'armée représentait un tout qui se doit d'être étudié de la sorte. Les divers éléments qui la composent étant interdépendants, on ne peut connaître l'un sans envisager l'autre. Il ressort de cette approche plurielle plusieurs observations. Alors que l'Europe se cliche au gré des intérêts politiques et spirituels en obédiences rivales, l'on aurait pu s'attendre à ce que des princes français, traditionnellement favorables à la papauté d'Avignon, deviennent les champions des prélats des bords du Rhône. Or, il n'en fut rien. Ce qui intéressa au premier chef les ducs d'Anjou fut non de déposer celui qu'il tenait pour un usurpateur et d'établir le successeur de saint Pierre pour lequel ils avaient opté sur le trône de Rome mais de profiter des ressources financières de la papauté, considérées alors, avec le trésor du roi de France, comme les plus massives de l'Occident. De la même façon, les ressources du duc d'Orléans et celles du roi de France furent, en toute logique, très largement sollicitées par les lieutenants de ceux-ci. Mais, à cette occasion encore, on constate une indépendance certaine des bénéficiaires vis-à-vis de leurs bailleurs de fonds. La mission qui leur est confiée offre un cadre relativement lâche à leurs actions, cadre qui, joint à l'éloignement géographique, facilite l'exercice d'un pouvoir des capitaines ouvertement personnel. Les actions menées en Italie se trouvent tout à fait différer des usages en cours lors de la guerre qui opposait la France à l'Angleterre. Depuis Charles V, en effet, les armées françaises s'étaient vues ordonner l'abandon de la charge de cavalerie au profit d'options tactiques mieux à même de contrer une infanterie adverse qui s'était signalée lors des sanglantes batailles de Crécy et de Poitiers. En Italie, au contraire, si les compagnies fleurdelysées ressemblaient par la taille à leurs homologues cisalpines, leur aspect les en faisait parfaitement différer. La prééminence est à nouveau le fait d'hommes d'armes montés. Le basculement est donc complet et rapide de la part de guerriers qui s'adaptent d'autant plus rapidement à leur nouvel ennemi que celui-ci se révèle être un fervent adepte du choc frontal, du moins lorsqu'il accepte le combat. C'est d'ailleurs un trait marquant des opérations françaises que de n'avoir que rarement produit de grandes batailles. Au vrai, les Italiens s'efforçaient le plus souvent d'éviter tout affrontement d'importance afin de tirer profit de leur établissement dans le royaume de Naples ou dans la République de Gênes. Partant, les Français organiseront leurs campagnes autour d'un objectif prioritaire, la soumission de la capitale adverse et auront donc recours à des moyens moins typiquement « chevaleresques » pour assurer le triomphe de leur cause. Si Louis Ier d'Anjou n'a visiblement pu compter que sur une faible artillerie, ceux qui, à sa suite, prirent le chemin de l'Italie ne semblent pas avoir négligé cette composante de plus en plus importante de l'art de la guerre. D'autres moyens pour emporter des places fortes furent mis en œuvre, qui tous s'éloignaient un peu plus de la morale traditionnellement défendue par cette classe sociale particulière qu'était la chevalerie. Or, ces pratiques étaient loin d'être étrangères aux capitaines royaux et ducaux. L'idée de l'honorable et pur chevalier parangon de vertu confronté à des réalités italiennes qu'il ne peut comprendre car trop ignobles ne résiste pas à l'examen attentif des faits. Les armées médiévales – de terre ou de mer – tiraient évidemment leur puissance de leur importance numérique. Par suite, ce sont les chefs de guerre à la tête des plus nombreuses compagnies qui reçurent le commandement de l'ensemble des troupes. Le recrutement en cascade – les fidèles d'un seigneur conduisant à leurs côtés certains de leurs fidèles et ainsi de suite – explique que, contrairement, une fois encore, à ce que l'on aurait pu croire, le service d'Italie ne s'est pas révélé un accélérateur de carrière chez les gens d'armes. Leur présence dépendait plus de liens personnels les unissant à un chef de guerre que de relations de service ou de vassalité les attachant au souverain commanditaire de l'entreprise. Nulle surprise donc à ce que ce dernier ne juge pas nécessaire de les récompenser à la fin de leur mission. Au contraire, ce sont les techniciens, gens de finances et de lettres, qui bénéficièrent de promotions à leur retour d'Italie. La guerre dans la Péninsule n'était qu'une étape de plus dans la carrière d'un homme d'armes alors qu'elle prouvait les capacités des « petites mains » de l'armée à affronter des situations auxquelles l'on ne pouvait se préparer. Si la délégation de pouvoir est importante, il n'en reste pas moins que l'on assiste tout au long de ces campagnes à la négation de la personnalité du capitaine dans le domaine pourtant si important des symboles politiques. L'armée demeure ainsi un instrument de pouvoir aux mains du souverain. Au-delà de l'aspect spécifiquement politico-militaire, elle exprime l'excellence de ce dernier, qu'il s'agisse des ducs d'Anjou et d'Orléans ou du roi de France, lequel prouve par le succès des armes et la qualité – sociale aussi bien qu'esthétique – de son armée la valeur et la justesse de ses prétentions. Au vrai, si c'est la noblesse qui, logiquement, compose les armées françaises et occupe les principales charges de gouvernement, elle est subjuguée par l'État qu'elle sert. Elle en retire un prestige certain mais renonce aussi, simultanément, à son indépendance. Ici encore, l'état moderne en construction se bâtit sur et grâce à une aristocratie relais des intérêts ducaux ou royaux. De la même façon, la présence de Français au sein de ces administrations locales trahit l'importance prise par les liens sociaux dans l'exercice du pouvoir et sa délégation. Ce sont leur proximité et leur amitié qui font des lieutenants du capitaine les officiers du roi. La fidélité personnelle intervient donc comme ciment d'un pouvoir étatique. La noblesse, bien qu'elle soit en Italie moins soumise au pouvoir royal en Italie qu'en France, constitue le véritable cœur de l'armée, tout comme cette dernière est le noyau de l'état princier que l'on développe outremonts grâce au cadre fourni par le modèle royal. [less ▲]

Detailed reference viewed: 497 (23 ULg)
Full Text
See detailDes haches néolithiques à l'époque romaine
Thiebaux, Aurélie ULg; Jadin, Ivan; Goemaere, Eric

in Demelenne, Marie; Docquier, Gilles (Eds.) Trésor ?/ Trésor ! Archéologie au coeur de l'Europe (2014)

Detailed reference viewed: 28 (7 ULg)
Peer Reviewed
See detailDes histoires du cinéma en images et en sons
Belloi, Livio ULg

in Iris - Revue de théorie de l'image et du son/A Journal of Theory on Image and Sound (1995), 19(automne), 75-98

Etude de quelques fictions réflexives (dont "Singin' in the Rain" de Stanley Donen et Gene Kelly) au travers desquelles, se mettant au miroir, le cinéma réfléchit sur sa propre histoire et sur ses jalons ... [more ▼]

Etude de quelques fictions réflexives (dont "Singin' in the Rain" de Stanley Donen et Gene Kelly) au travers desquelles, se mettant au miroir, le cinéma réfléchit sur sa propre histoire et sur ses jalons essentiels. [less ▲]

Detailed reference viewed: 43 (10 ULg)
See detailDes hommes, des télescopes, des étoiles -- C. Fehrenbach
Manfroid, Jean ULg

in Ciel et Terre (1990), 106

Detailed reference viewed: 8 (0 ULg)
See detailDes hormones au service de l'élevage
Beckers, Jean-François ULg

Article for general public (2002)

Detailed reference viewed: 20 (0 ULg)
Peer Reviewed
See detailDes Hydropathes au Chat Noir. Stratégies d’émergence et sociabilité
Saint-Amand, Denis ULg; Crépiat, Caroline

in Vaillant, Alain; Vérilhac, Yoan (Eds.) Sociabilités et petite presse au XIXe siècle (in press)

On connaît la façon dont l’histoire littéraire a narré la geste de la bohème fin de siècle en favorisant les dialogues et recoupements entre les différents groupuscules potaches qui ont émaillé le Paris ... [more ▼]

On connaît la façon dont l’histoire littéraire a narré la geste de la bohème fin de siècle en favorisant les dialogues et recoupements entre les différents groupuscules potaches qui ont émaillé le Paris de l’époque. Pourtant, il y a, dans le même temps, des différences patentes entre les Déliquescences du pseudo-décadent Adoré Floupette (1885) et les signataires de l’Album zutique, confectionné en 1871 mais non-destiné à la publication, de la même façon que les articles du Chat Noir ne répondent pas aux mêmes objectifs que ceux publiés dans les colonnes de L’Hydropathe (1879-1880). L’Hydropathe et Le Chat Noir ont par ailleurs en commun un statut s’apparentant à celui d’une caisse de résonnance : tous deux se construisent dans le prolongement d’un lieu de sociabilité qui les précède et dont ils relatent les spécificités. Société tapageuse plus ou moins organisée d’un côté, cabaret bigarré de l’autre, les espaces pivots à l’origine de ces journaux orientent les préoccupations de ces derniers et peuvent sembler limiter leur marge de manœuvre. La comparaison des logiques de présentation de soi et de réclame permet pourtant d’observer certaines divergences entre les moyens mobilisés par ces deux organes à la fois pour affirmer leur singularité et pour exposer les collectifs qui les élaborent. [less ▲]

Detailed reference viewed: 65 (3 ULg)
Full Text
See detailDes idées fausses et autres illusions en management
Choffray, Jean-Marie ULg

Article for general public (2012)

L’objet de ce bref article est de revoir certaines idées fausses et autres illusions en management, dont les retombées dans la vie dépassent, de très loin, l’attention que nous devrions accorder à y ... [more ▼]

L’objet de ce bref article est de revoir certaines idées fausses et autres illusions en management, dont les retombées dans la vie dépassent, de très loin, l’attention que nous devrions accorder à y renoncer. [less ▲]

Detailed reference viewed: 351 (66 ULg)
Peer Reviewed
See detailDes idéologies aux dénominations et des dénominations à l'histoire : les enjeux de la terminologie métalinguistique dans l'historiographie du français d'Acadie et de Louisiane
Urbain, Emilie ULg

Conference (2010, September 23)

Par l’analyse d’un ensemble de textes rédigés aussi bien par des anglophones que des francophones d’Amérique du Nord dans la seconde moitié du 20e siècle, nous nous proposons d’envisager les conceptions ... [more ▼]

Par l’analyse d’un ensemble de textes rédigés aussi bien par des anglophones que des francophones d’Amérique du Nord dans la seconde moitié du 20e siècle, nous nous proposons d’envisager les conceptions présidant à la rédaction de l’histoire de la langue. Par le biais de l’étude de la dénomination des variétés de langue (qu’il s’agisse des variétés vernaculaires ou de la variété prise comme étalon de référence), nous mettons au jour les idéologies et représentations linguistiques bien vivantes qui transparaissent derrières des catégorisations souvent considérées comme consensuelles. La mise en rapport des choix terminologiques et des hypothèses historiographiques défendues (encore très diversifiées) semble montrer comment les idéologies orientent la description historique. Ce n’est pas seulement dans les thèmes développés qu’elles se reflètent, mais aussi dans les événements ou polémiques passés sous silence. Dans des contextes comme l’Acadie et la Louisiane, où le français est minoritaire, la place de la langue dans l’affirmation identitaire est prépondérante. Au même titre que l’histoire, la religion et la culture, elle fait l’objet de représentations qui ont pu se marquer dans tous les types de discours. Cependant, il peut paraître paradoxal, dans ces deux ensembles francophones hétérogènes, que l’histoire de la langue soit aussi parcellaire et toujours subordonnée à d’autres problématiques et préoccupations. Il s’agira, lors de cette présentation, d’esquisser des réflexions sur les conséquences de ce traitement historiographique conditionné de la langue ainsi que sur les conditions sociohistoriques et sociolinguistiques qui peuvent expliquer une telle situation. [less ▲]

Detailed reference viewed: 26 (3 ULg)
Full Text
See detailDes images à problèmes. Le sens du visuel à l'épreuve de l'image scientifique
Dondero, Maria Giulia ULg; Fontanille, Jacques

Book published by Presses universitaires de Limoges (PULIM) (2012)

The study of scientific images opens up new horizons for semiotic reflection, if only because of the two practical functions commonly attributed to these images: a specific cognitive function and an ... [more ▼]

The study of scientific images opens up new horizons for semiotic reflection, if only because of the two practical functions commonly attributed to these images: a specific cognitive function and an experimental function. They have a cognitive function in the sense that they facilitate a better understanding of the things they represent, or imprint. Of course this is also true of a photograph used in an investigation, which provides information that may eventually lead to the thing of which it is an index, but its referent is part of the shared world of perception, and is consequently identifiable independently of the image. Conversely, in contemporary scientific practice, the image is supposed to manifest something that is not necessarily known prior to imaging it, and consequently, shaping the image also entails shaping the cognitive object. The cognitive function of the scientific image is therefore primarily prospective, and in some ways predictive. [less ▲]

Detailed reference viewed: 125 (8 ULg)
See detailDes images efficaces : décors processionnels et espaces publics
Delfosse, Annick ULg

Scientific conference (2011, March 23)

Detailed reference viewed: 60 (11 ULg)
Full Text
See detailDes images et des récits qui disent le changement, des questions, des impasses et des possibles
Stassart, Pierre M ULg; Lecomte, Nadége

in Regards croisés (2007)

Detailed reference viewed: 37 (2 ULg)
See detailDes images indéterminées
Havelange, Carl ULg

Scientific conference (2010, February 10)

Detailed reference viewed: 23 (0 ULg)
Peer Reviewed
See detailDes indicateurs d'équité : une question de point de vue
Baye, Ariane ULg

in L'école, dans quel(s) sens ? Actes du 2e congrès des chercheurs en éducation, Louvain-la-Neuve, 12-13 mars 2002 (2003)

Detailed reference viewed: 8 (3 ULg)
Peer Reviewed
See detailDes indicateurs du développement professionnel basés sur la conceptualisation de l’action ? Apports d’une expérimentation qualitative sur l’utilisation professionnelle d’un traitement de texte.
Chenu, Florent ULg

in Actes du 21e Colloque de l’Associtation pour le Développement des Méthodologies d'Evaluation en Education : Développement Professionnel et évaluation. Université Catholique de Louvain-la-Neuve, Belgique, Janvier 2009. (2009)

Detailed reference viewed: 87 (8 ULg)
See detailDes indicateurs européens de qualité de l'éducation : les langues étrangères : un premier exercice
Blondin, Christiane ULg; Demeuse, Marc ULg

in Cahiers du Service de Pédagogie Expérimentale (SPE) (2000), (3-4), 161-169

Detailed reference viewed: 18 (2 ULg)